Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2014

TMB en 8 jours - J7

Départ du refuge de Balme. Le proprio regarde les chamois à la jumelle. On lui demande s’il en a vu. Une trentaine dit-il et ajoute d’un ton désagréable : « On ne part pas en montagne sans ses jumelles. » Bref, on ne va pas regretter ce refuge géré par les Thénardier. Un lieu étonnant au milieu de la modernité chamoniarde. Dommage que ce couple soit aussi aigri.

Pour améliorer notre dénivelé, on monte à l’aiguille des Posettes avant de descendre sur le col des Montets. Le ciel n’est pas vraiment bleu, le Mont-blanc joue à cache-cache avec les nuages. Faut choisir son moment pour la photo.

P1050305%2B%28Copier%29.JPG

Montée vers le lac Blanc depuis le col. Une balade que l’on connaît bien. Montée en lacet puis chemin en balcon jusqu’au lacs de Chesery. Le ciel s’obscurcit. On arrive vers trois heures au refuge juste avant la pluie et on croise Myriam avec des amis. Ils vont descendre sous la pluie.

P1050306%2B%28Copier%29.JPG

 

L’accueil au refuge est sympathique. Le repas excellent mais quelle exiguïté dans les dortoirs. Faut pas être claustrophobe ! Les toilettes sont deux étages plus bas. C’est pas vraiment le grand confort. Bien contents d’être arrivés à temps, la pluie forcit.

L’arête des bosses à droite du Mont-blanc bien distinctes vues de loin :

P1050303%2B%28Copier%29.JPG

22:41 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/09/2014

TMB en 8 jours - J6

Départ du relais d’Arpette pour deux variantes : La fenêtre d’Arpette et la montée au col de Balme par les chalets des Grands.

Départ tranquille au milieu des vaches d’Hérens.

WP_20140904_08_07_56_Pro%2B%28Copier%29.jpg

Puis, ça se corse. Un vrai chemin... corse. Mille mètres de dénivelé bien raides et rocailleux. Pas mal de monde pour souffler dans cette ascension, des gens rencontrées pour la plupart au petit déjeuner. Arrivée au sommet, vue sur le glacier du Trient tout proche.

WP_20140904_10_58_19_Pro%2B%28Copier%29.jpg

P1050287%2B%28Copier%29.JPG

Mille mètres de descente toujours aussi rocailleuse. Avant d’arriver au chalet du Glacier.

P1050298%2B%28Copier%29.JPG

Pas moyen d’avoir le refuge de Balme au téléphone. Charamillon est fermé. L’étape risque d’être longue. Faut-il descendre à Trient ? On décide de monter quand même aux chalets des Grands. Montée sympa avec de belles rampes.

P1050299%2B%28Copier%29.JPG

Ensuite ce devrait être un chemin qui suit les courbes de niveau. Il faut se méfier des cartes. Le chemin est long et accidenté. Depuis les chalets, le panneau annonce une heure et demie. Les temps suisses sont faits pour de bons marcheurs en meilleur état de fraîcheur que nous après la fenêtre d'Arpette et la montée vers les chalets des Grands.

P1050301%2B%28Copier%29.JPG

Finalement le refuge du col de Balme est ouvert. Fatigués, on n’a pas vraiment le choix. Un refuge tenu par un vieux couples acariâtre. Difficile de trouver pire accueil, nourriture insuffisante, inconfort des chambres pour des prix exorbitants.  Ce refuge fait l’unanimité sur Internet.  

 

P1050293%2B%28Copier%29.JPG

P1050294%2B%28Copier%29.JPG

22:50 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/09/2014

TMB en 8 jours - J5

Départ d’Elena (photo) avant huit heures et ascension du grand col Ferret qui permet de relier le val Ferret italien au val Ferret suisse.

Le vent est tombé. Arrivée au col on croise un troupeau de moutons sans nationalité et on laisse la brume matinale derrière nous. Les jambes se font sentir de l’effort de la veille mais heureusement la descente sur La Fouly est paisible.

P1050266%2B%28Copier%29.JPG

On arrive à La Fouly vers midi. Le temps de manger en face du mont Dolent et des petites aiguilles pointues avant de prendre le bus de une heure qui va nous éviter de longer une route plate en direction de Champex.

