Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2016

NBIC

« La première personne qui vivra mille ans est sans doute déjà née ! »


MeilleurDesMondes.jpgC’est ce qu’affirme Laurent Alexandre, chirurgien urologue et qui veut ajouter un fut devant son titre. Pas un fût de pinard ni le fut du verbe être au passé simple encore moins le fût de l’être subjonctif imparfait qui nous ramène à un passé hypothétique et chimérique. Non, il a pris le fut de FUTur. Laurent est devenu chirurgien fut-urologue.  Futé l'urologue !

Il base ses prédictions sur les travaux secrets de Google. Hé oui, vous l’aviez peut-être manqué, les Dernières Nouvelles de l’Homme vous le rappelle, Google s’est lancé dans le transhumanisme, une théorie à la mode dont j’ai parlé sur trois notes consécutives consacrées à la singularité (suivez le fil).

Non content de nous indexer Google veut nous immortaliser. Google finance en Californie la Singulary University une école prosélyte qui forme des spécialistes des NBIC (Nanotechno, Biology, Informatique et sciences Cognitives). Un petit mélange des techno de pointes et d’intelligence artificielle pour « tuer la mort » selon l’expression de notre chirurgien de la futurologie.

transmutation-300x240.jpgNon seulement on aura des hommes immortels mais en plus ils seront bioniques et super intelligents, ceci grâce à des « implants nanométriques déposés sur chaque neurones. » Et aussi sans doute à une bonne dose d’eugénisme*, c'est-à-dire de sélection des embryons prometteurs. The brave new word d'Huxley un peu amélioré.

Voilà un programme qui fait envie. Notre futurologue d’ajouter : « Au XXIe siècle, le débat gauche-droite fera place à une opposition entre les transhumanistes, qui voudront vivre plusieurs siècles en étant biologiquement modifiés, et les bioconservateurs. » Je connais pas mal de progressistes de gauche qui vont vouloir bio régresser.

Ceci dit, il faudra encore que notre futur millénaire avant d’arriver en l’an 3000, passe le XXIième siècle car, si l’on en croit Cavanna, ce sera un siècle de persécutions et de bûchers.  La lutte entre les culs-bénits* et les gogleatres singuliers n’est pas jouée. Il se pourrait que Zeus (l’avatar grec de Jéhovah et d’Allah) condamne ces Prométhées californiens à se faire bouffer le foie pour l’éternité par un aigle singulier et surtout immortel. 

Torche-Promethee-peinture.jpg

 * Eugénisme - Du grec EU bon, bien de Geneos - Espèce. Les techniques qui consistent à ne garder que les bons gènes. C'est possible, c'est même devenu facile donc ce sera fait.

 * Selon Cavanna, les culs-bénits sont imperméables, inoxydables, inexpugnables, murés une fois pour toutes dans ce qu’il est convenu d’appeler leur « foi ». Arguments ou sarcasmes, rien ne les atteint, ils ont rencontré Dieu, il l’ont touché du doigt. Amen. Jetons-les aux lions, ils aiment ça.

15:12 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

23/01/2016

Raccourci

En 1953, Boris Vian, grand satrape du collège de pataphysique, se moquait du robot à Ducros (le vulgarisateur scientifique d’Europe 1) dans un lettre à André Parinaud, grand arbitre des élégances littéraires au Figaro qui semblait inquiet à cause de ce fameux robot poète. Lisez l'extrait sur le site (lien) et la référence à Pic de la Mirandole, célèbre pantomathe. ("Hé va donc gros robot !") 

astrozog.jpg

Il se peut que Vian ait eu tort sur ce coup. Seize ans plus tard, en 69, je commençais à apprendre l'informatique. Programmes sur cartes perforées envoyés à l'IMAG, l'Institut de Maths Appliqués de Grenoble ou "tournait" jour et nuit un IBM 360 "gigantesque" d'un méga de mémoire que l'on appelait familièrement le KK.

