Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2016

Beaune J2

maxresdefault.jpg

Man on High Heels

L’homme aux talons hauts

Aux yeux des gens Yoon Ji-wook est un policier sadique et sans pitié pour ses ennemis. Ce que les gens ignorent c'est que son profond désir est de devenir une femme.

Derrière ce pitch assez simple se cache un film brillant. Le personnage de Yoon est hallucinant dans son job de policier. Le film commence par un scène d’anthologie dans un boite de nuit. On est tout de suite plongé dans une ambiance « polar » extraordinaire et très coréenne. Le super mâle dominant continue de montrer ses muscles mais on sait qu’il cache un transsexuel. Comment cela va-t-il se passer. Malheureusement la fin n’est pas tout à fait à la hauteur.

Le film va obtenir le grand prix.

CADP-cartel-1-315x450.jpgTo steal from a thief

Cien Años de Perdon

Un matin pluvieux, six hommes armés et masqués attaquent une banque à Valence. Les braqueurs semblent avoir une mission simple et précise : vider le plus de coffres-forts possible avant de s’échapper par un tunnel. Mais l’opération pourrait bien prendre une dimension politique et éclabousser le gouvernement en place.

Le directeur de cabinet de la présidente découvre en effet que son propre parti a commandité le braquage dans l’espoir de mettre la main sur des documents compromettants, enfermés dans un des coffres forts de la banque. Les pluies torrentielles qui s'abattent sur la ville ayant inondé l'accès au tunnel, les braqueurs décident de tout mettre en œuvre pour parvenir à s’échapper sans que personne ne découvre le contenu secret du coffre n° 314...

On se perd un peu dans la très riche intrigue de ce film espagnol qui se distingue du classique braquage de banque par ses implications politiques. Ce sont précisément ces implications qui ne sont pas très claires. Les acteurs principaux sont excellents en particulier les braqueurs. Un bon film. Un peu long peut-être.

desiertojonascuaron.jpg

Desierto

De Jonas Cuaron

Désert de Sonora, Sud de la Californie. Au cœur des étendues hostiles, emmené par un père de famille déterminé, un groupe de mexicains progresse vers la liberté. La chaleur, les serpents et l'immensité les épuisent et les accablent… Soudain des balles se mettent à siffler. On cherche à les abattre, un à un.

Scénario très simple mais on est tenu en haleine tout du long de cette histoire d’un américain cinglé et raciste accompagné de son chien Tracker bien dressé et un vrai fauve traquant de pauvres mexicains partis pour vivre le rêve américain.

Le film obtient le prix spécial du jury ex-aequo.

Brian+De+Palma+Passion+Premiere+69th+Venice+HWBhO3QlyxTl.jpgLongue intro savante du directeur de la cinémathèque sur Brian de Palma avant que celui-ci ne monte sur scène pour un petit speech très sympa. Il insiste sur son amour des festivals et on sent le vrai cinéphile derrière le cinéaste. Cela en fait au moins deux avec Lelouch dans la salle qui ne rate aucune séance. 

Ensuite longue présentation de Julien Leclercq le réalisateur de Braqueurs qui passe longuement la brosse à reluire sur Brian de Palma qui est heureusement bien assis.

Braqueurs

Le film : Yanis, Eric, Nasser et Frank forment l’équipe de braqueurs la plus efficace de toute la région Parisienne. Entre chaque coup, chacun gère comme il peut sa vie familiale, entre paranoïa, isolement et inquiétude des proches. Par appât du gain, Amine, le petit frère de Yanis, va commettre une erreur... Une erreur qui va les obliger à travailler pour des caïds de cité. Cette fois, il ne s'agit plus de braquer un fourgon blindé, mais un go-fast transportant plusieurs kilos d'héroïne. Mais la situation s’envenime, opposant rapidement braqueurs et dealers…

Un bon film de bonne facture très classique donc du déjà vu forcément.

10:37 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.