Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2012

Vache et chinois

9782226207111.jpg


Il y avait El Chino (le chinois) hier soir au Rouge et Noir qui avait mis un coup de coeur à ce film argentin inspiré d’un fait divers russo-japonais se passant du côté de l'île de Sakhaline dont je viens de parler ici.


« En 1998, près des côtes japonaises, un petit bateau de pêche coule après avoir été brutalement perforé de part en part avec fracas. Les gardes-côtes arrivent rapidement sur le lieu de l’accident, sortent les marins pêcheurs de l’eau et les interrogent sur la cause du naufrage. Tous répondent qu’une vache tombée du ciel a coulé le bateau. On les jette en prison pour entrave à l’enquête. Ils sont libérés quelques jours plus tard, après qu’un message officiel est parvenu de Russie. Les autorités russes s’excusent pour la mauvaise conduite de quelques-uns de leurs soldats. Des militaires en manœuvre en Sibérie avaient en effet kidnappé une vache dans le but d’améliorer leur ordinaire et l’avaient fait monter de force dans l’avion qui les ramenait à leur base. L’animal s’étant affolé peu après le décollage, les soldats s’étaient résignés à s’en débarrasser au-dessus de la mer. »

el%20chino%20affiche4f1815b90c4cf.jpgEl Chino est l'histoire insolite d'un Argentin et d'un Chinois unis par une vache tombée du ciel ! Jun, le chinois, débarque mystérieusement en Argentine. Perdu et ne parlant pas un mot d'espagnol, il tombe littéralement sur Roberto, quincaillier maniaque et célibataire grincheux, qui le recueille malgré lui. Ce grain de sable dans la vie ultra réglée de Roberto va peu à peu le conduire, de situations absurdes en drôles de coïncidences, à changer imperceptiblement...

Film réalisé par Sebastián Borensztein aveRicardo Darin et Ignacio Huang excellents.


  • Un film vraiment sympa qui raconte une histoire improbable avec talent et humour. On passe un excellent moment n’en déplaisent aux pisse-froid du Monde qui trouvent que ce film n’est qu’une collection de lieux communs mondialisés. Je souhaite à ce film le succès tardif  des Dieux sont tombés sur la tête. »

    19846237.jpg

14:07 Publié dans Cinéma, Humour | Lien permanent | Commentaires (1)

02/03/2012

Pyongyang

01_Pyongyang.jpg

Guy Delisle au pays des KIM brothers. (L'autre pays du suréalisme, après la Belgique.)


Après les chroniques de Jérusalem, j’ai eu comme une envie irrépressible de lire Pyongyang de Guy Deslile.


En 2003 Guy Delisle a passé deux mois à Pyongyang, capitale de la Corée du nord, en travaillant comme correcteur pour un studio français qui externalise une partie des dessins animés par là-bas.


Accompagné de son guide et de son interprète, il a vécu la vie très surveillée des étrangers en Corée du nord. Contacts avec les locaux impossibles, guides embrigadés…


Il a droit à des visites organisées, passages obligés vers la statue géante de Kim Il-Sung, au musée de Kim Il-Sung… Autoroutes qui ne mènent null part… Une ville est plongée dans le noir dès la tombée de la nuit… Rien à faire en  dehors du travail… à part les rencontres d’expatriés pour boire et jouer au billard. Guy fait tourner en bourrique ses accompagnateurs. Il prête 1984 de George Orwell à son traducteur que dit « ne pas aimer ». Grâce à cette BD très originale, on visite un monde sinistre ou les dirigeants se moquent ouvertement de leur peuple. Delisle réussit l’exploit de faire de l’humour par touches subtiles.

 

kim-coree.jpgBref lisez-le si ce n’est déjà fait. Allez sur le site et le blog de Guy. Il se demande comment les coréens du nord, aux murs saturés des portraits des deux premiers KIM, vont faire avec le portrait du nouveau dirigeant, le petit fils de Kim Il-Sung, Kim Jong-eun (qui applaudit sur la photo). Ce dernier éduqué dans le meilleur collège suisse à Berne en est ressorti sans diplôme et pourtant, il a facilement trouvé un job de chef d'état… Comme quoi, c'est possible ! On pense à Jean Sarkozy, presque le même âge, mais qui a eu moins de chance avec l’EPAD. Conclusion : c’est plus difficile de trouver du boulot chez nous. Ici, on ne donne pas leur chance aux jeunes.

 

delisle.jpg

 

Maintenant, je vais lire Shenzen et des Chroniques Birmanes du même auteur.

A propos de cette kafkaïenne Corée, souvenez vous de l’émission Strip-tease en 2000. Intitulée Délégation de très haut niveau, cette émission relatait le voyage officiel d'une délégation de parlementaires belges de différentes sensibilités politiques en Corée du Nord. Une délégation présidée par Willy Burgeon avec Georges Dallemagne, Alain Destexhe, Michiel Maertens, Patrick Moriau, Vincent Van Quickenborne et Ferdy Willems. J’aime bien donner des noms, ils le méritent.

