Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2018

Annonay18 1

Arrivée à Annonay. Deux films aujourd'hui...

A Ciambra

Italie – 2017 – 1h58 – VO italienne – ST français / Réalisé par Jonas Carpignano /

Pio a 14 ans et veut grandir vite. Comme son grand frère Cosimo, il boit, fume et apprend l’art des petites arnaques de la rue. Et le jour où Cosimo n’est plus en mesure de veiller sur la famille, Pio va devoir prendre sa place. Mais ce rôle trop lourd pour lui va vite le dépasser et le mettre face à un choix déchirant.

AVEC : Pio Amato, Koudous Seihon, Damiano Amato, Iolanda Amato, Patrizia Amato

Film sombre dans le milieu Rom de Rome tourné trop près des gens. Sommes mitigés. 

Soleil battant

France – 2017 – 1h35 / Réalisé par Clara et Laura Laperrousaz /

Pour les vacances, Gabriel et Iris retournent dans une maison de famille au Portugal avec leurs filles Emma et Zoé, d’irrésistibles jumelles de 6 ans. Au cœur d’un paysage solaire, des baignades et des rires des petites, le passé du couple se réveille. Emma est dépassée par un secret trop grand pour elle, qu’elle n’a pas le droit de partager avec sa jumelle.

AVEC : Ana Girardot, Clément Roussier, Agathe Bonitzer, Océane et Margaux Le Caoussin

Les deux gamines sont à croquer. Premier film correct. Un peu long. Mais pourquoi les 2 réalisatrices éprouvent elles le besoin de parler, parler, parler sans laisser de place aux questions des spectateurs. 

24/01/2018

Corse

670x600_80_300_ffffffx50x0.pngJ’aime beaucoup la Corse qui mérite bien son titre d’île de beauté... J’aime un peu moins l’accueil des corses.

Je me souviens d’une étape du GR20 et de la méchante réception, fatigués et trempés comme des soupes, dans un certain refuge que l’on avait payé d’avance. Difficile de faire moins hospitalier !

En août dernier, une tenancière de promenade en bateau m’a donné délibérément un mauvais renseignement puis m’a plus tard expliqué qu’en Corse il fallait demander plus poliment que je ne l'avais fait (et faire des courbettes) pour obtenir une information (fort sous-entendu : quand on est un pinzutu).

A Calvi, j’ai assisté à un agréable récital du groupe Balagna à la cathédrale. Il y avait un jeune chanteur excellent qui allait quitter le groupe. Un autre jeune, très premier de la classe, mettait en perspective les chansons et les traditions corses (le sol, le travail de la terre, les anciens…), un discours un peu convenu et fatigant au premier abord. Dans la seconde partie, il a mis les choses en perspective et en particulier déploré l’acculturation de la jeunesse, la drogue, la perte de repères… pas propre à la Corse mais quand même un vrai problème dans l’île disait-il.

Depuis, (grâce à qui?) on a enfin changé le système des deux départements et une région pour une seule entité territoriale (bravo ! ). Puis il y a eu les élections et les autonomo-indépendantistes ont gagné le territoire. Les voilà donc à la tête de leur île depuis le premier janvier ! Quelle politique vont-ils proposer pour améliorer le sort de leur jeunesse confrontée au problème  de la drogue et au chômage ? Comment vont-ils améliorer la balance commerciale très négative ? Quelle aide supplémentaire de la métropole ou de l’Europe vont-ils réclamer pour améliorer la condition des habitants ? Voici leurs demandes :

  • Le premier point des discussions concerne l'inscription de la référence à la Corse ou au "peuple corse" dans la Constitution française. (Pour Jean-Guy Talamoni, il n'est "pas question d'engager un processus d'indépendance pour les dix ans qui viennent)
  • En deux, la question de la langue corse. Pour Gilles Simeoni, cette question est "le point dur de la discussion" à venir avec le gouvernement. 
  • En trois, la question foncière. Un statut de résident ne permettant qu'aux personnes établies depuis plus de cinq ans en Corse de pouvoir acheter un bien.
  • Il est question également de restreindre "le tourisme de masse, prédateur", au profit d'un "tourisme durable, respectueux de l'environnement et permettant le développement d'autres activités", a plaidé Gilles Simeoni. 
  • Le rapprochement des prisonniers corses incarcérés sur le continent.
  • L'amnistie pour les trois membres incarcérés - dont Yvan Colonna - du commando condamné pour l'assassinat, il y a vingt ans, du préfet Claude Erignac.

