Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2015

Beaune J2

beaune_fr.jpg

Grosse journée avec 5 films en commençant par le grand prix Victoria. Par chance il ne pleut pas. On a sorti les vélos, pour contourner la ville c'est pratique.

VICTORIA

5h42. Berlin. Sortie de boîte de nuit, Victoria rencontre Sonne et ses complices. Emportée par l’alcool, l’adrénaline, l’aventure et la fureur de vivre, elle décide de les suivre tout au long de la nuit, prête à dépasser ses limites pour partager avec eux l’expérience de la transgression…

Un  film allemand de 2 :20 tourné en un seul plan séquence à partir de 5:42 bien sûr. Tout le monde parlait de l’exploit technique, nous nous sommes plutôt ennuyés la moitié du temps. La caméra bouge beaucoup, forcément. Pour l’autre moitié, c’est assez passionnant et la performance d’actrice est exceptionnelle. 

Est-ce que le fait que Guernica soit peint sur une toile comme-ci ou comme-ça en un laps de temps de X vous importe vraiment ? Les monochromes ont permis à Alphonse Allais de rester dans l'histoire de la peinture. Sera-ce le cas pour ce film ?

Victoria-2yp0m26b3wvpxuikj1dg5m.jpg

CORRUPTION 2 – LE SANG DES BRAVES

Déterminé à faire tomber l’un des plus importants syndicats du crime du pays, Hannes, l’ambitieux chef du département des Affaires intérieures de la police de Reykjavik, décide d’ouvrir une enquête sur l’un de ses lieutenants qu’un ex-baron du crime, aujourd’hui derrière les barreaux, a dénoncé comme étant particulièrement corrompu.

Islandais – 1 :36 Encore un film avec des flics ripous et même la police dans son entier. Se laisse bien voir. Assez violent. Le synopsis ne semble pas vraiment correspondre. Il me semble bien avoir vu une autre histoire. Je n'arrive pas à la reconstituer correctement. Pas inoubliable donc.

LES ENQUÊTES DU DÉPARTEMENT V : MISÉRICORDE

Après une bavure qui coûte la vie à l’un de ses collègues et laisse son meilleur ami paralysé, l’inspecteur Carl Mørck a presque tout perdu. Mis sur la touche, privé du droit d’enquêter, il est chargé d’archiver les vieux dossiers du commissariat avec Assad, l’assistant d’origine syrienne qui lui est imposé.Mais très vite, les deux policiers désobéissent à leur supérieur et rouvrent une enquête jamais résolue : celle de la disparition mystérieuse d’une jeune politicienne prometteuse survenue cinq ans auparavant.C’est la naissance du Département V avec sa toute première enquête…

Premier de deux films danois réalisés par un des scénaristes de BORGEN et Millénium. Deux bons noirs plutôt violents. 1 :37. Superbe intrigue. J’ai bien aimé celui-ci un peu moins l'autre. 

JAMAIS DE LA VIE

Franck, 52 ans, est gardien de nuit dans un centre commercial de banlieue.Il y a dix ans, il était ouvrier spécialisé et délégué syndical, toujours sur le pont, toujours prêt au combat. Aujourd’hui, il est le spectateur résigné de sa vie, et il s’ennuie.

Film français de Pierre Jolivet avec un Olivier Gourmet excellent. Plus un film social que policier. On a bien aimé quand même.

Jamais-2yo5cql51pbhwn37nimb62.jpg

MARSHLAND Prix spécial police et prix de la critique

Dans l’Espagne post-franquiste des années 1980, deux flics que tout oppose sont envoyés dans une petite ville d’Andalousie pour enquêter sur l’assassinat sauvage de deux adolescentes pendant les fêtes locales.

Espagnol 1 :45 Un très bon film très esthétique qui montre la rivalité des deux flics que tout oppose, un franquiste et un très à gauche, un sobre l'autre pas... On l’a vu à 22 heures 30 après une journée trop chargée. On le reverrait bien dans de meilleures conditions.

islapavilia.com_.jpg

 

18:33 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) |

26/03/2015

Beaune J1

beaune_fr.jpg

Beaucoup de bons films noirs au festival de Beaune... mais la vie de festivaliers n’est pas si facile (même si ce festival est génial :-). Il y a six salles. File d’attentes sous la pluie. Avec les accréditations on a accès à deux salles avec priorité, venir une demi-heure avant quand même. Il y a les VIPs, les accréditations et le bas peuple. Quand les membres du jury s’attardent devant leur verres de Bourgogne les horaires sont décalés. 

