Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2018

Sport et Turf

A propos de sport.  J'ai oublié de donner l'étymologie.  

Sport est pris à l’anglais SPORT. Apocope de desport qui veut dire divertissement. Desport vient du français se desporter, s’amuser, se divertir. Un coup classique des angliches, ils nous piquent un mot (ex: embrocher de la barbe au cul) et nous le renvoie bien cuit (barbecue).

Sport-hippique-galop1.jpg

Jadis le mot Sport était lié au mot Turf et aux paris sur les courses de chevaux. Turf nous arrive bien sûr d’Angleterre ou il désignait une touffe d’herbe. C’est la même racine (stem, not root) que notre tourbe. Ne pas confondre avec le vieux mot tourbe qui voulait dire foule en mouvement, en désordre et même querelle) issue du latin turba qui a donné trouble, perturber, tourbillon, troubler, turbine, turbulent.

Donc après le turf faites du sport surtout si vous avez turbiner très dur.

06:43 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (0)

02/09/2018

Gaulois

Ces gaulois  réfractaires, Alexandre en parlait au siècle passé:

Résultat de recherche d'images pour "gaulois macron"29 janvier 1967

« Les Gaulois datent de la plus haute antiquité. Ils existaient déjà à l’époque de César. Ce n’étaient qu’Arvernes et Bituriges, Bellovaques, Eduens, Mandubiens, que sais-je, Allobroges, Atrébates, Eburons, Voconces et Pictons. Il y avait la Gaule chauve et la Gaule chevelue où les guerriers portaient des nattes comme des écolières. La Gaule moustachue était partout. César vainquit par la ruse et le coup bas ces guerriers qui s’entendaient mal et les courba sur la grammaire latine. Il leur apprit le plus gros des verbes déponents. C’est depuis cette pénible époque que le collégien français est nourri dès l’enfance des lois de l’ablatif absolu et de grands gros plats de haricots bien farineux.
Les Gaulois, nous assure Michelet, avaient de grands corps mous et blancs. Ils s’en servaient pour faire des prodiges d’héroïsme. S’enchaînant tous ensemble avec des chaînes de fer, ils chargeaient la mer en furie au moment de la marée montante. Leurs druides cueillaient le gui sur les arbres en chantant la chanson de Roland. Ils enfermaient leurs prisonniers dans de grandes cages d’osier, comme des oiseaux des îles, et les rôtissaient sur le feu. Ils vivaient de saucisson et de cuisseau de marcassin, fabriquaient du vin résiné et buvaient de l’hydromel aux grandes cérémonies. C’est ce qui prouve que le cognac n’était pas inventé. Ils menaient, en un mot, une vie si pittoresque que Goscinny et Uderzo en remplissent des albums entiers, dans lesquels la jeunesse française découvre avec stupéfaction qu’elle ne descend pas des Peaux-Rouges, du shérif et de Davy Crockett, mais d’Astérix, d’Avoranfix, de Vercingétorix et d’Assuranstourix, qu’on vend aussi sous formes de poupées, de statuettes, de gadgets dans tous les magasins. On y voit ces guerriers avec des cheveux de beatniks, une longue lance et un casque à cornes. Pour tenir plus aisément leur lance, ils passent le bras à travers leurs cheveux qui les couvrent comme un manteau. On dirait des pucerons hirsutes, nés de Zazie et du hérisson.

(...)

vercingetorix-gaulois-afad1539-799e-41e4-a834-fccbd22ead71.jpegC’est pourquoi le lancement de l’ouvrage (le Vercingétorix préfacé pas Gosciny) a été fêté en pleine Lutèce, dans un décor irréprochablement arverne. Un vrai Gaulois servait des truites au bout de sa lance et le sanglier au creux de son immense bouclier. Ses moustaches trempaient dans la sauce, ses nattes balayaient les hors-d’œuvre. L’hydromel était sans défaut. Faute de crânes d’ennemis morts, on le buvait dans des verres, qui sont encore bien plus pratiques. Il y avait là Uderzo, Goscinny, les plus belles poétesses de Gaule, les critiques les plus impartiaux, deux Mandubiens et trois Nitrobroges."

