Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2015

2015

J’ai lu un article qui disait que l’on ne se souhaitait plus "bonne journée" mais "bon courage". Ceci m’a fait penser à Pierre Rabhi qui dit qu’avant un repas, à cause des pesticides, on ne dit plus « bon appétit » mais « bonne chance ». L’article analysait aussi quelques tics de langage. J’en ai fait une note.

En fait, j’avoue que, du point de vue de la société, en particulier et pour ce qui concerne la communication proprement dite, je ne suis carrément pas content de l’année 2015. "Annus Horribilis" entre guillemets. C'était, entre parenthèse, ce que disait la reine Elisabeth de l'année 1992 après la cascade de divorces princiers et l'incendie du château qui s’abattirent à la fois sur les Windsor et sur Stéphane Berne.

Mais on ne va pas se mentir, à titre personnel, j’avoue que si je dis que finalement l’année 2015 fut plutôt bonne ; honnêtement c’est pas faux, c’est même carrément un vérité vraie. Mais quand même, je n'ai pas gagné au loto et c’est une année qui a passé vraiment  trop vite, je dirais en mode « speed », enfin entre guillemets.

1f21d.jpg

D’ailleurs la mode est au fast, fast food et fast life et too fast. C’est assez bizarre ce besoin de faire les choses "vite fait" alors que l’on a de plus en plus de temps libre, surtout pour les chômeurs, les retraités et les assistés de tout poils comme on conseille de dire, l’air de rien, dans les éléments de langage chers à LR (de quelque chose).

En fait, il faut bien l’avouer on ne sait plus très bien décoder l’ADN de cette société qui nous consume tout en consommant le feu qui est en nous. Quels logiciels sont donc implémentés dans nos cerveaux pour nous avoir fait perdre à ce point l’esprit critique ?   

milla-jovovich-2256894_1368.jpg?v=1En fait, pour ce post, j’étais juste en mode "tics de langage" (entre guillemets, faire le geste à quatre doigts).

C’est promis en 2016, je reviens en mode normal, genre habituel. Je switche off "les tics". C'est clair ? Lol et mdr. Et finalement point-barre pour 2015.

Voilà. Bien à vous et bon courage à tous !

16:33 Publié dans Blog, Mots | Lien permanent | Commentaires (1)

01/12/2015

Renommée


Michel_Onfray_-_Theatre_rond_point_-_2010-05-20.jpgJ’aime bien Onfray. Il m’est arrivé de le défendre sur la blogosphère quand des jaloux tentaient de discréditer sa philosophie. J’ai regretté d’habiter si loin de Caen où il tient son université populaire. Pourtant, il faut bien admettre que, ces derniers temps, il s’est pris les pieds dans le tapis médiatique et les ficelles du net, à tel point que Daech en à fait son porte-parole officieux.

Les trompettes de la renommée sont bien mal embouchées, chantait déjà tonton Georges. Notre philosophe normand et néanmoins inter-national aurait mieux fait de s’en tenir à sa première façon, lire, lire et  relire encore puis pisser quotidiennement de la ligne philosophique en démontant les baudruches que sont la psychanalyse (clic pour voir ma note de 2010), le structuralisme, les nouveaux philosophes, BHL…

Au lieu de cela, il a battu le tambour (pas avec ses parties génitales non mais presque) sur les plateaux télé qui ne sont que des grosses caisses à la peau trop tendue pour donner un son franc du collier. Ruquier, Jean-Jacques Bourdin, Yann Moix, Ardisson, Nagui, … tous ces batteurs d’estrade avides de petites phrases qui font le buzz pour faire sonner la renommée de leurs émissions. Comment un mec aussi intelligent a-t-il pu se montrer si naïf en pensant qu’il pourrait faire passer de la philosophie, exercice qui requiert du temps, de la profondeur dans cet espace de l’instantané et du superficiel ?

omv7c83b.jpg

C’est dommage qu’il ne m’ait pas consulté avant, je lui aurais parlé de l’Ecclésiaste, un texte de la Bible pas trop porté sur la bondieuserie, qui dit qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, qu’il y a un temps pour naître et un temps pour mourir, un temps pour parler et un temps pour se taire etc... Et surtout que tout n’est que vanité, que rien n’a de sens et que, fou ou philosophe, on meurt un jour et qu'en attendant il faut profiter de la vie, le fameux hédonisme cher à Michel.