Pour les autres salles venir encore plus tôt et risquer de se faire jeter à la fin d’une longue attente humide parce que trop de monde. Pour la soirée des prix, c’est sur invitations mais on a réussi à s’infiltrer dans la seconde salle où on avait la retransmission des festivités, maire, jurys… Morgnaffes de singe. A part ça, c'était super !

Arrivée à Beaune un peu en retard ce jeudi. On ne pourra voir que deux films aujourd'hui. 

CRUEL

"De nos jours, dans une grande ville française. Pierre Tardieu est travailleur intérimaire.Il vit dans une vieille maison avec son père, malade.Personne n’a conscience de son existence. Pierre tombe amoureux. Pierre est un tueur en série."

Premier Film dans la section Sang Neuf. Film Français 1 :48 Un bon film avec un acteur principal qui incarne très bien ce serial killer pas totalement antipathique. On ne s’ennuie pas.

Cruel-2youbuccoegnpkt1w4jdoq.jpg

UNE SECONDE CHANCE (prix du jury ex-aequo)

Chance-2yo5cptzfnwwd413w23eve.jpgPoliciers et amis, Andreas et Simon ont pourtant des vies bien différentes. Alors qu’Andreas vit une vie simple avec sa femme et son fils, Simon, qui vient de divorcer, passe la plus grande partie de son temps au bar du coin. Tout va changer quand ils vont devoir intervenir chez un couple de junkies en pleine dispute. Andreas trouve dans l’appartement le bébé du couple et se retrouve alors face à un dilemme…

Film danois 1 :45 Un très bon film. Les gens rencontrés ont, comme nous, beaucoup aimé. Le coup de cœur.

17:19 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (2) |

21/03/2015

Films

Quelques films vus récemment au Rouge et Noir.

On a revu les très beau Timbuktu d'Abderhamane Sissako.

timbuktu-abderrahmane-sissako-le-pacte.jpg

On a pas été emballé par le dernier opus de Clint Eastwood « American Snipper » qu’on a trouvé un peu trop éprouvant, trop guerrier et très… américain

Mitigé, quoique plus enthousiaste pour Birdman. J’ai quand même pensé que c’était mieux que Catherine ne soit pas venuE. Le rythme est effréné. Pas mal de scènes fantasmées. 

Emballés par un « vieux » Polansky de 2010, Gost Writer. Une petite merveille de construction. Traité en film policier dans le monde de la politique… A revoir en DVD tellement c’est bien.

Contents d'avoir vu « Imitation games » sur la vie d’Alan Turing. L’inventeur de l’ordinateur à la suite de Pascal et Charles Babbage. Il imagina la Machine de Turing universelle. Bien joué un peu trop 

On s'est ennuyé dans le film franco-norvégien 1001 grammes. Quelques belles scènes à sauver. Et puis toujours sensible à cette citation tirée d'Aragon, "Le temps d'apprendre à vivre, il est déjà trop tard".

Interprétation magique par Barbara :

18:50 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (7) |

28/02/2015

Titles

400_F_37711972_YBFbmWt3OVMXH48ktoJf8yzh1OMpaGZz.jpgIl est temps que vous vous mettiez à l'anglais.

 

Quelques titres  de films récemment sortis (depuis 2 mois) ...

...en FRANCE et non traduits

  • Red Army 
  • Hungry Hearts (que j'ai beaucoup aimé - à voir au Rouge et Noir en ce moment)
  • Big Eyes
  • American Sniper
  • Imitation Games
  • Taken3
  • Tracers
  • Snow Therapy
  • Hope
  • Foxcatcher
  • Whiplash
  • Wild
  • It Follows
  • Queen and Coutry
  • A most Violent Year
  • Into the Woods

A noter qu'il y a plus rigolo, ce sont les titres anglais traduits... en anglais. Les mêmes et d'autres ici. Et quelques titres de film traduits en québécois.

On ne pourra bientôt plus jouer au jeu qui consiste à trouver le titre original de: 

  • Le train sifflera trois fois
  • La prisonnière du désert
  • Du silence et des ombres
  • Macadam cowboy
  • Fenêtre sur cour
  • Tant qu’il y aura des hommes
  • La mélodie du bonheur
  • Sueurs froides
  • La chevauchée fantastique
  • Voyage au bout de l’enfer

11:32 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/02/2015

GRAC2

Visionnés au Grac :
 
L’astragale
 
Noir et blanc. A part le début boueux, j'ai bien aimé. Très belles images. Bons acteurs. 
 
Vivant
 
Je ne l'ai pas trouvé terrible. Au R&N ? A la rigueur pour un débat sur le VIH et/ou sur le parachutisme.
 