P1050276%2B%28Copier%29.JPG

On descend du bus à Isser pour attaquer les 400 mètres en direction de Champex. Y a-t-il une pharmacie à Champex ? Difficile de trouver de vrais habitants pour répondre à la question dans ce haut lieu de tourisme, le pendant suisse de Chamonix et de Courmayeur. Une jeune suissesse autochtone finit par me dire qu’il n’y en a pas mais qu’on dit Champé et pas Champex. Il est vrai qu’on dit ChamonY et pas ChamoniX. Faut le savoir !

P1050278%2B%28Copier%29.JPG

Montée au relais d’Arpette le long d’un bisse issue d’un ruisseau qui dévale la pente. On a tout le deuxième étage pour nous avec une salle de bain très grande. Le luxe ! Repas de ragoût de cerf et purée. Le mercredi au relais, c’est ragoût de cerf ou fondue et boule de glace nous apprennent deux toulonnais qui s’arrêtent ici pour la troisième fois… un mercredi.  

 

P1050280%2B%28Copier%29.JPG

P1050281%2B%28Copier%29.JPG

Le Dolent à gauche :

P1050273%2B%28Copier%29.JPG

 

21:49 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/09/2014

TMB en 8 jours - J4

Courmayeur. Huit heures du mat.

P1050245%2B%28Copier%29.JPG

Petit déj à 7:30. C’est la grasse matinée. Départ pour Bertone, deux heures de marche. Petit handicap pour René, je lui fais porter mon prosciutto, ma fontina et mon pane. Je liquide un peu d'eau. La journée sera dure. Ascension de la testa Bernada avec comme l’autre fois avec Xavier les Grandes Jorasses tout près à les toucher. On est dans les temps indiqués sans plus.

P1050252%2B%28Copier%29.JPG

Descente sur le col Sapin puis vers la petite maison qu’on avait trouvé si plaisante avec Xavier… Zut, il faut encore monter au col d’Entre Deux Sauts pour mériter le proscuitto. Arrivé au col très fatigué, je vois René assis quelques mètres plus haut que le col pour s’abriter du vent. Incroyable ce que ces mètres semblent longs !

P1050254%2B%28Copier%29.JPG

Après le proscuitto et la fontina, ça va mieux. Longue descente sur le refuge Walter Bonatti.

P1050256%2B%28Copier%29.JPG

Réservation au refuge Elena. Descente vers le fond du val Ferret. Attente du bus... mais pas de pot, depuis quelques jours les horaires ont changé.

P1050260%2B%28Copier%29.JPG

Donc longue marche sur la route en direction d’Elena avant la montée finale. Arrivée en haut avec un zef à empêcher d’avancer le marcheur le plus déterminé. René vient prendre mon sac pour les derniers mètres. Ouf, on y est. On se boit la traditionnelle bière de l’étape.

Aujourd'hui, 2070 mètres de dénivelé. Record battu !

Excellent repas avec un hollandais sympa et un jeune vététiste parti de chez lui à Thuy et qui fait le Tour en cinq jours. Il nous raconte son drôle de contrôle d’identité par la police des frontières suisse arrivée furtivement  en hélicoptère. Discussion sur la mode des trails.

 

WP_20140902_14_46_25_Smart%2B%28Copier%29.jpg

 

P1050259%2B%28Copier%29.JPG

P1050251%2B%28Copier%29.JPG

23:51 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0) |

01/09/2014

TMB en 8 jours - J3

P1050232%2B%28Copier%29.JPGRefuge Robert Blanc. L'anticyclone annoncé depuis trois jours serait-il arrivé ? Ciel presque bleu, mais neige sur le sol et brouillard résiduel. Départ pour le col de la Seigne en traversée. La neige ne glisse pas trop et le rocher est du bon granit.

Les passages les plus difficiles sont équipés de chaînes. Les bouquetins filent devant nos pas. On monte et on descend sous le glacier et l’Aiguille des Glaciers. Peut-être, le plus beau sentier du tour du Mont-blanc. Une variante qui vaut le coup. Les bretons nous ont-ils suivi ?

 

P1050233%2B%28Copier%29.JPG

P1050231%2B%28Copier%29.JPG

P1050234%2B%28Copier%29.JPG

Arrivée au col, on croise les marcheurs qui viennent des Mottets et on aborde la descente sur la Casermate, une casemate pour douaniers et gardes frontières relookée en abri avec documentation diverse. Passage sous le refuge Elisabeta Soldini.

P1050238%2B%28Copier%29.JPG

Le chemin continue jusqu’à la main. Une forme qui termine le glacier du Miage qui descend bien bas avec son manteau de caillasse.