Voilà donc ce qui, à leur yeux, est important. Les jeunes continueront de mal parler le français sans forcément comprendre le corse que seulement 10% de la population de l’île pratique à un bon niveau. Toujours peu d’industries et une agriculture faible, des services entièrement pour le tourisme. Une économie à la traîne...

Si j’étais Philippe ou Macron, j’exigerais que l’on arrête de chanter l’hymne corse qui non seulement est en italien mais ne respecte pas la laïcité. Les paroles en trois langues sont ici.

Que Dieu vous garde, Reine
Et Mère universelle
Par qui on s'élève
Jusqu'au paradis.

D’ailleurs, le corse est-il vraiment une langue, on a l’impression qu’il suffit de changer quelque o italiens en u corses. OK, j’avoue que sur ce point je suis un brin de mauvaise foi (je n’ai d’ailleurs aucune foi).

Vialatte disait « La chasse est, de tous les sports, le plus cynégétique. C'est même le seul qui le soit vraiment. » De toute les langues, le langue corse est la plus (langue) polynomique c’est même la seule qui le soit vraiment J

N'oubliez pas la main sur l'oreille

À ringraziavvi. Grazie di stà attentu (enfin, je crois)

 

21:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

19/01/2018

Lucifer

latest?cb=20170910165230&path-prefix=frDepuis toujours l’homme se pose la question de savoir qui est Lucifer ? Le linguiste se dit que c’est celui qui porte la lumière comme Christopher porte le Christ, aquifère, calorifère, conifère... Le dévot pense que c’est le diable, un autre nom de Satan, Méphisto... C'est l'ange déchu.

Contrairement à Diderot, les dévots pensent qu’il est bien plus important de prier Dieu que de faire la distinction entre le persil et la ciguë. Et pourtant Socrate (qui ne connaissait ni le Dieu des chrétiens ni celui des musulmans et encore moins celui des scientologues pour une bête question de chronologie) aurait largement préféré boire du persil.

Des chercheurs au MIT qui n’ont pas peur du diable ont eut l’idée d’utiliser la « luciférase », l’enzyme qui donne leur éclat aux lucioles pour créer des plantes qui éclaire. Cet enzyme agit sur une molécule appelée « luciférine », l’amenant à émettre de la lumière. 

cresson-alenois.jpgAu début du projet, les chercheurs ont donné naissance à des plantes qui pouvaient briller pendant seulement 45 minutes. Après de nouveaux efforts, elles sont maintenant passées à 3,5 heures de luminescence. La lumière générée par un plant de cresson de 10 centimètres est actuellement d’environ un millième de la quantité de lumière nécessaire pour lire. Toutefois les chercheurs assurent qu’ils peuvent augmenter l’intensité ainsi que la durée de la lumière émise, en optimisant davantage la concentration et les taux des composants. Et puis, on peut aussi faire pousser 1000 plants de cresson pour lire 3 ou 4 heures si c'est éco-logique.

On peut compter sur les chercheurs pour illuminer les jardins, les massifs, les arbres… On pourrait aussi rendre les salades lumineuses uniquement si elles ont été arrosées de pesticides ou le contraire. Aimeriez-vous mieux manger une salade bio et terne ou bio et lumineuse ? C’était la question du jour.

goodnight-light_lampe-ananas-pineapple-rouge-fluo.jpgIl me vient une idée diabolique : on pourrait aussi les rendre fluo.

Je suis sûr que des tomates ou même des ananas bio et en plus rouge-fluo ça ferait un tabac.