A trois on y va
 
J'ai trop pensé aux vaudevilles avec une fin bien prévisible. Pourquoi pas le passer si film sort "mainstream". Il est dans l'air du temps.
 
 
Bonté divine
 
Serbo-croate. Excellent début et bonne fin. Pas mal de choses marrantes comme la visite de l’évêque. Le catholico-bashing n'est pas pour me déplaire. Un peu trop de personnages et le sujet s'épuise à la longue. 

19:19 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/02/2015

Annonay Suite

Toujours un plaisir d'être à Annonay pour le festival. Cette année le mois de février tient ses promesses... il fait froid. On retrouve Gaël pour une programmation réussie. On retrouve Pascale qui a pris le risque de revenir sur les pas marchés au côté Hervé, sur les films vus avec Hervé et donc des souvenirs à la fois joyeux et difficiles. Ces retrouvailles nous valent des petits dèj fort sympathiques à parler cinéma et à filer la métaphore félines. 

arton695-a7b50.jpg

A girl at my door

Premier film coréen

Young-Nam, jeune commissaire de Séoul, est mutée d’office dans un village de Corée. Elle se retrouve confrontée au monde rural avec ses habitudes, ses préjugés et ses secrets. Elle croise une jeune fille, Dohee dont le comportement singulier et solitaire l’intrigue. Une nuit, celle-ci se réfugie chez elle…

Le premier film que l'on voit et qui restera le meilleur à nos yeux. Très belle histoire magnifiquement racontée. **** 

Bébé tigre Premier film France

Bébé Tigre, c’est Many, 17 ans. Il vit en France depuis deux ans et mène la vie d’un adolescent comme les autres, partageant son temps entre les cours, ses copains et sa petite amie. Mais les responsabilités que ses parents restés en Inde lui ont confiées vont l’obliger à se mettre en danger…

Encore de l'avis de Pascale. Trops de devinettes, trop de choses dans ce film.

Wiplash

Thème mensonge et manipulation

Andrew, dix-neuf ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres, celui que dirige Terence Fletcher, un professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, à la recherche de l’excellence et de la perfection, quel qu’en puisse être le prix.

Je regrette d'avoir vu la bande annonce quatre fois ce qui m'a mis de mauvaise humeur à cause de l'agressivité, de la compétition effrénée qu'elle dégage. Plus moyen d'être objectif sur la qualité du film qui traite justement de cet excès de compétition. 

Les Combattants Premier film France

Entre ses potes et l’entreprise familiale, l’été d’Arnaud s’annonce tranquille… Tranquille jusqu’à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. Il ne s’attend à rien ; elle se prépare au pire. Jusqu’où la suivre alors qu’elle ne lui a rien demandé ? C’est une histoire d’amour. Ou une histoire de survie. Ou les deux.

Un bon premier film, original et très frais. Voir les commentaires de Pascale qui me vont bien.

2430362364.JPGQuand je ne dors pas Premier film France

Paris, un soir d’hiver. Antoine, fauché, se met en tête d’aller voir la mer par le premier train du matin, gare Saint- Lazare. Il a bien un plan pour payer son billet mais ce n’est pas gagné. La nuit s’offre à lui, une nuit qui n’en finit plus...

Je suis un peu moins dithyrambique que Pascale sur ce film mais c'est vraiment un bon film. Je suis plutôt content qu'il ait été tourné avec peu de moyens. Quand j'ai fait remarqué à Hortense (photo) que c'était quand même curieux qu'Antoine ne s'occupe pas d'elle au lit, elle m'a répondu : "ça, c'est toute ma vie."

Un homme très recherché Thème mensonge et manipulation

Plus de dix ans après les attentats du 11 Septembre 2001, la ville de Hambourg a du mal à se remettre d’avoir abrité une importante cellule terroriste à l’origine des attaques contre le World Trade Center. Lorsqu’un immigré d’origine russo-tchétchène, ayant subi de terribles sévices, débarque dans la communauté musulmane de Hambourg pour récupérer la fortune mal acquise de son père, les services secrets allemands et américains sont en alerte. Une course contre la montre s’engage alors pour identifier cet homme très recherché : s’agit-il d’une victime ou d’un extrémiste aux intentions destructrices ?

Très bon film d’espionnage avec Philip Seymour Hoffman dans son dernier rôle. On suit assez facilement l'histoire ainsi que les relations entre les différentes équipes allemandes et les ricains.

