Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2021

Pétun

220px-Krieghoff_Huron-Wendat.jpgOn a tous entendu parler des iroquois et des hurons. On sait moins qu’ils se faisaient une guerre incessante ce qui régulait la population. D’ailleurs, à la fin des combats, ils adoptaient les ennemis qu’ils avaient fait prisonniers et qu’ils n’avait pas torturé et mis à mort. Ils parlaient avec les cherokees une langue iroquoienne.

Mais connaissez-vous les Pétuns ou les Neutres qui parlaient aussi une langue iroquoienne. Ils cultivaient le maïs, les haricots, la courge (appelées les « Trois Sœurs », l'agriculture étant souvent pratiquée par les femmes) ainsi que du tournesol, utile pour son huile ainsi que pour la fabrication de peintures de guerre. Ils extrayaient la sève d'érable et la faisaient bouillir pour concentrer les sucres afin d'obtenir du sirop d'érable. La pêche était une activité principale, avec notamment la construction de barrages pour pouvoir capturer plus facilement des poissons, la chasse étant de moindre importance à cause du manque de gibier, peu de bisons dans l’est.

220px-Tabac_rustique.jpgLes Pétuns étaient maîtres dans la culture du tabac. Ce qui a donné le verbe pétuner*. Je me souvenais que mon ami Alain*, le défunt Garde-Mots, avait parlé de pétun, ancien nom  du tabac, mais il est en désaccord avec mon origine, petit différent géographique. Il avait dû piquer chez Alain Rey. Hum ! Tant pis ! J’aime mieux savoir que le vieux tabac vient de d’une tribu huronne, les Pétuns aujourd’hui disparue.

(Ne pas confondre Pétun avec l’ami de Z. un certain Pétain qui fait un tabac ces jours-ci sur le réseau). Le verbe pétuner, synonyme de fumer, est utilisé dans la fameuse tirade du nez de Cyrano de Bergerac (Acte I, scène 4) d’Edmond Rostand :

Truculent : « Ça, monsieur, lorsque vous pétunez,

La vapeur du tabac vous sort-elle du nez

Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ? »

* D’après Alain : Pétun : Terme tombé en désuétude qui signifiait tabac. Du tupi petyma et du guarani pety, deux langues amérindiennes.

17:49 Publié dans Géographie, Mots | Lien permanent | Commentaires (2) |

05/10/2021

Patois

Je suis abonné à la chronique de Michel Feltin "Sur le bout des langues." Une chronique passionnante et qui défend souvent les langues régionales et les "patois". La dernière chronique explique que les variations des dialectes n'en font pas nécessairement des patois avec le côté méprisant souvent associé à ce terme.

Il signale un excellente vidéo sur les patois en Suisse. Je vous invite à la regarder même si elle contredit souvent sa thèse, car l'Arpitan (ex franco-provencal) est en fait un vrai patchwork de mots et de règles de grammaire. D'un village à l'autre le gens se comprennent difficilement.

10:14 Publié dans Mots, Textes | Lien permanent | Commentaires (1) |

01/10/2021

Déconstruction

220px-Sandrine_Rousseau_20210819_%28cropped%29.jpgPour ceux qui se demandent d’où nous vient cette déconstruction des mecs prônée par Sandrine Rousseau, j'ai fait une petite recherche...

Wikipedia nous dit que c’est une pratique d'analyse de texte qui vise à révéler les confusions de sens par l'analyse des postulats sous-entendus et les omissions.

Voilà donc d’où est partie Sandrine. Une pratique d'analyse de sexe pour éviter l’effusion des sens. Elle a raison, c’est dangereux l’effusion des sens. D’ailleurs poursuit Wiki, si le terme déconstruction a d'abord été utilisé par Heidegger, c'est Derrida qui en a théorisé la pratique et Derrida en matière de texte il s’y connaissait, de sexe aussi car il voulait déjà déconstruire les phallocrates* et leur briser menu. Derrida, pour le mal de tête, c'est extra.

260px-Alice_Coffin.pngLe problème c’est que Alice Coffin, la groupie de Sandrine veut détruire les hommes et là on est pas au pays des Merveilles. Alice milite derrière le miroir pour un monde nouveau où seules les femmes pourraient écrire et elles ne liraient plus les livres des hommes. Oui, d'accord, mais que fait-elle de Derrida, de Heidegger ?

Je ne sais pas. Le seul truc que j’ai bien compris c’est qu’il faut que les mecs se déconstruisent selon Sandrine et se détruisent selon Alice. Et on souhaite bonne chance à Yannick, à moins que Jean-Luc ne récupère les deux furies auquel cas même vœux à lui pour la présidentielle !

