Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2012

Héros randien

commerce.jpgAu fil de la toile, je découvre que Balthasar Picsou était un héros randien. Quand j’étais môme, j’adorais les histoires de Picsou dans l’album de Mickey que ne manquait pas de m’offrir mon parrain deux fois l’an. Je ne savais pas que ces histoires en bande dessinées tentaient de me mettre en tête les ressorts qui soutiennent le libéralisme économique dans l’esprit de la populace.

Par chance, j’ai la tête assez solide et, plus tard, j’ai appris le doute chez Diderot et Voltaire. C’est pourquoi, quand, dans ma jeunesse, quelqu’un de plutôt pauvre m’expliquait que l’on vivait dans une société de liberté où tout était possible y compris de devenir  plus riche que riche, je me grattais la tête en me mettant en colère. Et, aujourd’hui, je me la gratte toujours mais, cette fois, en ricanant. Preuve que je m’améliore.

images?q=tbn:AN1ZLkBien sûr, quelques chanceux gagnent au loto.

Il arrive même parfois qu’un entrepreneur parti de peu devienne riche en marchant sur la tête des pauvres mais, il arrive bien plus souvent qu’un héritier devienne plus riche que riche en marchant sur la tête des entrepreneurs partis de peu et sur celle des pauvres.

rand_pic.jpgJe m’excuse mais je n’ai pas encore défini l’adjectif randien. Cela vient de Ayn Rand [photo] née Alissa Zinovievna Rosenbaum, philosophe, scénaristeet romancière américaine d'origine russe, née le 2 février 1905 à Saint-Pétersbourg et morte le 6 mars 1982 à New York.


Ayn Rand est considérée comme la théoricienne d'un capitalisme individualiste ainsi que d'un libertarianisme refusant toute forme de coercition et prônant les valeurs de la raison, du travail et de l'« égoïsme rationnel », son concept central. Ayn Rand prône également l'indépendance et le « laissez-faire » face à toute forme de collectivisme ou de religion établis. Bref Ayn Rand est la théoricienne du « tous le monde peut devenir plus riche que riche en travaillant plus… » 

prospecteur.jpg

La justification de l’égoïsme d’Oncle Picsou.

N’empêche que c’est grâce à ce mythe de la richesse possible et espérée par tous que la moitié des ricains, y compris de vrais pauvres, ont voté pour W Bush fils de Gorges Bush lui-même héritier de Prescott Bush et risquent de voter pour Mitt Romney, l’héritier de W. Romney.

La roue de la fortune continue de tourner dans nos têtes fragiles qu'il faudrait peut-être dérandiser un jour.

08/09/2012

Bourrage de mou

On est habitué à se faire bourrer le mou par les communicants et marketers de tous poils. Noam Chomsky appelle ça la « fabrique du consentement. » Un directeur de chaîne parlait de vendre du temps de cerveau disponible… Je dis bourrage de mou. Ceci dit, il n’est pas toujours facile de savoir quand et comment on se fait bourrer le mou.

C208.gifL’autre jour, forcé d’écouter Autoroute Info pour cause de bouchons, je les ai pris en flagrant délit de bourrage de mou, le mou du cerveau d’automobilistes coincés dans leurs files. A noter qu’ils ne font pas de réduction pour cause de lenteur. Non, ils vantent les mérites de leur juteux business dans des reportages bien ficelés et totalement mensongés.

 

Il était question d’enquêtes d’opinion (un outil de la fabrique) qui avaient interrogé nos amis belges, hollandais et allemands sur la qualité de nos autoroutes par rapport aux leurs. A noter que le reportage disait bien que les autoroutes chez eux étaient gratuites ou presque. L’enquête concluait que les étrangers trouvait nos autoroutes d’un rapport qualité-prix supérieur aux leurs. Message répété un certains nombre de fois. Rapport qualité-prix supérieur. Rapport qualité-prix supérieur. Rapport qualité-prix supérieur...

 

Sachant qu’un prix quasi nul conduit à un rapport qualité-prix quasi gigantesque en faveur des autoroutes étrangères, c’est soit que le niveau de math belge ou allemand est faible soit que les maîtres de nos autoroutes nous bourrent le mou. Evidemment, on connait la réponse, ils se moquent de nous... Stop à l’exploitation des automobilistes par les gestionnaires d’autoroutes. Nationalisons les !

