Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2018

Emma

Au fond de son âme, cependant, elle attendait un événement. Comme les matelots en détresse, elle promenait sur la solitude de sa vie des yeux désespérés, cherchant au loin quelque voile blanche dans les brumes de l’horizon.

Elle ne savait pas quel serait ce hasard, le vent qui le pousserait jusqu’à elle, vers quel rivage il la mènerait, s’il était chaloupe ou vaisseau à trois ponts, chargé d’angoisses ou plein de félicités jusqu’aux sabords.


Mais, chaque matin, à son réveil, elle l’espérait pour la journée, et elle écoutait tous les bruits, se levait en sursaut, s’étonnait qu’il ne vînt pas ; puis, au coucher du soleil, toujours plus triste, désirait être au lendemain.

Flaubert, Madame Bovary

Pour ceux qui ne connaitraient pas Mme Bovary, résumé :

 

 

Days run away like wild horses over the hills 

05:21 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

27/08/2018

Le sport

ob_474cad_ob-8a15d4-sports.jpg

Le sport


Je suis contre. Je suis contre parce qu’il y a un ministre des Sports et qu’il n’y a pas de ministre du Bonheur (on n’a pas fini de m’entendre parler du bonheur, qui est le seul but raisonnable de l’existence). Quant au sport, qui a besoin d’un ministre (pour un tas de raisons, d’ailleurs, qui n’ont rien a voir avec le sport), voilà ce qui se passe : quarante mille personnes s’asseoient sur les gradins d’un stade et vingt-deux types tapent du pied dans un ballon. Ajoutons suivant les régions un demi-million de gens qui jouent au concours de pronostics ou au totocalcio1, et vous avez ce qu’on appelle le sport.

C’est un spectacle, un jeu, une combine, on dit aussi une profession : il y a les professionnels et les amateurs. Professionnels et amateurs ne sont jamais que vingt-deux ou vingt-six au maximum ; les sportifs qui sont assis sur les gradins, avec des saucissons, des canettes de bière, des banderoles, des porte-voix et des nerfs sont quarante, cinquante ou cent mille ; on rêve de stades d’un million de places dans des pays où il manque cent mille lits dans les hôpitaux, et vous pouvez parier à coup sûr que le stade finira par être construit et que les malades continueront à ne pas être soignés comme il faut par manque de place. Le sport est sacré ; or c’est la plus belle escroquerie des temps modernes. Il n’est pas vrai que ce soit la santé, il n’est pas vrai que ce soit la beauté, il n’est pas vrai que ce soit la vertu, il n’est pas vrai que ce soit l’équilibre, il n’est pas vrai que ce soit le signe de la civilisation, de la race forte ou de quoi que ce soit d’honorable et de logique. […]

À une époque où on ne faisait pas de sport, on montait au mont Blanc par des voies non frayées en chapeau gibus et bottines à boutons ; les grandes expéditions de sportifs qui vont soi-disant conquérir les Everest ne s’élèveraient pas plus haut que la tour Eiffel, s’ils n’étaient aidés, et presque portés par les indigènes du pays qui ne sont pas du tout des sportifs. Quand Jazy court, en France, en Belgique, en Suède, en U.R.S.S., où vous voudrez, n’importe où, si ça lui fait plaisir de courir, pourquoi pas ? S’il est agréable à cent mille ou deux cent mille personnes de le regarder courir, pourquoi pas ? Mais qu’on n’en fasse pas une église, car qu’est-ce que c’est ? C’est un homme qui court ; et qu’est-ce que ça prouve ? Absolument rien.

Quand un tel arrive premier en haut de l’Aubisque, est-ce que ça a changé grand-chose à la marche du monde ? Que certains soient friands de ce spectacle, encore une fois pourquoi pas ? Ça ne me gêne pas. Ce qui me gêne, c’est quand vous me dites qu’il faut que nous arrivions tous premier en haut de l’Aubisque sous peine de perdre notre rang dans la hiérarchie des nations. Ce qui me gêne, c’est quand, pour atteindre soi-disant ce but ridicule, nous négligeons le véritable travail de l’homme. Je suis bien content qu’un tel ou une telle «réalise un temps remarquable» (pour parler comme un sportif) dans la brasse papillon, voilà à mon avis de quoi réjouir une fin d’après-midi pour qui a réalisé cet exploit, mais de là à pavoiser les bâtiments publics, il y a loin.

Jean Giono, Les Terrasses de l’île d’Elbe,
© Gallimard, 1976.

