Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2020

Hypnique

Je suis content car je viens de lire un article sur un truc qui m’arrive parfois dans mon tout premier sommeil et en plus il y a plein de mots pour décrire la chose.

La chose : Cela semble se passer quelques secondes après que le sommeil arrive. C’est une forte secousse due à la contraction de tous les muscles. Un truc que je qualifierais d’électrique. Cela dure peu mais c’est assez inquiétant.

C’est donc une secousse HYPNIQUE *

ou encore une myoclonie d'endormissement,

ou une myoclonie hypnagogique * et, plus banal, un sursaut du sommeil.

Parait que ce n’est pas vraiment grave et que 60 à 70% de la population mondiale en a fait l’expérience. Pour expliquer la chose je retiendrai une seule hypothèse :

Comme nos cousins les chimpanzés nos lointains ancêtres dormaient dans les arbres, et une chute pendant leur sommeil pourrait avoir des conséquences néfastes. Du coup, au moment de s’abandonner au bras de Morphée, on aurait la vision de la chute arboricole et le réflexe de s’agripper de tous nos muscles à la branche. Eh oui Darwin avait raison, l'homme descend du singe et le singe descend de sa branche.

* hypnique du grec hypnos sommeil 

* hypnagogique du grec hypnos sommeil et du verbe  ἄγω, ago conduire, mener : « qui amène au sommeil ».

* Myoclonie - grec toujours, myo muscle, klonos agitation.

13:42 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (1)

22/11/2019

Vocabulaire

14591650_1296894910329938_7994889456434112794_n.jpg?_nc_cat=102&_nc_oc=AQkFY1aciow08DbaerEVgp5bUsSgV1msXW0HlJc0aGMJiEjTvWTx9rIhglgiQeavWNg&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&oh=8ab15580894b0cac36966d8c6f965d5e&oe=5E42F01BIl semblerait que les suisses romands nous ont piqué le vocabulaire de nos établissements scolaires centres pédagogiques avancés en sciences de l'éducation (learning centers). Ce vocabulaire savamment élaboré au fil des années par nos bureaucrates :

La vidéo de Manuela qui retourne à l'école :

23/10/2019

La tentation de Venise

Je suis abonné au site expressio.fr qui m’envoie chaque semaine les 7 expressions de la semaine car ces courageux publient tous les jours. Je me flatte de connaître très souvent les 5 expressions.

expressio.png

Les rares fois où une expression m’échappe, je vais vérifier sur le site la signification car pour chaque expression on trouve une bonne explication, souvent son histoire, les sens cachés, de bons exemples et des expressions équivalentes dans différentes langues »

Cette semaine, je trouve « La tentation de Venise ». Zut alors, c’est quoi ? Je vais sur le site…

Explication : 

Quiconque n'est pas trop pantouflard aura forcément, un jour ou l'autre, été tenté par le voyage à Venise. Contrairement à Naples, une fois qu'on a vu cette ville, on ne meurt pas, mais, la plupart du temps, on en repart avec la ferme intention de revenir un jour ou l'autre dans ce lieu à l'atmosphère très particulière. Ce n’est pas Aredius qui va me contredire, il a écrit 40 notes sur Venise.

Cette expression très récente, souvent utilisée pour des politiques, surtout depuis le début de ce XXIe siècle, nous vient du titre d'un livre publié en 1993 (?) Elle s'applique aux personnes qui envisagent de passer de la lumière ou de la notoriété à l'ombre afin de s'y épanouir et de s'y consacrer temporairement ou définitivement à des activités moins contraignantes et stressantes que celles qu'imposent la vie publique. Par extension, elle indique un souhait de changement de vie, qui peut-être aussi bien professionnel que personnel.

Eh oui ! Mais qui peut bien être cet auteur à succès qui marquerait la langue avec une expression ?

s-l225.jpgC’est un certain Alain Juppé. Naguère maire de Bordeaux, jadis ministre, premier ministre etc... et aujourd’hui membre du conseil constitutionnel. Un CV long comme le bras. Des activités en pagaille. Une grande notoriété et bien sûr souvent l'envie de se tirer de ces guêpiers. Il l'a fait, un peu forcé, en partant enseigner au Québec.

Notez qu'il eut pu être président à la place de Macron si les électeurs de l’UMP ne s’étaient pas montrés aussi stupides et leurs chefs aussi pusillanimes face au #PenelopeGate.