En décembre 1977, sortait le rapport Nora-Minc (oui Alain Minc, le petit péteux prétentieux pantoconseiller de Sarko qui vit de la manne autoroutière). Voici ce que cela donnait à l'époque :

Trente huit ans plus tard, le monde de l'info est devenu tentaculaire, les jobs ont été engloutis dans les pattes de nos robots et les mémoires de nos disques durs. On parle de singularité et de transhumanisme. C'était le raccourci. Que faut-il en penser ? 

11:25 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2)

20/01/2016

Animaux

Les dernières nouvelles de l’homme nous parlent parfois des animaux. C’est ainsi qu’on apprend qu’au Japon, un grand requin blanc de 3 mères 50 n’a pas supporté la vie en aquarium et qu’un orque écossais de 6 mètres 20 s’est lamentablement échoué compromettant le sauvetage des épaulards du Royaume Uni. En revanche, les requins continuent de pulluler à la City. 

ob_3e0f15_guepe-abeille-mag-banner-jpg.jpeg

Chez nous, on cherche un piège contre les frelons asiatiques qui prolifèrent. Pourtant, selon une étude allemande, l'absence de vie sexuelle chez les insectes vivant en colonie serait le secret de leur succès écologique et évolutif. Chez les insectes sociaux, les ouvrières sont un excellent exemple de comportement altruiste car elles évitent de se reproduire et mettent toute leur énergie dans l'éducation de leurs frères et sœurs. L’étude s'est penchée sur le cas des bourdons qui ont aussi une vie sexuelle limitée. 

On ne copule donc pas dans les ruches, on bosse pour l'avenir de l'espèce. Il y en a qui devraient en prendre de la graine.

Espe%CC%80ces-n%C2%B06-_Des-abeilles-pour-e%CC%81loigner-les-e%CC%81le%CC%81phants_-1024x879.jpgParlant d'abeille, en Afrique, il arrive que la petite bête effraie la grosse. Les éléphants craignent les abeilles qui ont pourtant une vie sexuelle limitée comme expliqué plus haut. Du coup, pour protéger les cultures, des ruches sont installées sur des poteaux ou des arbres tous les dix mètres autour du champ et reliées entre elles par un fil. A chaque fois qu'un éléphant tente de franchir cet obstacle, il secoue les ruches et énerve les abeilles. Or, lorsqu'il entend l'insecte, il émet un grondement spécifique « anti-abeilles » pour informer ses congénères avant de fuir. On peut aussi, par souci d’économie, se contenter de l’enregistrement du cri de l'éléphant attaqué sans s'encombrer des abeilles ni des fils.

Par souci d'économie, c’est la méthode qu’on choisira à Saint-Julien si les éléphants menacent nos cultures.

p15ts6vmrd1laggmvm8ddo1jvs8.jpgNos cheveux blanchissent, nos jeans se délavent mais le rouge du rouge-gorge, le noir de la pie et le bleu du geai, le blanc du cacatoès, le vert de l’arara… dure toute la vie du volatile. Les scientifiques tentent de comprendre pourquoi pour fabriquer des tissus aux couleurs qui ne pâliront plus.

Les fabricants de vêtements n’en voudront pas. Trop durable ! En revanche, Saint-Julien pourrait en équiper ses employés des parcs et jardins si on arrive à fabriquer un tissu orange assez solide pour un coût modeste.

19:49 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

21/12/2015

Neige à Noël

220px-Falling_Snow_-_stuck_at_home_(3234280718).jpgCette année, la neige n’a pas trop envie de tomber pour Noël. Ce n’est pas une raison pour ne pas s’intéresser aux flocons.

Des gens aussi sérieux que Kepler, qui calcula l’orbite de Mars*, ou que Descartes, qui pensait et donc était, se sont intéressés à ces fameux cristaux de glace.

Mais c’est grâce à la Commission Internationale de la Neige et de la Glace (la CINGla, si, si, ça existe) que l’on sait qu’il existe 7 familles de flocons (le fils, la fillle, le père… non, en réalité ce sont: plats, étoilés, colonnes, nouilles, dendrites, colonnes coiffées et formes irrégulières) et que l’on peut voir 80 sortes de flocons différents, pas un de plus. Ensuite les nivologues étudient comment la neige se transforme et comment elle tient ou ne tient pas sur les pentes suivant sa forme en grains fins, ronds, à face plane ou encore en gobelets...