Party Girl Premier film France

Angélique a soixante ans. Elle aime encore la fête, elle aime encore les hommes. La nuit, pour gagner sa vie, elle les fait boire dans un cabaret à la frontière allemande. Avec le temps, les clients se font plus rares. Mais Michel, son habitué, est toujours amoureux d’elle. Un jour, il lui propose de l’épouser.

Un bon film à programmer au Rouge et Noir pour Josie et ses copines d'Aspasie.

Dancing in Jaffa Documentaire Long métrage

Né à Jaffa en 1944, Pierre Dulaine quitte son pays avec sa famille en 1948 pour s’installer à l’étranger. Après une carrière internationale accomplie de danse en couple, Pierre retourne à Jaffa pour réaliser son rêve : faire danser ensemble des enfants juifs et palestiniens pour rapprocher les communautés. C’est là, selon lui, que réside toute la beauté de la danse de salon : forcer deux personnes à se déplacer en faisant qu’un.

Excellent documentaire. Le personnage de Pierre Dulaine est à la fois cocasse et touchant par son obstination à mettre ses gamins en relation via la danse de salon. On réalise le poids de la religion (et des rivalités entre israéliens et palestiniens) sur les gestes simples entre garçons et filles. 

pilulesbleuesco.jpgPilules bleues film France

 

Après plusieurs faux départs dans les années 90, JB, un jeune illustrateur, parvient enfin à séduire la jolie et insouciante Laura à l’aube des années 2000. Lorsque le couple se forme enfin, Laura lui avoue qu’elle est séropositive et son fils Oscar aussi. L’attirance que JB éprouve pour Laura est plus forte que la confusion et le doute qui l’envahissent : il a envie de vivre cette histoire et de tenter l’aventure.

Tiré d'une BD, pilules bleues raconte l'histoire du créateur de la BD. C'est l'histoire de JB dans son amour pour Laura et le risque de séropositivité. JB est créateur de BD. L'utilisation des dessins est assez sympa. Très bon Guillaume Gouix dans le rôle de JB. J'ai beaucoup aimé la scène où la fille qui l'aide à produire la BD (Emilie Caen?) lui fait remarquer qu'elle n'est pas dans la BD et l'embarras de JB.   

Les grandes ondes Suisse - Portugal - France

Avril 1974. Deux journalistes de la radio sont envoyés au Portugal pour réaliser un reportage sur l’entraide suisse dans ce pays. Bob, technicien proche de la retraite, les accompagne à bord de son fidèle combi VW. Mais sur place, rien ne se passe comme prévu : la tension est à son comble entre Julie, la féministe, et Cauvin le reporter de guerre roublard. La bonne volonté de Pelé, le jeune traducteur portugais, n’y fait rien : la petite équipe déclare forfait. Mais le vent de l’Histoire pousse le Combi VW en plein coeur de la Révolution des Oeillets, obligeant cette équipe de Pieds nickelés à prendre part, et corps, à cette folle nuit du 24 avril 1974.

Excellente première scène où l'on voit un conseiller fédéral demander au directeur de la RSR de passer des reportages plus softs, style suisse toto (allemand). Ensuite les bras cassés en pleine révolution des œillets, c'est assez tordant et gratiné. Un bon film.  

Discount Premier film France

Pour lutter contre la mise en place de caisses automatiques qui menace leurs emplois, les employés d’un Hard Discount créent clandestinement leur propre « Discount alternatif », en récupérant des produits qui auraient dû être gaspillés…

La pub qui dit : "comédie sociale à la Ken Loach" est très exagérée. Vers le milieu du film, on y croit plus vraiment. Un peu moins enthousiaste que Pascale. 

Qui vive Premier film France

Retourné vivre chez ses parents, Chérif, la trentaine, peine à décrocher le concours d’infirmier. En attendant, il travaille comme vigile. Il réussit malgré tout les écrits de son concours et rencontre une fille qui lui plaît, Jenny… Mais au centre commercial où il travaille, il perd pied face à une bande d’adolescents désœuvrés qui le harcèlent. Pour se débarrasser d’eux, il accepte de rencarder un pote sur les livraisons du magasin. En l’espace d’une nuit, la vie de Chérif bascule...

Un bon film bien construit avec juste ce qu'il faut de tension. On y croit, on a envie que Chérif s'en sorte. Chérif très bien incarné par  Reda Kateb. J'ai un peu regretté qu'on ne voit pas plus la très belle Adèle de la vie d'Adèle.

