Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2020

Valais J3

Départ de Martigny pour le val Ferret. Arrivée à La Fouly.

ACtC-3dDc4ntRo-f3YCfGK8cyzqvhu4cuqHp7JQgJLGOIJqrgOd4XAKZL_L2BhUL9qZUF1hb8r_eoQ9DdwYtwbu28dLpGvB_8FGhXKAJ2ydXQxUU8khnS3sm2A1Zbj-yIxR9pPk2rTpoMYhyHj-brT_KADq1=w724-h515-no?authuser=0

Vue sur la balade

ACtC-3f4QCJjbHPWwv99wIfSqa8S-bygpqGnR19Gk27SyzLQX2jDdNkSEYzECdhWuylkn7yA5y2WNeL2vAysTonuidX7QqMJ0Ju-Cklzy1Krklmqwa9HJqL3dYQ4lndI-0vH7XJXfu6V9HaAjImUJnljnkrK=w687-h515-no?authuser=0

Quelques pics près du Dolent

ACtC-3c6IhfzHqG6NgH9kGbuEvpeDDL-1Dv7jLAXGOawVlY87Gfotv_QRunQPQDbGjA0TdS5sBDS47ych9t1bxsgTDDIsAm1ceyP2Sbj53lLaxffmgmzuSvOe5n_CAUbkN1kT0EN-l9zbeNR9U7jjmqXAUwy=w687-h515-no?authuser=0

Des névés et des cascades

ACtC-3cCnWexMYimXoo6z6MqJIa8zg_otI6D00rK_NU-1231tiLREv2y-x9NQCvWLXBc5DkneyoJTw86HAlfHPd0Qkfks4Uzrd3y9rIj1CNmv4e0NXQGN1TMZbiYcTPzWVhJ9_E-ADC9ZZMO40wZlywVH-WK=w387-h515-no?authuser=0

Le Dolent et ses 4 arêtes. 3820m selon la carte suisse, 3823m selon la carte française et 3 819m selon la carte italienne. Pile à la jonction de mes trois pays. Une course pour alpinistes chevronnés :

330px-Mont_Dolent.png

ACtC-3ecj61jlsAmPjpOunXfGPTlxXLdM3rL2sATIoQQ3YhZohtP_ix46Vrgz5NxlK9h7y-NR-j48JRdaNz5b8FT3M6ah8KHs8MqU_DtUUkslIYY3Wf-vId-6beiUYBmo0zSpnSQ3B_fUgkBgB3ZAV63c9ZE=w387-h515-no?authuser=0

La cabane de l'A Neuve n'est pas loin mais il faut traverser le névé un peu raide sur la fin. Je m'installe pour manger mon sandwich dans la plus belle salle à manger avec une vue magnifique sur les montagnes alentours pendant que Michel va manger une tarte aux abricots et aide une dame un peu angoissée par la pente.

ACtC-3eyUo5mydU7NAuzE7DhAfE0HH7A8tmg1y7y9ROVYbDrMdtdHlB2ZSNlfYoPH3Y3X4yQfIJbDLEi_5zjOO0UjECgfSVKQmAylchAmqurxR4uDUy0jRjC0L6b4jhhSDf_KhdeKorpY1fO6hp-nmSG0GYt=w687-h515-no?authuser=0

 

09:49 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2020

Valais J2

Départ de Martigny pour Fionnay dans le val de Bagnes.

Montée très raide le long d'un ruisseau. (Sovereu)

ACtC-3eVeHOBWXlB152ybKTHQWF6VYnhLhngnKb_GCI4SOlzty8kLHNr1ynPPf5Ie1huNnJG_PD7d--edWDN5DHIVDajoWAxfcmtLBXRGb-Lk3U4YER2NXZ-CmCa_syuBzkfqiapjDaw9_9LSWv8_8bDQelY=w908-h756-no?authuser=0

Arrivée à l'alpage puis montée à droite du ruisseau (rive gauche) dans les blocs. Arrivée à un petit chalet (Le Da). Vu sur les Combins.

