Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2012

Démocratie 2.0

A propos des nouvelles utilisations d’internet en matière de démocratie, on parle de démocratie 2.0. En 2008, après des années de croissance, les islandais se sont fait plumer par les banquiers et les adeptes de la société-casino version  neo-liberalisme économique (*). Ils se sont donc retrouvés à poil et la gueule enfarinée dans un pays plutôt froid et humide en général sauf à Blue Lagoon.

10253A4.jpg

Ils ont donc décidé de prendre le taureau par les cordes et Internet par le clavier.

D'avril à juillet 2011, un groupe composé de 25 citoyens de différentes origines sociales a ainsi travaillé sur le projet constitutionnel avant de le poster sur internet pour permettre à leurs concitoyens de réagir et d'enrichir le texte, ce que plusieurs centaines d'entre eux ont fait.

Le projet de nouvelle constitution a été soumis fin juillet 2011 au parlement, l'Althing, et en mai dernier, les députés ont décidé de solliciter l'avis de la population par le recours au référendum.

Le week-end dernier, les Islandais étaient invités à répondre par oui ou par non à six questions sur des sujets tels que le contrôle des ressources naturelles du pays, celui de l'église nationale ou le futur système démocratique de l'île. Ils étaient aussi consultés sur la possibilité de référendums d'initiative citoyenne et sur le mode de scrutin. Ils devaient également dire si la future constitution devrait être fondée sur le texte qui leur était présenté. 

Ces six questions avaient été choisies par une commission de 25 citoyens ordinaires élue en 2010 pour réviser la Constitution. Résultats : deux citoyens sur trois ont approuvé.

"Le vote de ce week-end parle avant tout de rendre la société meilleure et d'en éliminer les forces corrompues. La constitution est l'affaire de tous", affirmait vendredi dans son éditorial le tabloïde DV. 

"Faut-il faire de ces propositions la base d'une nouvelle constitution ' Ma réponse est OUI", a clamé le Premier ministre, la sociale-démocrate Johanna Sigurdardottir, lors d'un débat au Parlement jeudi. Donc, bravo les islandais !

Comment les partisans de l’économie-casino vont-ils s’y prendre pour torpiller la chose ? That’s the question comme on dit en Islande (que les anglais persistent à appeler Iceland).

(*) Premier pied de nez au FMI et à la banque mondiale, ils ont commencé par rejeter, en 2010, l'accord prévoyant un remboursement de la somme de 3,5 milliards d'euros spéculatifs investis par des anglais et des hollandais dans la banque Icesave en faillite en 2008.

13/08/2012

Traquenard

NehruGandhi.jpgUn jour où on lui demandait ce qu’il pensait de la civilisation occidentale, Gandhi répondit : « Je pense que ce serait une bonne idée. » 

Mark Twain disait que la civilisation était la multiplication de besoins non nécessaires et Gandhi ajoutait :

« La civilisation, au vrai sens du terme, ne consiste pas à multiplier les besoins, mais à les limiter volontairement. C'est le seul moyen pour connaître le vrai bonheur et nous rendre plus disponible aux autres [...] Il faut un minimum de bien-être et de confort ; mais, passé cette limite, ce qui devait nous aider devient une source de gêne. Vouloir créer un nombre illimité de besoins pour avoir ensuite à les satisfaire n'est que poursuivre du vent. Ce faux idéal n'est qu'un traquenard. S'ils ne changent pas leur modèle, les européens périront sous le poids de leur confort dont ils seront devenus esclaves. 

amble.jpgTraquenard (une bonne traduction de « delusion and a trap ») vient de Rabelais qui l'a piqué au gascon tracanart qui désigne un cheval qui romps l’amble.

Le cheval se met à galoper des postérieurs et à trotter des antérieurs. Essayez, vous verrez, c’est pas facile !

Plus tard, traquenard devient piège pour animaux. On retrouve la même racine que dans traquer, suivre la trace d’un animal. Tomber dans un traquenard, c’est bien ce qui nous arrive. Le piège est de taille. Il a été posé par les renards des banques, par les requins de Davos, par l’idéologie de l’économie libérale (le maché, le marché..) et aussi par notre cupidité. Pas de lien étymologique avéré avec trappeur ou trappe mais c’est aussi un piège. Merci Alain Rey one more time.

L’amble est l’allure du cheval qui fait avancer ses deux jambes du même côté provocant un balancement alternatif.

Que ce soit dimanche ou lundi

Soir ou matin minuit midi

Dans l'enfer ou le paradis

Les amours aux amours ressemblent

C'était hier et je t'ai dit

Nous dormirons ensemble

C'était hier et c'est demain

Je n'ai plus que toi de chemin

J'ai mis mon coeur entre tes mains

Avec le tien comme il bat l'amble

  Aragon – Le fou d’Elsa

07/05/2012

Roosevelt 2012

Dans la première moitié du XXième siècle, Jacques Duboin prêchait dans le désert quand il parlait de la grande relève de l'homme par la machine, plaidant pour une économie distributive et stigmatisant les apôtres du pur libéralisme économique.

