Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2017

Trollesse

51%2B4aJtGBwL.jpgAprès avoir lu le livre de Sylvie Weil, je me suis demandé d’où sortait ce terme de trollesse, surnom que lui avait donné sa mère Selma (la grand-mère de Sylvie donc). Le terme a fait florès pour désigner sainte Simone puisque il existe un livre écrit par Alice Nicolle qui porte ce titre. Je ne l’ai pas commandé. Quand j’ai lu le résumé (voir fin de la note) et vu la photo de couverture, j’ai eu un peu peur.  

Il faut noter que Alain, son prof de philo l’appelait « la martienne » et le directeur de l’école « la vierge rouge », c’est dire si elle était bizarre et sans doute pas vraiment rigolote, Camus disait que « La seule chose dont fut incapable son intelligence fut la frivolité. »

La trollesse est toujours populaire puisque même notre président la cite en juillet de cette année dans un discours devant le congrès bien que sa référence soit des plus hasardeuses et pas vraiment fondée. 

Le mot troll est revenu à la mode avec Internet pour désigner un perturbateur qui cherche à tout prix la polémique. Le verbe troller désigne l’action de foutre le souk dans un débat sur les réseaux sociaux. Ce n’est évidemment pas dans ce sens que l’employait Selma Weil.

Trolls.GIFSelma faisait référence à la mythologie nordique où le troll incarne les forces naturelles et la magie qui va avec. Un être passablement bizarre. Souvent peu amical et dangereux pour l'homme, il règne sur les milieux hostiles, mers, montagnes, forêts.

Le mot est féminisée comme duchesse, princesse, doctoresse, professoresse , prêtresse, popesse avec une plus ou moins grande connotation dépréciative comme dans diablesse, drôlesse, bougresse.

Résumé de la Trolesse Née dans une famille juive, élevée dans l'agnosticisme, Simone Weil a 29 ans, en 1938, quand une expérience mystique, dans un moment de souffrance intense, lui révèle l'amour du Christ. En 1940, elle lit la Bhagavad-Gîtâ et sent en lisant ces paroles merveilleuses et d'un son tellement chrétien que nous devons à la vérité religieuse bien autre chose que l'adhésion accordée à un beau poème. A partir de l'été 1941, le Christ vient en elle en personne... à travers la récitation du Notre Père en Grec, qu'elle dit chaque jour désormais avec une attention absolue. Quand on regarde sa vie, on peut se demander d'où lui vient cette énergie, cette générosité, ce courage indomptable qui la fait défier la mort... alors même qu'elle aime passionnément la vie ? Par quelle force est-elle mue ? Le témoignage que donne Simone Weil nous ouvre sur une autre réalité...

07:10 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (1)

02/01/2017

Expressions

Si, comme moi, vous aimez les expressions allez faire un tour sur expressio.fr

remede-gueule-de-bois.jpgVous apprendrez, par exemple, comment on dit "avoir la gueule de bois" dans pas mal de pays. Parfois on trouve plusieurs expressions, 2 au pays de Galles. Avoir un matou en Allemagne. Plusieurs en Espagne. Au Quebec on a un mal de bloc ou on se relève d'une brosse (une cuite). 2 expressions pour le Portugal ou la Roumanie et...

Six pour les Pays-Bas, les hollandais seraient-ils plus alcoolos que les bretons ?

Pour continuer de faire mon cuistre en 2017, j'ajouterai « xylostomiase » et même « xylostomie » Xylo désigne le bois en grec et stomia, la bouche. Et encore « veisalgie » qui vient du norvégien kveis, signifiant « inconfort succédant à la débauche », et du grec algia « douleur »

_____________________

Et pour faire bon poids avec ce Noël sans neige, quelques mots de neige empruntés à l'inuktituk, la langue des eskimos et à Courrier International, numéro spécial "les mots des autres":

- Ugurugüzak De la glace grasse (premier état)

- Migalik De la glace comme du pancake

- Eyechektakok Une fissure dans la glace qui s'ouvre et se referme

- Piqaluyik De la glace d'eau de mer de plus d'un an et récemment transformée

- Maullik La neige fondue

-.Aqilokok La neige qui tombe doucement

- Salogok La neige fraîche et déjà noire (sale)

- Pienartoq La neige idéale pour la luge

- Matsaaruti La neige mouillée qui glace bien le chemin pour les traîneaux

17:47 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (3)

14/11/2016

Syzygy

Sol glissant, automobiliste en 4*4, escaliers, novembre continue avec son lot de chûtes. Un bonne nouvelle pourtant : Ce soir la lune semble 14,23% plus grosse que d'hab. Cela s'appelle le périgée syzygy (syzygie en français mais c'est moins impressionnant). Info transmise par Pascal.

