Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2008

Récession 2

Ca-vient.jpg

Suite à mon article sur la récession, Dario avait expliqué qu’il ne fallait pas confondre récession et ralentissement. Sur ce j’avais tenté une comparaison vélocipédique en disant que le ralentissement c'est quand tu pédales plus vite et que tu avances moins fort et la récession c'est quand tu pédales plus vite et que... tu recules. Daniel dit que ni le modèle cycliste ni le modèle astronomique ne lui semble corrects. Allons bon !

Daniel relève que la récession astronomique est une expansion alors que la récession économique est une contraction tout en reconnaissant qu’une contraction puisse être en fait une expansion négative. Espérons seulement que cette récession économique qui se profile ne soit ni astronomique ni totalement négative par ses conséquences et donc qu’elle ne reste qu’un ralentissement.

Ceci dit, on ressent bien le besoin de ralentir. Ce qui me rappelle une anecdote que me racontais le même Daniel qui enseignait jadis la conduite automobile à des jeunes marocains. Ceux-ci, qui n’était jamais monter en voiture, freinaient au dernier moment, c'est-à-dire quand la voiture était à un mètre du mur donc elle finissait en mauvais état. D’où l’idée qu’un petit ralentissement par anticipation pourrait être bénéfique.

Daniel me signale aussi qu’en anglais le mot recession peut signifier aussi un retrait. Vérification faite je trouve “Recession*: Le retrait du cœur (de l’église) du clergé et du choeur (des chanteurs) en procession à la fin d’un office » Une sorte de coïtus interromptus du clergé et des chanteurs. Faudra-t-il interrompre le coït ultra-libéral pour quitter en procession les ruines fumantes de notre système économique en chantant "ite missa est" ? On verra bien.

* the withdrawal of the clergy and choir in procession from the chancel at the conclusion of a church service”

16/09/2008

Banqueroute

Le rêve américain, selon Wikipedia, est l'idée selon laquelle n'importe qui, vivant aux Etats-Unis, peut, par son travail, son courage et sa détermination, devenir prospère. Une idée est aussi vieille que la découverte du continent américain.
Ca-vient.jpg

 

Rêve

Banqueroute

Statistiques

et

Ploutocratie

 

Que pense, aujourd’hui, de ce rêve les ex-employés de Lehman Brothers, qui quittent l’immeuble de la banque (banqueroute*) après avoir été convoqués par leur chef pour confirmation de la nouvelle qu’ils connaissaient déjà : « les gars on ferme. Je nous souhaite bonne chance ! » Pourtant début 2007, leur banque faisait encore des profits faramineux et ils ont sans doute acheté quelques actions de plus.

Ce qui est étonnant c’est que, contre toute logique, contre les statistiques** dont les journaux américains sont pourtant friands, le rêve américain va survivre comme il a survécu depuis deux siècles. Il survivra même chez nous en Europe, il y aura encore des gens, souvent riches mais pas toujours, pour nous dire que la précarité, la flexibilité, la loi du plus fort constituent un bon système de gestion de la société.

* Les mots du jour:

Banqueroute. De l’talien Banca Rotta, banc cassé. Au moyen âge on cassait le comptoir du banquier en faillite.

Ploutocratie : Gouvernement par les riches.

**Cette idée de prospérité quasi garantie par le travail impliquerait que d’une génération à l’autre la richesse augmente et que les riches ne seraient pas toujours les mêmes de père en fils. C’est la notion de mobilité économique.

Selon une étude datant de 2007 de The Pew Charitable Trusts, une organisation américaine de réflexion  sociale à but non lucratif, la mobilité économique aux US n'a pas de réalité statistique. Les autres pays font bien mieux, la France (où la mobilité est 1,2 fois plus forte par rapport à celle des États-Unis), de l'Allemagne (1,5 fois), du Canada (un peu moins de 2,5 fois) ou encore du Danemark (un peu moins de 3,2 fois). Seuls les anglais font moins bien que leurs maîtres.

11:55 Publié dans Libéralisme | Lien permanent | Commentaires (3) |

12/03/2008

Monsanto

5f9591d28a27b1e1ce8a522928d9e382.jpg

« Pressions, corruption et rapports mensongers font partie des pratiques de ce géant de l'agro-alimentaire qu'est Monsanto. Le film hier soir sur Arte montrait ce mécanisme incessant de l'économie moderne et de la mondialisation à travers une étude de cas. » Effrayant !