En fait, Michel m’a consulté récemment et il a relu l’Ecclésiaste. Ensuite il a décidé de cesser de monter sur les plateaux et de ne plus jouer du tambour avec ses parties génitales, c'est trop douloureux. Il a fermé son compte Twitter. Il ne publiera pas son dernier opus sur l’Islam.

C’est bien Michel ! Continue ! C'est comme pour la cigarette, ce sont les premières semaines les plus difficiles.

Renommee1.jpg

* La déesse romaine de la renommée s’appelait Fama, on la représente avec une trompette. Le latin fama a donné famé et surtout malfamé et aussi fameux de famosus, connu. En anglais la renommée se dit fame, un emprunt au vieux français. Hall of fame, panthéon. 

* Fama à une racine indo-européenne commune avec fable tirée du verbe latin fari (grec phanaï) parler qui par ramification a donné faconde, enfant (qui ne parle pas), fatal (fatum, la parole divine). Bref, Onfray, faut pas trop parler, la faconde peut-être fatale. 

30/11/2015

Snark

snark_warning.pngLe snark est un serquin.

Mais qu’est-ce qu’un serquin ?

C’est un mélange de serpent et de requin. La chasse au snark est une œuvre loufoque de Charles Lutwidge Dodgson alias Lewis Carroll, l’auteur d’Alice au pays des merveilles et grand créateur de mots-valises

Extrait de la chasse:  

Ils le traquèrent avec des gobelets ils le traquèrent avec soin

Ils le poursuivirent avec des fourches et de l'espoir

Ils menacèrent sa vie avec une action de chemin de fer

Ils le charmèrent avec des sourires et du savon.

A la fin nos chasseurs hétéroclites découvrent que le snark n’était en fait qu’un boujeum. Comme boujeum, on pense à la réponse ultime du mystère de la vie dans le guide de l’autostoppeur de la galaxy réponse qui est 42, le nombre fétiche de Carroll.  

Lewis Caroll était un diacre anglican, un homme célibataire et apparemment à la vie très rangée avec un goût certain pour les petites filles. C’était aussi un prof de maths. Alors les mathématiciens lui ont rendu hommage.

Le nombre de Lewis Caroll :

12345679 (sans 8) multiplié par 9 donne 111'111'111.

Si on multiplie ce résultat par 1,11111111 on obtient 123456790

Multiplié par 3 il donne 37037037

Les snarks sont aussi des variétés de graphes :

220px-Petersen_double_cover.svg.png

 langfr-280px-Watkins_snark.svg.pnglangfr-280px-Szekeres_snark_alt.svg.pnglangfr-280px-Double-star_snark.svg.png

2000px-Flower_snarks.svg.png

 

12:33 Publié dans Mots | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2015

Nuances

50-nuances-de-gris-mila-kunis-680x365.jpegA propos de Hwang, j’ai parlé ici de parthénogenèse la reproduction sans le sexe.

Mais que devient de nos jours la reproduction sexuée ?

"Literaly, Darling" pose sur le Huffington des questions essentielles :

  • Comment vivre son asexualité dans un monde hétéronormatif ?
  • Identités sexuelles: qu'est-ce qu'être pansexuel, skoliosexuel ... et autres orientations méconnues.

Pour ceux qui ont connu le sexe à la papa-maman avec une dose raisonnable d’homosexualité ces textes regorgent de vocabulaires auquel on ne bite rien… et où une chatte n’y retrouve pas ses petits. Je vais donc tenter de vous donner quelques éclairages pour répondre aux questions que vous vous posez telles que :

  • Qu'est-ce qu'un asexuel ? Piste : un asocial est un homme des bois, un athée un homme ou une femme sans dieu, un alcoolique aphone un homme sans voix.
  • Saviez-vous que vous viviez dans un monde hétéronormatif et même plutôt cisgenre ?
  • Etes-vous pansexuel ? Non. Skoliosexuel peut-être ? De quelles autres orientations parle-t-on ?

Avant de passer au vocabulaire, quelques mots encore à ajouter à la panoplie du parfait sexologue moderne. En plus d’asexuel, pansexuel, skoliosexuel, Les autres orientations sont les aromantiques, les greysexuels, les demisexuels, les demiromantiques, les lithromantiques, les panromantiques, les polysexuels, les queerplatoniques… La liste n'est pas limitée...

