Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2012

Chroniques d'Al-Quds

Je commence parfois mes notes géographiques par « il n’a a pas que la Palestine sur la terre. ». Je le fais pour protester contre l’ampleur qu’a prise ce territoire dans les "news of the world". Eh bien figurez-vous que je viens de lire un truc sur la Palestine et que j’ai adoré.

couv-big.jpgC'est cette BD que m’ont passée Inès et Xav qui vient d'avoir un prix à Angoulème. J’avoue que je suis difficile en matière de BD et particulièrement de BD reportage. J’ai aimé Persépolis de Majanne Satrapi, mais il m’est arrivé de penser que parfois le dessin limitait mon imagination. Ce n’a pas été le cas avec ces chroniques de Jérusalem de Guy Delisle.

Guy est canadien. Il s’est fait connaître avec un album intitulé Pyongyang et que je me promets de lire très bientôt. Il est donc parti vivre à Jérusalem pour suivre sa femme en mission pour MSF. Guy arrive avec ses enfants et va loger à Jérusalem Est. Il nous décrit son séjour en Palestine. Les visites des sites historiques, le pays n’en manque pas, s’intercalent avec les petits incidents de la vie quotidienne. Sur la question palestinienne, Guy ne prend pas parti mais le récit et les dessins prennent parti tous seuls.

Ce territoire est un gruyère parsemé de check-points qui créent des embouteillages entre les colonies juives et le zones où vivent les arabes. Les israéliens en prennent pour leur grade mais les arabes ne sont pas épargnés comme dans cette visite de l’université arabe de Jérusalem (Al-Quds le nom arabe de la ville) ou la désorganisation et le manque de sérieux dominent.

Un humour subtil qui, entre autre, montre, sans y toucher, les religions sous leur jour le plus ridicule et absurde. Chrétiens, juifs, musulmans de toutes obédiences, et Di-u sait s’il y en a dans ce coin de terre, sont montrés sous leur jour le plus sinistre. Cela ne m’a pas donné envie de vivre dans un tel lieu sur les décombres de tant de bagarres imbéciles.

Après ça, la phrase de notre président au dîner du CRIF prend un relief particulier : Israël est un miracle. Sur les décombres, cette démocratie est née. C’est un symbole considérable qui va au-delà de ce qu’est ce petit pays par le nombre d’habitants et par le nombre de kilomètres carrés. Israël, c’est un miracle !

On se demande quelle idée il peut bien se faire de la démocratie notre président. Sans doute pas la même que cette fiction rationelle, dont le but est d'assurer la liberté, l'égalité et la paix, déclinée hier soir au café philo de Saint Julien par l'excellent Alain Gentil.

Petite animation de Delisle pour Méline et Lilian:

30/01/2012

Banane Bleue

Banane_bleue.jpg

Est-ce que Vialatte aurait commencé ce sujet sur la banane bleue en disant que les villes existent depuis la plus haute antiquité ? Je ne sais pas, mais je suis sûr que lui, n’aurait pas confondu mégaLOpole et mégapole, ni bien sûr métropole (la ville-mère de nos pères).

 

La ville grecque de Mégalopolis n’est pas une mégalopole ni même une mégapole. Une mégapole se doit d’avoir 10 millions d’habitants* (norme onusienne que satisfont moins de 30 villes dans le monde). Une mégalopole est un espace urbanisé polynucléaire formé de plusieurs agglomérations dont les banlieues et couronnes péri-urbaines s'étendent tellement qu'elles finissent par se rejoindre. (pas mal Wikipedia !) Les plus connues sont : celle qui va de Boston a Washington, celle de Toronto-Montréal-Chicago-Détroit, le continuum Rio-Sao-Paolo, celle de Hong-Kong-Chenzen-Canton, celle de Tokyo-Fukuoka… 

300px-Blaue-banane.pngLa banane bleue est donc notre mégalopole à nous. Inventée par R. Brunet, elle englobe Londres, le Randstad Holland (Utrecht, Amsterdam, La Haye et Rotterdam), la zone Rhin-Ruhr (Cologne, Bonn, Dusseldorf, etc…), Strasbourg, Luxembourg, Francfort, Stuttgart, Zurich, Bâle, Turin, Milan) C’est un mégalopole pleine de trous. Elle a surtout un inconvénient, elle n’englobe pas Paris.

