Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2018

Végans

1200px-FSM_Logo.svg.pngBien qu'amateurs de pâtes, les pastafaristes dont je suis, (et dont on reconnaîtra l'ichtus, le signe de ralliement, à gauche symbole du MSV, le Monstre en Spaghetti Volant) ne sont pas nécessairement végans...

car...

Les végans sont végétaliens, ils ne mange aucun produit d'origine animale (viande, poissons, crustacés, mollusques, insectes, gélatine, œufs, lait animal, miel, etc.). Les végans essaient dans la mesure du possible de consommer des végétaux produits selon les principes de l'agriculture végétalienne. Ce type d'agriculture exclut le recours à des produits animaux pour assurer la fertilité du sol (pas de fumier animal).

Les végans ne portent pas de vêtements d'origine animale (cuir, fourrure, soie, laine, alpaga, cachemire, etc.). Ils ne portent pas non plus de bijoux ou d'accessoires fabriqués à partir de composants animaux (perles, nacre, plumes, corne, etc.).

Un produit cosmétique végan ne doit pas avoir été testé sur les animaux, et ne doit contenir aucun ingrédient d’origine animale (cire d'abeille, carmin, collagène animal, kératine) ni avoir induit l'utilisation d'un animal.

Toute forme d'utilisation des animaux, comme l'équitation, est contraire au véganisme. Ils s'opposent aussi à la domestication d'animaux de compagnie, mais pas à l'accueil d'animaux abandonnés*. Les végans sont généralement opposés aux loisirs utilisant des animaux tels que la corrida, certains cirques, les zoos ou les aquariums, qu'ils considèrent contraires à la logique intrinsèque du véganisme.

Les anti-spécistes sont des végans qui pensent que les animaux sont nos frères et doivent être traité comme nos égaux, y compris les araignées, les scorpions, les crocodiles, les vipères et autres serpents venimeux, les moustiques même ceux porteurs de la malaria. etc…

Article I De la déclaration des droits des animaux :

Tous les animaux ont des droits égaux à l’existence dans le cadre des équilibres biologiques. Cette égalité n’occulte pas la diversité des espèces et des individus.

Personnellement, je ne suis que mezzo-végan et largement spéciste.

Il existe autant de chapelles que de groupuscules chez les végans et les anti-spécistes ce qui simplifie la vie des gendarmes qui recherchent ceux qui ont cassé la boucherie ou foutu le feu au abattoirs. Ces excités devraient faire quelques stages en prison, espérons-le! Ils pourront sans doute y réfléchir à la vanité de leurs actes et même de leurs convictions au regard de tous les affamés et des risques qu'encourt la planète.

Je pense aussi que, logiquement, les jeux sur les courses de chevaux sont interdits aux anti-spécistes. Cette jument semble être de leur avis :

 


 

* Accueil d'animaux abandonnés. Messieurs mesdames les anti-spécistes à vot'bon coeur - "Portes ouvertes" à la SPA ce week-end : 6.000 animaux à adopter

26/09/2018

Animaux

Un de mes lecteurs, Dan, s’interroge sur l’analogie faite par Laborit entre fesses et instinct de domination. Il s’interroge pour savoir si anal, analogie et fesses ont quelque chose en commun.

Laborit dit « J’ai souvent l’impression, en voyant vivre mes contemporains, qu’ils présentent généralement leurs fesses de la même façon aux plus agressifs et aux plus dominateurs. »

babouin.jpg

insolites-lafrique-L-8.jpegPas mal de singes et autres animaux mâles et femelles présentent leur croupe lorsqu’ils ont affaire à un individu dominant. C’est par exemple le cas des babouins. Laborit suggère que nous sommes tous des babouins. Par tous je veux dire tous les hommes, les spécistes* l’auront compris. Les anti-spécistes, casseurs de boucherie, penseront que le nous désigne tous les animaux et que tous les animaux sont des babouins, ce serait un contresens comme le syllogisme tordu qui conclut que "Socrate est un chat".

Je ne vais pas me lancer dans la liste des mots qui désigne notre postérieur, notre croupe, nos fesses, notre cul… Disons d’emblée qu’analogie n’a rien a voir avec anal. C’est une association dans l'esprit (la tête donc) de deux choses ou idées possédant des propriétés, une structure, un mode de fonctionnement communs. Une métaphore est basée sur une analogie. La métaphore « Parle à mon cul, ma tête est malade », suggère une analogie entre le cul et la tête, pour dire que la tête n’est pas à sa place.