* Il semble bien qu'il y ait neigé sur Mars (ne pas confondre avec les giboulées de mars et la neige de printemps), que Kepler ne le savait pas et Ray Bradbury non plus. Encore que dans les chroniques, il pleuvait : 

"Il ne restait plus que Mr. et Mrs Lafarge, les yeux fixés à terre, main dans la main, terrifiés. La pluie tombait sur le visage méconnaissable tourné vers le ciel.

Anna ne dit rien mais se mit à pleurer.

«Viens, Anna, rentrons, nous n'y pouvons plus rien», dit le vieil homme.

Quelques cristaux pas du tout martiens :   

can-stock-photo_csp8050219.jpg

 Et en bonus, une vidéo ZEN Snowflakes by Alexey Kljatov

fond-bleu-abstrait-de-flocon-de-neige-avec-une-bande-dessin%C3%A9e-le-p%C3%A8re-no%C3%ABl-59875542.jpg

21:36 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2015

Hwang

04120702.jpgConnaissez-vous monsieur Hwang ?

Monsieur Hwang est un sud coréen qui a fait la une de la presse en 2005 et 2006 pour avoir affirmer qu’il avait cloné des embryons humains pour disposer à volonté de cellules souches. On a pu démontrer qu’il avait un peu truqué les expériences. Il aurait entre autre confondu clonage et parthénogenèse. On a peine à croire qu’un scientifique de ce niveau puisse commettre une telle erreur même s’il faut bien l’avouer, il n’est pas toujours très facile de faire la distinction.

Il a finalement admis sa faute. En bon asiatique, il s’est excusé en s’humiliant publiquement. Il a pris six mois de prison puis et il est reparti dans le clonage. Monsieur Hwang est un homme avide de fric et de gloire, il a donc cloné pour des sommes rondelettes des chiens très chers à leurs propriétaires, de riches américains, des chinois et même un français.

827995-mastiffs-tibet-souvent-compares-lions.jpg

Ensuite, il a cloné des Mastiffs tibétains (photo), les chiens les plus chers du monde dont le prix s’est soudain effondré. Entre parenthèse que devient la réincarnation du mastiff en moine (ou vice-versa) lorsque ce mastiff est un clone ? Les théologiens bouddhistes ont du travail sur la planche à métempsychose.

3a51ee290f9cb44472d4ed44bc4d805d6b37c7e9.jpg

Mais monsieur Hwang ne va pas s’arrêter en  si bon chemin (le but c’est la chemin), il vient de s’associer à la création du plus grand site mondial de clonage d'animaux en Chine, avec pour ambition de fabriquer en série chiens, chevaux, et jusqu'à un million de vaches par an, selon l’agence Chine Nouvelle. Un projet de la société de biotechnologie chinoise Boyalife et l'entreprise sud-coréenne Sooam Biotech --dont le fondateur est… monsieur Hwang bien sûr !

Sondage : Mangerez-vous du steak de bœuf cloné ?

* La parthénogenèse est la reproduction sans sexe produisant donc des individus femelles uniquement. Du grec parthenos vierge. Selon le dogme catholique de 1854 l’immaculée conception de la Vierge Marie dans le sein de sa mère, n'a pas été marquée par la tache du péché originel (le sexe).

Les avantage de la parthénogenèse : la production d'individus mâles par rapport à celle d'individus femelles constitue une perte énergétique importante. En effet, les femelles en règle générale fournissent la plus grande partie de l'énergie nécessaire à la reproduction sexuée. Or cette énergie fournie pour le développement d'un nouvel individu participe en partie à générer des mâles qui eux-mêmes ne seront pas capable de produire directement de nouveaux individus. (…) Grâce à cette efficacité démographique, l'inclusion dans un cycle de reproduction d'une phase parthénogénétique, en permettant de réduire le nombre des mâles, peut avoir un intérêt écologique certain (…) Ainsi, la parthénogenèse peut constituer un atout d'importance pour les espèces dans la course à la conquête d'un habitat.