Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2003

Bouriatie

Certains lecteurs se plaignent : selon eux, je n’écrirai plus assez souvent.
Ils ont raison, je me disperse. J’écris tout azimut et ne fais rien de bon.

Revenons sur le monde et sa science la plus descriptive : la géographie.

Il y a un mois déjà, je vous parlais de la Gagaouzie et de nos amis transinitriens qui veulent entrer dans l’Europe. Aujourd’hui, je veux vous parler de Tchinguis Chagdourov qui a abandonné son métier d'informaticien et son village natal près d’Oulan-Oudé, la capitale. Il se consacre désormais à la prière dans le Datsan (temple) d'Ivolga, le centre spirituel du bouddhisme russe. Dans la république sibérienne de Bouriatie, le bouddhisme connaît un nouvel épanouissement.  Des milliers de fidèles viennent chaque année s'incliner devant les sanctuaires du Datsan d'Ivolga, à une trentaine de kilomètres d'Oulan-Oudé. 

Je sais pas vous, mais moi c’est le genre de nouvelle qui me laisse méditatif.

Heureusement que Tchinguis, un bouriate de 24 ans, robe bordeaux et baskets, un chapelet à la main, ajoute : « J'ai trouvé le calme, et la sagesse des lamas m'a montré le chemin de la liberté » La Bouriatie, pour ceux qui l’ignoreraient est en haut à gauche, à côté de la Mongolie.
 
Le bouddhisme bouriate est de tendance petit véhicule, ce qui ne veut pas dire qu’il circule en Smart mais qu’il est originaire du Tibet. Dans le monastère d’Ivolga on donne des cours de peinture bouddhique, de philosophie, de tibétain (la langue des prières) et d'ancien mongol. Ceci attire chaque année des centaines de jeunes obligés de passer une sélection très stricte. Ils doivent rédiger une note de synthèse bouddhique sur des sujets variés qui vont de l’éveil de la voie de droite à celle de gauche en passant par le milieu.

S’il réussissent, ils devienne fonctionnaires bouddhistes et passent ensuite leur vie à rédiger, à la main, des cartes de Bouriatie. Les plus sages iront jusqu’à donner le chemin d’Oulan-Bator,de Lhassa ou même du Nirvana qui est un secret jalousement gardé par les lamas. Le Nirvana est presque aussi bien gardé que le plateau à thé en argent que Vladimir Poutine a offert en 1991 aux moines tout confus de remerciements soviéto-bouriates et bouddhico-lamentable.

Vous voulez savoir comment je sais tout ça. Faites comme moi :
 
Lisez le "courrier d’Oulan-Oudé".
 
Dans cet hebdromadaire, il ne se passe guère de semaine sans qu’on parle du renouveau du bouddhisme bouriate.

Le mot du jour: Géographie éthymologie facile de Gé, écriture et Graph, terre.

Le Géographe écrit la terre. Le Géomètre écrit des vers et le Géostationaire écrit toujours au même endroit. A ce propos, faites moi penser de vous parler de l'architecture géobiologique, des veines d'eau et des cheminées cosmo-tellurriques. Un sujet passionnant que j'ai découvert ce week-end dans "la gazette de l'architecture bouriate."

11:25 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (0)

18/08/2003

Google

Vialatte, maître Vialatte, disait : « Je me présente: Vialatte, écrivain notoirement méconnu. »

Ses derniers mots pour une dernière (901 ième) chronique de la Montagne avant de partir
en salle d'opération dont il ne reviendra que pour quelques heures :

On imagine généralement (parce que c’est vrai) que l’homme est un quinquagénaire en train de promener son chien sur le boulevard Arago à l’heure où les étoiles s’allument et de regarder le Baudrier d’Orion avec un faux air d’innocence tandis que son caniche souille le marbre du seuil d’un immeuble résidentiel. C’est une vision photographique de l’homme. Le docteur O’Grady, de Maurois, en avait une vision chimique. Il estimait que l’homme se composait en gros de deux seaux d’eau, de quelques bribes d’autres ingrédients, et de très peu de fer (même pas de quoi faire un clou). Ce qui ramenait les chagrins d’amour…

On est tenté de continuer : Ce qui ramenait les chagrins d’amours… à quelques gouttes de larmes parsemées de deux ou trois douzaines d’atomes de chlorure de sodium. Ce qui réduisait les coups de foudre à la circulation d’une poignée de molécules neuro-transmettrices dans l'océan d'un cerveau aqueux. Bien sûr, la vraie vision de l’homme n’est ni photographique, ni chimique, elle est spirituelle et religieuse, comme le disent si justement les proverbes bantous : "Le poisson connaît les rêves de l’eau qui dort." et "L'homme sait perdre son regard dans un ciel étoilé. Il s'assoit au bord de la rivière et en rêvant il vide à petites gorgées une calebasse d’alcool de palmes ."

