Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2014

Conte d'été -12-

L'histoire commence ici

mayor-of-reykjavic-jon-gnarr-dressed-as-a-jedi.jpgJòn en chevalier Jedi.

Les élections du 31 mai de cette année ont changé la donne : les sociaux-démocrates ont pris la tête de la coalition et leur chef de file, Dagur B. Eggertsson (qui parle mais n’écoute pas selon ses amis), est devenu le nouveau maire de Reykjavík le 17 juin. Il a le soutien d’Avenir radieux, qui a succédé au Meilleur parti de Jón Gnarr, des Verts de gauche et des Pirates.

Le parti conservateur, qui a gouverné pendant des décennies et qui a amené le libéralisme économique et le grand casino* bancaire, a quant à lui obtenu le score le plus bas de son histoire.

Vous pouvez suivre Jòn Gnarr sur Facebook. Il répond (en anglais) sur reddit. Des réponses simples et franches. Il a écrit un livre qui n’existe pas encore en français : Gnarr: Comment je suis devenu maire de la plus grande ville d’Islande et comment j’ai changé le monde. Il va freiner sur le web car il a d’autres livres à écrire dit-il.

gnarr_book_cover.jpgIl parle également du féminisme et de son combat pour l’égalité des sexes. « Je pense qu’une majorité des problèmes du monde se résoudraient tout seuls si on construisait une société où les femmes seraient au pouvoir. Ce n’est pas certain que ça fonctionne sur le long terme, je pense qu’il est toujours nécessaire de viser une égalité des sexes, mais ça pourrait nous apprendre une bonne leçon » en s’attaquant notamment aux organisations subventionnées par la ville. Celles-ci doivent maintenant justifier de l’application de la charte des droits de l’homme de la ville qui inclut la parité homme / femme dans les comités de direction afin de continuer à recevoir l’appui financier de la ville.

On lui a reproché son manque d’éducation, son mépris du protocole et son apparente décontraction lors de conseils municipaux. On l’a attaqué au bout d’un an sur son bilan provisoire qui incluait une hausse des impôts locaux et une diminution du budget de la ville. On s’est moqué de son maigre sondage à 38% d’opinions positives (le rêve de Hollande). Ce à quoi il rétorquait « ces sondages ne me touchent pas vraiment. Nous nous attaquons à des sujets qui vont impacter sur notre popularité et nous en sommes conscients. C’est une des raisons pour lesquelles personne ne s’y était attaqué avant. Mais nous ne sommes pas là pour participer à un concours de popularité et nous ne cherchons pas à être réélus. »

* Casino – Mot emprunté à l’italien diminutif de casa, la maison. Une maison de passe au départ, un bordel en italien. Il revient en français et sous la troisième république il prend le sens de palais grandiose pour célébrer le capitalisme international en dépensant son pognon dans la joie et la bonne humeur. Avec ce sens les italiens l’écrivent casinò pour la prononciation à la française. Familier en italien : « Un casino di (un paquet de) politica /merda /ladri... »

06:42 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

13/08/2014

Conte d'été -11-

Lao_Tseu.gifL'histoire commence ici

La suite, toujours d'après l'excellent l'article du Tages Anzeiger un peu réarrangé par mes soins...

Après quatre ans avec des anarchistes à la tête de Reykjavík, le bilan est assez inattendu : les punks ont assaini les finances. Ils ont tenu quelques discours particulièrement réussis, construit plusieurs dizaines de kilomètres de pistes cyclables, conçu un plan d’urbanisme, réorganisé les écoles (dommage que Vincent Peillon, le lâcheur planqué en député européen, n’en ait pas pris de la graine), développé les petits ateliers d’art et fait de la capitale une ville agréable à vivre et en plein essor : le tourisme enregistre une croissance de 20 % chaque année (ce que certains qualifient de nouvelle bulle). Le prix de l’immobilier recommence à grimper, des hôtels sortent de terre un peu partout, les costumes ne sont toujours pas revenus à la mode mais on voit beaucoup plus de Range Rover dans les rues. Le pays a de nouveau la folie des grandeurs.

20121128-153445.jpg
“Le truc le plus radical qu’on ait fait, c’est d’arriver au pouvoir, analyse Björn Blöndal, l’ex bassiste du groupe Heavy metal Ham devenu le Prince des ténèbres. Sinon, on a surtout travaillé. Encore que : le truc radical aussi, c’est d’avoir travaillé proprement. On a engagé des réformes sans aucun argent. En tant qu’artistes, on avait l’habitude de travailler avec de petits budgets, ça nous a aidés. On ne voulait pas faire sauter le système. On voulait construire quelque chose : quelque chose de beau, de divertissant et de cool.” De toute évidence, le Meilleur Parti a rempli son contrat. Il était donné à 38 % dans les sondages en fin de mandat.

