Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2014

Les mauvaises gens

51YDZMQC23L._.jpgComme j’avais bien apprécier « Les ignorants » de Davaudeau qui racontait l’échange entre un vigneron et l’auteur (initiation croisée vin contre BD), Xavier et Inés m’ont offert un coffret de trois autres BDs d’Etienne Davaudeau. Je les gardais pour la bonne bouche. Je viens de terminer la première « Les mauvaises gens » qui raconte le parcours des parents de l’auteur.

Étienne Davodeau est issu d'une famille ouvrière des Mauges. Dans Les Mauvaises Gens, il retrace la jeunesse de ses parents : tous deux nés en 1942. Ils commencent à travailler dans l'industrie locale à 13 et 14 ans et deviennent membres de la JOC, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, et aussi syndicalistes CFTC puis CFDT.

C’est le monde d’après guerre. Une époque où il y avait du travail mais quels travaux ! Des patrons paternalistes à souhait, ERAM, local de l'étape, n’échappait pas à la norme. La guerre d'Algérie. Des bonnes sœurs pas rigolotes qu'on imaginent pas loin de celles de Philomena. (film de Stephen Frears sur nos écrans très bon et très émouvant, allez-y !). A l’exception de quelques vicaires, qui, à cette époque, s'engagent aux côté des ouvriers, le conservatisme des curés est très prégnant... les Mauges furent au cœur de la guerre de Vendée. 

C’est de la BD-récit, très littéraire... même si on dit qu'on n’aime pas la BD, c’est par là qu’il faut commencer. La bonne nouvelle pour moi, c’est qu’il y en a trois dans le coffret.

Davaudeau est aussi l'auteur de Lulu femme nue, qui a inspiré un autre bon film éponyme du moment à Solveig Anspach.

04/03/2013

Adieu Alain

J'ai un Garde-mots comme d'autres ont un garde-manger

AH.jpg

J’apprends sur Facebook une bien triste nouvelle. Le Garde-Mots, alias Alain Horvilleur, n’est plus. Son fils Jean-Louis écrit : « Nous non plus ne parvenons pas réaliser que mon père, Alain Horvilleur, nous a quittés. Et pourtant... C'était jeudi dernier après 281 jours d'une lutte exemplaire, qui nous a laissé jusqu'au dernier matin l'espoir de le voir revenir, fragile mais bien là. La vie n'est pas juste. »

Pour les mots et le fromage c'est bien mieux qu'un réfrigérateur 

Je suis bien mal placé pour écrire sa nécrologie. Je le connaissais fort peu. Nous nous sommes connus via nos blogs respectifs et j’avais eu la riche idée de vouloir le rencontrer, in real life comme on dit, c’était fin 2006, je crois. Avec sa femme Josette et la mienne, nous avions passé une charmante soirée dans un restaurant de Lyon, non loin de son appartement. La conversation avait roulé autour des blogs bien sûr. Autour d’une étrange aventure blogesque titrées « Serendip ». Le Sérendip était un bateau virtuel qui sillonnait la toile et dont il était le capitaine. On avait aussi parlé de nos familles et encore de la mémoire de l’eau et de Jacques Benveniste qu’il avait bien connu. C’est d'ailleurs à Gilbert Montagnier qu’il a consacré un de ses derniers billets. 

Son blog était super bien organisé et centré autour des mots (il avait publié la DÉCLARATION UNIVERSELLE DU DROIT DES MOTS). On y trouvait la défense de la langue, des illustrations humoristiques d’YDEL (une soixantaine depuis 2006), qui était je crois un des ses amis et aussi des billets doux, de la poésie. Le cygne de Sully Prudhomme, une des dernières notes publié le 18 mai 2012 pour illustrer des photos d'un cygne égaré, Verlaine, Rimbaud mais aussi des poèmes d’Alain Horvilleur lui-même dont celui qui termine ce billet.

