Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2009

Zèbroïdes

Ca-vient.jpg Les zèbres

du zoo

de Gaza

(Trois z,

Cela fait penser au poème d'Obaldia,

le zizi de zaza)

dont je parlais l'autre jour dans cette note, étaient des ânes peints. Le zèbre est plus cher, le zèbroïde encore plus.

Un zèbroïde est le résultat d’un croisement d’un zébre avec un autre équidé. Le zébrâne est donc un hybride de zèbre (rarement de zèbresse) et d’âne (généralement d’ânesse) et le zèbrule est un hybride de zèbre et de cheval (jument). Comme la mule, le zèbroïde est stérile car il y trois chromosomes, il est donc triploïde (voir les huitres). Darwin, a qui rien n’échappait, avait déjà observé des zèbroïdes et même un zèbroïde issu d’un zèbre disparu, le quagga (exterminé par les boers au XIX ième, les boers étaient souvent de vrais bourrins).

Ca-vient.jpg

On a cherché à créer dans les zoos un animal hybride aussi rustique que la mule mais sans succès. Seuls subsistent quelques zébrânes sauvages en Afrique du Sud, là où zèbres et ânes vivent en étroit voisinage. Et pourtant il existe en France quantité de drôles de zèbres et un paquet d’ânes bâtés très rustiques.

Ca-vient.jpg

Ca-vient.jpg

01/10/2009

Caoutchouc

Ca-vient.jpg

Du quechua Cao qui signifie bois et tchu qui pleure.

Savez-vous que 40% du caoutchouc produit dans le monde vient encore de la récolte de la résine d’hévéa, le reste est synthétique. L’hévéa est un arbre de la famille des euphorbiacés (manioc, le ricin ou cactus candélabre…). Les euphorbes ont une sève blanche et toxique qui peut donner du caoutchouc. On peut même fabriquer du caoutchouc à base de… caoutchouc (photo wiki), ces plantes d’appartement très résistantes même aux mégots de cigarette placés dans la terre du pot. N’essayez pas d'en extraitre du caoutchouc ! Cela ne marche pas terrible. Préférez l'hévéa !

Mais, hors hévéa, on sait surtout fabriquer du caoutchouc à partir de guayule ou encore de Pissenlit russe (en anglais russian dandelion). Le guayule est un arbuste à croissance rapide qui pousse dans les déserts mexicains et peut servir à fabriquer un éventail incroyable de produits. Le pissenlit russe nous vient du Turkestan , il se mange en salade et sa sève contient du latex.

Les hévéas ont chopés une nécrose de l’écorce due au stress (Eh oui, même les hévéas) et leur caoutchouc crée des allergies aux gens stressés. Attention on peut mourir en enfilant un gant ou un préservatif pour faire la vaisselle ou... Voir ici. Du coup, les chercheurs s’activent, ils voudraient bien nous fabriquer une super pissenlit russe OGM qui pisserait du caoutchouc hypoallergènique à volonté. Ils seraient sans doute indigestes en salade surtout avec des graines de maïs OGM... mais finies les allergies.

C'est par accident que Charles Goodyear renversa un récipient de caoutchouc mélangé à du soufre sur une plaque chauffante. Il s'aperçut que le matériau était devenu dur et élastique. La vulcanisation était née. Les molécules de soufre, sous l'effet de la chaleur, vont créer des liens entre les molécules extensibles du caoutchouc. Ainsi, les molécules peuvent s'étirer et pourtant Goodyear mourut, quelques bonnes années plus tard, dans la misère.

Mais jusqu’où peut s’étirer le caoutchouc ? Plus qu’un chewing-gum ? Mais au fait, le chewing-gum est-il du caoutchouc ? En fait, il est issu du chicle, une sorte de latex issu du sapotillier un arbre fruitier originaire des Caraïbes.

Pour finir, quelques noms et quelques dates

1770 Joseph Priestley découvre la gomme à effacer en constatant que les marques d'encre disparaissent en les frottant avec du caoutchouc.

1790 Samuel Peal brevette une méthode permettant, en mélangeant de la térébentine et du caoutchouc, d'imperméabiliser des tissus.

1820 : Thomas Hancock découvre que la plasticité du caoutchouc est augmentée suite à la mastication de celui-ci et que cela permet la mise en forme du produit.

1823 : Charles Macintosh confectionne les premiers imperméables. En anglais Macintosh est synonyme d’imperméable.

1842 : Charles Goodyear découvre la vulcanisation, qui permet de stabiliser le caoutchouc afin qu'il résiste mieux aux écarts de température.

1853 : L'Hiram Hutchinson achète les brevets de Charles Goodyear et adapte le caoutchouc aux bottes. Il ouvre la première usine utilisant le caoutchouc en France, dans l'usine de Langlée, à Châlette-sur-Loing.

1870 : Apparition des premiers préservatifs à base de caoutchouc de latex.