23:08 Publié dans Blog, Libéralisme | Lien permanent | Commentaires (1) |

15/08/2012

Argent facile

Travailler tout de suite... Pour complèter la note précédente...

CursoB%C3%A1sico.jpg

L'annonce précise encore (traduction au pif sur mes souvenirs d'italien :-) Si vous hablez l'espagnol, cliquez sur l'image.

Pour entrer sur le marché du sexe, il est important de bien connaître son histoire. Les cours sont composés d’une partie théorique et d’une partie pratique. La théorie expliquera commen a évolué ce business au fil du temps ; en Espagne et dans le reste du monde ; L’argent en jeu et les revenus engendrés ; y compris la législation.

Pas de sexisme. La formation est autant pour homme que pour femme, majeurs bien sûr. Celui-ci inclus des exercices pratiques à base de Kamasutra, positions courantes et moins répandues.

Pour un coût de 100 euros le cours, la formation inclue une nombre prédéfini de cours qui dépendra des besoins de l’élève. L’annonce précise que dès qu’il aura sa première offre de travail, l’éléve pourra servir de professeur. La formation ouvrira donc un monde de possibilités car ce travail permet de gagner de l’argent rapidement et facilement. 

15:12 Publié dans Libéralisme | Lien permanent | Commentaires (1) |

14/08/2012

Formation

1336511693_extras_video_2.jpg

Enfin les macs et les putes s’organisent.

Avec le taux de chômage record en l’Espagne, cela devait arriver ! Après avoir lu cette nouvelle dans mon journal espagnol favori, je tenais à ce que vous la sussiez. (Vous pouvez cliquer sur l’image pour atteindre l’article d’El Mundo… en espagnol, désolé. Si vous ne pouvez pas cliquer, faites le moi savoir en commentaire en indiquant pour quelle raison vous ne le pûtes pas.)

C’est vrai, depuis le temps que les escrocs en col blancs se forment dans les meilleures écoles, MBA à l’appui, aux subtilités des détournements légaux, apprennent à faire circuler la monnaie d’un paradis fiscal à l’autre, s’initient aux mécanismes complexes des instruments financiers casino qui permettent de niquer à la fois les petits épargnants et les plus gros états tout en se protégeant avec les meilleurs avocats ; oui, il était temps que les putes se missent, elles aussi, aux techniques modernes.

Comme disait tonton Georges, parlant d'une péripatéticienne de rencontre:

L'avait le don, c'est vrai, j'en conviens,
L'avait le génie,
Mais sans technique, un don n'est rien
Qu'une sale manie...
Certes, on ne se fait pas putain
Comme on se fait nonne.
C'est du moins ce qu'on prêche, en latin,
A la Sorbonne...

En plus depuis Brassens, les choses du sexe, comme le reste, ont progressé. On ne se gode plus à l’ancienne, on utilise des sophisticated sextoys . On ne fouette plus le client avec le vieux fouet à lanière, on lui électrise les fesses… etc… Quand même, tonton était un précurseur génial…

Me sentant rempli de pitié
Pour la donzelle,
Je lui enseignai, de son métier,
Les petites ficelles...
Je lui enseignai le moyen de bientôt
Faire fortune,
En bougeant l'endroit où le dos
Ressemble à la lune...

Car, dans l'art de faire le trottoir,
Je le confesse,
Le difficile est de bien savoir
Jouer des fesses...
On ne tortille pas son popotin
De la même manière,
Pour un droguiste, un sacristain,
Un fonctionnaire...

Le libéralisme économique a montré à quel point, sa doctrine réussissait à améliorer notre société, mais tous les Jean-Marc Sylvestre vous le diront, ce qu’il faut, c’est des créateurs de richesse, de l’entrepreneurship que diable ! C’est bien simple, demain, pour sauver l’euro, j’organise un cours de fabrication de billets. « Basic training to make your own euros professionally »  Je trouve que pour la pub, ça le fait mieux en anglais qu’en espagnol. Qu’en pensez-vous ?

16/04/2012

Corindon

 blason_de_la_bathie.jpgLe film de Gilles Perret « Mémoires d’ouvriers » nous parle entre autre d’une usine située à La Bathie en Maurienne à une dizaine de kilomètres d’Albertville. Cette usine vient d’être vendu par Rio Tinto (qui la tenait de ALCAN qui l’avait achetée à Pechiney) à HIG un fonds d’investissement. Inutile de dire à quel point les 170 ouvriers sont préoccupés. C’est un grand classique, Rio Tinto et Alcan étaient des industriels de l’Alu, HIG est un industriel de la finance. Ainsi va le libéralisme économique.

