Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2016

Beaune J2

maxresdefault.jpg

Man on High Heels

L’homme aux talons hauts

Aux yeux des gens Yoon Ji-wook est un policier sadique et sans pitié pour ses ennemis. Ce que les gens ignorent c'est que son profond désir est de devenir une femme.

Derrière ce pitch assez simple se cache un film brillant. Le personnage de Yoon est hallucinant dans son job de policier. Le film commence par un scène d’anthologie dans un boite de nuit. On est tout de suite plongé dans une ambiance « polar » extraordinaire et très coréenne. Le super mâle dominant continue de montrer ses muscles mais on sait qu’il cache un transsexuel. Comment cela va-t-il se passer. Malheureusement la fin n’est pas tout à fait à la hauteur.

Le film va obtenir le grand prix.

CADP-cartel-1-315x450.jpgTo steal from a thief

Cien Años de Perdon

Un matin pluvieux, six hommes armés et masqués attaquent une banque à Valence. Les braqueurs semblent avoir une mission simple et précise : vider le plus de coffres-forts possible avant de s’échapper par un tunnel. Mais l’opération pourrait bien prendre une dimension politique et éclabousser le gouvernement en place.

Le directeur de cabinet de la présidente découvre en effet que son propre parti a commandité le braquage dans l’espoir de mettre la main sur des documents compromettants, enfermés dans un des coffres forts de la banque. Les pluies torrentielles qui s'abattent sur la ville ayant inondé l'accès au tunnel, les braqueurs décident de tout mettre en œuvre pour parvenir à s’échapper sans que personne ne découvre le contenu secret du coffre n° 314...

On se perd un peu dans la très riche intrigue de ce film espagnol qui se distingue du classique braquage de banque par ses implications politiques. Ce sont précisément ces implications qui ne sont pas très claires. Les acteurs principaux sont excellents en particulier les braqueurs. Un bon film. Un peu long peut-être.

desiertojonascuaron.jpg

Desierto

De Jonas Cuaron

Désert de Sonora, Sud de la Californie. Au cœur des étendues hostiles, emmené par un père de famille déterminé, un groupe de mexicains progresse vers la liberté. La chaleur, les serpents et l'immensité les épuisent et les accablent… Soudain des balles se mettent à siffler. On cherche à les abattre, un à un.

Scénario très simple mais on est tenu en haleine tout du long de cette histoire d’un américain cinglé et raciste accompagné de son chien Tracker bien dressé et un vrai fauve traquant de pauvres mexicains partis pour vivre le rêve américain.

Le film obtient le prix spécial du jury ex-aequo.

Brian+De+Palma+Passion+Premiere+69th+Venice+HWBhO3QlyxTl.jpgLongue intro savante du directeur de la cinémathèque sur Brian de Palma avant que celui-ci ne monte sur scène pour un petit speech très sympa. Il insiste sur son amour des festivals et on sent le vrai cinéphile derrière le cinéaste. Cela en fait au moins deux avec Lelouch dans la salle qui ne rate aucune séance. 

Ensuite longue présentation de Julien Leclercq le réalisateur de Braqueurs qui passe longuement la brosse à reluire sur Brian de Palma qui est heureusement bien assis.

Braqueurs

Le film : Yanis, Eric, Nasser et Frank forment l’équipe de braqueurs la plus efficace de toute la région Parisienne. Entre chaque coup, chacun gère comme il peut sa vie familiale, entre paranoïa, isolement et inquiétude des proches. Par appât du gain, Amine, le petit frère de Yanis, va commettre une erreur... Une erreur qui va les obliger à travailler pour des caïds de cité. Cette fois, il ne s'agit plus de braquer un fourgon blindé, mais un go-fast transportant plusieurs kilos d'héroïne. Mais la situation s’envenime, opposant rapidement braqueurs et dealers…

Un bon film de bonne facture très classique donc du déjà vu forcément.

10:37 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/03/2016

Beaune J1

Arrivée à Beaune pour le festival du film policier

-         Pas de film visible avant 5 :30

          On visite donc les Hospices. C’était à faire.

-         Visio de Fritz Bauer un héros allemand

-         Repas sympa à la cave du Paradoxe avec Pascale

153486.jpg Fritz Bauer,

un héros allemand

En 1957, le juge Fritz Bauer apprend qu'Adolf Eichmann se cache à Buenos Aires. Les tribunaux allemands préfèrent tourner la page plutôt que le soutenir. Fritz Bauer décide alors de faire appel au Mossad, les services secrets israéliens.

Un très bon film bien construit avec, entre autre, deux acteurs Burghart Klaußner et Ronald Zehrfeld excellents. En particulier le premier qui joue un Fritz Bauer bougon à souhait, fumeur invétéré et râleur mais super efficace et prêt à tout y compris la haute trahison pour mener à bien sa traque des criminels nazis.

