Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2014

Coeur

87733065_o.jpg

Je hais ce genre d’image. Je me suis toujours demandé d’où venait ce culte cordial. A ma connaissance, pas de trace de cœur du Christ ni de sa mère dans l’évangile. Je viens d’en découvrir la source ce week-end, à Paray-le-Monial, en Bourgogne, très belle basilique romane.

La responsable s’appelait Marie-Marguerite… Alacoque, née en 1647. Je vous livre un extrait de sa bio :

À cinq ans, elle entend parler des vœux religieux et, à l’insu de tous, elle fait sa première consécration à la messe en prononçant ces mots : « Ô mon Dieu, je vous consacre ma pureté et vous fais vœu de perpétuelle chasteté ». À l’âge de neuf ans, après sa première communion, elle pratique en secret des mortifications sévères de son corps, avant que la paralysie ne la cloue au lit pendant quatre ans.(...) Elle visite plusieurs couvents, et en entrant dans celui de la Visitation de Paray-le-Monial, une voix intérieure lui dit « C’est ici que je te veux » (...) Le Christ confie une mission à Marguerite-Marie : il demande au roi de France, Louis XIV, la consécration de la France à son Sacré-Cœur et sa représentation sur les étendards du royaume.

A la lecture de ces lignes, on peut penser que la pauvre gamine était un peu dérangée mais à l’époque pas de psychologue, des curés. Donc, elle entre au couvent. Elle sera poursuivi de visions du cœur du Christ. Ce qui est étonnant, c’est qu’on va la prendre très au sérieux et qu’un culte du sacré cœur va démarrer. Il aboutira à la canonisation de la fameuse Marguerite-Marie…Alacoque en 1920 par Benoît XV.

Popaul II, pape et grande éminence de la superstition, ira même spécialement sur sa tombe à Paray le Monial en 1986 pour prier.

valls10.JPGEncore plus étonnant, après avoir critiqué François Fillion, premier ministre, pour être allé à Rome pour la béatification de Popaul II, Manuel Valls se rendra à Rome le 27 avril, pour la canonisation du même Popaul.

Et c’est là que la laïcité en prend un vieux coup. C'est bien simple, je suis écœuré et je vais de ce pas me faire cuire un œuf... Alacoque.

manuel_valls_immigration.jpg

30/01/2014

Lettre aux mécréants

r-LUCRECE-ANDREAE-CAVANNA-403xFBcredit.jpg

Ô vous, les mécréants, les athées, les impies, les libres penseurs, vous les sceptiques sereins qu'écœure l'épaisse ragougnasse de toutes les prêtrailles, vous qui n'avez besoin ni de petit Jésus, ni de père Noël, ni d'Allah au blanc turban, ni de Yahvé au noir sourcil, ni de dalaï-lama si touchant dans son torchon jaune, ni de grotte de Lourdes, ni de messe en rock, vous qui ricanez de l'astrologie crapuleuse comme des sectes "fraternellement" esclavagistes, vous qui savez que le progrès peut exister, qu'il est dans l'usage de notre raison et nulle part ailleurs, vous, mes frères en incroyance fertile, ne soyez pas aussi discrets, aussi timides, aussi résignés!

Ne soyez pas là, bras ballants, navrés mais sans ressort, à contempler la hideuse résurrection des monstres du vieux marécage qu'on avait bien cru en train de crever de leur belle mort. [...]

Dieu est à la mode. Raison de plus pour le laisser aux abrutis qui la suivent. [...]

Un climat d'intolérance, de fanatisme, de dictature théocratique s'installe et fait tache d'huile. L'intégrisme musulman a donné le "la", mais d'autres extrémismes religieux piaffent et brûlent de suivre son exemple. Demain, catholiques, orthodoxes et autres variétés chrétiennes instaureront la terreur pieuse partout où ils dominent. Les Juifs en feront autant en Israël.

Extrait de la lettre ouverte aux culs-bénits que je me fais un plaisir de citer ici pour ajouter aux fleurs qui tombent ce soir sur un de nos grands polémistes athées et iconoclastes, ce cher saint François Cavanna des belles lettres.

22:33 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (2)

25/12/2013

Fitna

La_Grande_Mosquee_Du_Paris.jpgLes administrateurs de la grande Mosquée de Paris ont décidé que les femmes devront désormais prier au sous-sol.

Face à la protestation des femmes, l'administrateur de la mosquée a répondu que cette décision avait été prise à la suite d'une demande des fidèles hommes trop gênés par le comportement bruyant de certaines femmes. Argument qui, paraît-il, n’a pas étonné ces dames conscientes du bruit causé par certaine d’entre-elles.

