Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2017

Rather contre Trump

220px-Dan_Rather_Peabody.jpgDan Rather est un journaliste qui fut longtemps le pilier du journal télévisé de CBS Evening News, un super Poivre d’Arvor toujours très respecté aux US.

Comme moi, il est très inquiet de la tournure que prend le mandat de Trump. J’ai librement traduit un de ses articles sur Facebook.

Est-il excessif de dire que les américains n'ont jamais vu un président se vautrer si joyeusement dans le chaos et montrer tant de cruauté envers ses concitoyens ?

Suite à une analyse objective, beaucoup disent : " Non, on a jamais vu ça." Cela inclut certains qui ont voté pour Trump ; certains, mais certainement pas tous.

La question se pose de nouveau après la rhétorique et les actions de la présidence cette semaine sur les soins de santé. Après avoir été  battu grâce aux mécanismes de la démocratie au congrès, les mots et les actions de Trump semblent voués à faire souffrir des millions de personnes. Sa seule raison semble être de suivre son idée, tant pis pour le congrès et l'opinion publique.

Sa décision de rendre l'accord nucléaire iranien incertain se fonde sur un raisonnement discutable, pour le moins. Elle fait douter nos alliés de la stabilité et du rôle mondial de l'Amérique et a rendu notre planète un endroit moins sûr. Pendant ce temps, des millions d'américains à Porto Rico souffrent, et il les intimide en les menaçant de leur réduire l'aide.

J'ai vu d'anciens présidents recourir parfois à la rhétorique de la peur et de l'intimidation. Je les ai vus se retourner, tordre les bras et tourner le dos aux anciens amis. La politique est un jeu cruel et ceux qui sont au sommet du pouvoir font souvent des compromis douteux. Ce sont aussi des êtres humains, sujets aux mauvais instincts qui nous menacent tous.

Mais il y a de plus en plus de preuves que l’on a affaire à quelque chose de complètement différent, quelque chose de nouveau dans notre histoire. Il semble qu'il y ait peu de philosophie de gouvernement autre que de se faire mousser et d'effacer tout l'héritage de son prédécesseur. Dans le même temps, les rapports qui sortent de la maison blanche sur le dysfonctionnement de l’exécutif répondant aux caprices irascibles et instables du président devrait alarmer tout américain qui souhaite la cohésion et la compétence de notre gouvernement.

C'est un test pour notre démocratie, comme beaucoup l'ont dit. Mais comme pour tous les problèmes, je crois toujours fermement qu'il s'agit d'un que nous allons surmonter. Lors de mes récents voyages, j'ai rencontré tant d'hommes et de femmes, mes concitoyens, qui semblent déterminés à protéger les idéaux de notre nation. Je vois une presse indépendante et un appareil judiciaire pas intimidé. J'imagine que les leaders de l'enquête russe sont imperturbables.

Il faut de la détermination pour faire face au chaos. Il faut du courage pour protéger les autres contre la cruauté. Je crois que les américains sont à la hauteur de ces deux défis.

Alors que nous essayons de le faire, il vaut la peine de se rappeler qu'aucun président n'est plus fort que l'ensemble de la nation.

 

26/11/2016

Chocolat

Décidément ce mois de novembre est encore pire que les autres années. Trump est élu avec 2 millions de voix de moins qu'Hillary. Sauf miracle, un réac va gagner demain la primaire de la droite. Il faudra bosser plus pour gagner moins, saquer la sécurité sociale et engraisser les assureurs, faire des courbettes au tueur d’Alep… Bref on va être chocolat !

d0df39dbdc4cc59c4f1e7a9d2f43bbb4.jpg

Mais ceci n’est rien en comparaison du scandale Toblerone. Déjà que la barre Toblerone est américaine et non pas suisse comme on le croit !

 

Elle appartient à Mondelēz (notez le macron sur le e), la grande multinationale des sucreries.

Eh bien figurez-vous que Mondelēz International a décidé de changer la forme de la barre en Angleterre. Grand émoi dans le royaume. Le Brexit OK, Trump d'accord, mais on ne touche pas au Toblerone.