Excusez ce crime d'écriture posthume, c'était bien mieux de finir sur l'amour...

Quelques autre proverbes bantous et vialattiens :
Il n'y a pas de bas morceaux dans le gros ethnologue.
Ne pile pas ton mil avec une banane mûre.
Qui rit sous l'okoumé, pleure sous l'acajou.
On peut voir les pensées de l'homme chauve. (c’est vrai !)
Une question bantoue fondamentale: Si ta barbe et celle de ton beau-père se mettent à
flamber en même temps, laquelle éteins-tu la première ?
...et ce bijou de la culture bantoue :
C'est se conduire en rékéké que d'étouffer le roukoukou dans sa coquille.

Encore du Viallate sur l'homme :

Quoi qu'il en soit, l'homme ne paraît jamais plus beau que quand il emploie en même temps son coeur, son corps et son esprit dans quelque entreprise difficile. C'est pourquoi j'aime tant les marins, et pas tellement les cosmonautes : le cosmonaute est à peu près passif. Il est étrange que le progrès de l'humanité aille au rebours du progrès des hommes. Que le type humain le plus beau soit celui d'avant le progrès. Le progrès se fait-il donc contre l'homme ? »

Vaste question. Sans transition (ou presque) quelques sites dignes d'intérêt :

http://acrimed.samizdat.net/index.php3
http://rezo.net
http://www.menteur.com/leblog.html Le joueb du menteur

Si on cherche « Vialatte Perino » sous Google, on obtient ce Joueb, ce qui est normal, la librairie Ferraguti et le site de Zazieweb ce qui est flatteur et... la fédération française d’athlétisme, ce qui est bizarre.

 

08/08/2003

Internaute

Oui, comme le fait remarquer un subtil lecteur qui découvre Vialatte: il n’y a pas d’H à Natalie, même si le contrôleur orthographique en veut absolument un. En plus, j’arrive même plus à retrouver cette foutue chronique parmi les 980 de la Montagne. Vivement les livres électroniques !

On arrête pas de s’étonner des progrès du progrès :

En 1982 la mémoire centrale moyenne d’un ordinateur était 2'000 plus petite qu’en 2002
En 1982 le processeur (le cœur de l’ordinateur) était 10’000 fois plus lent qu’en 2002
En 1982 Le disque dur moyen était 22'000 fois plus petit et 3 fois plus cher qu’en 2002

Plus spectaculaire encore : en 1953, une femme dépensait en moyenne 1.512 calories par jour par ses activités physiques, contre 556 aujourd'hui. A l'opposé, la femme de 2002 absorbe 2.147 calories par jour, contre 1.818 à l'époque.

Une devise (entendue par Catherine sur France Inter) : Femme au plumeau, mieux dans sa peau.

Ceux qui ont déjà regardé la télé aux US savent qu’il est très difficile de savoir si on regardait une pub depuis une demi-heure ou si on regardait une fiction. Pour tout simplifier, ils ont décidé d’entrecouper les pubs de petites fictions d’une minute. Je souhaite leur soumettre ce scénario d'interlude minable et minimaliste :

Interlude/interpub : Il a passé ses années de collège dans un internat. Puis, il a fait des études de médecine, c’était lui l’interne qui surfait toute la nuit sur Internet. A l’hôpital, on l’appelait l’Internaute, forcément. Progressivement, il a perdu la boule, il se prenait tantôt pour un international de foot, tantôt pour un intermittent du spectacle. On a fini par l’interner dans l’intérêt des familles. Depuis, plus rien ne l’intéresse, il écoute France-Inter inter-minablement.

Internaute : Navigateur de la toile. Naute (cosmo-,astro-) du latin navis qui vient du grec nautos, comme d’hab. (Les romains confondaient le U et les V, les italiens modernes confondent les U et les OU (oune internaoute). Les anglais les W et les OU, ex: le oueb)

Donc comme nautique, navigateur, navire, et même nef (d’autres peuples confondent les F et les V.  ex: c'est pien frai ça: ce nafire a une belle nef).

02/08/2003

Pollupostage

Que ferait-on sans nos amis québécois pour affronter le monde moderne tout en continuant de parler la langue de Molière ? Après courriel, ils ont inventé pollupostage.

