Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2010

Trésor national

Dans le cadre des journées du patrimoine du 18 & 19 septembre 2010, je propose de demander à Frédéric Mitterrand, ministre de la culture de conférer à Jean d’Ormesson le titre de...

Trésor national vivant.

La bienveillance n'est pas à la mode, nous dit Jean d’O.* Mais Jean se fout des modes et il prône donc la gentillesse, la courtoisie, l’amabilité, l’affabilité, la prévenance, la distinction, la modestie, une exquise politesse et par-dessus tout un solide humour, qualités qui le rende sympathique à la plupart des gens. Dans une période où l’affrontement, le mépris et la vulgarité sont partout et sont même devenus un mode de gouvernement, Jean vulgarise une philosophie de la joie de vivre.

Jean se déclare de droite, personne n’est parfait, pourtant ceci ne l’a pas empêché de donner des conseils de résistance et pas à n’importe qui. Ces conseils bienveillants c’est à François Mitterrand qu’il les donne en juillet 1981.

« Résistez. Résistez aux séductions moutonnières de la médiocrité, à l'ignominie des retournements intéressés, aux murmures de la lâcheté qui ne recule devant l'effort que pour se trouver tout à coup, mais trop tard, acculée à la tragédie. Résistez. Résistez. Gardez par-dessus tout l'amour de la liberté et votre sens critique. Combattez par l'ironie des indignations trop légitimes. Combattez par l'espérance un pessimisme trop justifié. »

On sait que la joie de vivre, l’optimisme et toutes les qualités mentionnées, ci-dessus sont un patrimoine en péril qui nécessite restauration. Une restauration qui prendra des années. Voilà pourquoi, il est souhaitable de mettre, toutes affaires cessantes, Jean d’Ormesson au tableau de nos trésors nationaux pour que cette restauration commence par un geste fort.

* Aussi connu comme Jean Bruno Wladimir François-de-Paule Le Fèvre d'Ormesson, arrière arrière petit fils de Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau président de la Constituante et premier martyr de la Révolution. Jean a été élevé au château de Saint Fargeau. Aujourd’hui, il est doyen d’âge de l’Académie Française, écrivain prolixe et grand visiteur de ces malades qui font le lit des médias.

11:42 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : clin d'oeil