Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2008

Jatropha

290px-Jatropha.jpg

 

Après

l’assorosserie,

le Jatropha.

 

Saviez-vous que qu’à Madagascar, dans les années 40, on exportait les graines de Jatropha vers Marseille pour fabriquer le fameux savon de Marseille. Aujourd'hui, on y utilise l'arbre comme tuteur pour la culture de la vanille et de la grenadille (fruits de la passion).

Saviez-vous qu’en Haïti, le Jatropha est utilisé depuis des générations dans les rituels vaudous (pour purger les esprits malins et libérer les âmes des morts) et en médecine traditionnelle.

Saviez-vous que Le Jatropha curcas est une plante succulente qui est néanmoins très toxique et dégage une mauvaise odeur. En fait de succulente elle n’a que le nom qui signifie « grasse ». Et en plus d’être une plante grasse le Jatropha fait des fruits et des graines qui produisent de l’huile.

Savez-vous que le jatropha est un euphorbiacée (du grec eu – bien et phorbos – vert) Les plantes de la familles des euphorbes et les succulentes sont presque toutes toxiques mais ont le grand avantage de pousser dans des climats très secs. C’est le cas de Jatropha curcas d’où l’idée de l’utiliser comme agro-carburant dans les pays tropicaux.

Savez-vous que le Jatropha curcas peut produire jusqu'à 2 000 litres de diester par hectare (bien plus que le colza ou le soja). La plante pousse bien sur les sols arides mais son rendement chute si l'apport en eau et la qualité du sol sont insuffisants. Ce qui crée une pression sur le mode de culture, car viser un rendement optimal nécessite de planter sur un sol fertile et d'irriguer régulièrement... Cependant on peut irriguer avec des eaux usées.

Savez-vous que qu’en Inde, des scientifiques cherchent à identifier les gènes responsables de la production d'huile, en vue d'élaborer un Jatropha génétiquement modifié qui devrait être prêt d'ici 2012.

Autre avantage la transformation en savon, bougie, éclairage et même la transformation en métylesther pour les moteurs peut se faire localement dans les zones rurales sans traitement centralisé. Seule sa toxicité rend la chose un peu risquée.

Commentaires

Vive le jatropha, et toutes les euphorbiacées. Qui ont en commun d'avoir du latex,irritant, et souvent laxatif. La grande cousine euphorbiacée est l'hévéa. Mais cette plante miraculeuse, le jatropha, a plus d'un tour dans son sac : on peut en faire des haies , pour garder les potagers à l'abri des chèvres. pas folles, ces follettes de chèvre, elles ne bouffent pas le Jatropha. Si vous avez un joli jatropha dans un pot, il faut le laisser tranquille quand il est tout moche, il repartira tout seul. Quelle plante merveilleuse ! j'adore mon jatropha !

Écrit par : helene | 22/11/2008

helene, est-ce qu'il faut le rentrer l'hiver ?

Écrit par : Joël | 24/11/2008

Je viens de découvrir cette plante sur votre blog. Mais n'est elle pas envahissante ?

Écrit par : petitpepinieriste.fr | 04/05/2009

Envahissante? C'est possible mais sans doute pas dans le Val d'Oise :-) Moins, en tous cas ,que le Millepertuis ou la menthe qui ont tout envahi.

Écrit par : Joël | 04/05/2009

c'est une plante que j'ai tourjours aimé dans ma vie.

Écrit par : diedhiou | 06/06/2009

quels sont les travaux qui ont été menés sur jatropha curcas

Écrit par : mengue amyé rodrigue | 13/09/2009

oui, joel, avec retard je te réponds.peut-être peux-tu le laisser dehors si tu habites à Menton, mais biensûr qu'il faut le rentrer en hiver. Il n'est absolument pas envahissant ici, qu'il est beau mon jatropha !

Écrit par : helene | 14/09/2009

Les commentaires sont fermés.