L’échelle de Mohs peut-elle mesurer la dureté du capitalisme ?

On connaît grâce à ce blog et à Wikipedia, l’échelle INES qui mesure les accidents nucléaires, l’échelle Scoville qui mesure la force des piments, l’échelle de Fujita qui mesure la force des tornades, l’échelle de Beaufort qui mesure la force des vent, l’échelle de Richter (ou celle de Mercalliqui mesure la force des séismes ou l'échelle sociale dont les barreaux tendent à s'écarter. Voici l'échelle de Mohs qui mesure la dureté.

Quel rapport me direz-vous ? Eh bien l’usine de La Bathie produit du Corindon. Le corindon est un oxyde d'aluminium anhydre cristallisé, de formule Al2O3. Dans la nature le corindon peut se présenter sous forme de pierres précieuses, rubis, saphir. On le connaît sous le nom d’émeri, la fameuse toile émeri*. On fabrique du Corindon comme abrasif car il est très dur. Un indice 9 sur l’échelle de Mohs.

diamant.gifIl n’y a que le diamant qui rivalise avec le corindon en dureté. Le diamant est à 10 sur l’échelle inventée par Friedrich Mohs. Cette échelle est basée sur 10 minéraux que l’on peut facilement comparer. 

1

Talc

2

Gypse

3

Calcite

4

Fluorite

5

Apatite

6

Orthose

7

Quartz

8

Topaze

9

Corindon

10

Diamant

Zéro pour le yaourt, le reblochon ou même le beaufort de Savoie...

* Si quelqu'un est bouché à l'émeri, c'est qu'il ne comprend pas grand chose, il est hérmétique à tout intelligence. Ce blog ne s'adresse pas à eux, évidemment.

07/04/2012

Roosevelt2012

r

INF3_0075_Roosevelt.jpgQuand Roosevelt arrive au pouvoir en 1933, il succède à Hoover dont le surnom était Do Nothing. Les Américains sont dans un très grand désarroi :

« 14 millions de chômeurs, une production industrielle qui a diminué de 45 % en trois ans. L’Amérique touche le fond de l’abîme… Roosevelt agit immédiatement, avec une détermination qui ranime la confiance. L’activité législative est prodigieuse : en 3 mois, Roosevelt fait adopter plus de réformes que Hoover en 4 ans. Le processus est d’une rapidité extraordinaire : certaines lois sont présentées, discutées, votées et promulguées dans la même journée.

Le but de Roosevelt n’est pas de «rassurer les marchés financiers» mais de les dompter. Les actionnaires sont fu­rieux et s’opposent de toutes leurs forces à la loi qui sépare les banques de dépôt et les banques d’affaires, comme ils s’opposent aux taxes sur les plus hauts revenus ou à la création d’un impôt fédéral sur les bénéfices mais Roose­velt tient bon et fait voter 15 réformes fondamentales en trois mois. Les catastrophes annoncées par les financiers ne se sont pas produites. Et l’économie américaine a très bien vécu avec ces règles pendant un demi-siècle.

Depuis 1933, le monde a bien changé évidemment. Mais les principes appliqués par Roosevelt restent totalement modernes : dire la vérité, parler à l’intelligence des ci toyens et agir. AGIR avec force !

bourse.jpg« Au prétexte que la démocratie prend trop de temps, alors que les marchés financiers votent tous les jours et sont organisés autour d’automates qui opèrent des milliers de transactions par seconde, c’est à terme l’existence même du fait démocratique qui se trouve menacée.»

 

« Les gouvernements sont sommés de s’exécuter ou de laisser la place à des «experts» comme on l’a vu déjà en Grèce et en Italie. A la place d’un retour nécessaire du politique permettant de s’attaquer pour de bon à la ré­gulation des marchés, on assiste à la mise en oeuvre de programmes d’austérité qui aggraveront la crise sociale et réduiront les moyens de traiter l’enjeu écologique. Le résultat, c’est la préparation de situations de chaos éco­logique et social porteuses de risques de conflagration et pains bénis pour les logiques autoritaires de toutes obé­diences, à l’instar de la crise des années 1930. Comme alors, après la démocratie, c’est la paix elle même qui se trouvera menacée »

Nous n’acceptons pas que l’oligarchie qui nous a conduits à la crise profite de la crise pour renforcer son pouvoir, en faisant croire qu’il n’y a pas d’alternative aux politiques d’austérité.

