Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2016

The job

Je rebondis sur la proposition de mon ami Aredius de faire connaître sa lettre à Jean-Vincent Plaçou, celle est à lire ici. Pour ceux qui ne lisent pas régulièrement ce blog et les blogs d’Aredius, un plaçou est un mot du limousin qui, selon wiki, désigne « Un emploi obtenu grâce à l’entregent de quelqu’un, généralement un poste de planqué. » Une sinécure !

000_par7062559.jpg

Jean-Vincent a un nom prédestiné, il s’appelle Placé, il voulait donc se placer… et il a réussi ! Bien sûr les amateurs de bourrins vous diront que le cheval Gagnant rapporte plus que le Placé. Les mauvaises langues ajouteront qu’il n’est pas prêt près de jouer gagnant le Placé vu que son job dans la simplification est compliqué par des députés, des sénateurs, un conseil d’état, un conseil constitutionnel, un conseil économique et social… et bien d’autres complexifieurs, grands satrapes, vice-curateurs… de la république pataphysique du père François Ubu.

Aredius a raison, le père Ubu aurait dû nommer Jean-Vincent ministre car on ne fait pas un travail d’Hercule avec de petits bras. Le père Ubu avait parlé de simplification dans sa campagne. Il prétendait qu’il ne pensait pas à devenir président quand il se rasait le matin. Il disait se raser au rasoir d’Ockham (ou d’ocam pour simplifier), qu’il était un mec normal, simple et tout et tout.

Rien n’a marché, quatre ans plus tard tout est plus compliqué qu’avant. Il aurait dû nommer Aredius ministre du rasoir d'Occam en début de mandat, il aurait rasé tous les complexifieurs députés, juges et fonctionnaires qui dépassent et il aurait empêché tous les plaçous. Grâce à son succès dans le job, Pierre Gattaz aurait proposé qu'on lui verse (à Aredius pas à Ubu) vingt ou trente millions par mois jusqu'à que mort s'ensuive. Voilà une démarche qui aurait plu aux actionnaires et aux petits patrons !

22/03/2016

Train de sénateur

Combien coûte le sénat ?

Sachant qu’un sénateur coûte un demi million d’euro par an et donc que l’ensemble des sénateurs coûtent 175 millions. A cela il faut ajouter toute l’infrastructure du palais du Luxembourg, les fonctionnaires, bref on double... soit pas loin de 340 millions annuel.  

Cumul-des-mandats-le-Senat-gagne-une-manche_reference.jpgA quoi sert le sénat ?

Réponse : à rien.

Dernières décisions pour la planète à titre d’exemples :  

Les sénateurs ne font rien pour les abeilles laissant les néonicotinoïdes en vente libre.

Les sénateurs ne veulent pas de bio dans les cantines. La commission des affaires économiques du sénat vide de sa substance un texte sur l’ancrage territorial de l’alimentation portée par la députée (EE-LV, Dordogne) Brigitte Alain, que les députés avaient votés à l’unanimité. Le texte visait 40 % de produits relevant de l’alimentation durable (de saison, issus de circuits courts ou de filières labellisées) dont 20 % provenant de l’agriculture biologique en 2020, dans la restauration collective de l’Etat et des collectivités territoriales.

Le sénat s’oppose aux toitures végétales. Cet amendement stipulait que tout nouveau bâtiment situé en zone commerciale devait avoir une 5ème façade, c’est-à-dire une obligation d’installer des dispositifs végétalisés ou de production d’énergies renouvelables sur toute ou partie des toitures.

etc...

20/03/2016

Namie

Namie est un gros bourg de 21'000 habitants, deux fois la population de Saint Julien…

Disons plutôt que Namie était une ville de 21'000 habitants. Aujourd’hui, c’est une ville morte. On peut y venir le jour mais on ne peut pas y rester la nuit. D’ailleurs qui aurait envie en ce moment de passer une nuit à Namie. Pourtant Namie avait des atouts avec sa bordure sur le Pacifique.

Sa marina sur le Pacifique, c’était bien ça le problème quand en 2011 s’est déclenché le fameux tsunami. Tsunami,  津波, un mot japonais qui veut dire « la vague du port ». Oui, finalement, c’était le problème de Namie d’être trop prés de la mer... mais surtout trop près de la centrale de Fukushima, à sept kilomètres seulement.

90212457_o.jpgPeu d’anciens habitants souhaitent revenir à Namie. 650 maisons détruites, 182 morts, 31 disparus. La journée, on y ramasse les milliers de tonnes de déchets nucléaires. La nuit, les sangliers viennent labourer les champs avec leur groin. Ils vivent là avec les lapins et les chats sans concurrence sérieuse.

Sur les trois quarts de la commune on s’expose à 50 fois la dose de radiation recommandée qui est de 1 millisieverts par an (mais on considère que jusqu’à 100 millisieverts l’augmentation du risque de cancer est peu probable).

4879698_6_21f2_selon-le-gouvernement-de-la-ville-de_7eaf6f3dc5888421276e502a8f82a1a1.jpg

Pourtant au moins un agent immobilier s’agite à Namie et quelques habitants veulent revenir y vivre. Comme le rat et le sanglier, l’homme est un animal coriace et on peut parier que, dans 20 ans, Namie sera habitée à nouveau même la nuit. Il se peut que cela redevienne un lieu agréable.

N’empêche que, si on se met à la place de ces gens qui habitaient non loin de la centrale de Fukushima, qui ont été chassés de leurs maisons, on se dit que le nucléaire, oui… mais non.

08/03/2016

Rire et santé

On peut s'en payer une bonne tranche, rire à gorge déployée, se marrer comme un bossu ou comme une baleine, se fendre la poire, se payer un pinte de bon sang en se fendant la gueule... ou encore relire Bergson en s'endormant, trop triste. Mais le mieux c'est de faire comme le président de la confédération rire sous cape avec ce petit air pince sans rire. Santé intelligence !

16/02/2016

Pensée latérale

taxtime1.gifEn anglais on les appelle Bean-Counters, les compteurs de haricots. Ce sont les comptables qui sont concentrés sur les dépenses et uniquement les dépenses.

De ce point de vue, pas mal d’économistes me semblent être des bean-counters. De leur point de vue, rien n’est possible dès que cela peut coûter un peu… Ils disent : "Mon bon monsieur, les caisses sont vides et les dettes au plafond ! On ne peut pas le faire, c'est tout ! Fin du débat."

« Point d’argent point de suisse ! » comme dit Petit Jean dans les plaideurs.

Un bel exemple par l'absurde de cette courte vue est la critique d’Hillary Clinton de la proposition de Bernie Sanders de mettre en place un couverture maladie universelle « à la française » aux zuesses. "C'est impossible !", disent les économistes associés à Hillary, "C'est bien trop cher !"

Donc une mesure qui fonctionne en France depuis 1945 est trop coûteuse pour le pays le plus riche du monde.*

pens%C3%A9e-lat%C3%A9rale-41823901.jpgJe crois qu’il faut former des économistes, et même former tout le monde, à penser « Hors cadre ». La pensée latérale est nécessaire.

Jetons aux poubelles de l'histoire les politiques et les économistes qui disent « ça ne peut pas marcher... c’est trop cher... c’est impossible... c’est pas réaliste... c’est stupide… »

Ecoutez Alexandre Jardin sur les faiseurs, c’est ici. C'est étonnant ! Il nous faut de drôles de zèbres pour changer de cadres.

action_font_avancer.pngSi ça vous tente, c'est ici les zèbres...