Je contresigne. Joël

Days run away like wild horses over the hills 

05:13 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

26/08/2018

Tomber des nues

Je tombe des nues

Un texte retrouvé au hasard de mes mails. Il serait de Jean-François Duval, journaliste. Né en 1947 et vivant à Genève.

Duval%20neu_940zu400.jpg

Ces jours-ci, il fait un froid comme il me semble n’en avoir jamais connu. Je regarde par ma fenêtre: branches d’arbres givrées, parcourues à toute vitesse par un couple d’écureuils qui ne se lasse pas d’y jouer à cache-cache: ces deux-là pratiquent l’art d’un merveilleux savoir-vivre!

Chaque jour de chaque saison, je regarde par cette fenêtre un spectacle toujours divers. Un matin d’automne, tous les trois ou quatre ans, des jardiniers aussi agiles que des singes se balancent au bout de cordes afin d’équarrir les arbres voisins qui portent encore pour quelques jours avec gloire le feuillage d’or de l’automne. C’est un spectacle stupéfiant. Un strident concert de scies électriques accompagne les branches qui s’abattent au sol.

Bien des choses chutent, c’est une loi de la nature. Par exemple, la cédille de mon prénom a chuté depuis longtemps de ma carte de crédit; la sphère informatique voudrait son extermination. Or, regardant par ma fenêtre, voilà que, sous la coupe de la scie, je vois s’affaler au sol une branche en forme de ç cédille. Merci monsieur le jardinier des arbres! Je suis prestement descendu du cinquième pour ramasser cette branche. Ça me rendait content, car plus les temps avancent, plus j’entrevois un tombeau pour la cédille. Cette cédille cependant n’était que de bois. J’en voulais une vraie de vraie. Que ni mon nom ni ma vie ne soient amputés! Que la cédille qui, comme la vie, vient en surplus, me soit rendue!

Par chance, en parcourant le catalogue de l’Hôtel des ventes, je vis qu’une cédille était mise aux enchères, à un prix abordable. J’y courus. J’avais le cœur ravi, plein d’espoir. C’était la première fois que je me rendais à une vente de ce genre. L’idée de n’avoir pas à payer unprix fixé et convenu d’avance est très excitante; les ventes aux enchères sont des terrains de chasse, et l’homme aime à placer l’esprit de la chasse dans à peu près tout ce qu’il entreprend – même les mères de famille se métamorphosent en chasseresses lorsqu’elles se rendent au supermarché pour y traquer les prix. Assis sur ma chaise au milieu d’une centaine de personnes, j’ai vu comment, dans une vente aux enchères, les
prix changent à chaque instant. La chasse est mouvante, des mâles et des amazones rivalisent pour décocher des flèches dans une marée de bisons qui défilent, ou pour envoyer leurs harpons se ficher sur le flanc blême d’une baleine qui s’enfuit plus loin. Le ç cédille a disparu de ma vue, il est parti à des hauteurs vertigineuses. J’en étais si ébahi que j’ai oublié de laisser retomber mon bras, si bien que malgré moi l’objet suivant m’est échu. J’ai essayé de balbutier que je n’en voulais pas, mais trop tard, le marteau du commissaire-priseur était tombé: «ADJUGÉ!»

J’avais entendu murmurer autour de moi que l’objet n’appartenait à aucun style connu, ne datait ni du XVIIIe ni du XIXe siècle, qu’il était tout bonnement sorti d’un atelier aux alentours de l’année 1947, mais qu’il était susceptible de devenir le fleuron de l’appartement de la personne qui le détiendrait, si elle y mettait du sien. C’était un objet-mystère, presque un cadeau-surprise. Je l’avais eu pour rien.

Quand je l’ai tenu entre mes mains, je l’ai examiné sous toutes ses coutures: c’était ma propre vie. Elle m’était échue sans que j’en eusse pris conscience, comment l’aurais-je pu? Ah! la drôle d’affaire. Je suis ressorti avec ma vie empaquetée sous le bras. Qu’allais-je en faire? Je n’en revenais pas de l’avoir euepour ainsi dire rien. Qu’elle me soit ainsi tombée sur les bras. Quoi! rien d’autre à faire que vivre?! Qu’importait même les façons que je choisirais pour remplir cette fonction?! Simplement vivre: là était ma ligne d’horizon, comme elle est la vôtre, ou devrait l’être.

Je suis rentré chez moi. Les équarisseurs étaient partis. Les écureuils jubilaient de plus belle. C’est bien vrai ça, nous tombons tous des nues.