C'est un périgée de la lune, ce qui arrive une fois par mois... mais avec soleil-terre-lune alignées, cela n'arrive que deux fois par siècle environ.400px-Rythme_anomalistique.svg.png

Le dernier sygyzy c'était en 1948.  Ce soir, ici, pas de peau, il fait nuageux. Il faudra donc attendre 2034 pour en profiter.

* Périgée (plus près) et apogée (plus loin) sont masculins comme lycée, pygmée, scarabée, musée, mausolée, trophée... et même gynécée ce qui ne manque pas de sexe sel vu qu'un gynécée était un logement réservé aux femmes.

* Syzygie vient du grec suzugos qui veut dire "attelés ensemble". Un vocabulaire de palefreniers grecs. On peut aussi traduire par accouplé et même par ménage à trois.

21:53 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (3)

30/04/2016

Agiotoponyme

ouvrage_188.jpgJ’utilise encore, à l’occasion, le blog du Garde Mots pour vérifier... un mot. On y trouve une liste impressionnante et Alain en avait sans doute encore pas mal dans sa besace…

Il y a beaucoup de mots en « nyme » mais je n’ai pas trouvé agiotoponyme et pourtant j’habite un agiotoponyme. Ne riez pas, vous aussi peut-être. Il y en a beaucoup dans ce pays. Les stéphanois habitent un agiotoponyme, les malouins aussi, les briochins pareil et même les clodoaldiens ou les dominicains, les séquanodionysiens, les sanflorains, les germanopratins, les nazairiens, les audomarois, les déodatiens , les bragards… j’allais oublier les arédiens J

Un agiotoponyme* est donc un lieu qui dérive d’un saint ou d'une sainte. Donc tous les lieux qui commencent par saint ou sainte (et qui sont donc pénibles à rentrer dans un GPS) sont des agiotoponymes*.

Il n'y a aucune vertu à habiter un agiotoponyme. L'agionyme n'est pas un sanctuaire et les habitants n'y sont pas plus saints qu'ailleurs. Saint vient de sanctus, participe passé passif du verbe latin sancire qui donne donc saint mais aussi sanction. La liste monotone des saints du conclave que l'on retrouve dans "Habemus Papam".

* Du grec agios – saint – qui donne agiographie, une vie de saint au sens premier ou au sens figuré souvent ironique. Du grec topos – lieu – qui donne topologie et utopie, le lieu de nulle part. Enfin du grec onyma – nom - qui donne anonyme, acronyme, synonyme, homonyme et une palanqué de mots en onyme.

L’ensemble des noms de lieu, les toponymes, s’appelle la toponomastique, un chewing-gum dur à mâcher.

 

03/01/2016

Obsolète

homme-dans-une-poubelle.jpgDan, un copain qui commente parfois sur ce blog et qui vit au Zuès, me confie qu’après s’être fait traiter d’obsolète en informatique, ce qui pouvait être justifié avoue-t-il, s’est récemment fait traiter d’obsolète en rapport avec des propositions pour acquérir de nouvelles connaissances dans l’école de sa fille.

Qu’on le traite d’informaticien obsolète, passe encore mais de père obsolète ça ne passe pas. Il a raison.

201103_vidberg_obsolescence_programmee-83d88.jpg

Il a raison, il faut résister. Que les marchands de machines à laver ou de téléphones portables fassent de l’obsolescence programmée, passe encore mais que des jeunes profs se permettent de mettre un père respectable et conscient de ses responsabilités éducatives au rebut, ce n’est pas tolérable.

On sait bien qu'après 50 ans on est un "has been", mais si on laisse faire les jeunes, on va traiter les anciens de ringards, de passéistes voire de dépassés (du Migros data), de démodés, de désuets, de largués, de surannés, de vieillots, de périmés, de caducs, d’attardés ou même de vieux schnocks révolus et cacochymes, d’antédiluviens, de préhistoriques, d’homme de cro-magnon, de pithécanthrope, d’australopithèques… Que sais-je ?

Il y a paraît-il une solution avec Memomore, le médoc miracle dont il est prouvé qu’il :

  • Augmente la concentration à des niveaux vertigineux, jusqu'à 312,23%
  • Améliore la pensée créative
  • Booste les niveaux d'énergie
  • Améliore la capacité mémorielle
  • Augmente les scores de QI de 77,11%

image_063.jpgSi, si, il existe. Je ne mets pas le lien car j’aurai peur qu'on m'accuse si d'aventure vous en preniez et que vous vous retrouviez dans la position du gars qui voit régresser Algernon.

Comment, vous n’avez pas lu « Des fleurs pour Algernon » ? Vous êtes vraiment obsolète. Lisez-le, il n’est pas vieux, il date de 1966.

20:20 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (1)