ACtC-3dIn4F-fUGgw0LKYr3Xu4a4t0y4jR0ipabV_36Kal36-9lBb4vxCpEW3UQD2dodWsX-emN-9hrUuabqKc1IBnefq9hTLqqW8PrxwX6P4wjhCR0lW1MfBemNkkc7Jhkhyhx2-_pwsAfmUmPLmY754X_p=w1010-h757-no?authuser=0

ACtC-3ciru2Q8kkGg-BNjknHrxfi7cDjq2f2Um4S8gczCxKlfz4OMh9zHqLsKyzkx1G-z7PqWeNFnvZvpbFJEnPCmqFp1rZRReuACkH_HdiQYLog8bcGX4PxUwQCPNoPy0_jbcg-twPqS_evnqvR5h5AyUjA=w1010-h757-no?authuser=0

Montée au col. Quelques chaines puis descente sur le lac. Névés.

ACtC-3e5zAkBvFa4_lQBYxEEj5Oo-2bPhwgDhjTDYtlzclcsbJO2r0gnI616q6_cXvFtSeCE-3-KLUP_6ZTLk8C38Ik7djTmn2JUPM8FsKQ9JPwHYec3XgHsqYbHTPFXindnGBagrnsqvmcKfOzechck-43s=w1010-h757-no?authuser=0

ACtC-3fKO7SSxbyiZ95qymMHgyYY7Fu3yIk9B_Yokw2A6Nd8e5AxTUxHtgNn2WiRftlvAkfCW6F2vrDPTm28caUv6nPc02u5FJzUf2_0Spn2Yw8pSP4fTmaN6r8NjsQZyMSbxyllPG7JrbpoN6Bfbo_tGjwy=w568-h757-no?authuser=0

ACtC-3eCmg3UDoL7Pox8iHpUbCuAVc9wsu3q8cZxOERw8q7zBxaaIxixLhsWg8XJ8ekFesBOSJDCLIZ4rzxQeihwfc0_BVpl3HN67F0JFEfhOu9ocI0YLt1lOsVjhQoRRCKOCsccJDcpnwgBN5LRsp6XnhwX=w1010-h757-no?authuser=0

ACtC-3eUTVLmGfAI65JTjbJ8mkY1GjvS6a0MnyR8qUbdX07vySFInL4WFtZxmpE_ZE884Jd3fnqsc_UWcgsVEX-MTwe7ODZ1LSyIyLtuWEV4XVnJhKNg6nY5mqZi2boArdTdsVDzXEPTmspx6NdyNUx008JS=w1010-h757-no?authuser=0

Tarte aux abricots à la cabane de Louvie et descente sur Fionnay par un sentier pentu mais bien équipé.

ACtC-3e2BmhgtrzN7_IGnxiW_dYsfQKhYOnRm3c5GsUn8jwM7raA6xPHf6Sb0HHpz04diBx1fL9v0wyxIjKkks8WyWmkCqd4emdJq6XUN1GeLs_qK0y5iWl0SNUMdGicbO6r6Ae7MKj9JA-ax3tPCenLvGe8=w1010-h757-no?authuser=0

09:22 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0)

07/07/2020

Valais J1

Trois jours de randonnée avec Michel qui me fait découvrir son Valais. Arrivée de St Julien le matin parking Gianadda et montée à Salvan.

Parking aux Granges. 

ACtC-3d292McXsmbJbCQZVL3iJ_GM61T4UXlYphWwPaAIOLALYFCX7_j-V_Mdjwi4Lk-khr-VRoytUjJxLwookp2uQcfWrfZoV_lmtSYryEktAHgQ5kKPqMALLyKIyxAugRDt21AKlvXjmW3cZUEQX0BZtPJ=w1240-h558-no?authuser=0

Montée dans les gorges du Daley par une série d'escaliers. 