Alors on si on prend Paris dans le cercle, ou plutôt l'ellipse orange sur l'illustration, on parle du ring. Un mot qui rappelle l'anneau du Niebelung de Wagnerm, des opéras dont le prélude est  l’or du Rhin, le fleuve qui se trouve au cœur de ce système. Les capitales européennes Bruxelles et Strasbourg sont au centre. 

 

 

220px-Pentagone_europ%C3%A9en_European_pentagon.pngUne autre vision est le pentagone que forment les villes de Londres-Paris-Milan-Munich-Hambourg.

Quand aux métropoles, allez donc consulter vous-même la définition. Il est quand même étonnant de penser que métro vient du sanscrit meter, la mère. La psychanalyse y verrait sans doute un signe de l’inconscient collectif aux galeries méandreuses, vermiculaires et souterraines. 

* Megalopolis, la ville d’Epaminondas en Grèce, a aujourd’hui 5 mille habitants et n'en avait probablement guère plus dans l’antiquité.

17:17 Publié dans Géographie | Lien permanent | Commentaires (4) |

28/01/2012

Nombril

Question intéressante posée par Arédius : Nantes est-il le centre du monde ? Vous me connaissez, si on m’interroge, je ne réponds pas toujours mais je cherche toujours. Première réponse, pas trace de centre à Nantes à l'exception du centre d'état civil ! En fait, on se demande si Arédius ne se prendrait pas pour le nombril du monde. Non, il est trop modeste pour ça.

1999956789.jpgOn sait que les anciens grecs tenaient Delphes pour le nombril du monde (l’omphalos). On sait aussi que Salvator Dali tenait la gare de Perpignan pour le centre du monde. A mon grand ravissement, je découvre que Roger Brunet, éminent géographe toulousin s’est posé la question et donne quelques réponses dans le numéro de ce mois de Sciences Humaines consacré à Bourdieu.

Chaque point du globe est le centre sur une sphère. La question d’Arédius est plutôt de trouver le centre des terres émergées. Le centre serait alors le point où le parallèle 23° N rencontre le méridien 28° E, mais cette rencontre se fait en deux endroits : en plein désert égyptien d'une part, en plein océan Pacifique de l'autre. Deux centres du vide en quelque sorte !

images?q=tbn:ANd9GcQgAtPdf7VZDykwm7-ZeCdqMtL_m3ULvpQUTZWCa-Maz79fCTlJPas génial. Peut-être vaut-il mieux adopter l’île Dumet, non loin de Nantes comme le suggère Arédius. Une île de 8 hectares qui fut sans doute un jour rattachée au continent (massif armoricain). Aucun doute cette petite île est une vraie terre de légendes et d’énigmes diverses, un bien meilleur candidat que le gare de Dali. Lisez l’article. Elle aurait remplacée Rome comme centre des terres émergées.

festivalduNombril-Pougne.pngL’île Dumet est en forte concurrence avec Pougne-Hérisson. Ce village du Poitou, source de tous les mythes au logis.Une commune unique et double à la fois. Pougne, sa mairie, son église dédiée à St Pou (guérisseur des maladies nerveuses provoquées par la peur), son bistrot… un point très très Yang et Hérisson, sa chapelle, ses prés humides, son Nombril, fondamentalement Yin. Pougne-Hérisson est le ventre historique de la naissance des histoires du monde. Tous les mayas vous le diront.


images?q=tbn:ANd9GcTLIQOdQSmaNey5NKNnznol_H8Cni0eUV1ymRODaawwncE2jPoZDRtUgpONRoger Brunet dit que si l'on regarde le monde du point de vue du nombre d’humains qui l'habitent, il faut trouver un centre de gravité à partir des zones les plus peuplées. Il faut se rendre en Asie. « La moitié de l'humanité vit dans un large fuseau qui englobe la plus grande partie de l'Inde et de la Chine, mais aussi la quasi totalité du désert du Tibet et une bonne partie de la Sibérie ». En tenant compte du foyer européen et américain, le centre du peuplement se trouverait au Rajasthan. Exacetment au Yantra Mandir à Jaïpur au nord-ouest de l’Inde, l'observatoire astronomique construit sur ordre du mahârâja Jai Singh II pour son guru dans le but de déterminer les moments les plus propices pour les grands événements. Il est inscrit depuis 2010 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Un autre calcul le donne à la frontière sud du Qatar, un centre de l'humanité en plein désert. Si Roger Brunet avait pris comme critère la richesse mondiale, il serait sans doute tombé sur la Rue du Mur ou éventuellement dans une salle de conférence de Davos à cette époque de l’année. D'autres idées ?