En 2009, 2010 et 2011, il avait publié des almanachs sur la base des billets de son blog. Son blog va rester suspendu dans le vide. On peut se demander si c’est une bonne chose, mais après tout les livres restent, alors pourquoi pas un blog. Et puis, on pourra toujours y consulter ce qu’il appelait des singumots, des mots rares comme Vexillologie, Anastylose ou Ochlocratie.

Ce qu’on ne pouvait pas savoir, si l’on ne connaissait que le blog du Garde-mots, c’est qu’Alain était une sommité de l’homéopathie qui avait publié pas mal de livres d’utilisation pratique. Ce n’est pas moi qui suis un mécréant de la chose (nul n’est parfait avait dit Josette) qui vais vous en parler mais je suis sûr que si quelque adepte passe par ici, il ou elle ne manquera pas d’en dire un mot.

Voilà, que dire de plus ? Je l'aimais bien. J'aurai aimé que l'on se retrouve dans un resto à St Julien comme promis. J’ai déjà parlé de lui ici quand j’avais encore l’espoir qu’il retrouverait la force d’approcher un clavier, qu’il pourrait me lire et que je pourrais voir son commentaire amusé. Je suis tout triste et larmoyant devant mon écran qui ne me parle plus avec des mots compréhensibles.

Avant le poème, un dernier bouquet pour Alain, c’était celui en forme de coeur qu’il avait mis sur son blog pendant les travaux. Saleté de travaux. Vacherie de coeur.

pendantlestravaux.jpg

Pas question d'être Dieu
Philosophe ou voleur

De jeter sa raison en pâture
Aux esprits

Tout juste d'être garçon d'étage
Pour maison ouverte

Une heure
En toute liberté

Un mois
Avec panache


Un an
Par procuration

Toute la vie
Sans retour


Coursier
 des traditions
Livreur de paysages

A la rigueur
Poète

Il suffit que le ciel
Entrouvre ses étoiles

21:32 Publié dans Ecriture, Mots | Lien permanent | Commentaires (8)

25/03/2011

Les combats d'une reine

En 2005, j'avais parlé ici de Grisélidis Réal. Grisélidis Réal était une courtisane qui connut son heure de gloire vers 1975, à Paris, à la tête d’un mouvement insurrectionnel de 500 prostituées. Elle est morte en 2005 à l’age de 75 ans. C’était une militante de la prostitution qui aimait les gens et conchiait les moralistes de tous poils en commençant par Calvin et le pape. En 2009, elle a été entérré au cimetière des rois, le Panthéon de Genéve, au milieu de célébrités et non loin de son ennemi Calvin.

Françoise Courvoisier a fait de la vie de Grisélidis une pièce de théatre intitulée "Les combats d'une reine. Il s'agit de trois de ses combats tirés des textes mêmes de Grisélidis dont la passe imaginaire.

texte copié d'ici. Le combat premier commence à 35 ans. Côté jardin, Grisélidis interprétée par Magali Pinglaut, encore verte et pas toujours convaincante, est enfermée dans une prison en Allemagne, elle écrit et dessine. Un halo de lumière délimite sa cellule. Côté cour, dans un halo identique, accoudée à un comptoir de bar, Françoise Courvoisier reprend le fil de la vie de cette femme fière au milieu des années 1970. Grisélidis Réal, à près de 50 ans, se bat pour le droit des travailleurs du sexe. Elle mène en 1975 la « révolution des prostituées ». Au centre, la grande Judith Magre se glisse dans la peau de Grisélidis, plus âgée. Soixante-quinze ans, humour intact malgré un cancer, une beauté diffuse, qui s’exprime dans ses poèmes et ses tableaux. Elle rit, boit, ironise surtout. Avec distance et retenue, dérision, Judith Magre (affiche) incarne une femme pleine de vie et pourtant au seuil de la mort. Prête encore à en découdre.