 

19:22 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

17/01/2018

Agélaste

L'agélaste est un peu coincé et souvent puritain. Relire cette note sur le livre de Jacques A. Bertrand qui dresse un catalogue des êtres détestables. Vous y rencontrerez le touriste (insupportable), le Parisien (odieux), le provincial (qui ne l'est pas moins), le voisin (Ah ! le voisin !), l imbécile heureux (Malheur !), le médecin (à fuir), le malade (il est partout), le conjoint (indispensable), le jeune (il prolifère)... et vous découvrirez même l'agélaste qui, comme chacun le sait, est celui qui ne rit jamais.

robert-menard.jpeg?fx=r_660_660

Agélaste

Nom masculin.

Terme inventé par Rabelais. Du grec « a » privatif et « gelos » qui signifie rire.

Se dit de celui qui ne rit pas ou qui n’a pas le sens de l’humour.

http://lephare1.e-monsite.com/pages/guilde-des-agelastes-grincheux.html

11:11 Publié dans Papous | Lien permanent | Commentaires (2)

15/01/2018

Vaccins

Bordeaux : 38 nouveaux cas de rougeole, 12 hospitalisations, l'épidémie se confirme.

la-couverture-vaccinale-en-gironde-est-insuffisante-et-c-est-cette-insuffisance-vaccinale-qui-est-a-l-origine-de-la-resurgence-de-la-maladie.jpg

Posté sur tweeter par Camille Berteau @CaM_BRtO

Parce qu’il est inadmissible de lire des infos comme celle-ci ici en 2018, je me permets vous raconter – avec son accord – l’histoire de JB, 31 ans, non vacciné, qui a contracté la rougeole il y a 7 ans.

Ca a commencé comme une mauvaise angine. Un matin, il s’est réveillé à 6 heures avec des douleurs et des points rouges sur le corps. Direction les urgences, où on a pris sa température (41°) et où on lui a donné un Doliprane 1000.

On lui a prescrit une radio. Il se rappelle avoir perdu l’usage de la parole à ce moment là puis tout est devenu flou pour lui. Il a perdu connaissance (on lui apprendra plus tard qu’il souffrait à ce moment là d'une méningo encéphalite, complication neurologique de la rougeole).

(Parenthèse importante, les parents de JB ne l’avaient pas fait vacciner, non pas par volonté "politique" mais par oubli. Il y a 30 ans, j’imagine que le sujet était peut être moins sensible et moins abordé qu’aujourd’hui.)

Au 2ème jour de coma, les médecins préviennent la famille : le pronostic vital est engagé. JB tient le coup jour après jour. A l’issue de la 2ème semaine de coma, les médecins identifient la rougeole. A l’issue de la 3ème semaine, il se réveille enfin.

A son réveil, JB a perdu l’usage de ses membres périphériques inférieurs. Il ne sent plus rien du bassin aux orteils. S’en suivent des mois de rééducation et de kiné pour retrouver un peu de mobilité. A la sortie de sa maison de repos, JB se déplace en fauteuil roulant.

Il parvient par la suite à remarcher doucement à l’aide de deux béquilles. Puis d’une seule au bout de 3 années de kiné. Au bout de 6 ans, JB remarche sans béquille. On lui avait pourtant assuré le fauteuil roulant à vie.

Aujourd'hui, 7 ans plus tard, JB marche. Il ne courra plus jamais. Son système nerveux a subit des séquelles irréversibles. Il urine à l’aide de sondes. Il fatigue très vite. Il est considéré invalide à 80%.

Mais ses proches et lui en sont conscients : il a une chance inouïe d’être encore là aujourd'hui. D'être autonome et de vivre un quotidien presque normal. C’est un rescapé.

Je ne sais pas si l’histoire de JB est « juste » une anecdote parmi tant d’autres. Ou si au contraire c’est une exception. Peu importe finalement.

Tout ça pour vous dire qu’aujourd’hui en 2018 (et demain, si on ne fait rien), des enfants et adultes vont mourir ou vont devoir vivre avec un handicap parce qu’un ensemble de personnes estime qu’il est plus sage de ne pas faire vacciner leur(s) enfant(s).

Autre témoignage sur le même tweet :  

"Perso, je n'avais pas été vacciné à l'age où tous les enfant doivent l'être. J'ai contacté la rougeole à 20 ans, je suis resté une dizaine de jours entre la vie et la mort, et j'ai été sauvé de justesse. Les parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants sont des assassins."