Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2013

Banques

On le savait, les anglais sont un peu spéciaux. Ils n’ont pas apprécié d’avoir du cheval dans leur lasagne et maintenant ils n’aiment pas le nouveau jeux éducatif de Playmobil.

Pourtant Playmobil colle avec la réalité. On a par exemple la boutique Apple avec ipad et tout, super tendance, 'hachement moderne. Y a même un client en fauteui roulant.

.aplaymo4_m.jpg

et en plus la présentation de Steve Job… en 2011

.aplaymo5_m.jpg

Et puis forcément on a la banque qui est le nouveau temple de nos cités. Pour illustrer le jeu de la banque Playmobil a choisi des scènes de holdup. Du coup, les anglais trouvent cela shocking. Moi je dis, c’est normal. Pourquoi ?

Il faut apprendre à nos enfants le subtilités du détournement légal, faire circuler la monnaie d’un paradis à l’autre, s’initier aux mécanismes complexes des instruments financiers casino qui permettent de niquer à la fois les petits épargnants et les plus gros états tout en se protégeant avec les meilleurs avocats (je me répète, désolé). Faut enseigner comment faire du pognon pour acheter des ipads.

Mais avouez que ce n’est pas facile de représenter ce genre de savoir avec des bonhommes en plastique. Alors, chez playmobil, ils ont choisi le braquage de banque. C’est plus simple et immédiatement pédagogique. Moi, pour embêter les anglais, j’aurais fait au braqueur la tête de DavidCameron, braquer dont vous remarquerez que ce pourrait bien être une braqueuse blonde. Ils ne sont pas sexistes chez PlaymobilLa boite :

playmobil-5177a.jpg

Illustrations très compréhensibles :

topelement.jpg

insolite-un-playmobil-braqueur-de-banque.jpg

16/02/2013

Singe

singe-espace-iran.jpgEn octobre 2011, l’Iran, et son grand leader passionné d’aéronautique, Mahmoud Ahmadinejad, reconnaissait avoir échoué lors de l’envoi d’un singe dans l’espace. Ce n’était que reculer pour mieux sauter.


Car, en janvier 2013, les iraniens affirment que, cette fois, ils ont bien envoyé un singe dans l’espace. Pour donner du poid à la nouvelle, Mahmoud Ahmadinejad a immédiatement déclaré être candidat cosmonaute pour le bien de la patrie. On ne sait pas si Mahmoud s’est soudain pris pour un singe. Quoiqu’il en soit, les américains sont furieux car ce pauvre singe viole la résolution 1929 des nations unies.

 

Après réflexion et quelques jours plus tard, ils (les ricains) pensent que le singe ne serait pas revenu de sa mission et donc que les iraniens ne sont que des nases incapables.


media_l_5523247.jpgA preuve, le poil du singe sur les photos avant le vol ne coïncident pas avec le poil

...

après le vol


media_l_5523249.jpgRemarquez qu'il se peut que le singe se soit fait des cheveux blancs, ce qu’on peut comprendre vu les conditions de vol impliqué par la photo tout en haut.


Du coup, dans l’hypothèse où le singe ne serait pas revenu de l'espace, c’est la PETA qui s’inquiète. La Peta, association d’origine américaine  défend les animaux et en particulier les singes. A la grande satisfaction de la PETA, United Airlines et d'autres compagnies ont décidé que les singes de laboratoire ne voleraient plus sur leurs lignes. La PETA iranienne en est resté baba.

 

Pour satisfaire tout le monde et la Peta, il serait temps que l’Iran envoye Mahmoud Ahmadinejad dans l’espace et qu'il n'en revienne pas.

07/02/2013

Opération Tupeutla

115248478.jpgLe LHC du CERN n’est pas sans rappeler le Biglotron inventé par le professeur Slalom Jérémie Ménerlache. Le biglotron était une machine « qui ne servait à rien, et par conséquent pouvait servir à tout » et de ce fait devait assurer à la France (pas encore à l'Europe) la suprématie pour des décennies dans des domaines variés, allant de la physique thermonucléaire jusqu'à la pratique de la gynécologie dans l'espace.

