Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2019

Effervescence J3

Trois films aujourd’hui :  

1783992.jpgWardi : Sortie 27 février 2017

Beyrouth, Liban, aujourd’hui. Wardi, une jeune Palestinienne de onze ans, vit avec toute sa famille dans le camp de réfugiés où elle est née.

Sidi, son arrière-grand-père adoré, fut l’un des premiers à s’y installer après avoir été chassé de son village en 1948. Le jour où Sidi lui confie la clé de son ancienne maison en Galilée, Wardi craint qu’il ait perdu l’espoir d’y retourner un jour. Mais comment chaque membre de la famille peut-il aider à sa façon la petite fille à renouer avec cet espoir ?

Excellent l'idée de l'arrière grand-père qui transmet la clé à sa petite fille !

La route du cinéma : Tout est très beau, didactique sans être plombant et jamais manichéen et sans jugement. La simple observation de la vie quotidienne suffit à comprendre l'horreur de la situation.

0166171.jpgEl Reino : Sortie Avril 2019

Manuel López-Vidal est un homme politique influent dans sa région. Alors qu'il doit entrer à la direction nationale de son parti, il se retrouve impliqué dans une affaire de corruption qui menace un de ses amis les plus proches. Pris au piège, il plonge dans un engrenage infernal...

La route du cinéma : Antonio de la Torre (plus Dustin Hoffmann que jamais) est époustouflant.

 

 

3067566.jpgLa dernière vie de Simon. Sortie Prochainement

Benjamin Voisin, Martin Karmann, Camille Claris, Nicolas Wanczycki, Julie-Anne Roth, Albert Geffier, Simon Susset, Vicky Andren

Simon a 8 ans et est orphelin. Il ne rêve que d’une chose : trouver une famille.
Or Simon a un pouvoir secret : il est capable de prendre l’apparence de chaque personne qu’il a déjà touchée… Qui seriez-vous si vous pouviez vous transformer ?

Je ne suis pas fan de surnaturel mais j’ai été touché par ce film. Lire la critique enthousiaste sur La route du cinéma.

10/10/2019

Effervescence J2

Deux films aujourd’hui :

5183395.jpg

Dans un jardin qu’on dirait éternel.

Sortie février 2020

Japonais. Tatsushi Omori

Noriko et Michiko viennent de terminer leurs études. En attendant de savoir à quoi consacrer leur vie, elles sont poussées par leurs parents vers l’art ancestral de la cérémonie du thé. Dans une petite maison traditionnelle de Yokohama, Noriko, d’abord réticente, se laisse peu à peu guider par les gestes de Madame Takeda, son exigeante professeure. Elle découvre à travers ce rituel la saveur de l’instant présent, et prend conscience du temps précieux qui s’écoule au rythme des saisons... Michiko, quant à elle, a décidé suivre un tout autre chemin.

Apprendre la cérémonie du thé pendant 24 ans. C'est un peu long.

4326531.jpgLes envoûtés Sortie 11 décembre

De Pascal Bonitzer

Avec Sara GiraudeauNicolas DuvauchelleNicolas Maury 

Pour le “récit du mois”, Coline, pigiste pour un magazine féminin, est envoyée au fin fond des Pyrénées interviewer Simon, un artiste un peu sauvage qui aurait vu lui apparaître le fantôme de sa mère à l’instant de la mort de celle-ci... Interview qu’elle est d’autant plus curieuse de faire que sa voisine la belle Azar prétend, elle, avoir vu le fantôme de son père ! Simon, au cours de la nuit de leur rencontre, tente de séduire Coline, qui lui résiste mais tombe amoureuse…

Je n’ai pas été envoûté par cette histoire fantomatique. En fin de séance, Pascal Bonitzer et Sara Giraudeau ont commenté le film. Le vin de Macon avait fait quelques ravages. Sara que j'aime bien n’arrêtait pas de se marrer aux remarques banales de Bonitzer. Dommage.   

09/10/2019

Effervescence J1

Le festival Effervescence à Macon en est à sa 4ième édition. C’est un festival original ou la compétition a moins d’importance que le plaisir du cinéma allié au plaisir des sens. Un mélange de premiers films, d’avant-première et de films du patrimoine. Le tout sous la houlette de Gaël, le berger d’Annonay qui continue de nous épater par son érudition cinématographique et la qualité de ses présentations.

4 jours et 10 films. On avait réservé pour le film d’ouverture. On a eu droit à un excellent court métrage Next Floor de Denis Villeneuve. Une métaphore de notre monde de consommation, de gabegie ou une poignée de profiteurs s’en foutent jusque là (la vie parisienne, les bronzés). Puis le film :

1182640766.jpgLes éblouis. Sortie 20 novembre. Camille, 12 ans, passionnée de cirque, est l’aînée d’une famille nombreuse. Un jour, ses parents intègrent une communauté religieuse basée sur le partage et la solidarité dans laquelle ils s’investissent pleinement. La jeune fille doit accepter un mode de vie qui remet en question ses envies et ses propres tourments. Peu à peu, l’embrigadement devient sectaire. Camille va devoir se battre pour affirmer sa liberté et sauver ses frères et sœurs.  