Le film évoque de façon poignante et réaliste la situation de l'Allemagne d'après-guerre. Il traite un sujet méconnu et montre la difficulté de faire bouger un système. L’Allemagne d’Adenauer n’en ressort pas grandie. La dénazification attendra que ces vieux messieurs soient dans le tombeau ou bien proche fin du siècle, début du XXIième. On découvre aussi la législation concernant les homosexuels en Allemagne à cette époque largement inspirée des nazis. Le paragraphe de loi 175 écrit par les nazis sera abolie en 1996 seulement.

Le personnage de Eichmann est assez terrible dans ce qu’il dit des juifs en 1955, « il fallait les exterminer tous. J’y ai travaillé nuit et jour. ». On sait que condamné à mort, il argumentera auprès du président d’Israël, Ben Zwi, en se faisant passer pour un simple exécutant.

Pour en savoir plus.

18:47 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/03/2016

Cinéma Paradiso

Ce soir avec Enrico et sa mamma on a pu voir Cinéma Paradiso au Rouge et Noir (notre paradiso à nous), le film de Giuseppe Tornatore avec Philippe Noiret, film de 1988. Inutile de présenter un des films les plus primés de l’histoire du cinéma. On dira simplement que c’est un bonheur de retrouver sur grand écran ce bel hommage à l’art populaire qu’est devenu le cinéma au XXième siècle.

cinema-paradiso-home.jpg Avec le cinéma on a fait entrer dans les salles des gens qui ne vont jamais au musée ni au concert. Le septième art a réussi ce que les six autres n’avaient pas fait, élever le goût artistique de toute la population et pas seulement d’une élite cultivée et friquée.

Il  est important de garder des lieux pour partager ces œuvres de qualité qui se multiplient avec les facilités qu’offre le numérique.   

15:03 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (2) |

14/02/2016

Annonay D4

1610667618.jpg3000 nuits

Palestine – Mai Masri

avec : Maisa Abd Elhadi, Nadera Omran, Raida Adon, Karim Saleh, Abir Haddad, Khitam Edelbi

Injustement incarcérée pour avoir aidé un jeune homme blessé, la jeune Layal se fait immédiatement malmener, voire torturer par tout le personnel.  Accrochée par les bras, tirée par les cheveux, on l'empêche entre autre de dormir.

Terrorisée, elle doit partager la cellule de plusieurs autres détenues israéliennes qui l'accueillent aussi avec violence. Lors des interrogatoires, elle ne peut rien révéler puisqu'elle est innocente et refuse de témoigner contre le jeune homme qu'elle a aidé et qui est suspecté d'une attaque terroriste. Après une parodie de jugement, elle est condamnée à 8 ans de prison. Et c'est dans les premiers jours qu'elle découvre qu'elle est enceinte. Son mari lui demande d'avorter, elle refuse.

Prix du public. C’est un bon film qui montre que la radicalisation et la répression israélienne vis-à-vis des palestiniens est une impasse. Femme tranquille Layal va devenir en prison une militante de la cause palestinienne et donc une vraie terroriste aux yeux des israéliens.

4031057900.jpgPikadero

De Ben Sharrok – Pays Basque

avec : Joseba Usabiaga, Barbara Goenaga, Lander Otaola, Zorion Eguileor, Itziar Lazkano, Peio Arnaez

Pikadero/picadero 1. École d’équitation. 2. Lieu de rencontres sexuelles. En espagnol mais le k doit être basque

Gorka approche de la trentaine et habite toujours chez ses parents. Touché par la crise qui secoue l’Espagne, il est satisfait de son poste temporaire dans une usine d’outils. Il a récemment fait la connaissance d’Ane. Du même âge que lui, elle aussi vit chez ses parents. Arrive le moment de leur première fois. Mais où aller ? Tous deux ne bénéficient d’aucune intimité chez eux, et l’hôtel s’avère trop cher. Les amoureux partent alors en voiture à la recherche d’un «pikadero». Mais entre les plans d’émigration d’Ane et la peur de Gorka face à l’avenir, difficile de trouver le bon moment.

On s’ennuie ferme dans ce film qui n'est vraiment pas une bonne promotion de l'Euskadi sinistrée.

Pour le palmarès, voir ici.