Il fallait protéger les plans du Biglotron, ce fut la raison de Tupeutla, opèration secrète menée par le SDUC (Service de documentation unilatérale et de contre-espionnage) et son chef le Colonel de Guerlasse, qui recruta Nicolas Leroidec (vivant au 84 bis, rue du général Motors à Houilles), ancien représentant en enclumes reconverti en agent secret.

Poursuivi par les agents doubles Zorbec Legras (double donc) et Wilhelm Fermtag, Nicolas Leroidec va se rendre à Interlaken, Venise, au Caire, ou encore à Athènes.

Dans le réseau de Tupeutla, on trouve Célestine Troussecotte, secrétaire du colonel de Guerlasse. L'adjudant Tifrisse (Numéro 1 en Martinique - Marie-Rose de son prénom), les célèbres frères Raphaël et Jules Fauderche (alias B12 et B14), Gédéon Burnemauve, le révérend père Paudemurge (alias PiR2),  la comtesse Vanda Vodkamilkevich (née Catherine Legrumeau), Antoinette Duglambier dite Mémaine, la compagne de Nicolas Leroidec, petite main dans l'usine de fabrication de joints de culasse Bardin, Duflac et Petit-Binet, Albert Tunouslé, Julien Bougredecombre, Emmanuel Tiercemolle, Jean Marie Coltepatte, Marcel Versten Bleuet, Napoléon Bougnaplas.

Au fur et à mesure des épisodes on croise Xénophon Salengos, tenancier de l'hôtel Krados à Athènes, Moïse Asphodèle le philosophe-photographe, ou encore Simone Aloilpé, strip-teaseuse à l'envers pour camps de nudistes... Après de nombreux épisodes l'opèration tupeutlà se finit, après de très nombreux rebondissements, par la victoire de la France et du SDUC. Mais Bon Baisers de partout rebondira.

28/01/2013

Farine

0132cf-300x300.gifAu royaume des chiffres, il y a les aides-comptables, les comptables, les experts-comptables et puis, plus haut, les financiers qui se composent de banquiers, de traders, de gestionnaires de fortune, de spéculateurs etc… Un cran encore au dessus, il y a les économistes, le FMI, la banque mondiale... L’économiste est presque détaché du chiffre. Il n’utilise le chiffre que pour prouver qu’il a raison. Le problème c’est que souvent sa preuve ne vaut rien.

Il faut dire qu’au royaume des chiffres, l’ordinateur a tout embrouillé. A l’époque, pas si lointaine, où on calculait à la main on ne brassait que peu de chiffres à la fois. Faire une addition demandait un peu de patience, pour une multiplication, il fallait connaître ses tables. Pour une division, on appelait le notaire ou le banquier qui savait aussi faire des soustractions pour ses honoraires ou ses agios.

A l’époque, on ne calculait pas vite mais on ne se trompait pas grâce à la preuve par neuf. On faisait par exemple 263 x 461 et on trouvait 121253 Pour savoir si le résultat était juste, on traçait une croix de saint-andré.

-En haut on écrivait le reste par 9 de la somme de 263

   soit 2+6+3 = 11 = 1+1 = 2

-En bas, le reste par 9 de la somme de 461

   soit 4+6+1 = 11 = 1 + 1 = 2

- A droite, le produit des deux nombres soit 2x2 = 4

- A gauche, le reste par 9 de la somme de 121253

  soit 1+2+1+2+5+3 = 14 = 1+4 = 5

preuveneuf.gifPas de pot, il faudrait que le chiffre de gauche soit égal au chiffre de droite... On s’est gourré. Donc, on multiplie une deuxième fois et on trouve 121243.

soit 1+2+1+2+4+3 = 13 = 1+3 = 4

Ouf, cette fois on a bon. Quatre à gauche, quatre à droite. Enfin, on a bon si la somme des chiffres n’a pas 9 d’écart avec le vrai résultat.

