Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2012

Le Mégevan

Encore un beau séjour de la quinquaillerie au châlet du Mégevan chez Michel et Nanou. Les photos de Raymonde :

IMG_3787.jpg

IMG_3791.jpg

IMG_3792.jpg

Le Mont-Blanc :IMG_3817.jpg

Le chaletIMG_3819.jpg

IMG_3843.jpg

IMG_3856.jpg

La cave et l'arrivée d'eau - Vues d'en basIMG_3862.jpg

IMG_3879.jpg

IMG_3896.jpg

IMG_3930.jpg

IMG_3941.jpg

IMG_3942.jpg

IMG_3977.jpg

IMG_4031.jpg

IMG_4040.jpg

IMG_4053.jpg

IMG_4054.jpg

Sur le toit

IMG_4078.jpg

Le retour

 

IMG_4081.jpg

19:33 Publié dans Blog, Quinqua | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2010

Verrous

Ca-vient.jpg

 

 

Une histoire vraie,

racontée au Mégevan pas Bernard

 

Roger, paix à son âme, avait la manie des verrous. Un jour, il décide de doubler la sécurité de sa porte en ajoutant 4 nouveaux verrous achetés chez BricoTruc. A cette époqe, Roger était déjà un homme âgé et l’alcool avait dissous pas mal de ses neurones. Petit problème imprévu, il existe des verrous qui s’ouvrent à gauche et d’autres à droite.

C’est ainsi que, le soir en rentrant, Roger se retrouvait avec une belle problématique :  En plus de la clé normale, 8 clés de verrous, dont 5 qui s’ouvrent dans un sens et 3 dans l’autre répartis le long de sa porte.

Ca-vient.jpg

Chaque soir, il fait son petit quart d’heure / vingt minutes de tentatives infructueuses, puis il décide finalement de passer par le jardin.

La porte du jardin est toujours entrouverte pour laisser passer Mignonne, la chatte de Roger, une bête plutôt indépendante et fière qui aime entrer et sortir à sa guise.

A propos de verrou (et de chatte :-) allez faire un tour chez le garde-mot, il traite de ce mot en parlant de ce célèbre tableau intitulé le verrou :

Ca-vient.jpg

10:00 Publié dans Quinqua | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : complexité

05/02/2010

Mise au point G

Ca-vient.jpg

 

 

Dans le cadre du droit de réponse.

Voici ce que Josie, alias madame G, m’a envoyé…

 

Ah! les Gars! le voici l'état de la Dame entre deux GorGées de ... ?..

Accrochée au charme de la voix de Morel, perlant du sein chaud que fut notre soirée, dans la rondeur de notre amitié, j'y ai cru, à cette cruelle nouvelle : la disparition annoncée du POINT G, confirmée par des chercheurs anGlais et enGourdis des doiGts comme de la lanGue, sonnait donc le Glas d'un temps où les Gestes Gaillards s'enGoulinaient en des Gorges profondes, qui en firent effectivement Glousser plus d'une et moi la première.

Et devant le René et le Joel, GaGnants d'une Guerre des Sexes jamais finie

J’ai appelé intérieurement toutes les Filles et Femmes de la terre pour une insurrérection en formes de Galipettes GourGandines.

Hélas ! lasse du silence réGnant , je me suis enfin résiGnée, la nuit largement tombée, à Gamberger seule, dans la recherche de mon point G, au fin fond de ma grotte intime.

Bien m'en a pris, ... car, en vérité, je vous le dis: G. est toujours là !

Gaillardement là, Génétiquement là, sur sa Garde, Gonflé comme un GuiGnol en Goguette.

Alors , Morel, René, Jojo et tous les autres, pleurez Grave de devoir Garer vos bijoux au GaraGe : le point G est toujours prêt à partir au ¼ de tour, à nous servir comme un dieu, qui sait à lui seul nous ré-jouir!

A vous toutes mes Gamines rient

Madame G - fiévrier 010

09:01 Publié dans Quinqua | Lien permanent | Commentaires (0)

03/02/2010

Point G

Ca-vient.jpgL’autre soir au chalet des Mégevan, René, toujours lui, a fait la preuve de sa grande maîtrise de la technologie. Il nous a fait partager, au milieu des neiges, une grande nouvelle que vous avez sans doute lu ou entendu ici et là : Le point G n’existe pas.

Pour ce faire, il avait podcasté et gravé sur un CD, la chronique de François Morel de ce vendredi qui tenait l’info d’Andréa Burri, psychologue bernoise et Tim Spector (le frère de Phil ?) épidémiologiste.

Il y avait dans l’assistance de joyeux lurons quelques luronnes adeptes du point G, dont Josie qui n’a pas accepté la nouvelle si facilement. Il faut dire que le point G, nommé ainsi en l'honneur du gynécologue allemand Ernst Grafenberg, qui aurait découvert la zone érogène en 1950, était, comme nous, à son apogée dans les années 70-80.

On comprend cette réticence. Il est, en effet, difficile pour Josie et d’autres de vouer aux gémonies un point qui lui a généré tant de gémissements et de généreuses, voire même géantes, jouissances.

Difficile de croire que ce point génial, quand les génitoires engagés à fond au périgée du périnée, que ce point là puisse ne pas exister. Surtout qu’elles s’étaient données de la peine pour le dégeler. Il ne faudrait pas croire qu’il suffisait de gésir, non, pour que le plaisir ne soit pas mitigé, il fallait gérer sa montée sans négliger les fantasmes imagés les plus dégénérés. C’est à ce prix seulement que pouvait jaillir très haut un geyser génésique à chaque fois régénéré.

Rien ne sert de rager, elles se sont fait gruger, la géographie libidinale a changé et maintenant les voilà âgées. Qu’importe il leur reste des souvenirs d’un point G source de gémissements et généreuses jouissances... En attendant, dixit Bernard, qu'on nous bricole un point P, je sens que je vais me faire égorger.

11:02 Publié dans Quinqua | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : quinquaillerie

02/02/2010

Mégevan

Qui a dit que les sexagénaires avaient de la peine avec la technologie ? Notre bande de joyeux quinquas et sexagénaires, dit la quinquaillerie, a passé une soirée un peu magique au chalet de Mégevand après avoir brassé la neige pendant plus de deux heures, une soirée à chanter et raconter des histoires, une nuit courte et, le lendemain, une rando à raquettes dans ce décor de rêve. Et, le lundi, voilà un petit reportage grâce à René technicien et artiste :

11:35 Publié dans Quinqua | Lien permanent | Commentaires (2)