Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2017

Beaune J3 et 4

Troisième jour. Encore trois films et dimanche le prix du sang neuf (premier film)

Encore un bon cru pour ce festival avec des films de qualité. Dommage que la violence et le sang limite la possibilité de les passer au Rouge et Noir. 

(Pour m'éviter du boulot je mets des liens sur l’excellent blog de Pascale Sur la route du cinéma. Si je n’ai pas mis de commentaire c’est que je suis plutôt d’accord avec elle.)

The lime House Golem de Juan Carlos Medina

Londres, 1880. Une série de meurtres secouent le quartier malfamé de Limehouse. Selon la rumeur, ces crimes ne peuvent avoir été perpétrés que par le Golem, une créature des légendes hébraïques d’Europe centrale. Scotland Yard envoie Kildare, l’un de ses meilleurs détectives, pour tenter de résoudre l’affaire. Un conte gothique, d’après le best-seller de Peter Ackroyd. On y voit le personnage de Leno qui était un vrai humoriste de l'époque victorienne et que Dickens félicita quand Leno était encore jeune. Atmosphère à la Dickens justement, un Londres sombre et sinistre.

Cold Hell de Stefan Ruzowitsky Allemagne - Autriche

Özge, une jeune femme d’origine turque, est chauffeur de taxi le jour ; le soir, elle suit des cours et pratique la boxe thaïe. Elle n’est guère bavarde et s’entraîne sans relâche. Un jour, elle est témoin d’un meurtre sauvage.

Mean Dreams de Nathan Morlando (compétition Sang Neuf)

Quand Jonas, le fils d’un fermier local âgé de quinze ans, rencontre Casey, sa nouvelle voisine du même âge, il en tombe immédiatement amoureux. Au fil de leur idylle, Jonas découvre les dangers et la violence du milieu familial dans lequel vit Casey. Il prend alors l’initiative de s’enfuir avec elle, après avoir volé un sac rempli de billets provenant du trafic de drogue orchestré par le père de Casey, un flic local corrompu. S'en suit une poursuite à l'issu que l'on présume mortelle.

Le dimanche :

Que dios nos perdon de Rodrigo Sorogoyen

À Madrid, durant l’été 2011. La crise économique ébranle la société et provoque la naissance du mouvement social 15-M, celui des Indignés. De surcroît, des milliers de pèlerins débarquent dans la capitale espagnole pour y accueillir le Pape.

C’est dans ce contexte que les policiers Alfaro et Velarde ont pour mission d’arrêter de manière « discrète » un assassin présumé. Mais la pression exercée et la course contre la montre leur feront prendre conscience d’une terrible vérité : dans quelle mesure sont-ils si différents du criminel qu’ils poursuivent ?

14:58 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

31/03/2017

Beaune J2

Deuxième jour. Encore trois films.

(Pour m'éviter du boulot je mets des liens sur l’excellent blog de Pascale Sur la route du cinéma. Si je n’ai pas mis de commentaire c’est que je suis plutôt d’accord avec elle.)

Le Caire confidentiel (The Nile Hilton Incident) de Tariq Saleh

Avec Fares Fares (le département V) excellentissime.

Un peu avant les journées de la révolution place Tarir en 2011, on voit comment fonctionnait le népotisme et la corruption en Egypte sous Moubarak. Ce que la révolution voulait changer et que al-Sissi a remis au goût du jour sans laisser à personne le temps de respirer.

Il a obtenu le Grand Prix. Bravo pour le jury !

Strangled de Arpad Sopsits

Hongrie. Inspirée de faits réels, cette histoire dérangeante aux ramifications complexes a pour toile de fond l’univers non moins étouffant de la Hongrie sous l’ère communiste.

La colère d'un homme patient de Raul Arevalo - Espagne

Je suis un peu plus critique que Pascale. Le début est filmé caméra à l’épaule avec des cadrages pas terribles dans les trous de nez, assez fatigant. Ensuite ça va un peu mieux, on suit le héros qui fait toujours la gueule pour bien monter que 8 ans après c’est toujours pas passé. Musique un peu criarde.

Bref, j’ai trouvé ce film un peu faible et en dessous des films de la sélection et bien entendu il a obtenu deux prix, le prix spécial du jury et le prix de la Critique.

10:49 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

30/03/2017

Beaune J1

Arrivées à Beaune. On récupère notre carte d'accréditation. Trois films aujourd'hui.

(Pour m'éviter du boulot je mets des liens sur l’excellent blog de Pascale Sur la route du cinéma. Si je n’ai pas mis de commentaire c’est que je suis plutôt d’accord avec elle.)

Angle mort de Nabil Ben Yadir

Avec Jan DecleirPeter Van den BeginRuth Becquart

Un film que Pascale n'a pas pu voir. Angle Mort (Dode Hoek) relate l'histoire de Jan Verbeeck, un commissaire intransigeant de la brigade des stups à Anvers. Réputé comme 'Mr Tolérance Zéro', il est extrêmement populaire auprès de la population et des médias. Le pays est en émoi quand, juste avant les élections, il annonce sa démission pour rejoindre le parti d'extrême droite VPV. Lors de son dernier jour dans la police, une enquête le mène à Charleroi où une descente dans un labo clandestin déclenche une série d'événements imprévisibles et fatals.