ACtC-3drmvY0WoyGdq-ISH_Zn1fqrV-HLZn1_Xq9_QZRQhTLkcKpymw0mlKAMUZ0WQ48iwecZwlOwZ7gIqQiHuDbGea9hfPNUiOmY1vZKd9wy8fisJ9AGjj5Je5JJ46zb4UP2vzVpJ_icb0RQrnK4Fyx7inu=w568-h757-no?authuser=0

ACtC-3eHon-Gd6pIeKLBNYbPmg0uWCRyZDpHKgzCOzpB3396NsgHdRrv0mzufnzcwpusqWV1SKl6nrsushgh5nK8iEBEDLad_eTiSd_Gi8E4u5VMlvgYErXm7pjwL7w95vJrVQjH4vv3FBLADvhl4mL2iwHM=w568-h757-no?authuser=0

ACtC-3cpNwy7oQWBocvfxaWLqbNWZqcOGzEU6fnxahCKbadpSAQ6Y2qg-YjHrW95eiY3VGoseAjyXs7YzeUHIsMoez0f3b3RUvSWDZzGAI54K0_BYWo5XAF5RZgo6jN3uZqQlC3yLsFEgkrKaFVgWTSyoCe0=w568-h757-no?authuser=0

ACtC-3f5GMmErAPCebD6VKGuxdCcxknsl9iBct1hoxD_Ul5D3WLJZQAgUPlLEgHoxTVRqDFqI3YIOZ5zS8yotWFqPwLjYM7HngOSO_nZowb4Wi09-TfMVIW-RghwfLIRteIsifRDojJ9hC0rcv4aHqNPdRF8=w999-h750-no?authuser=0

Arrivée à Van d'en Haut et montée au lac de Salanfe. Petite chapelle près du lac de barrage au pied de la tour Salière, entouré des dents du Midi (Haute Cime, dent Jaune...) 

ACtC-3dmc-rcKQ1J7GgF_4NQjD0Oc-sWxw0lXtOADIUlFmtAWywaJbnXW4OPOfR9lunBgnvAZxWf1GPqmAST-FOS4Gp04i5_xnV2togZea5H0n-IFJ74E_nDa53gxZuPEzPJUs6Rs9jWS4ghgfHzuKrzy5Jj=w568-h757-no?authuser=0

ACtC-3eshqihu0-XmdjB-kRi-LTdQ7gA4wBEIzF4a1LevorEM0wTeP1HKaSrUYoW4WCoH0ezRjRwBAZTND3UPXM6Huy0lrOOqpFCe-qdUwme3KCx8SQQKURe0Kdxyg2Vk6yv-uFazzTHYpuSznlhyeonRvEh=w999-h750-no?authuser=0

ACtC-3dgmUNO3IlTGRTdSuDy6gKTvdgFGyJpx_xL6rnOxFEP4Gv_MqiufRtWrU_C6WUrCffEeKd6T551WscS6Q6_MZdnBb_DulrbMT1tZ3f1UjKC1U1KG_h5Zf4FRzOQDkHvLGkAtYQ7CwCNl5dLc9ECms4n=w999-h750-no?authuser=0

Redescente par un autre chemin sur les Granges

12:30 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0)

28/06/2020

Déconfinement

Après le confinement...
 
Le mois de juin succède à l’hiver. En banlieue on entend le coucou, qui n’avait pas eu son mois de mai. Il se cache dans d’épais feuillages qui surplombent les murs des jardins. Le soleil, le week-end, la vraie vie, remplacent enfin l’existence confinée qui groupa si longtemps les familles grelottantes autour d’un radiateur glacé, tandis que le loup grattait à la porte du couloir. La fête des Pères a fait merveille. Le vin mousseux a rempli les verres « Jamais je n’avais été si saoule depuis ma première communion », m’a assuré une enfant charmante. Elle a bien une douzaine d’années.
 
La Montagne, 11 juin 1963.

A part ça, on profite de la liberté nouvelle... Réunion au sommet de l'église pastafariste locale. L'officiant, toujours sérieux, et son acolyte rigolard qu'on reconnaîtra facilement à son couvre-chef. Au menu, pasta.