* De Platon à Rousseau (pas Sandrine mais Jean-Jacques) et Lévi-Strauss, Derrida dénonce la primauté traditionnelle de la parole sur l’écriture. Il désigne ce système métaphysique comme logocentrisme, voire phallogocentrisme. Oui vous avez bien lu Phallus et Logos en un mot. Le même Logos qui nous annonce que verbe s'est fait cher. Costaud non ?

Des hommes après déconstruction :

pompidou-metz-arcimboldo-9.jpg

20:27 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (2) |

30/09/2021

Corridor de Wakhan

Marco-Polo1.jpg

Mouflons de Marco Polo. 

Article trouvé sur le magazine GEO.

Il existe un bout d’Afghanistan qui n’a pas été marqué par la guerre, une vallée oubliée le corridor du Wakhan. C'est une étroite bande de terre, glaciale et perchée, héritée du rivalités coloniales et diplomatiques qui opposait à la fin XIXe siècle Russie et Grande-Bretagne : ce couloir de 300 kilomètres de long sur vingt à soixante de large, culminant entre 2 500 et 7 000 mètres d’altitude, fut dessiné par les diplomates anglais lors du tracé de l’Afghanistan moderne pour servir de zone tampon entre les deux empires. Il sépare aujourd’hui le Pakistan du Tadjikistan, et partage à sa pointe orientale quatre-vingt-dix-sept kilomètres de frontière avec la Chine. Un contact stratégique dont ce puissant voisin ne sait encore trop que faire. Voie alternative à la principale route de la soie, le Wakhan, parc national depuis 2014, est le domaine des mouflons de Marco Polo, à la superbe robe blanche.

Corridor-de-Wakhan-RP.jpg

F616072B.GIF

12:12 Publié dans Géographie | Lien permanent | Commentaires (2) |

29/09/2021

Voyage au pays des maths

A voir sur Arte les vidéos de Denis van Waerebe sur les maths

940x940?ts=1632413389&type=TEXT

Cinq épisodes disponibles les cinq autres sont à venir. Comme toujours beaucoup d'imagination, un graphisme génial. Bref, regardez les pour devenir plus instruit mais surtout pour le plaisir de l'art au service de la science.

11:25 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) |

28/09/2021

Apho2

APHO.jpgL’Histoire nous apprend que l’Histoire ne nous apprend rien.

La simplicité est capitale

Il faudrait répondre aux questions que l’on peut résoudre, attaquer les boulots que l’on peut accomplir. En revanche il faudrait dédaigner les questions que l’on ne pourra pas résoudre (Dieu par exemple), laisser de côté les jobs qu’on ne peut pas faire. Et surtout savoir faire la différence entre les premiers des seconds.

Woke, éveillé, était employé au départ par la gauche américaine pour désigner le fait d’être conscient des problèmes de justice sociale. La droite en a fait un exonyme utilisé pour désigner de manière péjorative une  gauche extrême. On notera que l’on pourrait aussi dire bouddha, qui en sanscrit signifie aussi éveillé.

"Ayez surtout le souci de séparer les choses du bruit qu'elles font"

Sénèque, devise d’Aredius

17:30 Publié dans Arso | Lien permanent | Commentaires (0) |

27/09/2021

Apho1

3060340941_1_3_bfPCq1FZ.jpg

Quelques réflexions piquées à droite ou à gauche et plus ou moins reformulées sous forme d'aphorismes simplistes qui devraient vous laissez aphones.

L’Histoire nous apprend que l’Histoire ne nous apprend rien.

Si le XXième siècle a commencé avec 14 ans de retard, le XXIième a commencé en 2001 par la chute des tours du WTC et par l’entrée de la Chine dans l’OMC. L’islam et la Chine mettent à mal l’idée que la démocratie va triompher. On peut même penser que la destruction de la planète va encore renforcer la force et même la nécessité des dictatures.

Face aux problèmes de la planète, il nous faudrait des penseurs extrêmes, des penseurs solides, nietzschéens or aux extrêmes nous n’avons que des penseurs riquiqui, l’un, gonflé d’orgueil, nous balance des poncifs sur les riches et les pauvres et la créolisation, l’autre, Céline au petit pied, est obsédé par les étrangers qui viennent manger notre soupe et baiser nos femmes. Que faire ?

11:20 Publié dans Arso | Lien permanent | Commentaires (0) |