Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2017

Réunion 3

Dimanche 26 novembre

Grasse matinée à Saint Denis, Central Hôtel

Petit marché

Portraits de musiciens

Réservation des gîtes pour la semaine qui vient

Récupération de la voiture


Lundi 27 novembre

Montée au Brûlé en voiture,

puis montée au refuge. Pluie. Chemin boueux

Rencontre de marcheurs fous. Froid.

DSC01061 (Copier).JPG

Mardi 28 novembre

Montée à la Roche ecrite. Beau temps. Vues sur le cirque de Salazie

bregrdilet5.jpg

Descente chemin toujours boueux

Récupération valises et direction Décathlon bâton

Gîte à Bras Panon. La Passiflore chambre Afrique

%40%20dsc00185%20ok.jpg?crc=3799045615

Repas ti Piment

Quel est ce fruit vers la mairie de Bras-Panon ?

Un jamalac ou jambose (bravo Annie !)

Jamalac_02.jpg

Mercredi 29 novembre

Les coulées de laves

20171129_072412 (Copier).jpg

Balade à l'Anse des cascades. Terrain... volcanique et accidenté. Chaleur.

AAA_0761.JPG

Tisserins à tête noire.

Le tisserin est un oiseau remarquable par la structure de son nid, et son comportement social varié et original. Tel un équilibriste, il est très agile avec son bec et ses pattes : il sait parfaitement tisser, d'où son nom ! Et oui, leurs nids sont de vrais tissages, des sortes de boules confectionnées avec des petits filaments arrachés à des feuilles. Ils savent utiliser plus d'une douzaine de nœuds différents... Si plusieurs femelles refusent le nid, il finit par terre. Si le nid est accepté, le mâle construit un autre nid. Il est polygame.

DSC01112 (Copier).JPG

 

Piscine au gîte

Repas chez Eva Hannibal. Canard à la vanille

DSC01120 (Copier).JPGJeudi 30 septembre

(oiseau la vierge)

Tour du Grand Étang

Bord de mer vers Saint André

Restaurant Chez Jules à St André

 

DSC01118 (Copier).JPG

17:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

25/11/2017

Réunion 2

Mardi 21 novembre

L'Ermitage. plein de poisson de toutes les couleurs et même une grosse tortue.

Repas de midi chez Herbert

La visite de Stella Matutina ex-usine de sucre

1311247773.jpg

stella.jpg?itok=T3iefX3L

Mercredi 22 novembre

Encore des poissons

Visite du conservatoire botanique.

20171121_143148 (Copier).jpg

Retrouvailles Maryse chez Rosa

Repas de midi chez Herbert

Arrivée d'Annie 

DSC01020 (Copier).JPG

Jeudi 23 novembre

Départ bonne heure pour Dos d'Ane.

Balade Cap Noir Roche - vert Bouteille Superbe

Retour plage tortue

Pano_mafate1.jpg

Vendredi 24

Montée au Maïdo. Vue sur Mafate avec brume

Descente par la route forestière

Baignade. Tortue. Retour à Cilaos -Virages- Tunnels

Samedi 25 novembre

Montée à pied à la Roche merveilleuse

Départ pour Saint Denis

Repas avec Flavien et Charlotte crêpes bretonnes

20171125_205202 (Copier).jpg

17:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

20/11/2017

Réunion 1

20171119_181854 (Copier).jpgMercredi 15 novembre

Genève easyjet Paris

Air France Orly - Saint Denis

Escale non prévue Djibouti.

Mais la Dodo lé la !

 

Jeudi 16 novembre

Arrivée Saint Denis 2.30 de retard

Repas créole chez Annie. Très sympa

Montée à Cilaos. Des virages. Des tunnels.

DSC01000 (Copier).JPG

 

Vendredi 17 novembre

Visite Cilaos avec Denis.

La Roche Merveilleuse

 

DSC00994 (Copier).JPG

Samedi 18

De Cilaos à Ilet à Cordes par Bras Rouge (rivière)

 

DSC00995 (Copier).JPG

Dimanche 19

Ilet à Cordes depuis Buren

Descente sur Bras Rouge et montée vers Ilet à Cordes

Lundi 20

Tour du Bonnet du Prêtre :

De Bras Sec à Palmiste Rouge. Arbre à écorce chargée d'eau.

Merci à Denis pour nous avoir amené pendant ces quatre jours au départ des balades et nous avoir retrouvé à l’arrivée.

Descente sur l'Ermitage.

DSC01017 (Copier).JPG

16:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

12/11/2017

Trollesse

51%2B4aJtGBwL.jpgAprès avoir lu le livre de Sylvie Weil, je me suis demandé d’où sortait ce terme de trollesse, surnom que lui avait donné sa mère Selma (la grand-mère de Sylvie donc). Le terme a fait florès pour désigner sainte Simone puisque il existe un livre écrit par Alice Nicolle qui porte ce titre. Je ne l’ai pas commandé. Quand j’ai lu le résumé (voir fin de la note) et vu la photo de couverture, j’ai eu un peu peur.  