WP_20140901_13_58_09_Panorama%2B%28Copier%29.jpg

On attaque la montée bien fatigante vers Arp-Vieille supérieure. Casse-croute. Puis encore un peu de montée et descente vers le lac Chécroui et le Col Chécroui. Puis en courant ou presque on dévale le chemin vers Plan Chécroui - Dolonne et enfin Courmayeur. On se pose à l’auberge Venezia. Achat de vivres dans la plus chère salumeria d’Italie, prosciutto, mortadella et fontina. Oui, Courmayeur est une ville friquée et un peu snob. Très bonnes tagliatelles au porcini (bolets) freschi.

18:44 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/08/2014

TMB en 8 jours - J2

Départ du chalet de Nant-Borrant, après le petit déjeuner de 7 heures comme dans tous les refuges. Deux heures pour monter aux lacs Jovet contre trois annoncés.

P1050220%2B%28Copier%29.JPG

Puis montée du col de l’Enclave non loin du mont Tondu. Sans difficulté dit René. Pourtant la pente se fait de plus en plus raide et il faut mettre les mains. La roche est pourrie, un calcaire délité, la terre est mouillée. Arrivée au col (2672m), on se fait rattraper par un couple qui marche à la journée.

P1050223%2B%28Copier%29.JPG

Descente vers le lac et remontée au col de la grande l’Ecaille (~2750) sur un sol schisteux en petit morceaux. 300m de descente vers le torrent qui vient du glacier. Casse-croûte puis 300m de montée vers le refuge Robert Blanc. Une journée à 1750 mètres de dénivelé. Plein les pattes. Le ciel s’obscurcit. René dit : « Si je ne savais pas que l’anticyclone arrive, je ne partirais pas en montagne. Le gardien du refuge annonce de la neige à 2300 mètres pendant la nuit. Rectification : Neige à 2500 mètres et anticyclone demain…

WP_20140901_09_29_16_Pro%2B%28Copier%29.jpg

Fait pas chaud au refuge. Les bouquetins cernent le chalet en quête d'hypothétiques brins d'herbe. Le gardien est sympa. Un couple de bretons adeptes de montagne et qui ont trouvé Courmayeur très snob et friqué… Le chemin qui va au col de Seigne en traversée s’annonce plaisant mais sous la neige ??? On verra ça demain matin. La nuit est longue dans les refuges. Le vent souffle en bourrasque jusqu’à deux heures et demie. Il s’arrête soudain ou je me suis endormi, faut voir…

18:03 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0) |

30/08/2014

TMB en 8 jours - J1

tour_mont_blanc.jpgLe Tour du Mont-blanc. le TMB, peut prendre de 20 heures à 12 jours. 20 heures, c’est pour les fous de l’Ultra-Trail, 12 jours c’est pour le randonneur paisible.

Notre ambition avouée à René et à moi :

Faire le Tour en 8 jours sans éviter les Aiguilles Rouges ni les belles perspectives sur les Grandes Jorasses côté italien et en passant par quelques variantes alpines pour corser la chose.

Départ des Houches. Petite entorse on prend le téléphérique de Bellevue qui nous amène jusqu'à une gare intermédiaire du TMB (le tramway). On laisse la voiture sur un parking très cosmopolite, bulgares, belges, roumains, suisses… Dans la file, deux libanais en route pour le sommet. Dans la cabine, trois québécoises qui font le GR5 d’Evian à la Méditerranée. Elles racontent que le mardi, elles ont marché sous des trombes d’eau. « Il pleuvait à boire debout. » disent-elles. Au Grand Bo mardi c'était comme vache qui pisse.

P1050209%2B%28Copier%29.JPG

Descente vers le ruisseau et le pont suspendu. Montée vers le col du Tricot. Descente aux chalets de Miage puis remontée vers les chalets de Truc pour arriver aux Contamines-Monjoie. Casse-croute à ND de la Gorges. Même photo que lors de notre départ avec Xavier en 2008.   

P1050211%2B%28Copier%29.JPG

P1050215%2B%28Copier%29.JPG

 

Puis montée sur le refuge de Nant-Borrant. On aurait aimé monter plus haut mais le prochain refuge est plein. Accueil très sympa. Repas avec un couple d’espagnol. Ils nous montrent leur carte surlignée et on découvre un passage pour le surlendemain.

P1050218%2B%28Copier%29.JPG

 

17:01 Publié dans Montagne | Lien permanent | Commentaires (0) |