Sur la route du cinéma : On est révolté, touché, horrifié, ému du sort de ces enfants. Camille est interprétée par une petite merveille qui porte son rôle et sa révolte de façon exceptionnelle. Les autres enfants sont également très bien, notamment les petits frères très éprouvés eux aussi. Les parents, détestables sont interprétés courageusement par Camille Cottin et Eric Caravaca, plus illuminés qu'éblouis. Quant à Jean-Pierre Darroussin il est ce berger horripilant et séduisant.

16/02/2019

Annonay 2019 - 4

Un seul film possible le samedi. On a vu les autres. Par chance il fait un temps splendide. On se croirait en Juin. On part donc se promener avec Pascale du côté de Burdignes. Splendide vue sur les monts du Pilat et les Alpes. Mi-février à presque 1000 mètres d'altitude et il fait 20 degrés, à la fois plaisant et un peu inquiétant.

807322840.jpgVoyage autour de la chambre d'une mère Espagne

L’heure est venue de s’en aller de la maison, mais Leonor est incapable de laisser sa mère seule. Estrella, la mère, ne veut pas qu’elle parte, mais n’ose pas non plus la retenir à ses côtés. Cet hiver, elles vont toutes les deux devoir entreprendre un voyage autour de leur chambre, pour cesser de n’être qu’une mère et une fille, mais pour découvrir qui elles sont, une fois séparées.

Le film raconte avec beaucoup de justesse les rapports d'une mère et de sa fille qui vivent une relation fusionnelle difficile à rompre. On craint toujours le pire mais non, la séparation se déroule sans vrai drame, juste la difficulté de la vivre.

Le petit débriefing hors du théâtre après la séance me laisse à penser que beaucoup de femmes vont aimer ce film qui va leur rappeler leur relation avec leur mère forte en émotions. 

Je n'aime pas le titre. R&N : Oui 

Le dimanche matin, traditionnelle rencontre avec les réalisateurs, acteurs, directeurs de la photos venus défendre leur film. Toujours passionnant et frustrant de ne pas pouvoir participer aux trois tables rondes. On s'installe avec le réalisateur philippin qui parle de Respeto, des Philippines de Dutertre et du Hip-hop avec beaucoup de verve. Ensuite on passe à la table des deux réalisateurs belges avec la charmante Sofia Lesaffre. Il nous reste un film :   

2897210059.pngManta Ray Thaïlande

Dans un village en bord de mer, un jeune pêcheur trouve un homme blessé inconscient dans la forêt. Il sauve l’étranger, qui ne parle pas un mot, et le nomme Thongchai. Les deux hommes commencent à vivre ensemble et à développer une relation complice.
Un jour, le pêcheur sort de nuit sur son bateau de pêche pour ne jamais revenir, laissant Thongchai seul dans sa maison. Peu à peu, Thongchai commence à faire sienne la vie de son ami – prenant pour lui sa maison, son travail et son ancienne épouse.

On suit avec plaisir la première partie de ce film qui raconte lentement sans parole l'histoire de ces deux hommes. Pas mal d'images oniriques mais on suit sans bien comprendre ces guirlandes de noël dans la forêt... Puis dans la deuxième partie on est largué. On ne comprend plus rien. Il faudrait sans doute se laisser porter par la images mais le film dure 1:45, c'est long... et celà finit par un vol de raies mantas, comme il se doit. En plus une inscription au départ : "Aux rohingyas" pose un vrai problème. En effet si Respeto pose le problème de la violence politique aux Philippines, en quoi ce film a vraiment à voir avec les rohingyas. Le réalisateur interrogé dit : "je cherchais un sujet, je suis monter à la frontière birmane..." Pas très convaincant.  

Le soir Pascale, comme chaque année nous envoie les textos du palmarès :

- Deux prix, public et lycéen, aux séraphins

- Le prix du jury au film algérien Jusqu'à la fin des temps

- Le grand prix à Manta Ray  

les deux prix aux séraphins me déçoivent comme cela m'arrive à peu près chaque année. Par contre le grand prix à Manta Ray avec les 3500 euros au distributeur français, me pose un vrai problème. Ce genre de film que Gaël Labanti qualifie de film "d'essence" par opposition à film "de sens" doit-il être dans la même catégorie que les huit autres ? Gaël a demandé au réalisateur Phuttiphong Aroonpheng, s'il s'inspirait de son compatriote Apichatpong Weerasethakul et aussi de David Lynch, il a répondu oui sans expliquer vraiment.