Ma grande crainte serait que ce centre du monde ne devienne vraiment que virtuel et commercial !

A la réflexion, je vote pour Pougne-Hérisson !

26/01/2012

вода - voda

L’eau coule lentement, à preuve le Dniepr (Днепр) dont je parlais hier. D’une longueur de 2290 kilomètres, il naît dans les collines de Valdaï (Валда́йская возвы́шенность) aux environs de 220 mètres d’altitude et se jette dans la mer noire en passant par Kiev. Ce qui fait un dénivelé de 1 mètre tous les 10 kilomètres ou encore 1 cm tous les 100 mètres. Même en vélo, on ne sentirait pas la pente.

280px-The_Bridge_through_the_Volga.jpgMais, il y a mieux, la Volga (Волга), le plus grand fleuve d’Europe, qui fait 3700 kilomètres (1 cm tous les 180 mètres). La Volga naît au même endroit ou presque dans ces collines et se jette dans la Caspienne après être passé entre les villes de Saratov (Саратов) et Engels (Энгельс) reliées par un pont de 3 kilomètres (photos).

Les collines de Valdaï se trouvent à mi chemin entre Moscou et Saint Petersbourg. C’est le paradis des pécheurs paraît-il. La Volga, Le Dniepr y prennent leur source mais aussi la Daugava, fleuve qui se jette dans la Baltique et traverse Riga ainsi que la rivière Msta (Мста) qui nait dans le lac Mstino se jette bien plus loin dans la courte Neva (74km seulement) via trois lacs le lac Ilmen, la (rivière ?) Volkhov (Во́лхов) puis le lac Ladoga (Ладожское озеро)

carte-europe-fleuves.jpg

Errata : La Soukhona se jette en fait dans la Dvina qui elle-même se jette dans la Mer Blanche (Artique).

Que d'eau ! Que d'eau ! Disait Mac Mahon face à la Loire en crue. 

03:07 Publié dans Géographie | Lien permanent | Commentaires (0) |

17/01/2012

La Palma

tsuLaPalmaReliefMap.gifSi vous aimez la marche, le dépaysement, un climat plus chaud en hiver et plus doux en été…

Alors je vous recommande l’île de La Palma et le gîte de La Culedus.

La Palma est une île volcanique à l'ouest des Canaries qui rapelle la Réunion pour ses randos magnifiques.

 

 

P1030445.jpg

La Culedus, un gîte tenu par Aurélien et Jessica [photo]. Un gîte particulièrement accueillant pour les randonneurs mais aussi pour les moins marcheurs car l’île est bien desservie en bus et une location de voiture chez Cicar ne coûte que 150 euros la semaine. Pour les détails, je vous laisse découvrir le site très bien fait.

Soyez sûr qu’Aurélien se donnera beaucoup de peine pour faciliter votre séjour, que les petits déjeuners sont sympas et les repas du soir, si vous le souhaitez, sont savoureux et plutôt couleur locale.

Pour notre part, nous avons fait les randos suivantes  (pour mémoire):

11.JanvierDescente depuis La Zarza sur la LP1 jusqu’à Don Pedro. Pique-nique en face de Tablado de l’autre côté d’un imposant baranco, puis remontée à La Zarza. Belle marche au milieu des fleurs et des cactus.

12-Janvier – La caldera – Aurélien nous monte jusqu’à los Brecitos pour éviter une balade trop fastidieuse. Traversée jusqu’au centre de l’immense Caldera puis redescente dans le barranco des angoisses (las Angustias)  en passant par la fameuse cascade des couleurs. Bonne idée de ne pas faire le tour complet.

