Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2008

Géranium

Ca-vient.jpgJ’ai lu quelque part, qu’en Suisse, il était obligatoire d’orner ses fenêtres et balcons de géraniums. Certains cantons primitifs* l’auraient même inscrit dans leur constitution.
 
Pourquoi cette plante fait-elle autant d'adeptes ?
 
Ce n’est évidement pas dû à sa beauté. Non, les suisses sont des gens avant tout pratiques, ils aiment le fonctionnel. C’est donc dû à la résistance du géranium qui est particulièrement tolérant au sec, aux tailles approximatives, aux pots exigus, au soleil, à l’ombre… Pas de pot spécial ; plastique, poterie de base, tout va. Pas non plus de délicatesse au froid comme une bougainvillée, un caladium ou une pinguicula.

Comme l’argent bien placé, le géranium en pot prolifère, il se bouture facilement, en quelques jours vous avez des racines et un nouveau plan. Le géranium a-t-il une odeur ? Pas vraiment. Vous le mettez dans un coffre avec à peine de lumière et il tient tout l’hiver, au printemps, il repart. En plus le géranium sait être discret quand il le faut, il se cache sous un nom d’emprunt, le géranium est en fait un pélargonium.

Impossible donc d’éviter le géranium même si les jardineries tentent de vendre aussi des ostéspermum dimorphoteca, du pourpier ficoïde, des diascas, des bacopas, des lobelias, des héliotropium bellosa, des inflora florescens… rien à faire, depuis des siècles, tout le monde ne veut que des géraniums.

Il y a peut-être un espoir, il s’appelle Cacyreus Marshalli… C’est un papillon, voir photo. Ce papillon et sa chenille sont le cauchemar des géraniums et pélargoniums. Le Cacyreus est monophage, il ne bouffe que ça, du géranium. Il nous vient d’Amérique du sud par l’Espagne et il a conquis le sud de la France. Il sera bientôt à Paris (et en Suisse) si aucun Charles Martel ne l’arrête à Poitiers.

Comme sa victime, le Cacyreus est résistant. Ses œufs, sa chrysalide et sa chenille supportent les froids hivernaux, nul doute que demain il va faire un ravage dans les stations de ski valaisannes. Le Cacy n’a pas de prédateurs, pour le traitement et toute l’histoire lire l’excellent article de p@py sur NaturaVox.

* Les cantons primitifs sont les premiers cantons de la confédération, non pas ceux où l’on mangent les missionnaires avec une sauce au géranium.

07:10 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (4) |

28/07/2008

Poisson-chat

Ca-vient.jpg Floride, Etats-Unis – Suite à de violents orages, un banc d’une trentaine de poissons chats a été aperçu traversant une rue. Sortis des égouts, les animaux se sont déplacés à l’air libre grâce à leurs nageoires pectorales.

Même si le poisson chat existe depuis la plus haute antiquité, il ne serait arrivé en France, puis en Europe, qu’à la fin du XIXième siècle en venant des Etats-Unis. Il a emprunté en douce les égouts du musée d’histoire naturelle pour conquérir la Seine puis toute l’Europe pendant le XXième siècle. On voit par là que le poisson-chat est bien plus malin que ne l’était Napoléon ou Hitler.

Le poisson chat qui pèse 200 grammes en moyenne ne doit pas être confondu avec le silure, un poisson authentiquement européen lui, originaire du Danube, qui peut dépasser les 100 kilos ni avec le namazu, un poisson japonais immense et très remuant. En cas de confusion, il est conseillé aux pêcheurs de changer de lunettes.

Depuis longtemps, les naturalistes s’interrogent : Notre chat domestique descend-il du poisson chat à l’exemple de l’homme qui, on le sait depuis peu, descend du requin-marteau via le gorille des forêts ? Parmi les ressemblances frappantes, ils ont noté les moustaches, la douceur du regard, une certaine voracité, l’absence d’écailles et cette fameuse capacité à traverser la route avec nonchalance. 

Ca-vient.jpg

Il paraîtrait même, selon les scientifiques de la Florida Fish and Wildlife Conservation Commission, que si on domestiquait le poisson-chat, celui-ci serait capable de dormir sur un canapé à condition de lui ajouter une petit douchette, il pourrait aussi retrouver son maître qui l’aurait lâchement abandonné dans une rivière avant de partir en vacances, mais uniquement si l’été est pluvieux. On voit par là qu’après le bernard-kouchner, le pangasius, le saumon atlantique, le champignon de Paris et le pleurote du panicaut, la domestication des espèces n’a pas dit son dernier mot.

Les espèces disparues, le poisson-chat-zèbre:

Ca-vient.jpg

06:15 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1) |

25/07/2008

Nez

180px-Neus1.jpg

 Une histoire, trouvée sur le net...

Cela se passe dans l’ancienne Chine:

 

En ce temps là, les habitants de la contrée étaient avides de connaître la longueur du nez de l’empereur. Le problème c’est que absolument personne ne pouvait voir le visage de l’empereur de Chine sous peine de mort. Mais la curiosité naturelle, la soif de savoir de la population, le besoin de connaître l’intimité des people, était, en ces temps, si grande que l’on décida de créer un comité de sages pour tenter de répondre à cette question essentielle.