Voir ces trois femmes n’en jouer qu’une est émouvant. Et la scénographie très simple – quelques éléments suffisent à évoquer une époque et un lieu : prison, comptoir de bar dans les années 1970 et chambre chaleureuse au début des années 2000 – laisse la part belle à ces comédiennes de trois générations. La partition héritée de Grisélidis Réal est tissée de textes comme Suis-je encore vivante. Journal de prison, la Passe imaginaire et les Sphinx (de forme épistolaire) ou le Carnet noir, qui compile avec un professionnalisme quasi bénédictin les lubies de ses clients et autres détails du métier, mais aussi les pensées fugitives et quelques aphorismes caustiques.

La manière dont elle s'en prend à Sarko, ministre de l'intérieur de l'époque qui s'attaque aux prostitués est très drôle. Après le off d'Avignon, c'était à Genève au théatre de poche. Une pure merveille !

 

30/11/2010

Ortografe

Les demandes de réformes de l’orthographe pour adapter l’écrit et la prononciation datent de plusieurs siècles. Malgré la volonté farouche des révolutionnaires de 89, la cause a été perdue. Il était plus facile d’imposer le système métrique que de supprimer les doubles consonnes. Voici, selon le dictionnaire étymologique d’Alain Rey (qui, à l'article orthographe, se moque des conservatismes) les raisons des réacs de toutes époques pour garder le statu quo ante :

 

-         Il est important de garder l’étymologie (du latin ou du grec)*

-         L’écriture des bizarreries orthographique est plus esthétique

-         Les livres devront être réimprimés

-         La difficulté permet de distinguer l’élite (modernisé récemment en : c’est un effort formateur pour l’esprit.)

 

Une belle liste d’arguments médiocres. A noter que le fameux statu quo ante est une belle invention vu que l’orthographe n’est pas fixé depuis si longtemps et que les académiciens, gardiens du temple, ont bien dû s’adapter à la graphie imposée par les grands écrivains. En fait on nous encombre le cerveau de trucs sans intérêt. Montaigne le disait : Une tête bien faite plutôt que bien pleine.

 

* Stella devrait donner étoille.

** La seule orthographe a bien connaître est celle des adresses http//www.etc.etc..., encore que le plus souvent Google se débrouille avec des graphies très approximatives.

19:48 Publié dans Ecriture | Lien permanent | Commentaires (16)

11/04/2008

Yeux

Ca-vient.jpg

 

 

Après les lunettes à grille,

une histoire de jalousie

que je vous fais à l'oeil.

 

Mais c’est pas possible, il lui fait de l’œil ce con ! Et je ne comprends pas pourquoi elle lui roule de tels yeux de merlan frit.

C’est vrai que depuis le début de la soirée il n’a d’yeux que pour elle. Il ne faut pas avoir un œil de lynx ni même le compas dans l’autre oeil pour voir qu’il ne fait que la dévorer des yeux. Ça crève les yeux ! Quel culot ! Ce type n’a vraiment pas froid aux yeux.  Il lui fait ses yeux revolver, de ces yeux qui tuent. Ce mec commence vraiment par me sortir par les yeux.  

Pourtant, il devait bien se rendre compte qu’elle était enceinte jusqu’au yeux. Il a bien vu qu’on était ensemble et que j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux. De son côté, elle doit bien voir que c’est ce genre de mec qui jette de la poudre aux yeux et qui a les yeux plus grands que le ventre. C’est vrai que elle, malgré, ou à cause, de son gros ventre, est très belle. Ce soir, elle a mis ces fameuse boucles d’oreille qui m’ont coûté les yeux de la tête.

Je suis d’autant plus jaloux que j’ai dû partir deux mois pour mon travail et on connaît l’adage : « loin des yeux, loin du cœur. »  Elle n’a pas voulu venir avec moi dans les émirats, elle qui autrefois me suivait les yeux fermés.

05:10 Publié dans Ecriture | Lien permanent | Commentaires (3)