Ce succès est aussi dû à Dagur B. Eggertsson, le leader des sociaux démocrates et ex-maire de Reykjavík nommé président du conseil exécutif de la ville par Jòn Gnarr et très actif pendant le mandat.

Jón  sollicité pour rempiler en 2014 s’est finalement résolu à arrêter et dissoudre le Meilleur Parti : “Je suis un humoriste, pas un homme politique. J’ai été chauffeur de taxi pendant quatre ans, et même un très bon chauffeur de taxi, mais j’ai quand même arrêté.” D’autres continuent et ont créé le parti Avenir radieux pour reprendre le flambeau. Les ex du group Ham, Óttarr Proppé désormais député au Parlement islandais et Björn Blöndal, le Prince des ténèbres, évoluent en politique comme poissons dans l’eau : “C’est marrant, une fois qu’on a appris à changer les choses, et qu’on devient bon. La politique, c’est de l’artisanat.”

06:37 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2014

Conte d'été -10-

L'histoire commence ici

Jon-Gnarr-Obiwan-Kanobi.jpg

 

Jòn Gnarr, maire de Reykjavík, déguisé en Obi-wan de Star wars pour voter au élections du parlement. 

 

La suite, toujours reprise du Tages Anzageir... La première année difficile du mandat municipal de Jòn Gnarr :

La presse s’en donne à cœur joie : quand Gnarr part en vacances, elle titre “Le maire se planque” ; quand son nouveau tatouage aux armes de la ville s’infecte, les moqueries fusent. L’élaboration du budget est un vrai casse-tête, surtout parce qu’il faut répartir les coupes budgétaires de la manière la plus raisonnable possible. “Ce qui m’a surpris, c’est de voir comment les politiques marchent à l’idéologie, se souvient Gnarr. En préparant le budget, on a vu qu’on n’y arriverait pas sans augmenter les impôts. On s’est fait automatiquement cataloguer à gauche et la droite s’est déchaînée. En réalité, on avait juste fait ce qui était incontournable.”

Séance typique : Le conservateur X : “Nous voulons un maire qui connaisse les faits, pas un qui raconte des anecdotes ! Un maire qui donne des réponses claires à des questions claires ! Un qui ne soit pas idiot !” Le maire, JÓn Gnarr : “Je suis désolé que tu ne sois pas satisfait de mes réponses. Ton jugement me touche beaucoup, d’autant plus que je ne le partage pas. Franchement, X, on te prend pour quelqu’un d’intelligent, de droit et de compétent.”

On se souvient que le petit Jòn lisait Lao Tseu quand son rapport à l’école n’était pas flambant. En matière de politique locale, le Meilleur Parti s’est inspiré d’un concept du Tao Tö King, le “wu wei” : ne pas riposter, laisser glisser les attaques. Et toujours manifester de l’estime à son adversaire.

Les caisses de la ville étant vides, le maire mise sur des actions symboliques : il se fait tatouer les armes de la ville, exhorte une délégation chinoise à libérer les dissidents (elle quitte le pays scandalisée), participe à la Gay Pride, lance pour Noël le concours du plus gros chat de Reykjavík et va voter habillé en chevalier Jedi. Il instaure le Jour du bonjour, vidéo dégoulinante de bons sentiments à l’appui, qui demande aux citoyens de se saluer poliment ce jour-là (et ça marche !). A la mort de sa mère, Gnarr arrive au bureau, portant ses vêtements à elle. En signe de deuil.

“Jón aime bien agacer les gens, explique Bjarni Brynjólfsson, l’attaché de presse de la mairie de Reykjavík. De toute façon, un homme politique sans argent ne peut rien offrir à la population. Jón a résolu ce problème avec élégance : aucune de ses actions n’a coûté un sou.” Et Óttarr Proppé ajoute : “Jón est comme une bonne grand-mère : il fait beaucoup avec très peu. On a montré qu’on pouvait bien s’amuser même sans argent. Ça vaut aussi pour la révolution : Jón et moi, on parlait à tout le monde. On peut aussi abattre le système de classes sans argent.”

La campagne n'a rien coûté ou presque, surtout si on compare avec celles de Bush, d'Obama ou de Sarkozy. Les élus du Meilleur Parti s'attachent à la sobriété, une sobriété extravagante pour oser l’oxymore. 

06:26 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2014

Conte d'été -9-

L'histoire commence ici

images?q=tbn:ANd9GcTRgUyzIwfeMTpsY9ijO0Z-4vGU1_0hsIAXZWA1Yx9ZSU0KD8DZxNa1rZn2Repris du Tages Anzageir, journal zurichois de centre gauche, les raisons du succès de Gnarr et la première année de gouvernement :

[Photo : Bjork]

Cette victoire de Jòn Gnarr et de ses potes est largement due à la faillite de la banque Lehman Brothers le 24 septembre 2008 suivie par celle de l’Islande une semaine plus tard. Les trois banques principales du pays s’effondrent du jour au lendemain et la Bourse chute de 90 %. De surcroît, on apprend que les banquiers islandais se sont accordé d’énormes prêts à taux zéro juste avant le krach. L’Islande, qui n’a connu ni guerre, ni guerre civile, ni révolte (le sang ne coule que dans les sagas), a découvert les manifestations de masse, jets de pierres, incendies gaz lacrymogènes et finalement la démission du gouvernement.