13-JanvierDescente du gîte sur le port de Tazacorte par le Camino reale, le Gr qui fait le tour de l’île. 900 mètres de dénivelé négatifs sans compter les 300 mètres environ de remontée que l’on a pas tous gravis vu qu’on a perdu le chemin et tiré au plus court des courbes de niveau dans la seconde partie avant El Time. Balade au milieu des maisons et à travers les barancos sauvages. En haut des amandiers en fleurs, en bas des bananes à perte de vue et pas mal de fleurs de toutes sortes.

14-JanvierRoque de los Muchachos en voiture. 2400 mètres et du vent. Plein de télescopes européens sous leurs boules blanches. Il ferait presque froid. Balade sur les crêtes puis redecente du côté de San Domingo pour emprunter un bout du Camino Reale jusqu’à El Palmar à travers un grand baranco couvert de cactus cierge et parcouru par les chèvres. Retour par le Mercadillo de Puntagorda. Produits locaux, ambiance sympa et excellent mijito avec de la canne fraîchement pressée devant nous.

15 Janvier La route des Volcan – De El Pilar, zone récréative jusqu’au volcans de la Deseada I et Deseada II. Des paysages lunaires, une terre rouge, noire ou mauve. Un festival de couleurs de roches. Une vue magnifique sur toute la côte est (des nuages ce jour là) et ouest et sur le tour de la Caldera avec Los Muchachos et les observatoires au loin. Des volcans tous jeunes (éruption de 1949 Hoyo Negro et Duraznero) – Retour par le Birigoyo soudain recouvert de brume. Descente un peu pénible et crachin en bas. Heureusement au port de Tazacorte, il fait encore grand beau et la bière est fraîche. Les palmitains et les germains se prélassent aux terrasses, c’est dimanche.

16 Janvier – Départ de la Culedus pour Santa Cruz par le nord de l’île. Le soleil joue avec la brume. On pose les bagages et on descend picniquer au phare de Fuentecaliente à l’extrême sud. Il fait un temps magnifique. On monte au Teneguia, sur la Cumbre Veija. Le Tenguia est le dernier volcan a avoir érupté au Canaries (en 1971), sion excepte celui sorti au large d’El Hierro en novembre dernier. Des nouvelles fraiches d'El Hierro.

17 Janvier Retour à Genève par Ténérife. Un peu court le séjour. A refaire donc. Il reste plein de balades sur le site d’Aurélien.

Quelques photos

P1030315.jpg

P1030324.jpg

En haut dans la Caldera - puis la cascade colorée

P1030365.jpg

 Daturas et Poinsettias... puis figues de barbarie.

P1030335.jpg

Le port de Tazacorte vu d'en haut... descente rapide.

P1030371.jpg

 En basP1030374.jpg

...puis en haut (2400 mètres)

P1030387.jpg

  Vers 400 mètres, les cierges

P1030415.jpg

Vous avez dit volcanique... L'Hoyo Negro (la tombe noire) sous un bon profil.

P1030424.jpg

05/01/2012

Gaz Kazakh

Non, ce n'est pas une auréole ni un camping-gaz derriere la tête de Noursoulan Nazarbayev. C'est le drapeau Kazakh.

J’ai déjà parlé ici du Kazakhstan qui est toujours gouverné par le sympathique Noursoultan Nazarbayev. Il était déjà président du Conseil des ministres de la République socialiste soviétique kazakhe bien avant 1989. Un communiste donc reconverti au libéralisme. Bel exemple de retournement de Casaque tout en finesse. Enfin pas pour tout la monde.

Noursoultan est chouchouté par Total, Exxon et Shell, surtout depuis qu’à Kachagan, dans la mer Caspienne, on a découvert des réserves de pétrole, estimées entre 9 a 16 milliards de barils, la réserve la plus prometteuse de ces dernières décennies, mais 3 a 6 mois de consommation mondiale seulement. C'est dire à quelle vitesse nos voitures vont être à sec.

Encore plein de réserve dans un pays musulman donc. Mais, pas de pot, on avait vendu la peau de l’ours trop vite. En effet 11 ans et 39 milliards de dollars d'investissements plus tard, Total, Exxon, Shell et l'italien ENI sont très inquiets, les coûts d’extraction promettent d’être astronomiques.