Voilà le changement :

le-toblerone-a-perdu-des-triangles-au-royaume-uni_4211806_1000x500.jpg?v=1

 

 

 

Pour novembre prochain préparez-vous à pire :

la-nouvelle-tablette-britannique-de-toblerone.jpg 

05/10/2016

Bu Shou

Bi%C3%A1ng.svgDieu créa le monde et monsieur Larousse le mit en ordre alphabétique. Pour classer les livres, l’américain Dewey (Melville Louis Kossuth de ses prénoms) inventa une numérotation habile. Depuis monsieur Google est passé par là et il a permis de tout jeter en vrac et normalement de tout retrouver même quand on est fâché avec l’orthographe.

 

N’empêche que l’ordre alphabétique reste bien pratique même si dans le GPS, il n’est pas toujours facile de savoir comment entrer une ville pour peu qu’il y ait des tirets ou des espaces dans son nom…

 

Taito_2_l.pngMais est-ce que vous vous êtes demandé comment font les chinois et autres japonais pour s’y retrouver dans un dico ? Eh bien ils utilisent des clés. Il y en a 214 nommés "Bu Shou", des radicaux  qui servent à former tous les caractères. On compte le nombre de caractère de la clé puis le nombre de caractères du sinogramme et avec de la chance… Lisez l’article sur la composition d’un sinogramme et arrétez-vous sur taito, comme un dragon volant our sur le très beau caractère des nouilles biàng.

 

Il existe une autre manière de s’y retrouver, c’est le pinyin. Une romanisation des caractères chinois. Ecrire le chinois avec l'alphabet latin. Et comme le chinois a 5 tons, en pinyin on utilise 4 accents sur les voyelles ou sur les consonnes.

 

1.    ¯ : Ton haut (macron)

2.      ˊ : Ton montant (accent aigu) ;

3.      ˇ : Ton descendant légèrement puis remontant (hatchek ou caron) ;

4.      ˋ : Ton descendant et bref (accent grave).

18/06/2016

Actualité

« L’homme descend du songe » a écrit Antoine Blondin. Face à l’inconsistance du monde et à la souffrance qui en résulte il existe, selon moi, deux manières de se soigner qui sont apparemment antinomiques : La pleine conscience et la fiction.

pleine%20conscience.jpg.pngLa pleine conscience est inspirée du bouddhisme et consiste à vivre à fond l’instant présent en chassant toutes ces pensées parasites qui nous éloignent de l’instant présent. Il faut donc se concentrer sur ce que l’on est en train de faire, sur sa respiration par exemple car la respiration est un minimum que l’on ne peut pas arrêter très longtemps sans risque sévère.

Attention ne pas confondre l'instant présent et l'actualité. Voir plus loin.

S%C3%A9lim-Niederhoffer-f%C3%AAte-de-la-musique-alcool.jpgLa fiction au contraire consiste à imaginer des mondes différents, donc à laisser la place aux songes. On en oublie pas de respirer mais on peut oublier qu’on respire ou aussi que l’on a mal quelque part. On peut en imaginer soi-même ou profiter des poètes, des écrivains, des cinéastes...

Ces deux approches ne sont pas forcément incompatibles.

Mais qu'en est-t-il de l’actualité telle que la délivre les journaux ou pire, les télés telles BFMtv, iTélé voire les réseaux sociaux… L’actualité n’a rien à voir avec l’instant présent c’est juste l’écume des choses, le dernier vice qui reste à l’homme moderne confronté au vide de son existence. D'ailleurs, l'actualité existe-t-elle ? Vialatte se posait la question :

L’actualité existe-t-elle ? Elle est du jour et elle meurt à peine née. Sa nature est d’être éphémère. Son caractère est de passer vite. Son essence est d’être inactuelle dans la minute même qui la suit. Rien de plus arbitraire également : elle est composée de faits triés par les journaux. Sans eux elle n’existerait pas. Et les journaux ne peuvent rendre compte, pour cent raisons, que d’une partie infinitésimale de tout ce qui arrive : ils ont laissé passer (quel oubli !) la ...naissance de Napoléon.

maxresdefault_39.jpg

L’actualité la plus répandue est celle dont ils parlent le moins : le solstice, la neige, la Saint-Sylvestre, les saisons, la première fleur, la dernière feuille. Où est le journal qui parle de l’aube ? L’aube, suprême curiosité de l’homme. Car, cela ils l’ont compris (la Bible aussi, relisez la Genèse, relisez l’histoire du pommier), l’homme vit surtout de curiosité. C’est le dernier vice qui lui reste. Toutes ses curiosités sont blasées, il garde celles de son décor. Il a vu le jour. Il ne cesse de vouloir le revoir. Au bout du compte l’homme de la grande actualité, ce n’est peut-être pas le journaliste, mais le poète. Son actualité ne se fane pas.