La caméra très proche des membres de la délégation enregistre leurs réflexions et réactions diverses lorsqu’ils réalisent que tout écart au programme officiel et toute relation avec la population et la réalité du pays leur sont interdits. Ils se retrouvent à faire du tourisme, baladés entre monuments à la gloire de Kim Il-sung avec dépôt de gerbe, et visite d’une bibliothèque monumentale ne contenant que les œuvres de Kim Jong-il, ou d’une école où ils assistent à la récitation par des enfants endoctrinés de l’histoire et de la liste des bienfaits du dirigeant. Ils prouvent que la connerie politique n'est pas le propre des nord coréens.

Willy Burgeon, y montre son enthousiasme face aux « bienfaits » du régime, notamment la « qualité » de l’enseignement. Les autres membres sont partagés entre le tourisme bon enfant, l'agacement face aux refus des autorités de leur laisser visiter ne serait-ce qu'un marché et l'effarement face au régime et à sa propagande. Willy Burgeon sera démis de ses fonctions suite à l’émission, et certains membres de la délégation déclareront s’être fait piéger.

Si vous avez le temps, c’est ici, pour le début: 


Striptease coree du nord partie 1 par alexmcfc49

12/02/2012

Zévar et Cointe

Cointe-FrancoisUn petit dessin vaut mieux qu’un long discours. Michel Azévar a illustré sous le pseudo de Zévar, le parcours de l’informatique depuis 1975 dans la revue 01 informatique en publiant chaque semaine un strip de 3 ou 4 dessins d'humour. Plus tard, François Cointe lui a fait de la concurrence dans le Monde Informatique et autres revues. 

Chez Zévar, on reconnaissait tout de suite les ingénieurs d’IBM à leur cheveu en brosse et leur cravate. J’ai recherché un dessin ancien où on voyait une famille à table, le père et la mère parlaient de hardware et de software et le fils se levait en disant « Bon, je vais faire mes dewares » et la fille partait en expliquant : « Et moi, je vais ranger mon armware. » Un peu la famille Perino de l'époque. Pas retrouvé !

Mais j’ai retrouvé le fameux dessin des générations d’ordi… la cinquième génération est un nuage et pas une boule de crystal mais c’est bien vu.

fullEH_id2747209695_pu2005-03s_sa18_art18_img001.jpg

Quant à Cointe, c’est un peu le Dilbert français. Quelques exemples :

 

plafond.jpg

quelsite4.jpg

 pointe5.jpg 

1046358-1319652.jpg?v=1289525036

 

quelsite3.jpg

19/12/2011

Masse

Ce blog vous tient au courant des dernières péripéties en matière de science et en particulier de physique fondamentale. Je me dois donc de vous relater cette nouvelle :

boson_pack.jpg

Ça y est, on aurait retrouvé le boson de Higgs (prononcez hics, la particule en haut à gauche sur la photo). En fait, trouvé est quelque peu exagéré, on l’aurait plutôt cerné dans le LHC du CERN. La nouvelle date de quelques jours à peine mais on sait qu’en la matière (et même en l’antimatière), il ne faut pas se précipiter. Do not jump to conclusion too quickly dit le communiqué ! OK, allons y mollo !

Le Boson de Higgs est une particule prédite par la théorie, et même La Big Théorie. Une particule qui serait massive et donnerait de la masse aux autres boson (ex: le photon) et qui permettrait donc de retrouver toute la masse de l’univers disparue au nez et à la barbe des physiciens lors du Big Bang ou un peu après. On la nomme aussi la particule de Dieu, pensant sans doute que Dieu se la serait mise dans la poche à l’époque, juste avant de créer le ciel, la terre, la lumière, les océans, l’homme (à son image), la femme (issue de la cote d’Adam) etc…

Le vol de masse pourrait donc dater des premiers jours de la Genèse comme le pense les créationnistes ou du jour où le singe est descendu de l’arbre comme le suggère Darwin. Les physiciens se moquent de cette querelle, ils ne veulent pas savoir qui est le coupable. Ils veulent juste retrouver la masse manquante et pour ça, ils cherchent la particule dans tous les coins du grand anneau du LHC à Genève.

220px-Higgs%2C_Peter_%281929%293.jpg


A noter que, pendant ce temps, monsieur Peter Higgs (photo), après avoir conjecturé avec audace une rupture de symétrie dans la théorie des particules concernant la force électrofaible, est toujours vivant et que, en toute modestie, il coule des jours paisibles dans son pavillon de banlieue près de Newcastle loin des trous noirs qui menacent d'engloutir Genève (vieux débat).