A Kachagan. Les hydrocarbures y sont piéges a 4200 mètres sous le fond de la mer à très haute pression. En surface, sur des îles artificielles, les températures varient de - 35 °C en hiver a 40 °C l'été. Ces îles sont truffées de capteurs afin de repérer les fuites de gaz inflammables, du sulfure d'hydrogène toxique a haute dose (H2S, odeur d’œuf pourri). Sur la plus grande des îles artificielles, sur laquelle vivent 5500 employés, des exercices d'urgence sont conduits chaque semaine.

kashagan-ile-artificielle-D.jpg

Mais ce n’est pas le gaz qui tue à Kachagan… entre 14 et 70 personnes ont trouvé la mort en décembre au cours de manifestations d'ouvriers de la cite pétrolière d'Aktau, au bord de la Caspienne. Des manifestations réprimées dans un silence médiatique total par le grand ami de la France et de l'Occident, Nursultan Nazarbayev. Sources.

Les réserves mondiales de brut sont comme un vaste arbre fruitier. On commence par cueillir les fruits bien murs et a portée de main, avant de finir par se résoudre a monter chercher les fruits pourris tout en haut de l'arbre. Et, en principe, c'est à ce moment là que l'échelle casse et qu'on finit à l'hosto ou à la morgue.

PS: Jean, prière de mettre un commentaire.

18/08/2011

Globalement positif ?

le Goum (toujours Magasin d'état Universel - mais 200 boutiques de luxe près de la place rouge)

En se baladant deux semaines à Moscou et Petersbourg, on est frappé par le peu de différences qu’il peut y avoir avec, disons, Paris ou Lyon dans la manière de vivre des russes que l’on a croisés. On se souvient de récits de retour d’URSS, il y a trente ans… C’était un autre monde. Mieux ou moins bien, cela dépend pour qui. On pourrait dire que le bilan actuel est globalement positif si cela ne rappelait un certain Marchais :-) à propos du bilan de l'URSS, précisément.

 

A ce propos, nous avons visité la maison de Gorki à Moscou et il est étonnant de constater qu’André Gide, qui avait prononcé l’éloge funèbre de l’écrivain officiel du régime, le 18 juin 1936 sur la Place Rouge, a disparu des photos de l’évènement. Il faut dire qu’il avait écrit un récit intitulé « Retour de l’U.R.S.S. » dans lequel il écrivait :

 

« Du haut en bas de l'échelle sociale reformée, les mieux notés sont les plus serviles, les plus lâches, les plus inclinés, les plus vils. Tous ceux dont le front se redresse sont fauchés ou déportés l'un après l'autre. (…)  bientôt, de cet héroïque et admirable peuple qui méritait si bien notre amour, il ne restera plus que des bourreaux, des profiteurs et des victimes. »

 

Donc, aujourd’hui, 20 ans après Gorbatchev, sa glasnost et sa perestroïka, nos belles valeurs occidentales semblent avoir triomphées. Mais qu’en dit Gorby aujourd’hui ? Il dresse un tableau plutôt sombre de ce qu'est devenue la Russie. « Pour la mortalité, nous sommes en bas de la liste, à côté des pays africains, il y a 96% de pauvres si l'on utilise les critères appliqués dans un pays comme l'Autriche, et il y a deux fois moins de gens qui reçoivent des diplômes d'enseignement supérieur qu'après la Deuxième Guerre mondiale »

 

Comme quoi, le touriste ne voit que ce qu’il veut voir ou ce qu’il a le temps de voir : Le luxe et les palais. Ce qui montre aussi que le différentiel entre riches et pauvres, qui augmente partout, est là-bas beaucoup plus fort et bien au-delà du scandale.

 

Photo: Apraskin Dvor

A noter quand même qu’un jour, égarés entre la perspective Nevski (les Champs-Elysées de Petersbourg) et le théatre Mariinsky (l'opera) nous sommes tombé ur un quartier, en plein centre ville, Apraksine Dvor, qui ressemblait furieusement à un marché d’une ville africaine. Plus rien à voir avec les boutiques de luxe de la perspective ou celles du Goum sur la place rouge.  Photo: Le Goum de nuit

11:20 Publié dans Géographie | Lien permanent | Commentaires (0) |