Il faut noter que Alain, son prof de philo l’appelait « la martienne » et le directeur de l’école « la vierge rouge », c’est dire si elle était bizarre et sans doute pas vraiment rigolote, Camus disait que « La seule chose dont fut incapable son intelligence fut la frivolité. »

La trollesse est toujours populaire puisque même notre président la cite en juillet de cette année dans un discours devant le congrès bien que sa référence soit des plus hasardeuses et pas vraiment fondée. 

Le mot troll est revenu à la mode avec Internet pour désigner un perturbateur qui cherche à tout prix la polémique. Le verbe troller désigne l’action de foutre le souk dans un débat sur les réseaux sociaux. Ce n’est évidemment pas dans ce sens que l’employait Selma Weil.

Trolls.GIFSelma faisait référence à la mythologie nordique où le troll incarne les forces naturelles et la magie qui va avec. Un être passablement bizarre. Souvent peu amical et dangereux pour l'homme, il règne sur les milieux hostiles, mers, montagnes, forêts.

Le mot est féminisée comme duchesse, princesse, doctoresse, professoresse , prêtresse, popesse avec une plus ou moins grande connotation dépréciative comme dans diablesse, drôlesse, bougresse.

Résumé de la Trolesse Née dans une famille juive, élevée dans l'agnosticisme, Simone Weil a 29 ans, en 1938, quand une expérience mystique, dans un moment de souffrance intense, lui révèle l'amour du Christ. En 1940, elle lit la Bhagavad-Gîtâ et sent en lisant ces paroles merveilleuses et d'un son tellement chrétien que nous devons à la vérité religieuse bien autre chose que l'adhésion accordée à un beau poème. A partir de l'été 1941, le Christ vient en elle en personne... à travers la récitation du Notre Père en Grec, qu'elle dit chaque jour désormais avec une attention absolue. Quand on regarde sa vie, on peut se demander d'où lui vient cette énergie, cette générosité, ce courage indomptable qui la fait défier la mort... alors même qu'elle aime passionnément la vie ? Par quelle force est-elle mue ? Le témoignage que donne Simone Weil nous ouvre sur une autre réalité...

07:10 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (2)

11/11/2017

Chez les Weil

9782283023693.jpgQuand j’ai écrit cette note en août 2006 qui parlait d’André et de Simone Weil, j’ai fortement pensé qu’il faudrait écrire une biographie croisée du frère et de la sœur.

C’est dire avec quel plaisir j’ai découvert qu’il existait un livre, publié en 2009, qui raconte cette histoire. Comme le dit la préface ce n’est pas une biographie, c’est le point de vue de Sylvie Weil qui est la fille d’André sur cette famille hors norme. Un des meilleurs points de vue qui soit pour nous raconter cette histoire. J’ai adoré ! (Notez la même photo)

 

Sylvie raconte ses rapports avec Simone qui s’est laissé mourir de faim à Londres, un an à peine avant sa naissance. Simone s’était converti au christianisme le plus exigeant dans une furieuse quête de charité (dans le sens d’amour de Dieu et du prochain) à la recherche des béatitudes. On peut lire ses pensées dans La Pesanteur et la Grâce, c'est très mystique. Si le pape ne l’a pas béatifié, elle a encore pas mal d'adeptes qui la considèrent tout simplement comme une sainte. Pour Sylvie sa ressemblance avec sa tante était une calamité et elle se décrit comme le tibia de la sainte, une sorte de relique de sa tante, un rôle dont personne ne voudrait.

Elle parle de son père avec beaucoup plus de tendresse même si elle n’épargne pas le « génie ». Sa mère disait à ses deux filles : "Vous êtes les filles d'un génie". Ce peut-être fatiguant parfois de vivre avec un homme conscient de son génie et qui se révèle assez souvent peu amène avec ses congénères ou qui refuse de s’encombrer la mémoire de la position du sucrier et autres détails de l’existence. Elle en parle avec affection quand elle était petite fille au Brésil, elle parle peu de sa désertion en 1939, elle le décrit très âgé recevant une médaille au Japon en compagnie du cinéaste Akira Kurosawa. J’aurais aimé qu’elle en dise un peu plus par exemple sur ses travaux en géométrie algébrique et en théorie des nombres mais ce qu’elle en dit est déjà beaucoup.

Il y a d’autres personnages dans ce roman comme ses grands-parents paternels qui ne se sont jamais remis de la mort de Simone et se sont beaucoup occupés de la petite Sylvie. Un jour, la grand-mère qu’elle adorait est devenue la « mère de la sainte », rôle qui va finir par l’accaparer à plein temps. Pour désigner Simone, sa nièce utilise le terme de trollesse, le mot qu’utilisait sa grand-mère pour parler de sa fille. Je vais faire une note sur ce terme amusant. Il y a aussi des révélations sur cette famille que je vous laisse découvrir.  

Mais le personnage principal reste Sylvie. Pas facile d’être la fille et la nièce de deux génies même si son parcours peut faire envie : Elle gagne le concours général en lettres classiques, prix prestigieux qu’elle reçoit des mains du Général de Gaulle. Elle est agrégée de lettres classiques et enseigne le français dans des universités américaines. Faut dire qu’André avait intégré Normale Sup à 16 ans et passé son doctorat de math à 22. Et que Simone avait le philosophe Alain comme prof de philo à l'Ecole Normale. Alain l'appelait la martienne, ce qui donne une idée de la singularité du personnage.

09:41 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (2)