Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2010

Point G

Ca-vient.jpgL’autre soir au chalet des Mégevan, René, toujours lui, a fait la preuve de sa grande maîtrise de la technologie. Il nous a fait partager, au milieu des neiges, une grande nouvelle que vous avez sans doute lu ou entendu ici et là : Le point G n’existe pas.

Pour ce faire, il avait podcasté et gravé sur un CD, la chronique de François Morel de ce vendredi qui tenait l’info d’Andréa Burri, psychologue bernoise et Tim Spector (le frère de Phil ?) épidémiologiste.

Il y avait dans l’assistance de joyeux lurons quelques luronnes adeptes du point G, dont Josie qui n’a pas accepté la nouvelle si facilement. Il faut dire que le point G, nommé ainsi en l'honneur du gynécologue allemand Ernst Grafenberg, qui aurait découvert la zone érogène en 1950, était, comme nous, à son apogée dans les années 70-80.

On comprend cette réticence. Il est, en effet, difficile pour Josie et d’autres de vouer aux gémonies un point qui lui a généré tant de gémissements et de généreuses, voire même géantes, jouissances.

Difficile de croire que ce point génial, quand les génitoires engagés à fond au périgée du périnée, que ce point là puisse ne pas exister. Surtout qu’elles s’étaient données de la peine pour le dégeler. Il ne faudrait pas croire qu’il suffisait de gésir, non, pour que le plaisir ne soit pas mitigé, il fallait gérer sa montée sans négliger les fantasmes imagés les plus dégénérés. C’est à ce prix seulement que pouvait jaillir très haut un geyser génésique à chaque fois régénéré.

Rien ne sert de rager, elles se sont fait gruger, la géographie libidinale a changé et maintenant les voilà âgées. Qu’importe il leur reste des souvenirs d’un point G source de gémissements et généreuses jouissances... En attendant, dixit Bernard, qu'on nous bricole un point P, je sens que je vais me faire égorger.

11:02 Publié dans Quinqua | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : quinquaillerie

Commentaires

Une suite sur ce sujet, cette semaine avec l'émission "Un temps de Pauchon" toujours sur France Inter mais à 17H50 du lundi au jeudi après Y. Calvi.

Écrit par : RV | 03/02/2010

Bravo Joël, tu as su, une fois encore, tirer la substantifique moelle d'un tel évènement. Dommage que Josie ne nous fasse pas part de ses états d'âme après une information aussi forte pour toute sa vie de défenderesse de la féminité à l'état pur!

Écrit par : René | 03/02/2010

Reçu de Josie... Je fais une note avec sa réponse :

"Comme mon handicap technologique m'empêche de me bloGGuer au Joueb de Joël, je vous envoie avec tout mon attachement l'état de la Dame après la cruelle nouvelle de la disparition du Point G

Dommage que le temps me soit compté car cela fait échapper toutes les effluves verbeuses que la masturbation de mes doigts sur cet ordi aurait fait jaillir en toute paillardise et gourmandise.

mais entre tempête et tant pis, le temps met son tempér-amant et il est drastique!

biz sympathiques

de votre dévouée madame G

Écrit par : Joël / Josie | 05/02/2010

Suite à la remarque de RV, lien sur le temps de Pauchon:

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/untempsdepauchon/index.php?id=88166

Écrit par : Joël | 09/02/2010

Merci pour ces liens sur ce point déja sorti de l'actualité.
Le point P est donc un point prostate.

Écrit par : Marc | 09/02/2010

François Morel a remis cela ce matin dans sa chronique et c'est Josie qui va être contente.

Écrit par : RV | 12/02/2010

Les commentaires sont fermés.