12:26 Publié dans Blog, Vialatte | Lien permanent | Commentaires (0)

31/08/2018

Bottom line

ImmxL1IL50UrLTHzSsaPHTAh-E8.jpgCela fait une paie (et même une sacrée paye) que je ne vous ait rien dit du boson de Higgs que l'on devrait plutôt appeler boson scalaire (voir ma note de la fin 2012). 
 
Je reçois pourtant sans cesse des mises à jour par mon informateur. Ces jours, les choses bougent... Six ans après la découverte du boson de Higgs la désintégration de cette particule en d'autres particules fondamentales, les quarks b (pour bottom), a enfin été observée. Ce résultat du Grand collisionneur de hadrons (LHC), est compatible avec l'hypothèse que le champ quantique lié au boson de Higgs donne également sa masse au quark b. 
 
D'après le Modèle standard de la physique des particules, dans 60 % des cas, le boson de Higgs se désintègre en une paire de quarks b, qui vient en deuxième position par sa masse sur l'ensemble des six quarks. Ceci dit le boson peut aussi se désintégrer en photon et même en leptons tau, d’autres expériences devraient le montrer à moins que le modèle standard ne soit complétement à refaire. On verra.
 
J'en reste à la chronique d'Alain Rémond basée sur la métaphore cuniculicole* de Jean-Marie Frère : « Imaginez que cette particule est un gros lièvre tapi au bord d’un champs de blé immobile. Si les couleurs sont identiques, l’animal est invisible. Si le champ de blé se met à osciller sans que le lapin bouge, alors en observant suffisamment longtemps, on pourra voir la bête. »

Alain Rémond de conclure que cela fait des centaines de milliers d’années que l’on vit sans rien savoir de la masse et qu’on s’en passe bien. Il propose de laisser une petite chance au lapin de Higgs. Je ne suis pas d’accord. On a mis de gros moyens pour le chasser, finissons-en !

sticker-elephant-gris.jpgMais pour le gros gibier, que l’on cherche ailleurs. Dans les étoiles par exemple. Comme le faisaient jadis les poètes. Parait que là-haut, les collisions sont bien plus fortes.

* Non cuniculicole n'est pas un gros mot, c'est juste l'élevage des lapins.

 

06:56 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

30/08/2018

1-2-3 Soleil

« Combien de temps tout cela durera-t-il ?
J’ai entendu un conférencier, annoncer que le soleil mourrait dans soixante trillions d’années. Un auditeur se leva, défait.
– Combien dites vous ? soixante trillions ?
– Non j’ai dit soixante six.
– Ah ! bon,soupira l’homme, j’avais compris soixante. Et il se rassit soulagé. »

Alexandre Vialatte

J'en avais déjà parlé ici. Du nouveau :

 

d3060468c5021c740f317ee98fc4f4ad.jpgLa sonde Parker Solar Probe est en route vers le Soleil à la vitesse de 700'000 kilomètres à l'heure. Elle va s'approcher de notre étoile pour en étudier la « couronne », atmosphère mal connue d'où s'échappe le vent solaire découvert par... Eugene Parker, qui a assisté au départ de la sonde.

 Dans deux mois, début octobre, elle atteindra Vénus, pour une première assistance gravitationnelle qui l'enverra sur une orbite elliptique autour du Soleil lui faisant approcher le Soleil début novembre à 24 millions de kilomètres.

Durant les sept années de la mission d'étude de la couronne solaire, il y aura six survols de Vénus et 24 rapprochements de la surface du Soleil. Au plus près (le point appelé périhélie), lors des trois derniers survols, le petit engin de 685 kg sera à 6,1 millions de kilomètres du centre de notre étoile, dont le rayon est d'environ 700.000 kilomètres.

06:45 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

29/08/2018

Détente

51i9gvZqSUL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg
 
J'avais ce canard bleu dans la collimateur, il faut juste que j'appuie sur la détente de l'amazone.
 
On ne dit pas la gâchette car chacun sait que la gâchette est la pièce entre la détente et le chien et par ailleurs, un chasseur sachant chasser sans son chien est un bon sacheur. 
 
 
Le sacheur qui sait ce qu'il doit chasser.
 
