Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2012

Kychtym, Lucens

 

ines-echelle-accident.jpg

Connaissez vous l’échelle INES ?

INES, initiales pour International Nuclear Event Scale, une échelle qui mesure l'importance des incidents ou accidents survenants dans les installations nucléaires.


Au sommet, accidents majeurs, on trouve Tchernobyl et Fukushima. No comment !


Au niveau 6, on a un seul accident grave, moins connu que les deux autres, qui s’est produit en 1957 non loin de Kychtym. Accident très peu connu car, en pleine guerre froide, les russes et les américains (la CIA) s’entendirent comme larrons en foire pour le cacher au monde entier.

Aujourd'hui 55 ans après, Kychtym* est l'endroit le plus contaminé de la planète. Les rejets radioactifs provenant du centre nucléaire, déversés au cours des années dans les lacs et les rivières atteingnent le chiffre record de 120 millions de curies, soit deux fois et demie les doses relâchées par Tchernobyl. Il faudra attendre six cents ans pour que le niveau de radioactivité redescende au taux encore dangereux de 120 curies.

Encore aujourd'hui, quelqu'un qui resterait sur le site à l'endroit le plus contaminé serait exposé à une dose de 500 rad/heure, suffisante pour tuer un homme en une heure seulement. Le plus surprenant est qu'actuellement il y a encore des gens qui habitent dans ce coin avec un complexe désormais civil et militaire qui y retraite notamment de l’uranium usagé pour des centrales nucléaires suisses !!

Au fait, en Suisse**, que se passe-t-il ? En 1969, le 21 janvier, le cœur de la centrale de Lucens, non loin de Lausanne a fondu. Un accident de niveau 4 sur l’échelle INES. L'accident de rien du tout, donc. Eh bien figurez vous que 43 ans plus tard, l’eau de la Broye, la rivière locale, contient de plus en plus de tritium. En dix ans, elle est passée de 15 à 230 becquerels par litre, a annoncé mercredi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui a enregistré un pic fin 2011.

Et dire qu'un certain président veut nous faire croire au nom de la sacro-sainte Economie, qu’il serait criminel de freiner les centrales nucléaires ces joyaux de la couronne française. Et bien, je dis qu'avant de laisser autant de saloperies à nos enfants... il faut réfléchir ! Au moins réfléchissons !

*Kychtym est à cent kms au sud de Ekatarinenbourg et mille kms au nord-est de Savatov.

**A noter que la Suisse comme l'Allemagne a décidé de dire "Halte au nucléaire !" 

topelement.jpg

La centrale de Lucens, fermée en 1969, après que son réacteur a complètement fondu, est sous surveillance continuelle.

Les commentaires sont fermés.