 

Pour revenir au boson, en haut à gauche sur la photo, une des questions essentielle est : Combien massive est cette particule ? D’après l’annonce faite le 13 décembre au Cern, la particule serait d’une masse de 126 Giga électron Volt (GeV). A noter ce chiffre de 126. C'est trois fois 42 ! Etonnant non ? Surtout quand se souvient que 42 est la réponse ultime à la grande question sur la vie, l'univers et le reste, la quête de l’absolu que recherche Pensées Profondes, l'ordinateur de the HitchHicker Guide to the Galaxy, le H2G2

Mais combien vaut un électron-volt ? Presque exactement 1,783 kilos… fois 10 puissance moins trente-six. Ce qui donne une masse du boson de Higgs à 268 kilos 10 puissance moins vingt-sept, environ. Si mes calculs sont exacts, il en faut donc un milliom de milliards de milliards pour faire 268 grammes de matière (bosonique). Pour une particule massive, ce n’est pas lourd lourd* mais comme l’univers en serait rempli, cela pourrait bien être la fameuse masse manquante.

A noter, pour ceux que la physique amuse, que l’eV - électron volt - est une unité de masse (kg) et forcément, selon Albert MC2 mon amour, une unité d’énergie (en Joules) mais aussi de quantité de mouvement, de température (11650 degrés Kelvins), de temps (des poussières de Seconde) et même de longueur (ou est-ce de longueur d’onde ? Faut voir, comme disait Max Plank en cherchant dans le noir l’interrupteur quantique des cantiques off course). Allez donc voir ça sur Wikipedia et filez leur un peu d’argent par la même occasion, c'est déductible des impots.

Ceci dit, quand on sera sûr d’avoir retrouvé la masse manquante de l’univers bosonique, il faudra bien retrouver le coupable du larcin. Stay tuned… Je vous tiens au courant.

* Attention, ne dites pas à Mme Gobert que je confonds le poids et la masse.  Non, ce « lourd lourd » est juste une facilité de langage.

Autre image possible du Boson de Higgs:le-boson-de-higgs.jpg







Bonus pour anglophones :

06:04 Publié dans Humour, Science | Lien permanent | Commentaires (4)

14/10/2011

Gazoullis

  • En janvier, il twittait pour saluer l’arrivée de Marine à la tête du Front, puis l’arrivée de la Nintendo 3DS au Japon.  (121)
  • En février, il twittait sa joie pour la démission d’Osni Moubarak
  • Mi Mars, il twittait son angoisse après le Tsunami au Japon et le désastre nucléaire de Fukushima.
  • En mars encore, il twittait sa satisfaction face à l’invasion de la Lybie.
  • En Avril, il twittait pour saluer l’arrestation de Laurent Gbagbo
  • Début mai, il twittait, il était heureux de la béatification de Jean-Paul II, bien méritée selon lui.
  • Le lendemain, c’est la mort de Ben Laden qu’il saluait par un twit de 140 lettres exactement.
  • Mi-mai, il twittait à tort et à travers pour partager avec ses suiveurs sa grd surprise à l’annonce de l’arrestation de DSK à l’aéroport JFK (140)
  • Les jours suivants, il twittait encore sous le coup de l’émotion.
  • Il retwittait aussi les récents messages concernant Fukushima qui le bouleversaient tellement.
  • Pour les victoires de foot et de rugby, il avait twitté mais sans vraie conviction, juste par réflexe.
  • Même chose pour la victoire de la chanson azerbaïdjanaise à l’Eurovision.
  • Par contre, fin juin, l’avancée des troupes rebelles en Lybie l’avait pas mal occupé à twitter.
  • Twitts et retwitts pour les bons matchs de l’équipe de France féminine en foot. quatrième. Bravo !
  • Il avait beaucoup twitté fin juillet pour faire connaître au monde son incompréhension face à l’ignoble attentat d’Oslo. (120)
  • Il avait aussi envoyé quelque twit pour saluer la sortie du dernier film d'Harry Potter. Le dernier, c'était DEFINITIF.
  • En août, il avait assez peu twitté... A peine quelques messages envoyés du camping de La Baule pour parler du sale temps (119)
  • Il s’était rattrapé en septembre avec le 10ième anniversaire de la chute des tours. Pas mal de twitts pour rappeler à tous l’importance de l… (140)
  • ...L’importance de l’évènement, majeur à ses yeux, essentiel disait-il dans ses nombreux twitts enflamés.
  • Ne pas oublier le complot... il avait relu le dossier 9-11 en entier sur AgoraVox. Il fallait qu’il le twitte à tous pour expliquer le complot.
  • Début octobre, il twittait pour déplorer la mort de Steve. Comme Michael Jackson, Steve était un ami… du moins, il les considérait comme tel…
  • Michael, deux ans déjà, et Steve Jobs, de grandes pertes pour l’humanité, des génies… Il fallait bien qu’il le twitte à tous ses followers. (135)

 

  • Et puis, hier, il avait reçu ce twitt de Sandra relayé sur son mur Facebook :
  • Salut Jeff, je te quitte, t’es trop con.

Fallait-il qu’il retwitte ce message ou devait-il carrément s’immoler par le feu comme cette prof de math dans son lycée à Béziers ?