* En anglais  - Itchy feet - (avoir) les pieds qui démangent

La tentation de Venise par Michel Jonas

19:00 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (1)

06/10/2019

Trop de cairns

Un cairn est un tas de caillou qui sert de repère en montagne. Ajouter des cailloux au tas est l’affaire des bons marcheurs qui doivent s'occuper en attendant les fainéants du groupe qui traînent toujours la patte ou qui font des photos artistiques en photographiant... des cairns.

medium_inukshuk.jpgIl y a plus de 12 ans, je faisais une note sur les inuksuit qui sont des cairns inouïts. Les inuksuit facilitent la chasse traditionnelle au caribou. Épouvantails de pierre pour attirer les caribous dans un cul de sac. L'inukshuk (singulier classique en langue inuktitut) est un des thèmes de l'art inuit, entre l'abstrait et le figuratif.

Les inuksuit pouvaient aussi servir de point de repère ou de cairn identifiant la position d'une cache pour la nourriture…

6 ans plus tard, je découvris que le cairn pouvait s’appeler une Monjoie.

Et aujourd’hui je découvre un article qui critique la prolifération de cairns. Qui est-ce que ça gène me dis-je ? Encore des journalistes en mal de copie.

Trop de cairns à St Denis d'Oléron! (Photo d'illustration)

Effectivement, cette prolifération peut être idiote. Empiler des cailloux n’est pas toujours une bonne idée quand cela devient une mode sur les plages et que les vacanciers multiplient ce qu’ils considèrent comme leurs œuvres d’art. Et bien sûr les réseaux sociaux s’en mêlent et amplifient le phénomène. Sur Instagram, les pierres s'amoncèlent paraît-il. Et puis en montagne, dans le brouillard, quel cairn faut-il suivre ?     

Étymol. et Hist. 1. 1797 carn « construction préhistorique, peut-être à usage funéraire » 1833 cairn (Michelet, Hist. de France, 1, 200 [1879] ds Quem.); 2. p. ext. 1860 « abri de pierre construit par les explorateurs polaires » Terme écossais, attesté au sens 1 sous la forme carne depuis le xvies. Devenu cairne, cairn en écossais, issu du gaélique carn « tas de pierre », auquel correspondent l'ancien irlandais, le kymr. et le breton carn, qui sont peut-être à rattacher à la racine i.-e. kar- « dur », v. caillou.

11:07 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (1)

31/07/2019

Les limaces

Jean Jaurès a été assassiné il y a 105 ans et il nous manque toujours. C'était un fameux tribun, le fondateur du journal l'Humanité. Il était capable de gestes un peu fous comme cette provocation en duel de Paul Déroulède en 1904.

Déroulède, poète et homme politique nationaliste et revanchard de la guerre de 70, s'était déjà battu au pistolet en 1892 avec Clémenceau . Il récidive en 1904 à l'initiative de Jaurès. Pourquoi Jaurès, homme solide et raisonné, provoque-il Déroulède ? C'est ce qu'il explique à son ami Jules Renard qui ne comprend pas bien ce geste :

« Depuis quelque temps, je les sens tous, là, prêts à m’insulter dans ma femme ou dans ma fille. Je reçois des lettres d’ordures. Je sens grimper les limaces. Je me sens couvrir de crachats. Je veux arrêter cela par un geste ridicule, mais nécessaire.

limace.jpg

L'image des limaces qui nous grimpent dessus me plait. Ces gastéropodes sans coquilles, flasques et gélatineux, qui sécrètent un mucus gluant nous répugnent. Les limaces se déplacent très peu dans une journée, plus souvent la nuit, et seulement de quelques mètres. Ce glouton peut dévorer jusqu’à 50 % de son poids par jour. Les limaces ne sont pas seulement répugnantes ce sont de terribles ravageurs pour les cultures.

Elle symbolisent bien la montée actuelle de ces animosités que l'on lit et qu'on ressent sur les réseaux sociaux. Les menaces sournoises et anonymes, le racisme, l'homophobie, la xénophobie, le nationalisme... bref la haine sous toutes ses formes. Pour les causes et détails du duel c'est ici.

11:57 Publié dans Blog, Mots | Lien permanent | Commentaires (0)