Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2003

Andalousie

L'Andalousie, si vous chercher des destinations, je conseille vivement. Choisissez de préférence mai-juin ou septembre-octobre, encore que ce dernier mois puisseêtre pluvieux. Il y a des montagnes : La Sierra Nevada s'élève à 3500 mètres pas bien loin de la mer. Des promenades dans l'Alpujarra... c'est fabuleux. La mer donc... et les villes avec leur beaux vestiges de l'El Andalous arabe des débuts du millénaire précédent (900-1400 environ).

La conquête arabe date des années 730 (rappelez-vous Charles Martel, père de Charlemagne si je ne m'abuse, arrête les arabes à Poitiers en 732. Ils s'installent dans un bon 2/3 du sud de l'Espagne pendant 7 siècles pour se faire chasser définitivement de Grenade en 1492, année de la découverte de l'Amérique et du début de l'inquisition qui va se montrer féroce contre juifs, musulmans et tout suspect de ne pas adorer le vrai Dieu, le seul, celui de Torquemada, des rois catholiques, Ferdinand et Isabelle et de Charles Quint, empereur, leur descendant. Les juifs séfarades sont désignés, au départ, en référence à cette fuite d'Espagne à la fin du XVième ensuite ils s'opposent à ashkénazes, juifs d'Europe central.

C'était très ingrat de la part des catholiques, car même si les musulmans n'ont pas été parfaits, ils ont permis de longues périodes de tolérance religieuse entre les trois monothéismes, religions révélées. Pour plus de détails visitez sur le Web la tour de la Calahorra et allez faire des tours sur les sites qui parlent de Roger Garaudy, de Cordoue, d'Averroès, d'Al Arabi, de Memonides... On se dit que mille ans ont passé depuis l'apogée de Cordoue, soit 365 mille et une nuit, 500 ans depuis le Reconquista des sanglants reconquistors, soit 182 mille et 501 nuits et que la tolérance est encore un sujet bien d'actualité quand les crucifix des écoles font problème en Italie et que les foulard de mesdames les femmes de ministres gâchent les festivités des 800 ans ottomans de la Turquie laïque. Triste.

Tolérance - est postérieur à 1492. Bossuet, catho rigide, l'utilise de manière péjorative (il y des maisons pour ça disait un humoriste) alors que les philosophes des lumières, Voltaire, Diderot, en un fait un mot très noble.

Désolé d'aborder des sujets un peu trop sérieux. La prochaine fois j'essayerai d'être plus léger, c'est promis.

10:13 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tolérance

07/10/2003

Propice

Faire un voyage en Tchétchénie en ce moment... Franchement, notre Raffarin-Séraphin, à quoi y pense ? Quand même, il y a des jours où on se dit que ça doit pas être terrible d'être premier sinistre comme disait Coluche. Non seulement  ces pauvres gens se font massacrer et traités de terroristes mais on leur organise une élection truquée juste pour se moquer d'eux avec JP en plus... Il aurait pu trouver un moment plus propice Séraphin.

Heureusement qu'il y a des gens qui continue de faire des recherches essentielles : paraît que le sandwich au Cheddar serait parfait quand les tranches font 2,4 mm, pas plus. Nous, on aurait jamais pensé qu'un sandwich au cheddar puisse être parfait. Certains anglais si !

A part ça, pas de joueb avant la fin du mois. Départ vers des cieux plus bleus.

Les mots du jour: Propice. Lat. Propitius favorable. S'appliquait aux dieux. Le mot appartient au groupe petere, rechercher (et non pas péter). Les dieux ne pètent pas, Ils décident de ce qui est favorable. Par exemple les six personnes qui se sont partagées la super-cagnotte étaient dans un jour propice. Propitiatoire: qui a pour but de rendre la divinité propice. Faites comme moi : faites régulièrement un don à la Française des Jeux. Ne faites pas cadeau d'un nouveau logiciel à votre ordinateur, ça sert à rien, il continuera de n'en faire qu'à sa tête.

Sinistre vient de senester qui désigne la gauche. Le racisme anti-gauchers date donc de fort longtemps. On peut faire de offrandes propitiatoires pour éviter les sinistres. Il faut normalement les faire un jour propice et de la main droite. J'entends quelqu'un dire que la gauche était cause de tous les sinistres. C'est faux, ce sont le tchétchènes et les irakiens, demandez à Poutine et à W.

