Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2017

France Léa

ob_48e382_image001.jpgJ’ai oublié de faire une note au sujet d’une charmante soirée à Feigères il y a un mois environ. C’était chez des particuliers, il y avait un buffet canadien pléthorique pour accueillir France Léa. France nous a dit ses textes et chanté ses chansons.

Elle commence par un texte sur Je et Moi, les deux faces d’un personnage qui n’en font qu’un. Je c’est celle qui pense, réfléchit, Moi c’est celle qui fait n’importe quoi. Ginsbourg et Ginsbard, mister Renaud et mister Renard. Ensuite elle a enchaîné par une chanson, puis un autre texte, une chanson de Barbara, un texte où elle parle de cette amie retrouvée qui se cherche dans les livres, des poèmes de Rilke… Que du beau et du bon. 

J’ai beaucoup apprécié sa poésie de la légèreté, de l’allègement. Comment se débarrasser de tous ces objets qui nous encombrent, y compris peut-être des livres, des films, de cette profusion culturelle qui ne fait que nous embouteiller le cerveau ?

 

  

12:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

21/10/2017

Il voulait faire école

Notre cher maire s'en prend au conseil départemental qui ne finance pas son école. 

Petit problème, il fut brièvement conseiller général (ancienne dénomination pour conseiller du département) et voilà quelle était sa position :

Position qui posait un petit problème au maire d'une commune voisine. 

 

Tel est pris qui croyait prendre !

Coluche disait : Le plus dur pour les hommes politiques, c'est d'avoir la mémoire qu'il faut pour se souvenir de ce qu'il ne faut pas dire (mais qu'il ont dit).

15:23 Publié dans St Julien | Lien permanent | Commentaires (0)

20/10/2017

Kronos

J’aime bien de temps en temps me replonger dans la mythologie. Les astronomes aussi. Ils ont appelé Kronos ou Cronos une étoile avec un gros appétit car elle aurait mangé une quinzaine de planètes qui tournaient autour d’elle. Situé à 350 années-lumière de notre soleil, Kronos à un jumeau Krios, ils ne se voient que tous les 10'000 ans environ mais ils sont paraît-il restés très unis. 

55842795.jpgCronos/Kronos* et Crios/Krios, dans la mythologie grecque, étaient fils d’Ouranos et de Gaia. Kronos était le dieu du temps que le romains appelaient Saturne. Le dieu du temps était non seulement chronophage mais aussi païsophage* car il mangeait ses enfants. Il en aurait bouffé six avant que ne naisse Zeus qui sera placé par sa mère Rhéa en Crète nourrit par la chèvre Amalthée.

Zeus/Jupiter va finalement gagner contre son père Hollande comme celui-ci avait gagné contre Ouranos. Le temps passe et les fils mangent leur père si celui-ci ne les a pas mangé avant. C’est la vie. Quant aux astronomes ils continuent de surveiller les étoiles en se demandant ce qu’elles ont bien pu manger pour être aussi grosses.

Ne pas confondre Cronos (Κρόνος - Kappa) avec Chronos(Χρόνος - Xhi), ce dernier serait né du néant et s’est uni à la déesse Ananké, la nécessité ou encore le destin. Né du néant marié avec la nécéssité, un oxymore qui rappelle l'effet Casimir.

Ne cherchez pas païsophage, je viens de le fabriquer avec παῖς, qui veut dire enfant en grec.

Et tonton Georges pour finir :

Il manque le dernier couplet : 

Je sais par cœur toutes tes grâces
Et pour me les faire oublier
Il faudra que Saturne en fasse
Des tours d'horloge, de sablier
Et la petite pisseuse d'en face
Peut bien aller se rhabiller

11:47 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2017

Pénurie de médecins

Pénurie de généralistes, des solutions fragiles...

