Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2014

Mots d'ailleurs

rob.pngGrâce à l'horoscope de Rob Brezsny que publie désormais Courrier International, je découvre Other Wordly, un blog fascinant où la traqueuse de mots intraduisibles Yee-Lum Mak publie des mots d'origines variées.

Une sorte de baleinier (dictionnaire des tracas) sauf que là, ce sont de vrais mots.

Disons une sorte de garde-mots internationaux.

Exemples : le terme suédois resfeber : Le battement tourmenté du cœur du voyageur avant le départ, quand la crainte se mêle à l’impatience.

Mamihlapinatapai - Un mot Yaghan (peuplade de la terre de feu) qui désigne un regard partagé par deux personnes, chacune désirant initier quelque chose qu'ils désirent tout deux mais qu'ils ne veulent ni l'un ni l'autre commencer.

Tsundoku (Japanais) Acheter des livres et ne pas les lire ; Les laisser s'empiler non lus sur des étagères, sur le plancher ou mieux sur sa table de chevet. (Note du traducteur: et faire des sudoku à la place de lire)

Il y a des mots français comme sillage : La trace laissée dans l'eau, l'impression laissée dans la pièce après que quelqu'un est passé puis parti, une senteur persistante dans l'air traces subtiles de parfum d'une personne.

Encore un pour la route, retour d'Israël, le mot Firgun: (n. Hébreux) L'acte de partager ou même de contribuer au plaisir ou à la fortune de quelqu'un d'autre avec un cœur pur et généreux, sans trace de jalousie. Plus prosaïquement, humour juif je pense, faire un prêt qui ne soit pas usurier (sharing credit fairly).

15:11 Publié dans Mots, Papous | Lien permanent | Commentaires (6)

30/04/2012

Puritain

167-1.gifLe poids de la religion aux Etats-Unis demeure exceptionnel par rapport aux autres pays occidentaux.  Seuls les pays pauvres de la planète rivalisent avec les US en ce qui concerne la foi. Quarante pour cent des américains vont à l'église chaque semaine, une proportion énorme comparée à la France bien en dessous des 10%.

Une forte minorité d'Américains gravite autour du fondamentalisme religieux, une foi enracinée dans une interprétation littérale de la Bible et une opposition farouche aux mœurs modernes, surtout en matière de sexualité.

Lisez l’article de Mugabi Jouet sur Huffington Post.

Vous pouvez aussi écouter ce que pense des puritains Jacques A. Bertrand. Jacques est un Papou qui a écrit un livre de portraits étonnants et drole intitulé :

Les autres, c’est rien que des sales types.

Mais qui sont ces fameux autres, ces gens singuliers qui nous imposent leur présence et qu'on reconnaît assez aisément en société car, la plupart du temps, ils nous pourrissent la vie ?

 

Jacques A. Bertrand a entrepris de dresser un catalogue de ces êtres détestables. Catalogue accablant... à défaut d'être exhaustif. Vous y rencontrerez le touriste (insupportable), le Parisien (odieux), le provincial (qui ne l'est pas moins), le voisin (Ah ! le voisin !), l imbécile heureux (Malheur !), le médecin (à fuir), le malade (il est partout), le conjoint (indispensable), le jeune (il prolifère)... et vous découvrirez même l'agélaste qui, comme chacun le sait, est celui qui ne rit jamais.

Il doit travailler à la deuxième série… voici pour écoute le dernier  texte lu aux papous de dimanche. Savoureux 

podcast

08/11/2011

Calamarcelproust

img-2.png

Illustration Xavier Gorce



Autre extrait des Opossums célèbres du papou l’oulipien Hervé Le Tellier. Le  calamarcelproust ou calamar celproust ou

 


Le calamarcel proust

part à la recherche du thon perdu

un vieil amour de sa jeunesse.

Face aux dangers de l’océan

il fuit, le calamarcel proust,

et l’encre que dans son sillage craintif il expulse dessine en l’eau marine des tourbillons sépia qui vont s’évanouissant telles les arabesques fantasques d’une mémoire confuse

Lorque le danger est au loin,

le calamarcel proust alors

à l’ombre des posidonies en fleurs

de bonheur, se couche

14:04 Publié dans Papous | Lien permanent | Commentaires (0)

07/11/2011

Marsupialcapone

img-1.pngIllustration Xavier Gorce

 

Un animal extrait des Opossums célèbres de l’oulipien papou Hervé Le Tellier. Des animaux que n’aurait pas renié Alexandre Vialatte. Le marsupialcapone ou le marsupi alcapone ou encore… 

 

Le  marsupial capone

terrorise les animaux

du zoo de Chicago.

On le soupçonne de racket

sur le vison et la genette.

Il aurait placé des contrats

Sur le tigre et sur le boa.

Il vend de l’alcool frelaté

Au zébu (mais on s’en doutait)

Le directeur ferme les yeux,

             bien forcé.

(Le  marsupial capone a des photos de lui avec une otarie)

Le  marsupial capone

terriblement méchant

Elève ses enfants

Dans sa poche

revolver

 

12:21 Publié dans Papous | Lien permanent | Commentaires (1)

04/11/2010

Premier

Bientôt quatre mois monsieur le président que vous hésitez. Fillon, Borloo, Besson, MAM, Barouin, Hortefeux, Coppé, Larcher, Chatel, Juppé... Pile ou Face. Chaqu'un pose ses conditions. Complexe équation de multiples adéquations personelles et même de quelques inéquations, voire inadéquations... Alors, je voudrais poser mes conditions sur la table pendant qu'il est encore temps et avant Noël.

 

-L'Intérieur, j'en veux pas. Trop de risque d'être réveillé chaque nuit.
-Les Affaires étrangères. Trop de voyages.
-La défense, non plus. Suis trop antimilitariste.
-L'Environnement. Non. Jamais contents les écolos.
-Les Sceaux. Trop d'affaires en cours. Faire juger Woerth... Chirac, Pasqua... Les conflits d'intérêt... Non merci.
-L'Economie. Pas assez compétent... Quoique ? Mais finalement... Non.
-Le Travail,trop fatigant... la Solidarité et la Fonction publique. Après Eric, jamais!
-L'éducation, sans réforme ? Non

Pas non plus de sécrétariat ou de haut commissariat. Finalement, il n'y a guère que premier ministre qui me conviendrait, en plus ça trancherait le débat cornélien entre François et Jean-Louis. Et puis, monsieur le président, cela rendrait tous les autres verts de rage, ce serait sympa et bien dans l'ambiance du quinquénat, je trouve.

22:23 Publié dans Papous | Lien permanent | Commentaires (1)