Donc, il reste fesses, fessier, fessu, du latin fissa qui signifie à la fois "anus et fesses" comme notre cul français (le mot bien sûr). Fissa vient de findere, fendre. Ce qui rappelle une chanson de tonton Georges :

Aïe vous m'avez fêlé le postérieur en deux 
Se plaignit-elle et je baissai le front piteux
Craignant avoir frappé de façon trop brutale
Mais j'appris par la suite et j'en fus bien content
Que cet état de chos's durait depuis longtemps 
Menteuse la fêlure était congénitale

       

Alain Rey nous apprend que l’expression “Coûter la peau des fesses » est postérieure (sic) à "coûter la peau". L’expression « avoir chaud aux fesses » ne doit pas être confondue avec « avoir le feu au cul » de sens sensiblement différent.

Quelques expressions de plus :

  • Serrer les fesses
  • L'avoir dans le cul / Dans le cul la balayette !
  • Avoir le cul bordé de nouilles
  • Avoir du cul / Avoir du pot / Avoir du bol
  • Comme cul et chemise
  • Avoir la tête dans le cul
  • Cul par dessus tête
  • Péter plus haut que son cul
  • Tirer au flanc / au cul
  • Se peler le cul, le jonc / Ça pèle !
  • Un peigne-cul
  • Y'a pas à tortiller (du cul pour chier droit [dans une bouteille])
  • Coûter la peau des fesses / la peau du cul / la peau des couilles / les yeux de la tête

Quant à anal, anus, c’est un emprunt savant au latin anus qui veut dire anneau, en particulier l’anneau du rectum (de rectum intestinum, l’intestin rectiligne). D’où l’expression « y’a pas à tortiller du cul… » que wikipedia n’a pas comprise.

Remarquer qu’on dit « s’asseoir sur son cul ou sur ses fesses » mais pas sur son anus, sans doute à voir avec l’emprunt savant. Si ces explications ne suffisent pas, relisez Henri Laborit, c’est plein de philosophie pratique.  

* Par analogie avec le racisme et le sexisme, le spécisme décrit l'idéologie qui considère que la vie, les intérêts ou la souffrance des autres animaux comptent moins simplement parce qu'ils sont d'une autre espèce. En d'autres termes: le suprématisme humain.

22:57 Publié dans Blog, Mots | Lien permanent | Commentaires (1)

24/09/2018

Moyen

 

Source Courrier International: Au terme d’une étude complète et poussée, des chercheurs ont établi un test de personnalité fiable. Grande nouvelle. Selon eux, cités par la revue américaine Science, il existent cinq traits de personnalité : 

a773ef1b-e51a-4735-86bc-3980d10585e1_560_420.jpgLe névrosisme,

l’extraversion,

l’ouverture à l’expérience,

l’agréabilité  

le caractère consciencieux

 

Combinés, ces 5 traits de personnalité génèrent trois grands profils :

images?q=tbn:ANd9GcRxNXG6qIb_qyIzn1ocb2zq5kG7fsC_dcKQLkjliymgB_-aVPtVRésilient,

Hypercontrôlé,

Hypocontrôlé. 

Les résilients réussissent en général à gérer leurs émotions, à s’entendre avec les autres et à se sortir des épreuves de la vie. Les personnes ‘hypercontrôlées’ sont distantes ou timides, et elles n’expriment pas leurs sentiments. Au contraire, les personnes ‘hypocontrôlées’ sont souvent impulsives et parfois agressives”, précise Science.

Récemment, le physicien Luis Nunes Amaral et ses collègues de l’université Northwestern, ont approfondi cette étude. Ils ont récolté les informations de quatre bases de données issues des réponses à un sondage de personnalité. Au total, l’équipe a récupéré les données de plus de 1,5 million de personnes. “Les chercheurs ont utilisé une série d’algorithmes complexes pour trier les réponses et trouver des groupes d’individus qui ont répondu presque la même chose aux questions du sondage”, souligne la revue scientifique.

Les trois catégories de personnes ont émergé correspondant aux profils dits hypocontrôlé, hypercontrôlé et résilient. Mais, surprise, surprise, un autre profil totalement inédit est apparu, celui des gens moyens.

scaletowidth1,5 millions de personnes consultés, des algoritmes complexes, plein de chercheurs pour découvrir qu’il existe des gens moyens alors qu’il aurait suffit d’interroger François Hollande.

Etude qui mériterait sans doute le prix ig Nobel pour cette redécouverte de l’eau tiède.