1887 : A Belfast, le vétérinaire John Boyd Dunlop imagine un tube souple gonflé pour remplacer les pneus pleins. Il dépose un brevet qui permettra d'utiliser le caoutchouc pour la fabrication de pneumatiques

1892 : Les frères Michelin présentent les premiers pneus démontables pour vélos et autos.

08/08/2009

Agave

GBPIX_photo_142692.jpg

L'agave

Sur le roc se dresse un agave :
Là, dans les airs, depuis longtemps,
Il croît, plante impassible et grave,
Que n’émeut jamais le printemps.
Ni fleurs ni fruits dans sa verdure ;
Roide sur le granit brûlé,
Jamais sa feuille énorme et dure
A nul vent tiède n’a tremblé.
Tout d’un coup, après des années,
La plante sent une douceur.
Ses feuilles s’ouvrent étonnées :
Une tige part de son cœur,
Tige puissante qui s’élance,
Telle qu’un arbre, droit dans l’air,
Et qui, joyeuse, se balance
A la folle brise de mer !
Au soleil, comme par prodige,
D’heure en heure on la voit grandir :
Déjà, du bout de la tige,
Des boutons cherchent à sortir.
Ils s’ouvrent : la fleur triomphante,
Portée au ciel comme en un vol,
S’épanouit ; alors la plante,
L’œuvre achevé, meurt sur le sol.
Elle ne vivait, immobile,
Rassemblant toute sa vigueur,
Que pour voir, - sublime et fragile, -
Cette fleur monter de son cœur.”

Jean-Marie GUYAU, Vers d’un philosophe, “L’agave-Aloès”

23/05/2009

Enthèogène

Si votre fils vous dit qu’il prend des substances enthéogènes, ne vous fiez pas à votre connaissance des racines grecques mais plutôt à celles des plantes.
  • En – à l’intérieur de soi
  • Théo – Dieu
  • Gènes – Qui engendre

Quelques exemples de substances enthéogènes :

  • la mescaline (le peyotl) produit par un cactus [photo]
  • la psilocybine produite par un champignon
  • la diméthyltryptamine produite par des plantes de la famille des caféiers [photo] ou des mimosa et même par la Bufo alvarius
  • la bufoténine chez le Bufo alvarius et dans les urines des schizophrènes.
  • la salvinorine produite par la sauge des devins
  • le LSA présent dans les graines de certaines plantes.
  • le LSD tiré de l’ergot du seigle
  • la scopolamine contenue dans la datura (de la famille des tomates et des patates)
  • l 'ibogaïne contenue dans la racine de la Tabernanthe iboga

Les sorciers et autres chamans ont utilisé ces substances hallucinogènes, sans doute pour trouver Dieu. On peut lire les œuvres de Carlos Castaneda en commençant par l’herbe du diable et la petite fumée. Le Bufo alvarius est un crapeau.

Note paru le 3-mai-08

20/11/2008

Jatropha

290px-Jatropha.jpg

 

Après

l’assorosserie,

le Jatropha.

 

Saviez-vous que qu’à Madagascar, dans les années 40, on exportait les graines de Jatropha vers Marseille pour fabriquer le fameux savon de Marseille. Aujourd'hui, on y utilise l'arbre comme tuteur pour la culture de la vanille et de la grenadille (fruits de la passion).

Saviez-vous qu’en Haïti, le Jatropha est utilisé depuis des générations dans les rituels vaudous (pour purger les esprits malins et libérer les âmes des morts) et en médecine traditionnelle.

Saviez-vous que Le Jatropha curcas est une plante succulente qui est néanmoins très toxique et dégage une mauvaise odeur. En fait de succulente elle n’a que le nom qui signifie « grasse ». Et en plus d’être une plante grasse le Jatropha fait des fruits et des graines qui produisent de l’huile.

Savez-vous que le jatropha est un euphorbiacée (du grec eu – bien et phorbos – vert) Les plantes de la familles des euphorbes et les succulentes sont presque toutes toxiques mais ont le grand avantage de pousser dans des climats très secs. C’est le cas de Jatropha curcas d’où l’idée de l’utiliser comme agro-carburant dans les pays tropicaux.

Savez-vous que le Jatropha curcas peut produire jusqu'à 2 000 litres de diester par hectare (bien plus que le colza ou le soja). La plante pousse bien sur les sols arides mais son rendement chute si l'apport en eau et la qualité du sol sont insuffisants. Ce qui crée une pression sur le mode de culture, car viser un rendement optimal nécessite de planter sur un sol fertile et d'irriguer régulièrement... Cependant on peut irriguer avec des eaux usées.

Savez-vous que qu’en Inde, des scientifiques cherchent à identifier les gènes responsables de la production d'huile, en vue d'élaborer un Jatropha génétiquement modifié qui devrait être prêt d'ici 2012.

Autre avantage la transformation en savon, bougie, éclairage et même la transformation en métylesther pour les moteurs peut se faire localement dans les zones rurales sans traitement centralisé. Seule sa toxicité rend la chose un peu risquée.