LE POIDS DES MOTS DE VIALATTE  par François MOREL, Comédien. 
 
Quand je m'engage dans un travail, j'ai tendance à le prendre très au sérieux. Je suis comme ça : méthodique. appliqué. Par exemple, quand on m'a demandé de chroniquer un livre inédit d'Alexandre Vialatte, ni une ni deux, j'ai tout de suite mené mon enquête, j’ai immédiatement instruit mon dossier. La littérature, voyez-vous, il ne faut pas seulement la lire, il faut l'interroger, il faut l'examiner, il faut la soupeser.
 
L'ouvrage, titré Le Cri du canard bleu, édité au Dilettante, pèse 60 grammes. Ni plus, ni moins. Que faut-il en conclure? Qu'il ne fait pas le poids face à Marc Levy, dont l'opus Si c'était à refaire avoue un petit 640 grammes sur mon infaillible Terraillon ? Qu'il fait maigrelet à côté de L'Appel de l'ange, de Guillaume Musso, qui revendique sans complexe ses 600 grammes d'édition roborative ? Qu'il parait encore efflanqué près de Cinquante nuances de Grey d'E.L.James qui tout nu sur la balance (sans slip. sans chaussettes, sans dentelles) pèse quand même 510 grammes ? Qu'il peut cependant, dans un autre genre, regarder avec un rien d'orgueil les 20 grammes de Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, de Stig Dagerrnan, dont le titre est long mais le texte bref ?
 
Que veut dire ce petit préambule? Que cherche à exprimer mon entrée en matière ? Entre nous, pas grand-chose. Juste vous informer que cet inédit de Vialatte est court. Qu'il ne peut prétendre à occuper vos longues soirées d'hiver. Sauf si vous prenez la peine, après l'avoir lu, de le relire, de le rerelire, voire de l'apprendre par cœur.
 
Car le Cri du canard bleu n'est pas ce genre de romans avec artifices, rebondissements et coups de théâtre que I’on emporte sur la plage pour se changer les idées ou accompagner la digestion. Il ne s'y passe à peu près rien. Je veux dire qu'il s'y passe un maximum de petits riens essentiels, comme l'apparition de danseuses blondes en maillot rose sur un pare-neige, comme la description d'un gramophone «en forme de liseron [qui] ouvre jusqu’au fond de la gorge sa gueule rose et ténébreuse avec des glouglous de limonade et des soubresauts de vieux sorciers », comme la destinée tragique d'un tour de cou, tout droit venu du Bon Marché, suscitant rancœur et jalousie à travers la cour de récréation puis finissant dans le purin, l'eau de vaisselle puis la poussière «comme un vaincu attaché à un char, tel Vercingétorix attaché au char de César qu'on voit dans le livre d'histoire», comme les aventures du rôle-titre, ce fameux canard bleu de Colombie qui, si le monde n'était aussi insensé, l'humanité aussi imprudente, n'aurait jamais dû quitter la vitrine étiquetée « Zoologie » de la salle de classe.
 
Le poids des mots, c'était le sujet de cette chronique. Dans le livre de Vialatte, on peut lire la phrase suivante, qui se propose de décrire une affiche publicitaire du cirque Omar : « Des ours blancs comme des manteaux de neige jonglaient là sur un sucre en vrac qui représentait des banquises, au bord d'une mer bleue comme l'azur des lingères, au pied d'une aurore boréale. » On pourrait dire que tout l'univers du cirque est évoqué dans cet assemblage bringuebalant d'exactitudes et de faux-semblants, de quotidienneté et de féerie. On pourrait dire simplement que le mystère du style de Vialatte, lumineux, poétique, est éloquent dans chacune de ses phrases.
 
Mais qui suis-je pour parler de Vialatte ? Qui suis-je pour commenter l'impeccable écrivain, le styliste vertigineux ? Autant se taire. Autant poser son stylo et lui donner la parole en citant les tout premiers mots du livre...
 
« La beauté ne s'explique pas. Elle s'impose, elle vous saisit. »,
 
François MOREL , dans Le Monde du vendredi 16 novembre 2012
 
Plus populaire :
 

05:27 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (2)