10:07 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sinistre, gauche

27/09/2003

Québec

653306-un-effet-graphique-assure.jpgLe week-end dernier, fin de semaine super sympa au Québec. À part les embouteillages de Boston (à la québécoise, prononcez : thon et pas tonne.) J’aime bien cette route, l’Interstate 93, qui arrive de New-York, traverse Boston, le New Hampshire et un parc national dans le Vermont où dominent les sommets des Appalaches. On passe à Salem, de mémoire de sorcières, à Woodstock de mémoire de hippies, à Bretton Wood de mémoire de grand argentier qui ne voulait, soit-disant, plus rouler sur l’or. Il y a des bleds qui s’appellent Berlin, Newport, Plymouth, Portsmouth… Le problème c’est la nuit qui tombe au milieu de nulle part, heureusement je suis pas trop loin du lac de Memphrey-Magog, un lac immense qui sent déjà sa belle province. Le sommeil gagne…La radio parle français : "Tu n'arrives-tu pas à bander ? Tu n'as-tu jamais d'orgasme? Appelle-nous, s'il vous plait, sur Radio XX. J'attend ton appel  en companie de Madeleine sexologue..."  Le douanier me souhaite la bienvenue. Les panneaux de la 55 Nord montrent leurs fleurs de lys, encore un bout sur la 10 vers Montréal, la sortie Cowansville et son bar à routiers qui annonce "Danseuses", les lumières (trafic lights), direction Farham, le dépanneur et c'est LA maison à gauche toute illuminée.

Me voilà donc arrivé dans l’ancienne maison de Jean-Jacques et Andrée à Cowansville. Maison que j’aime beaucoup et que je commence à bien connaître, même si le dernier coup remonte à presque 5 ans, en pleine tempête de neige le 14 novembre. Comme toujours, j’y suis reçu comme un prince. Il y a même une perdrix qui, saoulée de raisin, a eu la drôle d’idée de venir se suicider dans la vitre de la grange, vitre qui ne laissait pourtant plus beaucoup passer la lumière. Donc le lendemain, JJ, toujours aussi bon cuisinier, nous mijote la perdrix ajoutée de quelques cailles moins domestiques et d’accompagnements savoureux. Il nous sort un plateau de fromage dont on ne pourrait pas soupçonner l’existence dans toute l’Amérique du Nord. Je passe rapidement sur les petits dejeuners et les muffins aux canneberges d’Andrée. Mauvais plan pour mon régime ! Le samedi, nous allons visiter leur nouvelle maison à North Harltley qui est le village de l'Estrie où le premier ministre canadien possède une résidence secondaire et où Chichi a passé deux semaines en août et se serait fait faire un lifting. Agréable, touristique, un peu huppé et très british pour un bled au milieu du Québec et que viennent habiter des québécois pur-laine :-) Un joli lac (Massawippi?) où JJ taquine la truite à l’occasion.

Le dimanche, nous allons faire une rando dans les Appalaches. On traverse une grande bétulaie blanche avant d’arriver sur un lac noir au milieu des feuillus et de grimper des escaliers de bois. Pendant ce temps les savoyards rentraient fatigués de leur ascension du Charvin. Demain je vais rater l'avocate...

Je repars avec mes deux livres comme il est de tradition. Ces livres transatlantiques sont devenus des bateaux qui me font naviguer sur l’imaginaire québécois. Je crois avoir parlé ici de Michel Tremblay qui était venu à Genève au printemps pour la création suisse de sa pièce: Un autre monde ? J’avais lu Premier quartier de lune le cinquième livre des chroniques du Mont Royal. Déjà un livre transatlantique. Cette fois Andrée m’a passé Un ange cornu avec des ailes de tôle, que j'ai dévoré pendant le voyage du retour. Un hymne absolument délicieux au bonheur de la lecture… Un sujet toujours ressassé - jamais épuisé puisqu’il couvre tant de parcours de lecteurs différents. (Peu de lecteurs ont dû éprouver cette passion pour l'Agamemnon d'Eschile. Pas moi en tous cas.) Et puis, le livre se termine par les débuts d’un écrivain, un sujet qui me tient bien en haleine depuis quelques temps…