Les conservateurs avaient tout dérégulé, faisant de l’Islande un géant de la finance, porté aux nues par les économistes, l’OCDE et le président de la République, Ólafur Grimsson, qui n’avait pas hésité à déclarer un an plus tôt : “Nous sommes des Vikings”, ajoutant que la rudesse du climat islandais avait de toute évidence préservé l’instinct de tueur des ancêtres. Or voilà que disparaissaient d’un coup du paysage non seulement les beaux costumes, les Range Rover et les boutiques de luxe, mais aussi les emplois et les pensions de retraite.

La ville.
En temps normal, être maire de Reykjavík devrait être un plaisir. La ville est jeune, sensiblement plus jeune que la moyenne européenne. Beaucoup de bars, beaucoup de musique, des nuits d’hiver interminables, bref, beaucoup d’enfants. Comme le travail des enfants était encore très répandu il n’y a pas si longtemps, la plupart des Islandais ont occupé de nombreux emplois : ouvrier dans une conserverie de poisson, maçon, journaliste (un Islandais sur sept écrit au moins un livre dans sa vie, dit-on), directeur d’agence bancaire, etc. Il n’est pas rare qu’un directeur de banque licencié redevienne pêcheur. “On a tous plusieurs casquettes, c’est forcé : on est si peu nombreux, explique la cliente d’un bar. Les Islandais sont décontractés, paresseux, ils sont multitalents, et dilettantes en tout. On est des survivants.”


 Une première année difficile.
Pendant sa campagne, le Meilleur Parti avait promis qu’une fois au pouvoir il mènerait une vie tranquille. Il n’en fut rien. Pendant la crise, les recettes fiscales ont chuté de 20 %. Les dépenses, en revanche, sont fixes, comme partout : 95 % du budget n’est pas modifiable. Or elles se sont mises à grimper en flèche, notamment pour les aides sociales et les allocations chômage. “Il faut un an”, confie Björn Blöndal, le bras droit de Gnarr, au look de banquier du Far West (bottes, moustache, costume), qui était chargé de délivrer les mauvaises nouvelles, ce qui lui a valu le surnom de “Prince des ténèbres”. “Il faut un an pour comprendre la politique. Une fois que tu as bouclé ton premier budget, tu connais le métier.” La première année est effectivement difficile. L’opposition tire à boulets rouges sur le Meilleur Parti, le regroupement des écoles maternelles provoque une contestation incessante.

Sur le libéralisme économique et la société qui marche sur la tête, lisez Kou l'ahuri de Jacques Duboin. Un livre écrit en 1935 à la manière des lettres persanes.

07:00 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)

10/08/2014

Conte d'été -8-

L'histoire commence ici
Jòn Gnarr se dit apolitique. Alors, quelle politique va-t-il mener ?
Les islandais vont devenir spectateurs d’une pièce encore jamais jouée sur les théâtres du monde. Sur les planches, un clown assisté d’un punk et de conseillers inexpérimentés. Comment allaient-ils résoudre le déficit de plusieurs milliards de l’Agence de l’Energie et celui du site de l’aéroport de Reykjavík, équilibrer des budgets de crise… Jon Gnarr était connu en tant qu’amuseur public, amuseur souvent sérieux, légèrement irrespectueux des codes sociaux. Comment allait-il s’en sortir face à ces épineux dossiers ? Allait-il survivre plus de six mois ?

Pour les panoramas islandais à 360 degrés c'est ici...

geysir.jpg

Et bien il va mettre en musique ses convictions : une plus grande justice sociale, l’égalité homme-femme, le respect de l’environnement… Il va sortir de son costume de clown pour celui de maire. Quand il ne sait pas il interroge. Il fait confiance aux gens qui lui paraissent en être digne. Il a une bonne intuition l'ex-idiot de la famille. C'est un maire atypique mais c'est un bon maire à la fin.

Un maire qui écoute chacun. Pas de refus systématique. Un vrai examen des idées. De vrais débats de fond entre tous les partis. La droite a eu un peu de peine au début. Jon  pouvait aller voter habillé en Jedi, accueillir Lagy Gaga costumée pour Star Trek, prendre part aux défilés de la Gay Pride en drag-queen, brandir des pancartes « libérez Pussy Riot » dans le costume adéquat sans que personne à la Mairie n’y trouve à redire. Il a utilisé la liberté scandinave pour sortir d’un certain quant-à-soi luthérien tout aussi scandinave.

Pas mal pour un vrai timide !


Jón Gnarr, rencontre avec le maire-comédien de... par euronews-fr

06:49 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)