On se dit, heureusement qu’il n’y a que deux genres.

Je vous laisse lire l’article illustré ici.  

Points G étymologique :

  • Hétéro en grec veut dire autre, cette racine s’oppose à homo qui veut dire le même. Facile !
  • Dans ces mots (sont-ce de maux ?), on découvre une forte utilisation du a privatif et du pan grec (panhellénien) qui veut dire « tout, entièrement »
  • Demi, on comprend, c’est du latin tardif d’après medium moitié. (comme dans mi-voile, mi-vapeur)  
  • Litho (lithographie), c’est la pierre en grec, une référence paraît-il au discours lesbien. Une personne qui aime donner mais ne veut pas recevoir.
  • Poly - du grec polu nombreux par extension long, grand, fort, vaste spacieux... S'oppose généralement à mono. Mais il n'y pas de monosexuel dans cette colonie d'articles.
  • Grey c’est gris en anglais, donc quelqu’un entre le black sexuel et le white asexuel. 
  • Queer, en anglais veut dire étrange, spécial, désigne des personnes qui ne sont pas hétéro ni cisgenre.
  • Cisgenre, le contraire de transgenre. Une personne cisgenre accepte son genre. On peut aussi être cissexuel. Cela signifie que l’on (le locuteur) se positionne de ce côté (le bon?) du genre ou du sexe car en français nous sommes les cisalpins et les italiens les transalpins.
  • la skoliosexualité se réfère à "l’attirance sexuelle envers les individus non-binaires (qui ne se reconnaissent pas dans l'opposition entre les genres féminin et masculin)" ou ceux qui ne se définissent pas en tant que cisgenre. Vous suivez ? Skolio vient du grec skolion qui veut dire ronde, tournée. La même racine a donné école.

C’est tout pour aujourd’hui.

102147648_o.jpg

20/11/2015

État d’urgence

jugulaire-nouveau-3.jpgJe me souviens d’un matin où je me rendais au travail sur mon fier destrier, un scooter japonais, m’être fait arrêter par deux policiers en voiture toutes sirènes hurlantes. Avec des manières de cowboys, ils ont commencé à douter de mon bon droit à conduire un 125 en Suisse, il ont donc appelé le commissariat pour vérifier. Constatant que je pouvais, ils ont commencer à me questionner sur ma destination, sur la route que j’allais prendre. Finalement, ils m’ont collé une amende parce que je n’avais pas attaché ma jugulaire*.  

Il y a peu, mon beau frère s’est fait coller une amende parce que deux pandores l’avaient vu téléphoner en voiture. Or le téléphone était éteint dans la boite à gants. Pas de témoin, pas de recours possible, total : moins trois points et une bonne amende.

Récemment, un ami s’est fait coller une prune pour n’être pas passé par la bonne porte pour sortir du métro alors qu’il avait un titre de transport en ordre. Inflexibles les keufs ! Faut payer !

Ceci peut arriver à tout le monde. J’espère donc que ces trois mois d’état d’urgence serviront à nous purger de la racaille terroriste mais que la pèriode ne sera pas prolongée au-delà parce que l’arbitraire sécuritaire, ce n’est pas trop mon truc. Et puis, je voudrais bien voir la gueule du sécuritaire moyen, FN ou LR, quand il se fait accuser de téléphoner sans téléphone et qu’il prend 3 points de moins sur son permis. Est-ce qu'il réclamerait plus de mesures d'urgence ?

137026.jpgVocabulaire:

*Jugulaire – adjectif relatif au cou. C’est ainsi que les militaires appellent la courroie qui maintien le casque. Encore un terme militaire comme le mot dragonne, qui tient le bâton de ski et qui avant tenait le sabre du dragon.

Si votre femme abuse, qu'elle vous attige, dites « ma femme est un dragon » plutôt que "Ma femme est une dragonne" qui me tient par le licou. Le licou ou licol est une sorte de dragonne ou de jugulaire que l'on met autour du cou des chevaux.


*Pour les non francophones, une prune est une amende, une contravention, une contredanse ou encore un procès-verbal. Un keuf est un flic, un policier, un gendarme et même un pandore…

17:42 Publié dans Blog, Mots | Lien permanent | Commentaires (3)