05/02/2015

Annonay1

Dû à certaines raisons familiales nous n’avons pu aller à Annonay que trois jours avec Michèle. On a quand même vu 16 films dont seulement 4 en compétition :

Max et Lenny

 

RÉALISATION  : Fred Nicolas
SCÉNARIO : Fred Nicolas, François Bégaudeau
INTERPRÉTATION : Camélia Pand’Or, Jisca Kalvanda, Adam Hegazy, Alvie Bitemo Mamounga, Norbert Godji, Martial Bezot, Mathieu Demy, Pierre Salvadori
France – 2014 – 1h25

Lenny est une adolescente sauvage et solitaire d’une cité des quartiers nord de Marseille. C’est par le rap qu’elle exprime les difficultés de son quotidien. C’est aussi par lui qu’elle réussi à s’en évader. Un soir, alors qu’elle répète en cachette dans un chantier à l’abandon, Lenny rencontre Max, une jeune Congolaise sans papier qui tombe en arrêt devant sa voix et la puissance de ses mots. Les deux filles s’adoptent aussitôt…

Un film bien fait sur une histoire d’amitié entre deux ados de RdC (Rez de Chaussée) et du Magreb (à l’ouest). Très beaux textes de slam de Lenny. Très belle personne pour Max. Superbes images de Marseille. Un bon film.

 

Gente de Bien

RÉALISATION : Franco Lolli

INTERPRÉTATION : Brayan Santamaria, Carlos Fernando Perez, Alejandra Borrero, Santiago Martinez, Sofia Rivas

Colombie – 2014 – 1h26

Eric, 10 ans, se retrouve à vivre du jour au lendemain avec Gabriel, son père qu’il connaît à peine. Voyant que l’homme a du mal à construire une relation avec son fils et à subvenir à leurs besoins, Maria Isabel, la femme pour laquelle Gabriel travaille comme menuisier, décide de prendre l’enfant sous son aile.

Un film trop banal. Pas trouvé d’intérêt.

The Narrow Frame Of Midnight

 

RÉALISATION : Tala Hadid

INTERPRÉTATION : Khalid Abdalla, Marie-Josée Croze, Fadwa Boujouane, Hocine Choutri, Majdouline Idrissi, Hindi Zahra
Maroc / France / Royaume Uni – 2014 – 1h33

Aïcha, une jeune orpheline, est retrouvée seule au beau milieu des forêts centrales du Maroc. Son parcours personnel et courageux révèle de sa part une volonté farouche de s’en sortir. Arrachée des montagnes de l’Atlas où elle a grandi pour être vendue, Aïcha se retrouve entre les mains d’Abbas, un délinquant minable, et de son amie Nadia. Ensemble, ils rencontrent Zacaria, un écrivain marocain d’origine irakienne, qui a tout quitté - et notamment Judith, une enseignante avec qui il entretenait une relation passionnée - pour partir à la recherche de son frère disparu. Tous les quatre entreprennent un long voyage qui va les emmener à travers le Maroc, à Istanbul, dans les plaines du Kurdistan, et au-delà.

Un film intéressant mais trop complexe. Même le synopsis ci-dessus (écrivain, relation passionnée…) n’est pas « visible ». Complètement d'accord avec Pascale.

 

arton684-3b13b.jpgWhite Shadow

RÉALISATION : Noaz Deshe


SCÉNARIO : Noaz Deshe, James Masson
INTERPRÉTATION : Hamisi Bazili, James Gayo, Glory Mbayuwayu, Salum Abdallah, James P. Salala, Tito Ntanga, Riziki Ally, John S. Mwakipunda

Tanzanie / Allemagne / Italie – 2013 – 1h55

En Tanzanie, en 2008, les albinos étaient persécutés. Des médecins "sorciers" offraient de grosses sommes pour se procurer des parties de leurs corps pour leurs potions magiques. Entre 2008 et 2010, plus de 200 homicides liés à ces pratiques de sorcellerie ont été commis. Le film raconte l’histoire d’Alias, un jeune albinos qui, après avoir assisté au meurtre de son père, est envoyé par sa mère à la ville, où son oncle Kosmos lui offre le refuge. Tandis qu’il vend des lunettes, des DVD et des téléphones portables pour gagner sa vie, le jeune homme ne tarde pas à faire l’épreuve, à fleur de peau, de la difficulté de la vie et de la différence.

Un film terriblement angoissant. Une description de la Tanzanie complètement flippante par la violence, la superstition, la misère... Les images sont bien en rapport avec le sujet, noires, cadrées bizarres, la musique idem. Dommage que le réalisateur soit un blanc. On espère que l’office du tourisme tanzanien n’a pas mis un rond dans le film. Bref, entre le zéro et le quatre étoiles pas de milieu possible.