13/02/2016

Annonay D3

3548702226.jpgKeeper

Belgique – Suisse – France Guillaume Senez

avec : Kacey Mottet Klein, Galatéa Bellugi, Catherine Salée, Sam Louwyck, Laetitia Dosch, Aaron Duquaine, Léopold Buchsbaum

Maxime et Mélanie s’aiment. Ensemble, ils explorent, avec amour et maladresse, leur sexualité. Un jour, Mélanie apprend qu’elle est enceinte. Maxime accepte mal la nouvelle mais peu à peu se conforte dans l’idée de devenir père. Il convainc alors Mélanie de garder l’enfant. C’est maintenant décidé, du haut de leurs 15 ans, Maxime et Mélanie vont devenir parents…
La famille de Maxime accepte plus ou moins la situation, la mère de Mélanie devient hystérique. Max joue au foot, il est gardien de but (goal keeper). Un moment on croit au salut par le foot mais heureusement non. Notre petit couple s’enfonce dans les problèmes. Mélanie accouche. L’enfant est mis en orphelinat et on assiste à un scène dans laquelle Max vient voir son enfant. J’étais très mal à l’aise et je ne suis pas arrivé à croire à cette histoire. Dommage. Il aura quand même le prix spécial du jury.

4122179527.jpgTheeb

 

Jordanie – Naji Abu Nowar

avec : Jacir Eid, Hassan Mutlag, Hussein Salameh, Jack Fox, Marji Audeh

1916, au loin la guerre fait rage, mais les échos n’atteignent pas la province ottomane de Hijaz. Leur père mort, Hussein a pris en charge l’éducation de son petit frère Theeb à qui il apprend à survivre dans cette contrée ingrate.

Une nuit, surgissent un officier britannique et son guide bédouin. Ils sont à la recherche d’un vieux puits abandonné. Hussein est désigné par les anciens pour les mener à destination. Theeb est fasciné par cet homme blond en uniforme et décide de les suivre.

On suit Theeb dans ces magnifiques paysages de désert. Une histoire pleine de rebondissements. Ce décor nous emmène dans une histoire plus grande qu’elle n’est en réalité, on est séduit. On apprend que ce film a été nominé pour l’oscar du meilleur film étranger, c’est d’autant plus déconcertant que le film, comme Melbourne, ne recevra aucun prix à Annonay.  

 

311331275.jpgSleeping Giant

Canada – Andrew Cividino

avec : Jackson Martin, Reece Moffett, Nick Serino, David Disher, Erika Brodsky, Rita Serino

 

Adam est un adolescent qui passe l’été avec ses parents au bord du vaste Lac Supérieur, à la frontière des Etats-Unis et du Canada. Sa routine se brise quand il se lie d’amitié avec Riley et Nate, deux cousins qui jouent aux petits malins en passant leur temps libre entre débauche, insouciance et sauts périlleux du haut des falaises.

La révélation par l’un d’eux d’un blessant secret sur Adam entraînera plusieurs événements irréversibles qui mettront à rude épreuve leur amitié.

Parfois mal à l’aise, j’ai eu un peu de peine à suivre ces trois ados souvent insupportables ce qui m’a amené à mettre des restrictions sur ce film qui obtiendra le prix à Annonay.

 

1777720706.jpgJe me tue à le dire

Belgique – Xavier Seron

avec : Jean-Jacques Rausin, Myriam Boyer, Serge Riaboukine, Fanny Touron, Franc Bruneau, Catherine Salée, Jackie Berroyer

 

Michel Peneud a peur de mourir. Il contemple sa mère malade, son visage blafard, son sein amovible. Il n’a pas envie de finir comme elle. Or depuis qu’il a décidé de mettre en vente la maison familiale et de placer sa mère dans une maison de retraite, Michel commence à perdre des plaques de cheveux, une grosseur inquiétante est apparue à sa poitrine.

Symptômes qui ne sont pas sans rappeler le cancer de sa mère. Le médecin lui assure que c’est bénin. Mais si tel est le cas, pourquoi propose-t-il à Michel d’effectuer un prélèvement ? Désormais, Michel en est certain : il est foutu.

On se marre dans ce film. De l’humour belge en veux-tu en voilà. Le film est découpé en six chapitres. Les scènes surréalistes s'enchaînent avec de grands moments tels que cette palpation de quatre velus dans les vestiaires d'une salle de sport...

 

12/02/2016

Annonay D2

8204034-12815247.jpg?v=1441024545La vanité – Sortie septembre 2015

De Lionel Baier

David Miller veut en finir avec sa vie. Ce vieil architecte malade met toutes les chances de son côté en ayant recours à une association d’aide au suicide. Mais Espe, l’accompagnatrice, ne semble pas très au fait de la procédure alors que David Miller tente par tous les moyens de convaincre Tréplev, le prostitué russe de la chambre d’à côté, d’être le témoin de son dernier souffle, comme la loi l’exige en Suisse. Un film désopilant sur un sujet mortel. Les trois personnages de ce huit clos sont super bien campés et on se marre. Mention à Ivan Gorgiev qui joue le prostitué.