10:05 Publié dans Libéralisme | Lien permanent | Commentaires (2) |

24/11/2007

Eau

bcda996e006980a3091b07c48ecb0775.jpg

Combien payez-vous votre eau ?

Cela peut aller du simple au double

et ça grimpe chaque année.

La gestion de l’eau est du ressort des communes, elle est distribuée soit par des régies municipales, soit par des compagnies privées. Deux grosses compagnies, censées se faire concurrence, le groupe Suez et la Compagnie Générale des Eaux, filiale de Veolia Eau (ex Vivendi Water). Selon l'UFC ces deux compagnies font surtout d'excellents profits.

Certaines villes sous-traitent tout ou partie (distribution ou assainissement) de leur gestion de l’eau. Total de très grandes disparités entre les villes suivant une étude de l’UFC Que Choisir.

- Des villes satisfaisantes : Clermont-Ferrand, Annecy, Chambéry, voire Grenoble [à noter que les quatre villes qui ont ces résultats sont gérées en régie municipale.]

- Des marges trop élevées : Angers, Lille, Nancy et Nantes

- Des marges beaucoup trop élevées : Bordeaux, Strasbourg, Paris et Nice
- Des marges extrêmement élevées : Lyon, Toulouse, Reims et Montpellier [Reims est une régie municipale – Les autres sont en délégations privées]

- Des records de surfacturation : le SEDIF (144 communes de la banlieue parisienne – Président André Santini), la presqu'île de Gennevilliers et Marseille [La distribution est en délégation privée dans les trois. L’assainissement des deux premiers est en régie municipale. A Marseille tout est privé]

Vive le libéralisme! 


07:30 Publié dans Libéralisme | Lien permanent | Commentaires (3) |

09/11/2007

Funérailles

40c1768a4f262ab99b49b69b721c9b87.gif

Suite de la rubrique « Vive le libéralisme ! »

En matière de funérailles, jusqu’en 1996, les familles françaises devaient accepter les produits, services et prix imposés par le monopole. Situation dénoncée par les libéraux et les institutions européennes de Bruxelles. Depuis 96, plus de problème,  la concurrence règne et la plupart des familles demande des devis.

540.000 décès annuels en ce moment les prévisions annonce 700.000 dans 15 ans. Sociétés françaises et étrangères sont attirées par ce marché juteux. Le quart de nos obsèques sont contrôlées par des fonds de pension américains.

Lobbyings et réseaux s’animent. L’imagination règne, les prestations additionnelles fleurissent. On facture tout au prix fort, même les séjours du cercueil dans une salle de l’hospice. Les lobbys tentent de gagner le dernier morceau, croquer le dernier orteil des morts, bref ils veulent en plus gérer nos cimetières.   

Et les prix grimpent, grimpent… Bien que la crémation soit en vogue et moins chère de 30 à 50% le coût moyen des funérailles a grimpé beaucoup plus vite que l’inflation dans les dix dernières années.

J'ai pris mes infos ici.  On y trouvera quelques tuyaux sur les pièges à éviter. Pour l'augmention des prix, les chiffres sont variables suivant les sites mais un chose est sûre, le prix de la mort monte.

05:05 Publié dans Libéralisme | Lien permanent | Commentaires (1) |

06/11/2007

Bouchon

db174e12f312910e9a8583bb39e88add.gif Sur l’autoroute A40, il y a deux tunnels après Bellegarde en direction de Lyon. Dimanche dernier, on circulait sur la file de gauche dans les deux tunnels ce qui a provoqué un bouchon de plusieurs kilomètres de 10 heures du matin à six heures du soir avec une perte d’environ une heure par automobiliste. Eh bien figurez-vous qu’il n’y avait pas de travaux sur la file de droite. On avait juste laissé les séparations du vendredi au lundi.

Pour les usagers c’est du temps perdu, pour la planète du gaspillage de pétrole, mais, soyez rassurés, pour les actionnaires de l’APPR, la société des autoroutes Parie-Rhin-Rhône aucune perte. On a tous payé nos 13 euros 70 pour faire les 115 kilomètres qui séparent les deux péages entre Genève et Lyon. C’est ma nouvelle rubrique « vive le libéralisme. »

07:50 Publié dans Libéralisme | Lien permanent | Commentaires (0) |