A part ça, que dire du reste de Boston-ton-ton-tontaine… A part les homards et la promenade dans Quincy Market, pas grand-chose de vraiment bien. Le mode de vie à l’américaine est à l’image de ces passeports nouveaux dont la photo doit montrer « Une expression neutre et la bouche fermée » pour pouvoir être facilement identifiée par des machines. La télé débite son salmigondis de pub, de talk-shaws. Les poupées de Bachelor ressemblent à des photos de catalogues. Les voitures sont toujours aussi énormes avec ces 4*4 arrogants qui semblent tous sortir du garage. On dirait qu'ils passent un produit pour que les pneus et les jantes apparaissent brillants. Le boulot... Bon, n'en parlons pas. Comment des gens aussi bien payés peuvent accepter de telles conditions de travail - bureaux bruyants, lumière artificielle, horaire à rallonge... On imagine ce que doivent endurer les "smicards" avec leur deux, voire trois jobs quotidiens... « Anastasie, l’ennui m’anesthésie » Il se peut que ce soit l'âge, la nostalgie, mais je n'ai pas retrouvé, cette fois, ce plaisir certain que j'avais à travailler là-bas il y a quelques années chez Digital... Non, de l’Amérique, je ne veux retenir que Michael Moore, son sens de l'humour et sa réflexion sur les plus démunis, sur les dégraissages, les délocalisations, les rachats et dépeçages d’entreprise, sur les porteurs d’armes… Je veux penser qu’il y aura beaucoup de Moore dans l'avenir pour redonner espoir en une société meilleure. Vive l'Estrie et vive le Québec… libre !

Bétulaie : Forêt peuplée principalement de boulot. La bétulaie peut-être blanche ou jaune. On aurait plutôt pensé à bouloteraie. Est-ce qu’une forêt de peupliers s’appelle une peupleraie ? Une hêtreraie ? une freneraie ? Une acaciaraie ? Une pineraie, sapineraie? Non, il y a déjà pinède et sapinière... Tout ça manque de logique...

Canneberge (anglais Cranberry) on dit aussi airelles en français, atocas dans une langue indienne, j’ai oublié le nom des variétés. De la famille des myrtilles / bleuets. C’est le genre de fruit que l’on ramasse à certaine endroits en noyant les plants, les graines rouges montent à la surface...

Attention, les amours en cage orange de décoration ne sont pas comestibles. On n’en meurt pas, en tous cas pas la première semaine. Le goût n’est pas terrible. Il vaut mieux lui préférer l’amélanchier qui fait des sortes de petites pommes. C'est fou ce qu'on apprend de choses en voyageant !

10:28 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (1)

17/09/2003

Aboulie

Je triche un peu. Le 17 je serai dans l'avion. Pas le temps de dire grand chose entre deux valises. Je profite de voyager avant d'être atteint par la limite d'âge. Exclu que je voyage comme  Jean-Paul à des huitante ans et plus. En plus, on va à Rome et il n'est même pas là. Je vais revoir mes copains de Cowansville qui sont revenus dans leur agréable maison. Vive le Québec... libre ! comme disait une certain général. Je reverrai aussi Brad et Dan, les ex-DEC, qui vivent toujours dans le nord de Boston. Reçu la photo bien sympathique d'une famille de quatre enfants qui ferait presque avoir des regrets de s'être montré trop aboulique à une certaine époque.

Aboulie: Je viens de le découvrir. Très utilisé dans le Plan Infini d'Isabelle Allende. Un très bon roman plein de charmes et de rebondissements. De a privatif et du grec boulè : volonté, décision. Cela veut dire manque d'esprit de
décision. Utilisé en général pour des cas pathologiques. Mais où donc commence la pathologie ?

En principe pas de Joueb avant le 29 ou le 30.

10:18 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (0)

11/09/2003

11 septembre

Le 11 septembre, quelques pointeurs sur Allende, le Chili, la commémoration et d'autres liens

Il faut être fou pour prendre l'avion le 11 septembre. Ouais mais c'est pour la ville éternelle: Le Capitole, le Colisée, le forum, les fora, le Vatican, les fontaines, les places, les petits restaurants... ça devrait être bien.

Spécial Ghilaine: Chiche comme chichi vient de l'onomatopée tchitch ou éventuellement du latin ciccum, fine membrane lui-même du grec kikkos: un rien. Définitivement péjoratif, on ne peut pas vivrechichement ou alors faut vraiment pas pouvoir faire autrement. Remarque: Quand on est chiche on ne fait pas de chichi mais il est assez chic de chipoter et chicoter sur des détails bien minces.

Petit retour sur les mots à la mode du dico* : coparental et homoparental, home cinéma et téléréalité, ostraciser, pêchu et mollachu (helvètisme), via ferrata, burqa, développementdurable, devoir de mémoire, principe de précaution, unilatéralisme, déontologue, profileur, crumble, wasabi, chouchen (bretonisme), cannelé (bordelaisisme), margarita, poivrade, apnéiste, but en or,  sidologie, anthrax, cyberguerre, agent intervenant, gouvernance, Etat-voyou...

Nos filles seront: chiropracteuse, éboueuse, égoutière ou maçonne * Inutile de préciser le dico choisi puisque les deux font parti de VUP Vivendi Universal Publishing - La world company avance même sur le terrain des livres.

10:11 Publié dans Historique | Lien permanent | Commentaires (0)