Suivant la Statistique INSEE des revenus par habitant publiée par Le Figaro, on trouve Archamps premier sur 32794 communes suivi de Bossey, numéro deux. Neuilly, la ville de Sarko n’est que 3ième 22-Beaumont, 23 Neydens, 31 Collonges… et malgré cette belle santé de la Communauté de Communes du Genevois on a plus de médecins. 

image-rcaxxq763_deligne_medecins-small.jpg

Le Messager de cette semaine titre sous Saint Julien :

"Des solutions fragiles pour enrayer la pénurie de médecins

Trois points selon notre maire :

1 Une hypothétique maison médicale à Cervonnex qui se fera attendre car il reste encore du travail admet notre cher maire. Des questions sans réponses qui en en disent long sur le niveau de préparation : « Les médecins seront-ils locataires ou propriétaires ? »

2. Des pharmaciens mobilisés pour… piquer contre la grippe. Le maire d’ajouter : "les médecins (survivants) seront donc moins sollicités" et il ajoute : "En plus il y aura moins de malades grâce aux vaccins."

3. Des frontaliers qui pourront se faire soigner en Suisse. Peut-être 10% estime-t-il.

Voilà comment on inquiète encore un peu plus la population et comment on traite par dessus la jambe un problème urgent que l’on pouvait voir venir facilement quand on sait que ces démissions de généralistes ne datent pas de la semaine dernière. Elles datent même de 2015-2016 (de 12 à 4, et ça continue en 2018).

17/10/2017

Rather contre Trump

220px-Dan_Rather_Peabody.jpgDan Rather est un journaliste qui fut longtemps le pilier du journal télévisé de CBS Evening News, un super Poivre d’Arvor toujours très respecté aux US.

Comme moi, il est très inquiet de la tournure que prend le mandat de Trump. J’ai librement traduit un de ses articles sur Facebook.

Est-il excessif de dire que les américains n'ont jamais vu un président se vautrer si joyeusement dans le chaos et montrer tant de cruauté envers ses concitoyens ?

Suite à une analyse objective, beaucoup disent : " Non, on a jamais vu ça." Cela inclut certains qui ont voté pour Trump ; certains, mais certainement pas tous.

La question se pose de nouveau après la rhétorique et les actions de la présidence cette semaine sur les soins de santé. Après avoir été  battu grâce aux mécanismes de la démocratie au congrès, les mots et les actions de Trump semblent voués à faire souffrir des millions de personnes. Sa seule raison semble être de suivre son idée, tant pis pour le congrès et l'opinion publique.

Sa décision de rendre l'accord nucléaire iranien incertain se fonde sur un raisonnement discutable, pour le moins. Elle fait douter nos alliés de la stabilité et du rôle mondial de l'Amérique et a rendu notre planète un endroit moins sûr. Pendant ce temps, des millions d'américains à Porto Rico souffrent, et il les intimide en les menaçant de leur réduire l'aide.

J'ai vu d'anciens présidents recourir parfois à la rhétorique de la peur et de l'intimidation. Je les ai vus se retourner, tordre les bras et tourner le dos aux anciens amis. La politique est un jeu cruel et ceux qui sont au sommet du pouvoir font souvent des compromis douteux. Ce sont aussi des êtres humains, sujets aux mauvais instincts qui nous menacent tous.

Mais il y a de plus en plus de preuves que l’on a affaire à quelque chose de complètement différent, quelque chose de nouveau dans notre histoire. Il semble qu'il y ait peu de philosophie de gouvernement autre que de se faire mousser et d'effacer tout l'héritage de son prédécesseur. Dans le même temps, les rapports qui sortent de la maison blanche sur le dysfonctionnement de l’exécutif répondant aux caprices irascibles et instables du président devrait alarmer tout américain qui souhaite la cohésion et la compétence de notre gouvernement.

C'est un test pour notre démocratie, comme beaucoup l'ont dit. Mais comme pour tous les problèmes, je crois toujours fermement qu'il s'agit d'un que nous allons surmonter. Lors de mes récents voyages, j'ai rencontré tant d'hommes et de femmes, mes concitoyens, qui semblent déterminés à protéger les idéaux de notre nation. Je vois une presse indépendante et un appareil judiciaire pas intimidé. J'imagine que les leaders de l'enquête russe sont imperturbables.

Il faut de la détermination pour faire face au chaos. Il faut du courage pour protéger les autres contre la cruauté. Je crois que les américains sont à la hauteur de ces deux défis.

Alors que nous essayons de le faire, il vaut la peine de se rappeler qu'aucun président n'est plus fort que l'ensemble de la nation.