Elles ont pourtant décidé de pétitionner, extrait : « L'invisibilisation des femmes dans les lieux de culte est symptomatique d'un malaise dans les rapports hommes-femmes. Nous souhaitons rétablir une réalité de la tradition prophétique qui est que les femmes sont des actrices dans la vie de la société et de leur communauté religieuse. Les invisibiliser revient à leur dénier ce droit. »

C'est la fitna. Face à la pétition, l’administration a changé son argumentaire : « Cette nouvelle installation (le sous-sol) offre aux fidèles un espace de prière plus vaste, au vu de l’affluence croissante des femmes lors des 5 prières quotidiennes. »

Forcément, le collectif des femmes protestent : « "Faux ! Cette nouvelle salle est devenue un vrai salon de thé et une garderie: aucune possibilité d'être concentrée et de profiter de la beauté architecturale de cette mosquée historique propice au recueillement ! »

Les femmes ont alors tentées de rentrer en force dans la grande salle. Elle ont été brutalisées par des hommes qui n’ont donc pas hésité à les toucher. Un groupe s’est constitué sur Facebook. L’affaire en est là.

ikea_panneau_salle_priere_femme.jpg

-Illustration Ikea Dubaï-

En plus d’apprendre le mot invisibiliser (invisibilisez ce sein que je ne saurais voir), on apprend le mot arabe "fitna" qui veut dire trouble, agitation, désaccord, division, sédition, révolte.

10:43 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (1)

22/12/2013

Pyromanes

logo.png


Nouvelles du Vatican :

Bangui – « Les chrétiens doivent être habités par l'Esprit de Dieu et ne doivent pas tuer » a affirmé face à 1.500 fidèles S.Exc. Mgr Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui…  L’Evêque, venu avec un imam, a rendu visite à notre camp puis a fait un discours, bref mais intense, invitant tout un chacun à la paix, à la réconciliation et au pardon. L'imam a, lui aussi, fait un discours analogue

L’évèque et l’imam, voilà donc que les deux pyromanes tentent d’éteindre l’incendie qu'ils ont allumé au siècle dernier.

fetiche_songye_profile.jpgNaguère, les centrafricains vivaient peinards dans leur brousse, entourés de grands arbres et de troupeaux de singes. Il arrivait que quelques uns meurent sous la sagaie ennemie pour une histoire de femmes enlevée sans précaution ou pour une chasse de phacochère chez le voisin. Rarement plus de deux ou trois morts à la fois une ou deux fois l'an maximum.

Ensuite,  chacun revenait dans son village pour s’incliner devant quelque fétiche sacré entouré d'amulettes. Avant l'arrivée des blancs, le centrafricain croyait en une force  vitale qui animait les êtres vivants, les objets ou les pierres, le vent, la pluie, les représentations de génies protecteurs. Chaque tribu avait les siens mais il y avait assez peu de bagarre, la pluie et le vent appartiennent à tout le monde.

Et les pyromanes sont arrivés. Les missionnaires chrétiens avec la Bible, la croix, le goupillon et le glaive de l’armée française. Les imams et les marchands arabes avec le Coran dans une main et les marchandises à vendre dans l’autre. L’incendie a mis du temps à prendre. Les clercs de tous bords ont soufflés sur la braise. Aujourd’hui, ça flambe et les pyromanes tentent d’éteindre l’incendie. L’armée française est revenue, elle réunit le prêtre et l’imam pour éteindre les hautes flammes avec une bouteille d'eau bénite.

Et Dieu dans tout ça ? 

11:24 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (7)

15/12/2013

Dans l'espace

priere2.jpgEn 2007, la Malaisie a envoyé son premier astronaute dans l’espace Sheikh Muszaphar Shukor pour séjourner dans l’ISS. Comme nombre de ses compatriotes, Muszaphar est musulman. L’islam est même religion d’état en Malaisie.

Du coup, se posait un problème de taille : comment prier dans l’espace ?

Ne voulant pas se montrer rétrograde, le ministère du développement de l’islam fit une note pour le sermon du vendredi dans les mosquées expliquant que les voyages dans l’espace étaient autorisés car ils permettaient de comprendre les mystères de l’univers. Un séminaire de deux jours sur l’islam dans l’espace fut rapidement organisé.

Les docteurs de la foi faisaient face à plusieurs problèmes : l’ISS tourne 16 fois par jour autour de la terre, fallait-il prier 80 fois par jour ? Comment se tourner vers La Mecque depuis là-haut ? Comment se prosterner dans un espace aussi réduit ? Comment faire ses ablutions en économie d’eau ? Plus quelques petits soucis annexes…

Problème supplémentaire, on était en plein Ramadan, comment déterminer la période journalière de jeune ?

L’islam malaisien est moderne, il fut décidé de garder le temps de départ dans l'espace pour les prières, l’astronaute peut aussi choisir sa direction, il peut même se passer de la prosternation physique (la mentale reste nécessaire), s’il jeune il doit choisir les heures de son départ. La femme astronaute doit rester couverte sauf la face et les mains. En cas de mort dans l’espace, le corps doit revenir sur terre pour le rite, si ce n’est pas possible des funérailles spatiales sont exceptionnellement autorisées.

Il existe aujourd’hui aussi des fatwas (avis juridique donné par un spécialiste de loi islamique) égyptiennes et guinéennes qui complètent le   “Guideline for Performing Islamic Rites at the ISS” de la Malaisie.

"Et Dieu dans tout ça ?" demandait Chancel à G. Marchais.