Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2013

Speaking

crise.jpgQuelques pistes pour sortir de la crise.

Avant tout, il faudrait connaître quel est le bon trend pour  savoir s'il est possible de combler le gap et enrayer le slow down dans un timing correct. La deadline se rapproche à grand pas, le GDP per capita, le Gross Domestic Product, le PIB par habitant si vous préférez, est au plus bas. Les mails circulent, l'opposition twitte à tout va, le gouvernement se répand en meetings pour tenter de booster l’économie.

Rien ne va plus.

Pour améliorer le cash flow, créer des jobs, il faudrait faire un vrai business plan, 20-25 slides maxi en powerpoint. Préparer des flyers, faire un peu de loybying mais pas seulement un "one shot", non du solide, du bien packagé, publier le tout sur site web relooké à la cool pour attirer le bon cœur de cible.

images?q=tbn:ANd9GcTUWwj-s2nb20YjKazvc4zNFIEpgLkagJIxEzZQoontPOioVS21Pour créer des jobs, on pourrait prendre exemple sur les supermarkets, Carrefour Market ou mieux Simply market, imiter le low cost dans leurs meilleures campagnes de marketing. S’il faut faire du dumping social, faisons du dumping social. Pour améliorer notre market share, il faudrait encourager l’entrepreneurship, promouvoir les jobs free-lance, engager de vrais coachs, susciter des partnerships ; utiliser toutes les techniques à dispo, faire du teasing, trouver des sponsors, oublier le fair play, reprendre le mailing et rentrer enfin tous ces listings d’adresses dans le computer...

Pour terminer ce best of, il faudrait un patchwork de techniques plus soft. Par exemple s'appuyer sur le channeling du new age, réaliser et broadcaster des interviewers de guests stars de l’économie libérale, pratiquer le story telling, organiser des fashion week, exposer nos produit phare dans des show rooms, penser à la fois low tech, clean tech, bio tech, flash tech high tech ; déposer des trademarks, labelliser nos produits, multiplier les deals juteux, autoriser le shopping pendant le week-end, promouvoir le zapping au niveau des RH si nécessaire…

Il faut définitivement upgrader notre mode de pensée, surfer sur la vague du big business avec le end-user in mind, excusez-moi, le end-user à l’esprit. Stopper les chats stériles, le facebooking, et enfin passer à l’action. Le mouvement, la motion pas l'émotion. Bien sûr pour ça, il faut sortir du pack des followers, et il nous faut un vrai leader, un new boss full of energy.

Last word but not least : n’hésitez pas à me faire part de votre feed-back.

27/10/2013

Patriotisme

1964683_sphere.jpg

La marinière de Montebourg est devenue le drapeau de ralliement du patriotisme économique frenchy.

A preuve le PDG de Sphère qui tient dans sa main des sacs poubelle de la marque Alfapac. Des sacs non seulement français mais en plus écolo car, à qualité égale, ils consomment moins de matière.

___________________________

On sait moins que l’on fabrique en Bretagne des lunettes connectées qui concurrencent les Google Glass dont j'ai parlé ici, Ce sont les lunettes ORA-S. Paraît que les ORA-S affichent une image plus grande que celle des Google Glass, un grand écran de cinéma, d'une meilleure qualité optique et qui se superpose au monde réel, selon le principe de la réalité augmentée. Moi je dis, ils ont des chapeaux ronds, chapeau les bretons !

getCrop.php?ID=7499582&ext=jpg&W=770&H=380&ptr=0

pilule-qui-parfume-les-pets.jpg

Grâce à une remarque de Gaëlle, j’ai découvert un produit bien français qui fait péter odorant. Et qui, en plus, serait très bon au transit intestinal. 

Je me souviens de ma mère qui disait « Eh bien, ça sent pas la rose ! » Ce temps là est fini. Vive la modernité française !

De plus, il existe une version à la violette... et même une version pour chien, bien pratique quand on voyage dans la même voiture que son clebs.

advertising_custom.jpg

Il est de bon ton dans les revues économiques françaises de se gausser de Montebourg et de son patriotisme économique. Pourtant Obama qui, en 2012, plaidait la même cause ne faisait rire personne, du moins en France. Vidéo, vers 1 minute 40, il dit "Le temps est venu d'un nouveau patriotisme économique".

Pour les news de la mondialisation et de la modernité moderne, restés connectés sur le joueb DNH !


