Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2016

Paris 0212

Départ à pied à Beaubourg qui n'ouvre qu'à 11 heures. Du coup crochet par le Celio des Halles.

Expo Magritte. Un grand nombre de toiles. On ne présente pas...

ob_c279f0_img-8946.JPG

Expo Brassaï graffitis. L'art de la rue. « Ces signes succincts ne sont rien moins que l’origine de l’écriture, ces animaux, ces monstres, ces démons, ces héros, ces dieux phalliques, rien moins que les éléments de la mythologie. » C’est avec ces mots que Brassaï, photographe français d’origine hongroise, commentait, en 1933, la première publication de quelques-unes de ses photographies des fragments des murs parisiens parues dans la revue Minotaure. La série des « Graffiti », à laquelle le photographe travaillera pendant plus de vingt-cinq ans est riche de plusieurs centaines d’images, dont une partie reste méconnue. L’exposition que présente le Centre Pompidou dans la Galerie de photographies, en dévoilant des inédits, propose un regard approfondi sur ce célèbre ensemble et sa fortune auprès d’artistes et d’écrivains proches de Brassaï : Pablo Picasso, Jacques Prévert, Jean Dubuffet, notamment. 

89b30d92963643756dd86c3e5ea20f30.jpg

Expo Twombly gribouillis. L'expo qui occupe l'autre aile du 6ième étage après Magritte. Moment cocasse dans la dernière salle vitrée immense où sont exposés des ruclons (en savoyard des cochonneries) ramassées par Twombly et tous peints en blanc à la peinture industrielle. Une vue sur Paris à couper le souffle avec une lumière impossible à peindre. Quasi tous les visiteurs tournant le dos aux ruclons pour admirer la ville et pour la photographier montrant bien l'intérêt pour les oeuvres. Enb voici une :

twombly.jpg

Je n'ai rien contre la peinture abstraite. J'ai beaucoup aimé Zao Wou Ki à Gianadda.  

Puis Hôtel de ville pour une expo Coluche très sympa... 

Enfin les grands magasins décorés pour noël et repas à la brasserie gare de Lyon pour une choucroute.

19:01 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2016

Paris 0112

hodler-monet-munch-FNAC-742267.jpgPremière visite du musée Marmottan-Monet dans le quartier de la Muette pour une exposition qui compare Hodler à Monet et à Munch.

Comment peindre de face l'éclat éblouissant du soleil, avec de simples couleurs sur une simple toile ?

Comment peindre la neige ?

Comment suggérer les mouvements et variations de la lumière sur l'eau ou sur le tronc d'un arbre, malgré l'immobilité de la peinture ?

« J'ai repris encore des choses impossibles à faire : de l'eau avec de l'herbe qui ondule dans le fond... c'est admirable à voir, mais c'est à rendre fou de vouloir faire ça. » Ces mots sont de Monet, mais ils pourraient être ceux du peintre qui, jusqu'à sa mort, s'obstine à étudier l'horizon des Alpes depuis sa terrasse, de l'aube au crépuscule – Hodler. Ou de celui qui revient inlassablement – jusqu'à la dépression – sur les mêmes motifs colorés, une maison rouge, des marins dans la neige, le couchant – Munch. Tous trois ont mis la peinture à l'épreuve de l'impossible.

expo-9-1024x786.jpg

Pot au feu à la Rotonde de la Muette.

Philarmonie pour une Expo Beetoven. "Après avoir consacré ses récentes expositions à des figures aussi diverses que David Bowie, Pierre Boulez ou Marc Chagall, la Philharmonie de Paris propose un regard nouveau sur l’une des figures centrales de l’imaginaire musical européen et mondial, le compositeur Ludwig van Beethoven." Pas facile de présenter un musicien. Mission accomplie.


vz-47de3262-e63e-470b-a7a2-b2673306f8bb.jpegLe soir la pièce "Les faux british".

Comment rater une pièce de théâtre en nous faisant beaucoup rire.

19:01 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0)

30/11/2016

Paris 3011

A pied aux Halles pour admirer la Canopée qui remplace avantageusement l'horreur giscardienne en dessus du trou.

Visite de l'expo Caméléon.