1480722187.jpgLes deux amis – Premier film hors compétition de Louis Garrel

Clément, figurant de cinéma, est fou amoureux de Mona, vendeuse dans une sandwicherie de la gare du Nord. Mais Mona a un secret, qui la rend insaisissable. Quand Clément désespère d’obtenir ses faveurs, son seul et meilleur ami, Abel, vient l’aider. Ensemble, les deux amis se lancent dans la conquête de Mona.

On y croit pas et on s’ennuie très vite. N’en parlons plus. 

1275978143.jpgMelbourne – En compétition – Iran

avec : Payman Maadi, Negar Javaherian, Mani Haghighi, Shirin Yazdanbakhsh, Elham Korda, Roshanak Gerami, Alireza Ostadi

Amir et Sarah, jeune couple, sont sur le point de quitter le pays pour poursuivre des études à Melbourne, en Australie. Ils finissent de vider leur appartement. La baby-sitter de leur voisin, ayant eu un besoin urgent de s’absenter, leur a confié le bébé endormi.

Comme elle tarde à revenir, Amir appelle le père de l’enfant pour lui demander de venir le prendre. OK, n’en disons pas plus. Rarement vu un film avec une telle tension dramatique augmentée par les sonneries de l’interphone, des smart phones, de Skipe. On est à cran. Un bon film en huit clos passionnant et dire qu’il n’aura même pas de prix.

485076226.jpgIn your arms de Samanou Acheche Sahlstrøm

Avec : Lisa Carlehed, Peter Plaugborg, Kirsten Olesen, Gustav Giese, Johanna Wokalek

Maria, 35 ans, est infirmière dans une maison de repos. L’un de ses patients, Niels, est un jeune homme atteint d’une maladie incurable. Il veut aller en Suisse pour mourir par suicide assisté. Bien qu’elle soit contre son projet, Maria décide de l’accompagner.

Deuxième film de la journée sur le suicide assisté en Suisse où il est légal. Ce film ci est beaucoup plus dramatique. Je suis bien rentré dans l’histoire qui se termine cette fois par la vraie fin du héros. La confrontation du désagréable Niels et de la gentille et transparente Maria m’a paru possible, donc j’ai été pris par l'histoire.

Annonay D1

Annonay 2016 – Les films que j’ai vu, dans l’ordre

3633955730.jpg14:00 – Sea Fog – Les clandestins - Film coréen hors compétition de Sun Bo Shim sorti en avril 2015.

La vie privée du Capitaine Kang est une catastrophe. Seul son bateau de pêche lui donne satisfaction. Mais le propriétaire, jugeant l'activité du rafiot peu rentable, menace de le vendre. Pour éviter d'en arriver à cette extrémité, Kang accepte de transporter des clandestins chinois pour renflouer les caisses.

Après un début de voyage relativement calme, la tempête se lève et les imprévus se succèdent conduisant à une belle boucherie et pas mal de rebondissements. Un bon film, un peu glauque mais bien fait en pleine tempête sur la bateau et dans les crânes.

 

wedding-doll.jpg16:15 Wedding Doll – Israël – Nitzan Gilady

 

Hagit handicapée physique et mentale a un emploi d'ouvrière dans une petite fabrique de papier toilette.

Sa mère Sarah, divorcée, s'occupe seule de la jeune femme qui lorsqu'elle n'est pas au travail, fabrique de petites poupées de mariées. Sarah a un travail qu'elle met en péril en arrivant régulièrement en retard et un amant qu'elle doit sans cesse repousser pour rester avec sa fille.

Quant à Hagit, elle est très attirée par le fils du patron Omri qui lui rend son affection mais le jeune homme a honte devant ses amis d'être amoureux d'une handicapée. Leurs rendez-vous secrets sont bien gardés.

Mais l'usine va fermer, Hagit risque de perdre son emploi, Omri va partir...

Un bon film sur le handicap tourné dans le Negueev, je dirai vers la ville de Mitzpe Ramon en dessus du cratère. Le personnage de Hagit est très bien vu, l’actrice est excellente ansin que celle qui joue sarah. Le personnage de Omri n’est pas assez fouillé.

5625.jpeg18 :30 Je suis à vous tout de suite. Le film de la présidente du jury.

Hanna a 30 ans, beaucoup de charme et ne sait pas dire non : elle est atteinte de la névrose de la gentillesse. Ce drôle de syndrome familial touche aussi son père, Omar, « épicier social » et sa mère, Simone, « psy à domicile ». Avec son frère Hakim, focalisé sur ses racines algériennes et sa religion, le courant ne passe plus vraiment. Mais un événement imprévu oblige Hanna et Hakim à se retrouver…

Le film marche bien au début et puis progressivement on n’adhère plus à l’histoire et on commence à s’ennuyer et à devenir passablement critique. Peut-être qu’avec une bonne demie heure en meoins cela eut été un bon film. Un plus pour Vimala Pons excellente.