Ce film n'a-t-il pas sa place dans un musée d'art contemporain ? Donner le prix à ce genre de film dans un festival de cinéma n'est-ce pas se moquer du public qui met derrière le mot film autre chose que cette curiosité artistique ? Du coup j'ai cherché les avis des spectateurs sur la famause palme d'or 2010 "Oncle Boonmee (Celui Qui Se Souvient De Ses Vies Antérieures)" sur allocine, résultats : 31% mettent 0 ou 0.5 et 20% mettent 1 ou 1.5 et les critiques des spectateurs sont archi-sévères. Assez peu de films navets ont une note inférieure à 2.2 (1.5 pour mon curé chez les nudistes) et là ont parle d'une palme d'or. Voilà, moi je mets un zéro pointé au jury d'Annonay 2019. 

Mais je mets une très bonne note au festival, Gaël immense cinéphile, la sélection toujours de grande qualité, de bons films hors sélection, les bénévoles sur le pont et cette ambiance toujours très sympa sur la place des Cordeliers très printanière cette année. Et finalement je suis d'accord avec Pascale sur tous les films.

15/02/2019

Annonay 2019 - 3

Quatre films en compétition aujourd'hui. Un bonne journée.

1454407309.jpgRespeto 1er film en compétition - Philippines

Manille, de nos jours. Hendrix rêve de gloire dans le milieu du hip-hop mais crime et pauvreté le maintiennent dans un cercle vicieux jusqu’à ce qu’il rencontre Doc, un vieux poète toujours hanté par les lois martiales du passé.

On plonge d'entrée dans le coeur de Manille, la misère, la violence. Violence des battles de slam déclamé dans une enceinte sans gradins. On peine un peu à suivre le texte déclamé à toute vitesse. Deux personnages principaux, Hendrix, accompagné de ses deux amis et un vieil homme, poète. Le vieil homme raconte la torture sous Marcos mais bien sûr cela fait le lien avec l'actuel président Dutertre, un Hitler comique.

Il y a mille choses, mille détails dans ce film vivant, chaleureux, énergique. Il y a la  dont on sort rassuré de retrouver la lumière du soleil, mais triste et révolté de quitter des jeunes gens face à un avenir plus qu'incertain. Alors que les meurtres extrajudiciaires font rage sous le règne du président actuel des Philippines, Duterte, ce film nous rappelle l’importante dimension politique du hip-hop.

R&N : Oui

Comme Pascale, c'est mon film favori dans la sélection.

731279168.jpgJusqu'à la fin des temps Film algérien

Ali, fossoyeur septuagénaire et gardien du cimetière de Sidi Boulekbour, et Djoher, veuve septuagénaire également qui visite pour la première fois ce cimetière pour se recueillir sur la tombe de sa sœur.

Un peu curieux l'idée de faire un film dans un cimetière mais on s'attache très vite aux personnages de ce monde un peu fermé. L'imam, Ali le fossoyeur, l'assistant qui veut monter une sorte d'agence de pompes funèbres (qui n'existe pas en Algérie, dixit la réalisatrice) et aussi Djoher, femme antipathique au départ qui va s'adoucir au fur et à mesure que s'affirme la relation avec Ali.  R&N : Oui

2107853178.jpgBitter Flowers  Belgique

Lina, une jeune femme ambitieuse, laisse son mari et son fils en Chine pour partir à Paris afin de leur assurer un avenir meilleur. Mais une fois en Europe rien ne se passe comme prévu et elle s’enferme dans un monde de mensonges pour ne pas abandonner son rêve.

Le réalisateur, ancien documentariste, qui parle chinois nous a expliqué le genèse du film par sa rencontre à Paris de ses femmes du nord de la chine (Dongbei) venues dans l'eldorado européen et qui vont n'avoir d'autre choix que de se prostituer. Elles envoient de grosses sommes d'argent à leurs familles. Mais à quel prix ! Le tour de force est de ne jamais tomber dans le misérabilisme. Malgré l'ignominie de ce qu'elles vivent, elles restent dignes et combatives. Passent des appels vers chez elles et sourient, mentent, cachent la honte de leurs désillusions. Un beau film. R&N : Oui

139389012.jpgPour vivre heureux Deuxième film belge

Amel et Mashir, deux jeunes bruxellois, s’aiment en secret. Ni leurs parents, ni leurs amis ne se doutent de leur relation et encore moins de leur projet de passer l’été ensemble à Londres. Le jour où la famille de Mashir décide de le marier à sa cousine Noor, qui est aussi l’amie d’Amel, c’est tout leur monde qui s’écroule. Comment pourront-ils sauver leur amour sans faire souffrir tous ceux qui les entourent ?

Un sujet que l'on a déjà vu mais très bien traité. Des acteurs non professionnels à part Amel, jouée par la très belle Sofia Lesaffre présente à Annonay avec un des deux réalisateurs. L'idée des filles qui sont amies et fréquente le même lycée rend le film plus passionnant. R&N : Oui