Le but de notre collectif est simple : provoquer un sur­saut ! Dire la gravité de la crise et alimenter le débat démocratique avec 15 mesures d’urgence que le nouveau Président de la République devra mettre en oeuvre dès les premières semaines, après son arrivée au pouvoir en mai prochain.

TOUS ACTEURS, TOUS RESPONSABLES

3989_La%20chute%20du%20mur%20de%20Berlin.jpgSi l’on avait attendu un accord entre diplomates, le mur de Berlin serait encore debout. En 1989, ce sont des citoyens qui se sont levés et qui ont fait tomber un système poli­tique qui niait la dignité de l’Homme.

« Chacun de nous peut changer le monde. Même s’il n’a aucun pouvoir, même s’il n’a pas la moindre importance, chacun de nous peut changer le monde » écrivait Vaclav Havel quelques semaines après la chute du Mur.

En 1989, ce sont des femmes et des hommes «sans la moindre importance» qui ont changé le cours de l’Histoire. Vingt ans plus tard, le système néolibéral s’effondre à son tour. C’est à nous, les citoyens, de dire dans quelle société nous voulons vivre. Société d’injustice et de chaos ou so­ciété de d’équilibre et de convivialité ? A nous de choisir. A nous d’agir.

Si vous partagez notre envie de provoquer un sursaut, si­gnez et faites signer les 15 propositions sur Roosevelt2012

Capture-decran-2012-02-20-a-22.jpeg

 

18:04 Publié dans Libéralisme | Lien permanent | Commentaires (1) |

05/01/2012

Gaz Kazakh

Non, ce n'est pas une auréole ni un camping-gaz derriere la tête de Noursoulan Nazarbayev. C'est le drapeau Kazakh.

J’ai déjà parlé ici du Kazakhstan qui est toujours gouverné par le sympathique Noursoultan Nazarbayev. Il était déjà président du Conseil des ministres de la République socialiste soviétique kazakhe bien avant 1989. Un communiste donc reconverti au libéralisme. Bel exemple de retournement de Casaque tout en finesse. Enfin pas pour tout la monde.

Noursoultan est chouchouté par Total, Exxon et Shell, surtout depuis qu’à Kachagan, dans la mer Caspienne, on a découvert des réserves de pétrole, estimées entre 9 a 16 milliards de barils, la réserve la plus prometteuse de ces dernières décennies, mais 3 a 6 mois de consommation mondiale seulement. C'est dire à quelle vitesse nos voitures vont être à sec.

Encore plein de réserve dans un pays musulman donc. Mais, pas de pot, on avait vendu la peau de l’ours trop vite. En effet 11 ans et 39 milliards de dollars d'investissements plus tard, Total, Exxon, Shell et l'italien ENI sont très inquiets, les coûts d’extraction promettent d’être astronomiques.

A Kachagan. Les hydrocarbures y sont piéges a 4200 mètres sous le fond de la mer à très haute pression. En surface, sur des îles artificielles, les températures varient de - 35 °C en hiver a 40 °C l'été. Ces îles sont truffées de capteurs afin de repérer les fuites de gaz inflammables, du sulfure d'hydrogène toxique a haute dose (H2S, odeur d’œuf pourri). Sur la plus grande des îles artificielles, sur laquelle vivent 5500 employés, des exercices d'urgence sont conduits chaque semaine.

kashagan-ile-artificielle-D.jpg

Mais ce n’est pas le gaz qui tue à Kachagan… entre 14 et 70 personnes ont trouvé la mort en décembre au cours de manifestations d'ouvriers de la cite pétrolière d'Aktau, au bord de la Caspienne. Des manifestations réprimées dans un silence médiatique total par le grand ami de la France et de l'Occident, Nursultan Nazarbayev. Sources.

Les réserves mondiales de brut sont comme un vaste arbre fruitier. On commence par cueillir les fruits bien murs et a portée de main, avant de finir par se résoudre a monter chercher les fruits pourris tout en haut de l'arbre. Et, en principe, c'est à ce moment là que l'échelle casse et qu'on finit à l'hosto ou à la morgue.

PS: Jean, prière de mettre un commentaire.