Les sages décidèrent qu’un questionnaire serait envoyé à tous les maires des villes et villages pour qu’ils les distribuent au peuple des paysans. En ces temps, le niveau culturel permettait déjà à une grande partie de la population de répondre à la question : « Quelle est, selon vous, la longueur du nez de l’empereur de Chine ? »

Au hasard de l’administration de l’empire, les questionnaires revinrent à Pékin. Ceci pris des mois et même quelques années dans les districts qui avaient le plus grand nombre de distributeurs et vérificateurs de collecte. Au fur et à mesure, les chiffres furent additionnés, puis la division fut faite qui conclut à une taille de 6,734602 cm. Entre temps les sages avaient chargé les statisticiens impériaux de vérifier la méthode de calcul. Ceux-ci mirent au point une technique plus élaborée qui permit de corriger les variations dues aux opinions trop extrêmes de certains paysans des contrées lointaines et d’adapter les calculs aux modèles des mathématiques modernes. Le nouveau résultat fut de 4,980403 cm. Depuis, personne n’a atteint une meilleure estimation.

Cette histoire, qui n’a rien à voir avec le fonctionnement de la Chine olympique d’aujourd’hui, rappelle furieusement certains indices calculés chez nous, en particulier les statistiques du chômage qui semblent bien pifométriques. On peut aussi y voir une analogie avec la manière dont certaines infos circulent sur le Net, y compris sur AgoraVox*, on se repique de vieilles news qui si ça se trouve n'ont jamais vraiment existé, et on publie sans argumention comme, par exemple, cet article sur le nez de l'empereur qu'on m'a logiquement refusé dans la rubrique "Leger, c'est l'été" sur AV.
 
* version refusée : "Sauf bien sûr sur AgaraVox"

09:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : contes |

07/03/2008

Ne me suivez pas

Sur son dos on pouvait voir écrit en grand :

Ne me suivez pas

puis en tout petit presque illisible : 

 Je ne suis qu’…

un quidam,

un être (proche du néant)

un anonyme

un prête-nom

un (simple) collaborateur

un assistant

un stagiaire

un consommateur (lambda)

un porte-serviette

un pas célèbre (et pas riche)

un (quelconque) pékin (moyen)

un (triste) individu

un (étrange) spécimen

un (drôle) de zèbre

un mec (ou une gonzesse)

un (pauvre) type

un (simple) particulier

un (simple) mortel

un zombie

un manant

un pauvre hère

un pèquenot

un vulgum pecus

un aide de camp

un (petit) soldat

Inspiré à la lecture de Jean Sur – L’adieu aux importants

11:10 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) |

23/12/2007

Zébulon

426c572ae717c3602c83c0e012b21ac5.jpg

               Entre parenthèses

        (Une semaine en Sarkosie.)

 

Quand je passe la frontière de Suisse en France, il y a un tag qui dit : « Bienvenue à Sarkoland. » Et je pense : il y en a marre des anglicismes. Mister Allgood avait raison, restons français, on ne peut pas bafouer ainsi la langue françoise. Je propose donc aux graffeurs d’écrire « Bienvenue en Sarkosie. »

Que s’est il passé cette semaine en Sarkosie ? A part une petite grève à Orly, aucun mouvement social notable. Un squatter délogé du ministère du logement mais pas de l’appartement de luxe à bas coup dont il abusait depuis 1981. Bref peu de chose en dehors des activités du président Zébulon. (tournicoti-tournicoton)

Rappel des épisodes précédents : Après avoir emmené sa maman et deux mille patrons en Chine (mais pas Alain Delon), Zébulon avait emmené seulement mille patrons en Algérie (mais pas sa maman ni Enrico Macias). Un saut de puce à Lisbonne pour le sommet des pays africains, d’où il avait ramené dans ses bagages Mouamar. Celui-ci avait planté une longue semaine sa tente à Marigny (le chef lybien n’ayant pas confiance en la sécurité des salons du palace). Après avoir restauré ses propres finances, Zébulon avait distribué l’argent des RTT dans un geste magnanime...

Cette semaine écoulée a démarré très fort.

Lundi  : Zébulon se fait photographier (pardon surprendre) en bonne compagnie en train de jouer les séducteurs chez Mickey. (Morice fait un article, Manuel un autre) Inutile de revenir sur les atouts, les atours et tous les détours amoureux du top modèle, lisez votre presse people habituelle (l’Express, le Point, le Nouvel Obs). On y apprend aussi que Lucent Technologies (racheté par Alcatel) a eu une amende de 1,5 millions de dollars pour avoir emmené des dirigeants chinois à Disneyland (Sarko l’a échappé belle.)

Mardi, Zébulon se rend (sans sa maman) pour la troisième fois en Lorraine à Vandoeuvre-lès-Nancy pour remettre en marche l’ascenseur social dans les HLM. François Hollande ne savait même pas qu’un ascenseur était en panne en Lorraine. On lui cache tout à François !