Remarquez qu’on peut faire la preuve par 99, plus difficile mais qui permet de limiter sérieusement l’erreur.

Quand un financier ou un économiste parle, il faudrait avoir une preuve par 9 pour vérifier si ce qu’il dit est juste. Le problème, c’est que la boulangère prend sa machine à calculer pour additionner 1,90 et 0,10… La pauvre ne peut donc pas évaluer sérieusement le poids des importations de céréales dans le déficit la balance commerciale. C’est tout le problème de la démocratie,il est trop facile de nous rouler dans la farine.


preuvepar9c.gif

Exemple en inversant haut-bas et droite gauche 8 = 8



Autre exemple simple 24 x 12 :

image013.gif

09:53 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

01/11/2012

Bouleau

En général, chez Perino on se réveille avec France Inter. Comme le chante Stéphane Eicher, « les nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent ». Pour déjeuner en paix, il faudrait donc couper le son, ce qu’on fait parfois mais pas le week-end.

visu_200x200_drouelleMartin.jpgLe week-end, c’est Fabrice Drouelle et Patricia Martin pour le 7-9. Vers sept heures vingt, c’est le tour d’Alain Baraton le jardinier de Versailles.

Un petit jeu consiste à se moquer gentiment de Fabrice Drouelle, béotien en matière de culture, agriculture bien sûr, et qui ne différencierait pas une pâquerette d’une marguerite. Et, comble de l’abomination, Fabrice aurait un bouleau en plastique chez lui, ce qui fait glousser Baraton, et Patricia en rajoute sournoisement.

Eh bien, j’ai envie de défendre Fabrice et son bouleau. Surtout depuis qu’un de mes bouleaux s’est fendu sous l’action de la récente bise. Je pensais passer un mercredi peinard mais comme le bouleau menaçait d’écraser un chat ou pire un enfant déguisé en sorcier en quête de bonbons, j’ai du sortir ma tronçonneuse électrique que, bien sûr, j’ai coincée à la première coupe (photo). Il m’a fallu débiter le bois, faire un tas pour l’hiver, broyer les brindilles pour le compost, nettoyer les feuilles. Bref, le bouleau c’est du boulot et donc une journée de foutue. Par chance, je n’avais pas d’émission à préparer pour le week-end. Je me suis quand même dis : « Vive le bouleau en plastique à Drouelle ! »

Bouleau1.JPG

 

Bouleau3.JPG

 

20080107_102449.jpgUn bouleau en plastique, ça ne grandit pas. Comme son cousin, le sapin de noël qui ressort et ressert chaque année, pas besoin de terre ni même de soleil.

Évidemment, c’est facile pour monsieur Baraton d’avoir des tas d’arbres dans son château de Versailles.

Quand le tulipier de la reine s’est cassé en 99, qui c’est qui a coupé le bois et dégagé le terrain ? Qui c’est qui a fait des manches de couteau avec le bois ? Sans doute pas monsieur Baraton. C’est agréable d’avoir plein d'arbres dans ces conditions.

Bouleau3%2520%25282%2529.JPG

Même dans mon cas, sur mes mille mètres carrés, je peux me payer le luxe de trois bouleaux (sauf que c’est le deuxième qui me fait le coup de la bise)... mais dans le cas de Fabrice, dans son petit appart de 300 mètres carrés, pas de place pour un vrai bouleau.

En fait, comme dit mon maire, le vrai problème, c’est la maîtrise du foncier car il faut éviter le mitage. Et comme chacun doit limiter son empreinte écologique donc plus de maison individuelle et encore moins de château. Tous en appartement et chacun son arbre en plastique pour la vie et, comme dit Mélenchon, y aura pas de jaloux. Fabrice Drouelle est un précurseur... On s’est toujours moquer des précurseurs.

20:56 Publié dans Humour, Textes | Lien permanent | Commentaires (0)