Déjeuner rapide à Hippopotamus

Après midi à la fondation Louis Vuitton en passant par le jardin d'acclimatation. Très belle mise en valeur du bâtiment avec les couleurs de Buren (celui qui s'est approprié la ligne noir et blanc et fait des procès aux éditeurs de cartes postale alors qu'il doit être suffisamment riche)

Expo Chtchoukine. "L’exposition rend hommage à l’un des plus grands mécènes du début du XXème siècle, Sergueï Chtchoukine (Щукин 5 lettres en cyrillique, 11 en français, 5 pour le Щ), collectionneur russe visionnaire de l’art moderne français, dont la collection reste encore aujourd’hui méconnue du grand public occidental. Depuis sa dispersion en 1948, elle n’a jamais été réunie comme une entité artistique singulière et cohérente"

127 œuvres dont 22 Matisse, 29 Picasso, 12 Gauguin, 8 Cézanne et 8 Monet...

BILLET-EXPOSITION-CHTCHOUKINE_3407422123041436289__1.jpg?1476458417000

atelier_rose.jpg?itok=hfdZiUgH

Edmond-TPR-100x150-WEB.jpg

 

Le soir, la pièce "Edmond" au théâtre du palais royal.

On avait déjà vu le porteur d'histoire de Michalik. Une bonne pièce bien ficelée et bien jouée qui raconte, avec pas mal d'inventions peu historiques, la genèse de Cyrano de Bergerac.

Comme le fait Michel Heim (La nuit des reines...), Michalik réécrit l'histoire pour nous faire rire.

19:00 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0)

29/11/2016

Paris 2911

Mardi 29 11 2016

Orsay 10.30 à 15h Expo Bazille.

Jean Frédéric Bazille, ( à Montpellier - à Beaune-la-Rolande (Loiret), est un peintre impressionniste français. Il a partagé son atelier avec Monet et Renoir. Expo rare. Quelques très beaux tableaux.

frc3a9dc3a9ric-bazille-au-musc3a9e-dorsay-copier.gif?w=505&h=504

Second empire. Un peu fouillis et fourre-tout. Pas mal de croûtes de l'empereur, sa femme et le petit prince, dont on avait pas trop envie de serrer la pince. Éloge de la bourgeoisie d'Empire et d'une autre période de l'argent roi. Une ligne à peine sur les vilains communards qui avec les prissiens ont mis fin à un si beau commerce. Au milieu de tout ça, le tableau de Manet, déjeuner sur l'herbe, refusé!, un cheveu sur la pelouse de Napoléon le petit. 

Dejeuner_sur_lherbe.jpg

Puis quelques Manet, Monet, Gauguin, Rodin, Bourdelle...

Repas rue de Rivoli. Magasin Colette, kitch et sans grand intérêt. 


Le soir à pied à Notre-Dame pour le concert Lux Aeterna. 

Maîtrise Notre-Dame de Paris, Chœur d'adultes

Maîtrise de Radio France

Yves Castagnet, orgue

Sofi Jeannin et Henri Chalet, direction

0d11d9_dd16aac018fb4173861aca87f61930c0~mv2_d_4000_3000_s_4_2.webp

0d11d9_809f4c5f330549d3b250010f77857c85.webp

18:59 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0)

26/11/2016

Chocolat

Décidément ce mois de novembre est encore pire que les autres années. Trump est élu avec 2 millions de voix de moins qu'Hillary. Sauf miracle, un réac va gagner demain la primaire de la droite. Il faudra bosser plus pour gagner moins, saquer la sécurité sociale et engraisser les assureurs, faire des courbettes au tueur d’Alep… Bref on va être chocolat !

d0df39dbdc4cc59c4f1e7a9d2f43bbb4.jpg

Mais ceci n’est rien en comparaison du scandale Toblerone. Déjà que la barre Toblerone est américaine et non pas suisse comme on le croit !

 

Elle appartient à Mondelēz (notez le macron sur le e), la grande multinationale des sucreries.

Eh bien figurez-vous que Mondelēz International a décidé de changer la forme de la barre en Angleterre. Grand émoi dans le royaume. Le Brexit OK, Trump d'accord, mais on ne touche pas au Toblerone.

Voilà le changement :

le-toblerone-a-perdu-des-triangles-au-royaume-uni_4211806_1000x500.jpg?v=1

 

 

 

Pour novembre prochain préparez-vous à pire :

la-nouvelle-tablette-britannique-de-toblerone.jpg