Mercredi, scandale à Paris-Match, l’Élysée refuse qu’un journaliste d’information (sic) accompagne la photographe (choisie par l’Élysée). Aie ! Pas de choc des mots cette semaine. (Vieille technique de marketinge : créer la rareté... Trop fort Zébulon !)

Jeudi, Zébulon part pour le Vatican, il emmène avec lui quelques intellectuels, le père Gilbert Loubard, le curé au blouson de cuir, Jean-Marie Bigard, poète de corps de garde, spécialistes de la rime archi lourde et du lâcher de salopes (voir Lilian) et Max Gallo, gaulliste mitterrandien tendance Che (le Che de belfort) historien niçois réfugié en Sarkosie sans doute par peur de la mort. Dans ses bagages, aussi, la maman de sa nouvelle amie rencontrée chez Disney (mais pas André Glucksman) Le chanoine Zébulon fait un discours à Latran. Max Gallo prétend que le sacre de Zébulon Iier, avec déplacement de Benoit XVI à Notre-Dame de Paris, serait arrangé pour décembre 2012. Pourvu que Gallo (mais surtout le pape) tiennent le coup jusque là.

Vendredi, Zébulon hésite à se rendre au Tchad ou en Colombie. Finalement, il opte pour deux téléconférences. Il s’occupe de réserver les vacances en Egypte (comme tonton) entre Noël et nouvel-an. Les ministres seront convoqués pour le discours du 31. Pendant dix minutes le président se marre en songeant à la tête des ministres qui ont dû annuler leurs vacances, puis, pendant au moins vingt minutes, il s’ennuie.

Samedi, départ pour une visite de trois heures à Kaboul. Le président emmène Kouchner, Rama Yade (elle aurait préféré la chine) et un André Glucksman (il a peu l’occasion de voyager) souriant (BLH aurait décliné, Rachida boude, maman est fatiguée, future belle-maman n’aime pas Kaboul.) Z. rencontre Amid Karzaï (mais pas Oussama Ben Laden.)

Ce papier est ennuyeux, je sais, mais la vie des hyperactifs finit toujours par devenir monotone. Pourtant, ce n’est pas fini, attendez-vous à savoir que Zébulon va réceptionner bientôt en direct au vingt heures Ingrid Betancourt et des membres de l’arche de Zoé (et Alain Colas si on le retrouve), qu’il va se rendre en Lorraine pour retaper des logement HLM (une nécessité), qu’il proposera au parlement de réfléchir à la polygamie (un feeling), qu’il simplifiera la facturation téléphonique (un vœux pieux), qu’il va mettre en place une laïcité de rupture (vœux impie) et que, s’il n’avait pas tous ces boulets de l’UMP, il redistribuerait sans doute de l’argent aux pauvres.

Sacré Zébulon. Il est trop fort ! Tournicoton !

18:45 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Sarkosy, politique, agitation |

05/12/2007

Excuses

332b61fb9abc0d25460c1ec080f0c538.jpg A ma connaissance, les romains ne se sont toujours pas excusés d’avoir envahi la Gaule, maintenu prisonnier Vercingétorix dans les geôles de la Mamertine et de l’avoir exécuté dans sa cellule avec un lacet étrangleur en août 46 av. J.-C.

09:25 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) |

06/07/2006

Pogonophobie

medium_dalila.jpgÊtes-vous

poNgonophobe

ou

poNgonophile ?

 

Méfions-nous de coupeuse de barbe !

Moins connue et plus rare que la phobie des araignées ou des serpents, la phobie des barbes sévit sournoisement.  On peut donner de multiples interprétations à la pongonophobie toutes plus ou moins à caractère sexuel. Pour certaines femmes il est inenvisageable d'avoir des rapports proches avec un barbu : on peut être tenté de penser qu'elles refoulent ainsi leur homosexualité latente. Mais on n'est pas obligé de le penser, ce n'est qu'une hypothèse.

Certains prétendent que les barbus sont barbants. On dit que les barbes des barbares permettaient aux romains glabres d'empoigner l'adversaire et de gagner des batailles. Bah, par la barbe du prophète, ce sont que de vieilles barbes qui racontent ces balivernes !


Le Dr Kraft Ebing, dans son énorme « Psychopathia sexualis » aborde la question de la barbe sous un angle intéressant. Il développe l'idée que ce caractère sexuel secondaire a joué un rôle de différenciation et d'identification très marqué, et que l'évolution constatée dans le processus de civilisation (valorisation de l'imberbe) trouble le jeu des reconnaissances, crée une ressemblance, et doit être compensé par des signes artificiels. Il dit qu'il a observé chez les hommes homosexuels un refus et un rejet de la barbe, corrélatif à une fixation prépubertaire. Mais Kraft-Ebing doit être lu avec prudence : ce médecin raconte les pires perversions qui soient avec la plus grande indifférence et perd complètement son sang-froid quand il parle des coupeurs de nattes, dont il souhaite explicitement qu'ils soient éliminés de la société. Il n'avait rien en revanche contre les femmes à barbe.

En savoir plus.


 

05:40 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : Barbe Barbu |