Je ne sais pas qui a raconté sur le net que j’avais un petit pénis mais visiblement,  si j’en juge par tous les courriels que je reçois pour me suggérer des solutions à ce problème, il y a du monde qui est au courant. La pub contient généralement la phrase : « Bien sûr que la taille importe! »

Ce qui me rappelle une strophe de Priapées citée par Montaigne :

       Si mon vit n’est pas long, ni bien gros,
        Bien sûr que les matrones l’ont vu,
        Et elles voient d’un mauvais oeil un petit vit.

Pollupostage est un mot-valise particulièrement bien réussi.
Il y en a marre de cette pollution dans nos boite aux lettres !

Mot valise (je suggère le mot Motaccolé) est constitué du début d’un mot et de la finde l’autre pour former une nouvelle image.
Ex :  Saucipain - Hotdog
Brindilleux et Sarcastifleur : qualifie un jardinier pointilleux à l’esprit caustique.
Pepsichanalyste : (de l'américain) medecin pétisucré qui consulte sur cocanapé.
Les adulescents – Des adultes pas finis.
Un grovilong est mieux qu'un viquiqui (ou peniscule)

12:00 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (0)

29/07/2003

Olivine

Avec Internet en direct, on devient un peu accro aux nouvelles, c’est forcé. J’ai deux infos, entendues la semaine dernière, que je veux vous livrer car elles m’ont paru(es) de la toute première importance :

Pendant une étape du tour. Décor magnifique, petit village de France. Et commentaire pendant que le peloton fainéante à 50 à l’heure : « et le tour entre dans Bourg d’en Haut, c’est une petite localité qui avait déjà été prise par Du Guesclin en 1372… »!!

Autre information plus brûlante : PARIS (AFP) - Le manteau terrestre recèle un immense réservoir de carbone qui pourrait s'échapper dans l'atmosphère lors d'une éruption volcanique et éliminer une grande partie de la vie sur Terre, selon une étude de scientifiques allemands parue jeudi dans l'hebdomadaire scientifique britannique Nature. (…) Une fuite de ce réservoir dans l'atmosphère, sous forme de gaz carbonique (CO2), provoquerait un gigantesque effet de serre, lui-même source d'un réchauffement incontrôlable de la planète. Pour déterminer la probabilité d'une telle catastrophe, il est impossible de faire des prélèvements de roches du manteau terrestre. Keppler et ses collègues ont donc recréé en laboratoire les conditions de pression (3,5 gigapascals) et de températures (environ 1.200 degrés Celsius) du manteau terrestre. (…)

Le carbone, exposé à l'eau et l'olivine, ne s'est pas dissous dans la roche à l'exception d'une infime fraction. "S'il ne peut pas se fixer dans l'olivine, il ne peut raisonnablement se fixer que dans les carbonates", relève M. Keppler, joint au téléphone par l'AFP. Alors que l'olivine est capable de résister aux températures du manteau terrestre sans fondre, les carbonates ont un point de fusion beaucoup moins élevé. Ils pourraient se fissurer et remonter à la surface de la Terre. « Dès que les carbonates seront remontés dans le manteau terrestre à une profondeur de 40 à 60 kilomètres, ils se décomposeront et relâcheront du carbone qui à travers les fissures du globe passera dans l'atmosphère », explique M. Keppler par téléphone. « Des phénomènes de ce genre, avec un changement brutal des concentrations de CO2 dans l'atmosphère, se sont déjà produits à diverses époques reculées de la Terre. Ils ont été accompagnés d'extinctions en masse d'espèces », relève-t-il. « Ainsi, à la fin du permien, il y a quelque 245 millions d'années, 96% des espèces vivant dans les océans et plus des trois quarts des espèces de vertébrés terrestres ont disparu. Un peu plus récemment, à la fin du triasique, il y a environ 208 millions d'années, la moitié des espèces du globe ont été éliminées soudainement. »

Merci M. Keppler, pour ce coup de fil. C'est vrai ça: s'il peut se fixer dans l'olivine...
il peut se fixer dans les carbonates... Putain, ça fout les jetons, j'en tremble encore !
Et dire que l'information aurait pu n'arriver que par l'Almanach annuel du Vieux Savoyard.
Et dire que Du Guesclin ne le savait pas
Et dire que Gros bras continue de mouliner son cinquième tour de France comme si de
rien n'était ! Chais pas vous mais moi, je trouve ça effrayant !

12:05 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (0)