(...)On voit par là que l'actualité est faite du songe des hommes. Ils durent peu  mais le songe leur survit. Leurs songes les enterre un par un. L'actualité se compose de morts plus que de vivants. (...)

(Chronique des longues actualités – La Montagne – 11 décembre 1962)

  

15/06/2016

CRISPR

C19D3117DA8D320EA90BB89769221C5E_full.jpgLe poisson-zèbre est un drôle de zèbre. Il peut perdre une nageoire et elle se régénère. Mieux il perd ses yeux ou son cœur et ils renaissent tel le foie de Prométhée bouffé par l’aigle du Caucase.

Il est donc devenu le premier objet de manipulation par le CRISPR.

CRISPR est un acronyme en anglais dont le P veut dire palindrome, le truc oulipien cher à mon ami Georges Perec. J'en parlais ici il y a dix ans déjà. Ici, il s'agit des fameuses bases azotés de l'ADN T-A-G-C qui peuvent de lire dans les deux sens disons C-G-A-T. 

Le CRISPR n’est pas une céréale qui croustille mais le fin du fin de la manipulation génétique. C’est le dernier feu prométhéen qui devrait nous amener selon toute vraisemblance assez rapidement à la punition divine.

Le CRISPR a été mis au point par deux labos dirigés par deux chercheuses prénommées Jennifer et Emmanuelle. C’est un outil relativement peu coûteux et modulable qui permet de couper l’ADN pratiquement où on veut, directement dans une cellule vivante. Ça n’a peut-être l’air de rien dit comme ça, mais si vous étiez généticien, ça vous ferait à peu près le même effet que si Indiana Jones sortait tranquillement du temple et vous tendait le graal en disant « tiens, c’est cadeau ! ».

Pour en savoir plus sur ce couteau suisse de la génétique, lire cette excellente note. Je lui ai piqué la métaphore sur le Graal. 

Grace au CRISPR, en février 2014, les chinois ont « fabriqué » des singes macaques humanisés. C'est-à-dire que ces singes ont en eux quelque chose de Tennessee, des bouts de gène humains. Des néo-singes de laboratoire.

Pas en reste les Américains ont sauté sur le CRISPR. Le groupe d’ingénierie du génome du Massachusetts General Hospital (Boston), regroupait 700 personnes fin 2012, début mars 2014, il en comptait 1900 – principalement grâce à la technique CRISPR.

Le domaine d’application est immense : Les plantes, la nourriture industrielle… jusqu’à l’homme nouveau, le transhumanisme. Le débat sur les OGMs version Monsanto risque de devenir obsolète dans les années qui viennent.

Est-ce que la réflexion éthique va pouvoir suivre tous ces docteurs Folamour ? On peut en douter.

Pour ceux qui ont le temps ce texte visionnaire de Jean Rostand, le fils d'Edmond et l'homme aux grenouilles, publié en 1942 que j'ai trouvé au hasard de mes pérégrinations webistiques : 

« Il n’est pas impossible que la biologie de l’avenir sache faire profiter notre espèce d’un petit supplément de matière chromosomique. Et l’on pourrait même se demander à cet égard – pour offensante qu’une telle idée doive paraître à notre orgueil – si nous n’aurions pas intérêt à annexer à notre patrimoine héréditaire quelques gènes provenant de telle ou telle espèce animale. Cette annexion pourrait se faire par l’hybridation, elle exigerait l’introduction directe des gènes étrangers dans un ovule de culture. Enfin sera-t-il permis d’imaginer que l’introduction de ces gènes animaux aurait pour conséquence de rompre l’équilibre génétique de notre espèce, et de faire ainsi repartir son évolution vers on ne sait quelles destinées ? Ce serait alors bien d’autres possibilités qui s’ouvriraient à la science.