10/10/2013

Billions

$$$$$$$$ Parlons gros sous, parlons dollar. $$$$$$$$

Les banques comptent de plus en plus souvent leur fortune en milliards de dollars. La richesse des nations se mesure en billions. Le billion ordinaire est égal à 1000 milliards. Les anglais toujours contrariants, utilisent "one billion" pour dire un milliard.

La richesse mondiale s’élève donc à 241 billions de dollars. Elle a augmentée de 68% depuis 10 ans et devrait prendre 40% dans les 5 prochaines années soit 334 billions. Le 1% de la population terrestre la plus fortunée en possède 111 billions (46%) en augmentation constante de leur part du gâteau.

La dette mondiale s’élève à presque 52 billions toujours de dollars. En ce moment elle croît plutôt moins vite que la fortune. Ce chiffre de 52 est a rapprocher du PIB mondial de 65 billions. Le PIB contrairement à la fortune est un flux annuel de dollars qui est une mesure très controversée, un sorte de chiffre d'affaire des nations.

La dette: 

Pour ce qui est du patrimoine moyen par adulte la Suisse se classe en tête avec 513.000 dollars, devant l'Australie (403.000 dollars), la Norvège (380.000) et le Luxembourg (315.000). Suivent les Etats-Unis, la Suède, la France, Singapour, la Belgique et le Danemark avec des patrimoines moyens situés entre 250.000 et 300.000 dollars.

11/09/2013

Mémoire

salvador-allende.jpg 

C'était il y a 40 ans.

Pinochet et sa clique, soutenus par les américains, ont renversé la république.

Triste anniversaire.

J'avais commencé dans mon premier vrai job depuis 3 mois et mon mentor en informatique Dag von Ungern-Sternberg était un ingénieur chilien qui était venu travailler en Suisse parce que sa femme était suisse mais aussi un peu à cause de l'arrivée au pouvoir d'Allende. Vous imaginer les discussions ! Pour moi, gaucho à l'époque, ce fut un apprentissage de la tolérance. Dag était tout sauf un fanatique. De plus, c'était un ingénieur de haut niveau et un très bon pédagogue.

Plus tard, sous Pinochet donc, Dag est reparti au Chili pour une chaire à l'Uni de Santiago. Il se sentait à l'étroit en Suisse disait-il. Maintenant, grâce à internet, je sais qu'il vit près de Sao Paulo au Brésil. Il parle Allemand, Espagnol, Portugais mais son français est toujours aussi rustique. Universitaire, pourtant il ne parle pas anglais. Il ne parle pas nom plus l'italien. Donc avec six langues européennes à nous deux, les échanges par mail sont difficiles. C'est bien dommage car j'ai beaucoup appris avec lui, et pas qu'en informatique, et j'aimerais bien avoir un échange plus riche...

30/10/2012

Globalizzazione

Mondialisation.jpgPetite scène amusante l’autre jour dans le bus R2, bondé à souhait, à Naples .

Une jeune femme asiatique est assise au milieu du bus, près d’elle, une poussette et dedans un enfant d’un an. Dans un italien très approximatif, elle demande où descendre pour la rue XXX. Elle doit se rendre chez le médecin pour son enfant.

Un sexagénaire fait une remarque sur ces gens que envahissent l’Italie sans parler la langue. Un autre vieux monsieur souriant lui répond poliment et explique que ceci est la rançon de la mondialisation.

podcast.

Du coup, des jeunes gens prennent le monsieur souriant à parti. Ils parlent napolitain. J'ai de la peine à suivre. Le monsieur souriant explique gentiment qu’il faut bien l’accepter et que si ça se trouve ce bébé sera un jour prof d’université ou même premier ministre. Ses jeunes opposants protestent.

Dans son plus bel italien le monsieur souriant dit : « d’ailleurs il vaudrait mieux avoir eu ce bambino au gouvernement plutôt que Berlusconi. » Les rieurs un peu jaunes sont de son côté. Ils se poussent pour laissez sortir le landau. Ensuite la discussion se poursuit, animée mais plutôt courtoise.

staino.jpg

Papa, peux-tu m'expliquer la mondialisation avec des mots simples.

La mondialisation, ma fille, c'est une chose... quand elle n'existait pas et que ton pays te dégoutait, eh bien tu pouvais au moins espèrer en trouver un meilleur.