Pasta.jpg

19:25 Publié dans Vialatte | Lien permanent | Commentaires (2)

06/06/2020

Mères

D%C3%A9esse_m%C3%A8re_un_enfant.jpg

Le phénomène de la maternité, si scientifique qu’il soit devenu grâce aux immenses progrès de la sexologie, remonte à la plus haute antiquité.
Les mères datent de la nuit des temps.
Elles ont même précédé la civilisation. Leur importance ne saurait être exagérée. Des briques chaldéennes en font mention, des papyrus égyptiens nous en parlent.
Que seraient devenus les hommes s’ils n’avaient pas eu de mères ? L’humanité se composerait d’orphelins.
Recueillis par l’Assistance publique, ils se promèneraient par deux, le jeudi, en longues files, sur des routes mouillées, sous la surveillance tatillonne d’une vieille sœur un peu moustachue. Avec interdiction de fumer. Honteux de leur barbe, de leur ventre, de leurs cinquante ans, de leur calvitie. Coiffés d’un béret basque et vêtus d’une capote de couleur bleu marine avec des boutons d’or.
(La fête des mères - La Montagne – 31 mai 1970)

11:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

03/06/2020

Keisha Lance Bottoms

En janvier 2007, j'avais fait une note sur Obama qui allait être élu en novembre 2008 et devenir président en janvier 2009. Pour novembre 2020, le candidat démocrate, Joe Biden, est désigné mais qui sera son/sa vice-président/e ?

220px-Keisha_Lance_Bottoms_%28cropped%29.jpgCe pourrait bien être une femme noire. On a parlé de madame Obama, mais on parle aussi de la maire d'Atlanta, Keisha Lance Bottoms. Elle a 50 ans, 4 enfants, elle est noire, dynamique et a déjà dit qu'elle serait d'accord. 

A propos des manifs suite à la mort de Floyd, elle a viré quelques policiers municipaux trop nerveux et elle a exhorté les manifestants à stopper la violence. Elle a déclaré : ""This is not a protest. This is not in the spirit of Martin Luther King Jr. This is chaos. A protest has purpose." C'est le chaos, une manifestation a un but. Tiens voilà une phrase à méditer pour pas mal de gilets jaunes.

Elle est avocate ainsi que son mari. Son côté artiste : son père  Major Lance était un chanteur connu des année 60 et 70. Elle a fréquenté à l'école deux rappeurs aussi connus sur Wikipedia T.I. and Killer Mike. Pas connus de moi mais c'est un domaine que j'ignore un peu.

19:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

01/06/2020

Credo

Aujourd'hui, lundi de pentecôte, ascension des Crêts d'eau ou Credo (pour ceux qui croa-croa) avec Hervé, Isabelle et Catherine après un longue balade hier à la Croix Biche, on est monté au Crêt de la Goutte. Attention, à la descente, il ne faut pas rater le chemin des Gardes sous peine d'une longue promenade en forêt. Hervé et moi, somme des spécialistes des détours longs et compliqués.

paradis+terrestrelt.jpg

A part ça, petit retour au Paradis terrestre avec Alexandre :
 
Le bonheur date de la plus haute antiquité. (Il est quand même tout neuf, car il a peu servi.) Il se composait de pommes, de poires et de scoubidous ; le lapin jouait avec le boa, le vison s’approchait d’Eve sans crainte, le tigre mangeait de la laitue ; un soleil neuf brillait à travers les palmiers qui se balançaient comme de lents éventails ; au premier plan, tout particulièrement soigné, de hautes rhubarbes élevaient leurs panicules au-dessus de vastes feuilles sinueuses ; bref, c’était le Paradis terrestre. L’homme ne sut pas le garder.
Il s’en lassa très vite. Il le perdit tout de suite par sa curiosité : il aime mieux savoir qu’être heureux.
Depuis il court après, en brouette, en auto, en fusée, autour de la Lune. Il ne le rattrapera pas (le bonheur court bien plus vite).
Il peut arriver, tout au plus, dans quelque square municipal, qu’un rayon de soleil, se posant sur le mouflon corse entre le cèdre et le marronnier, au milieu d’une pelouse parfaite, fasse vivre l’homme un bref instant dans un faux souvenir de l’Eden.
Le bonheur était l’apanage d’un jardinier qui n’avait pas de curiosité ; c’est une race complètement perdue.
(Dernières nouvelles du bonheur - La Montagne – 23 août 1966)