Un autre texte: Days run away like wild horses over the hills. Elle a son rythme propre; en anglais elle est très belle à dire. Si j’essaie de traduire, elle dit à peu près: «Les jours s’enfuient comme des chevaux sauvages par-dessus les collines.»

18:57 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

20/07/2018

Ennui mortel

J’essaye au maximum d’éviter de perdre mon temps en m’intéressant au sport professionnel. Je fais une exception avec les résultats. Je ne regarde aucun match mais je ne peux pas m’empêcher de vérifier qui à gagné du PSG ou de l’OM et de savoir quel est le classement.

Autres exceptions, l’athlétisme et le cyclisme.

J’ai fait un peu d’athlé dans ma jeunesse et je me suis farci des tas de retransmissions du Tour de France sur mon poste radio spécialement quand je suis resté immobilisé un certain mois de juillet 61 ou 62. La grande époque d'Anquetil et Poulidor. Tout ceci laisse des traces dans la cervelle !

011.jpg

Du coup, ces derniers  jours j’ai regardé les étapes des Alpes et j’ai même emmené un de mes petit fils voir la caravane à Bonneville. Hélas ! Pas de distribution de pub et gadgets avant le rond-point (une exception, merci Haribo !).

ky-412045.jpgLe paysage est toujours aussi magnifique mais qu’est ce que ce tour est ennuyeux !

Je comprends, sans les excuser, les spectateurs qui ont sifflé Thomas hier. L’équipe SKY bloque toute la course qui, du coup, ne se déclenche vraiment qu’à la toute fin de l'étape. Ceci rappelle furieusement naguère l’équipe US-Postale d’un certain Lance Armstrong.

De plus, lorsqu'on sait que Froome, quadruple vainqueur et équipier du leader Thomas, s’est fait pincer (au tour d'Espagne ?) avec un médoc pour l’asthme*, normal que le pékin amateur de vélo se dise « Hum, c’est quoi cette histoire ? Pourquoi suis-je donc monté aux aurores (ou plutôt hier) au sommet de l’Alpes d’Huez pour attendre des heures un final aussi médiocre et un résultat douteux qui sera peut-être annulé ces prochaines années ? »

Marion-Rousse-fiancee-de-Tony-Gallopin-bombe-du-Tour-de-France_exact810x609_l.jpgHeureusement qu’il y a les commentateurs qui essayent de mettre un peu de piquant pour relever toute cette fadeur qui nous tombe du sky.

Mention spéciale pour la délicieuse Marion Rousse qui s’y connaît en vélo et en coureurs.  

 

*Ce médicament est du salbutamol, disons de la Ventoline. On se demande pourquoi on recrute des coureurs souffreteux et valétudinaires** pour grimper nos montagnes ? 

** Valétudinaire qui ne se porte pas bien, malade donc. Le mot vient de la déesse romaine de la santé Valetudo, c'est donc une litote (dire "il est en santé" pour dire qu'il est bientôt mort). Vale (de valere, valoir) veut dire porte-toi bien en latin !). La déesse grecque équivalente s’appelait Hygie qui a donné le mot hygiène. Pas de raison de ne pas s'instruire un peu :-)  

Vale !

18:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

07/07/2018

Un peu d'histoire

Un élément de réflexion sur le thème de l'immigration...

La conférence d'Evian en 1938. Voir vers la minute 17 si vous êtes pressés. 

 

Évian 1938 - La conférence de la peur from Paul Schaffer on Vimeo.

On y apprend que la SDN ne veut pas interférer sur la politique de l'Allemagne.

Qu'en est-il ppour l'UE de la politique de l'Italie de Salvini ?

Aujourd'hui, toute la ville de Catane en rouge

À Catane, en Sicile, l’un des principaux ports de débarquement pour les migrants, toute la ville est invitée à participer à l’initiative. Sortir de son armoire samedi matin un haut rouge pour dire non à l’indifférence face aux morts de la Méditerranée.

L’initiative est signée Libera, l’association pour la légalité. "Le rouge, c’est la couleur que portait le petit Aylan mort noyé à 3 ans. C’est la couleur que portaient les trois enfants retrouvés morts ces derniers jours en Libye. C’est la couleur que les mamans mettent à leurs petits lorsqu’ils embarquent pour être repérés à distance en mer. Le rouge, c’est aussi l’exaltation de notre force vitale à tous. Dans une Italie qui exprime méchanceté et colère envers les migrants, il faut que l’on retrouve la force de se comporter en citoyens actifs", explique Giuseppe Strazzulla, membre de l'association Libera.

11:44 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (3)