Il semble bien qu'à droite comme à gauche on ait pas encore compris que le paradigme a changé et qu'il est peut-être encore temps de changer  le monde. C'est pourquoi, s'appuyant sur l'expérience de Roosevelt et du New Deal un collectif veut prendre les chose en main. Alors on signe ici.

logo-roosevelt2012.png

Nous avons décidé d'agir

« Chacun de nous peut changer le monde. Même s’il n’a aucun pouvoir, même s’il n’a pas la moindre importance, chacun de nous peut changer le monde » écrivait Václav Havel quelques semaines après la chute du Mur de Berlin.

En 1989, ce sont des femmes et des hommes "sans la moindre importance" qui ont changé le cours de l’Histoire. Vingt ans plus tard, le système néolibéral s’effondre à son tour. C’est à nous, les citoyens, de dire dans quelle société nous voulons vivre. Société d’injustice et de chaos ou société d’équilibre et de convivialité ? A nous de choisir. A nous d’agir.

Capture-decran-2012-02-20-a-22.jpeg

Dire l’extrême gravité de la situation

Il y a déjà plus de 5 millions d'inscrits à Pôle Emploi, des millions de précaires et nul doute hélas que nous allons bientôt replonger en récession.

La crise des subprimes est née aux Etats-Unis et une nouvelle crise est en préparation : la dette totale des Etats-Unis atteint 358 % du PIB. En 2011, alors que la dette publique augmentait de 1.300 milliards, le PIB a augmenté de 260 milliards seulement. Le PIB augmente 5 fois moins vite que la dette ! De plus en plus de dette pour de moins en moins de croissance... La première économie mondiale est comme une voiture, qui a besoin d’un litre d’huile tous les 300 mètres. A tout moment, elle peut casser une bielle et le moteur va exploser. Des coupes budgétaires colossales sont prévues à partir de 2013 qui risquent de faire plonger les USA dans une récession historique.

En Chine, la bulle immobilière a atteint plus du double du maximum atteint par la bulle aux Etats-Unis avant la crise des subprimes. En 2009, pour éviter la récession, le gouvernement a ordonné aux banques d’accepter toutes les demandes de crédit qui leur parvenaient...

18/04/2012

Mémoires d'ouvriers

affiche_dememoiresdouvriers_mini.jpg

Le dernier film de Gilles Perret.


La force de Gilles Perret c’est de partir du particulier, du local pour toucher à l’universel. Je réalise que j’avais déjà écrit la même chose à propos de son premier film 3 frères. On peut bien sûr affirmer la même chose pour son film indispensable Ma mondialisation.

De mémoires d’ouvriers commence à Cluses où, en 1904, trois ouvriers furent tués par leurs patrons dans le bâtiment qui sert aujourd’hui de mairie. Clin d’œil antiraciste, seul un ouvrier maghrébin semble avoir garder la mémoire de cet assassinat.  

Ensuite le film part en Savoie pour nous raconter la grande histoire sociale française. De la naissance de l'électrométallurgie, en passant par les grands travaux des Alpes et la mutation de l'industrie, jusqu'au déploiement de l'industrie touristique, c'est l'histoire ouvrière en général que racontent les hommes rencontrés par Gilles Perret. Dignes et lucides, ils se souviennent de ce qu'ils furent et témoignent de ce qu'ils sont devenus dans la mondialisation.

Allez le voir ! 

24/12/2011

Bon Noël

3269.jpegDe l’avis général, la France est dans le fond du trou. L’économie va mal. Un ami transporteur me disait que seule la bouffe circule encore dans ses camions, les autres produits ne se transportent plus. On ne fabrique plus rien en France.

Et, pendant ce temps, que font nos sages députés ? Ils cherchent une solution à la crise ? Ils bossent la question du chômage ? Ils traquent le pouvoir d'achat ? Non. Ils votent une loi qui parle d’un massacre qui a eu lieu en... 1915 ; alors qu’il eut suffi d’attendre 3 ans et on aurait pu tranquillement commémorer le génocide arménien en même temps que le deux centième anniversaire de la fin des tueries napoléoniennes.

Du coup, les turcs sont fâchés. Ils n’aiment pas qu’on les traite de sanguinaires. Le turc a sa fierté, il manie le sabre aussi bien qu’un français mais il ne veut pas qu’on dise qu’il égorge mieux que nous. C’est ainsi ! Alors comment améliorer nos relations avec la Turquie ? C'est la question du jour pour Alain Juppé. Sur le Post, j’ai trouvé cette suggestion. Une idée qui semble frappée au coin du bon sens. Passez un bon noël et réveillonnez léger :  

h-20-2667391-1324719146.jpg