Le début est passionnant. La deuxième partie est un peu plus confuse mais c'est un bon film bien monté. Le thème s'approche du récent "Chez nous" de Lucas Belvaux en moins manichéen je trouve.

Kiling Ground  de Damien Power Australie

Message from the king de Fabrice du Weltz

Je mets encore un petit + par rapport aux commentaires de Pascale.

10:29 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

03/11/2016

Visio GRAC

Fais de beaux rêves de Marc Bellocchio Italie - SN 28/12/16 - Ad Vitam - 2h10

Avec Valerio Mastandrea, Barbara Ronchi, Bérénice Bejo

Turin, 1969. Massimo, un jeune garçon de neuf ans, perd sa mère dans des circonstances mystérieuses.

Un très bon  film émouvant sans trop de pathos. Bien fait. Pour la semaine italienne minimum.

Diamond Island de Davy Chou - France - SN 28/12/16 - 1h43 –

Avec Sobon Noun, Cheanik Nov, Madeza Chhem

Diamond Island est une île sur les rives de Phnom Penh transformée par des promoteurs immobiliers pour en faire le symbole du Cambodge du futur, un paradis ultra-moderne pour les riches. Bora a 18 ans et, comme de nombreux jeunes originaires des campagnes, il quitte son village natal pour travailler sur ce vaste chantier.  

C’est quasiment un docufiction sur un grand chantier pour accueillir les touristes à Phnon Pennh.Une bande de jeunes qui y travaillent avec en toile de fond la famille cambodgienne. Un bon film avec quelques  longueurs.

Gorge Coeur Ventre de Maud Alpi Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma

Présentation de la bande-annonce du film par Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma

Les bêtes arrivent la nuit. Elles sentent. Elles résistent. Avant l’aube, un jeune homme les conduit à la mort.

Bande annonce. Pour militants de la cause animal. Images violentes.

Corniche Kennedy de Dominique Cabrera

France - SN 18/01/17 - 1h30   Avec Lola Creton, Aïssa Maïga, Moussa Maaskri

Marseille. Corniche Kennedy. Chaque jour, des jeunes plongent, au risque de leur vie. Le beau geste, le goût du risque, le plaisir de l’interdit. Suzanne, une jeune fille de bonne famille les observe, les envie, aimerait faire partie de la bande. Mais comment, quand tous les oppose ?

Un scénario pas trop bien construit, malgré tout le film est attachant, on ne s’ennuie pas. Un film qui pourrait plaire aux jeunes. (Lola Creton qui joue Suzanne est bien la fille de Michel)

Entre les frontières d’Avi Mograbi

Israël - SN 11/01/17 - Météore Films - Festival de Berlin 2016 // Festival Cinéma du Réel, Entre les frontières

Film déjà vu par certains. Longue séquence de répétition théâtrale jouée par des réfugiés Ennuyeux à souhait. Comment ce fait-il qu’il repasse au GRAC ?

Born To Be Blue de Robert Budreau

USA - Kinovista - SN 11/01/17 - 1h37

Avec Ethan Hawke, Carmen Ejogo, Callum Keith Rennie

L’histoire vraie, et tragique, du trompettiste de jazz Chet Baker, depuis son comeback dans les années 70 jusqu’à sa disparition brutale...

Excellent à tous point de vue. Construction, musique, jeu des acteurs… Un film à passer sans hésiter.

16:55 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

06/10/2016

GRAC

Le petit locataire.
 
J’ai aimé moyennement. Il y a des scènes assez drôles pourtant. Karin Viard en fait beaucoup comme d’hab. Je pense néanmoins que c’est un excellent candidat pour le R&N et qu'il devrait cartonner.
 
Sex Doll
 
J’ai bien aimé. Comme Charles, j’ai été séduit par l’actrice en pute de luxe et intrigué par ce petit mec qui garde son mystère jusqu’au bout. Sympa et agréable. Pour le R&N il me semble.
 
La fille de Brest
 
L’histoire d’Irène Frachon et du Médiator traité en 2 heures 20. On ne s’ennuie pas une seconde. Même si on connaît un peu l’histoire. Le rythme du film et des rebondissements pas trop appuyés font que l’on suit avec grand plaisir Babett Knudsen dans le personnage d’une Irène sans doute plus speed que la vraie mais bien attachante. Et puis, elle se débarrasse des habits de première ministre du Danemark. Un bon film pour le R&N.
 
Une vie
 
J’avoue que je me suis passablement emm… ennuyé. Difficile pour moi de prendre du plaisir à cette histoire du XIXième Cette fille unique née dans une famille bourgeoise très aisée et qui va finir ruinée car les ennuis lui tombe sans cesse sur la tête. C'est leeeent...Le film a sans doute des qualités artistiques mais je doute qu’il ait un gros public au R&N.

17:08 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)