18/09/2018

Fesses

laborit.jpgJ'ai parlé de Laborit ici ou là sur ce blog. Je trouve ce texte. Lire la fin "J’ai souvent l’impression, en voyant vivre mes contemporains, qu’ils présentent généralement leurs fesses de la même façon aux plus agressifs et aux plus dominateurs. " 

Pourtant même quand on contrôle les mâles dominants où qu'on limite leur action, arrivent les courtisans et les spécialistes du marketing qui sournoisement nous en mettent plein les fesses en prétendant nous faire jouir... et on a plus de peine encore à résister à la jouissance potentielle qu'à la domination, on a encore moins de stratégie d'évitement.

La droite considère l’homme comme foncièrement “mauvais” mais capable de s’améliorer par la stricte observance des règles qu’impose le respect de certaines “valeurs” qu’elle trouve “bonnes” parce qu’elles lui permettent de survivre agréablement. L’homme de gauche, depuis Rousseau, ne peut s’interdire de considérer l’homme comme foncièrement “bon” s’il n’est pas soumis aux déformations du comportement que lui inspire une société rendue “mauvaise” par l’existence de la classe bourgeoise. Ainsi, dans une société sans classes, des anges asexués passeraient leur vie à travailler en chantant, des gerbes de blé sur leur épaule, et à se serrer la main, car logiquement l’ambition, la jalousie, l’envie, l’instinct de domination, la haine, la colère, auront vu leur source se tarir par la transformation du milieu social. 

Malheureusement, ce paradis terrestre ne risque pas de se réaliser tant que l’homme n’aura pas compris par quels mécanismes biologiques ces différents comportements peuvent apparaître et par quels moyens précis il peut parvenir à les contrôler. En effet, on pourrait aussi bien envisager d’agir d’abord sur le comportement individuel plutôt que sur l’environnement social, si nous avions les moyens scientifiques de le faire, puisque l’homme fait partie intégrante du milieu. On peut imaginer qu’en supprimant l’instinct de domination on supprimerait non pas seulement les luttes de classes, mais les classes elles-mêmes. Par contre, il est peu probable qu’en supprimant les classes sociales, on supprime l’instinct de domination. Celui-ci semble intiment lié à la propagation et à la survie de l’espèce. 

Il y aurait un certain progrès si chaque homme était conscient de ce déterminisme. Imaginez une campagne électorale à la télévision où chaque candidat serait conscient qu’il présente à l’admiration des foules son sexe plus ou moins camouflé en disant : “J’ai le plus beau, le plus fort, suivez-moi, je suis Tarzan” et où chaque électeur jugerait la présentation plus ou moins convaincante et tenterait de découvrir derrière la feuille de vigne ce qui resterait d’utile à l’ensemble social. Beaucoup d’animaux pour exprimer leur domination sur un autre individu du même sexe font sur lui le simulacre de l’acte sexuel. J’ai souvent l’impression, en voyant vivre mes contemporains, qu’ils présentent généralement leurs fesses de la même façon aux plus agressifs et aux plus dominateurs. 


Henri LABORIT, L’homme imaginant

16/09/2018

Enfin de la bière

Nouvelles de l’homme :

J’ai entendu quelque part que l’homme préhistorique se comportait déjà en prédateur sans se soucier de la protection des espèces animales. Ça ne m’étonne pas !

Par ailleurs il semble que l’homme africain, le seul homme de l’époque en vérité, ait émigré en Chine il y a 2,1 millions d’années. C'est bien plus que prévu. Et il est venu sans papier.

De plus les premiers émigrés en Amérique ne dateraient pas de 15'000 ans comme on le croyait mais bien de 130'000 ans. C'est plus que prévu. Installés dans la Silicon Valley, personne ne sait d’où ils venaient. Une chose est sûre, ils sont venus sans papier.

IMG_0112.jpgEt malgré ces longues marches dans les plaines, ils ne buvaient pas encore de bière.

Il a fallu attendre -13'000 ans BP (avant aujourd'hui) pour que l’on fabrique de la bière. C’est plus que prévu et mieux que ce qu’on pensait, on disait jusqu’ici -5'000 ans BP.

C’était en Palestine à l’époque des Natoufiens, des sortes d’épipaléolithiques qui avaient très soif. Parait que c’était une bière fort nourrissante beaucoup moins quelconque qu’une Heineken et presque aussi bonne que la bière du Salève: 

MontSaleve.jpg

Il y aurait débat à wikipedia sur le terme Matrimoine. Allons plus loin :

Je propose que l'on change le terme patrie par matrie.

Faut-il dire "la père Matrie" ou "le père Matrie" ?