Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2012

Chroniques d'Al-Quds

Je commence parfois mes notes géographiques par « il n’a a pas que la Palestine sur la terre. ». Je le fais pour protester contre l’ampleur qu’a prise ce territoire dans les "news of the world". Eh bien figurez-vous que je viens de lire un truc sur la Palestine et que j’ai adoré.

couv-big.jpgC'est cette BD que m’ont passée Inès et Xav qui vient d'avoir un prix à Angoulème. J’avoue que je suis difficile en matière de BD et particulièrement de BD reportage. J’ai aimé Persépolis de Majanne Satrapi, mais il m’est arrivé de penser que parfois le dessin limitait mon imagination. Ce n’a pas été le cas avec ces chroniques de Jérusalem de Guy Delisle.

Guy est canadien. Il s’est fait connaître avec un album intitulé Pyongyang et que je me promets de lire très bientôt. Il est donc parti vivre à Jérusalem pour suivre sa femme en mission pour MSF. Guy arrive avec ses enfants et va loger à Jérusalem Est. Il nous décrit son séjour en Palestine. Les visites des sites historiques, le pays n’en manque pas, s’intercalent avec les petits incidents de la vie quotidienne. Sur la question palestinienne, Guy ne prend pas parti mais le récit et les dessins prennent parti tous seuls.

Ce territoire est un gruyère parsemé de check-points qui créent des embouteillages entre les colonies juives et le zones où vivent les arabes. Les israéliens en prennent pour leur grade mais les arabes ne sont pas épargnés comme dans cette visite de l’université arabe de Jérusalem (Al-Quds le nom arabe de la ville) ou la désorganisation et le manque de sérieux dominent.

Un humour subtil qui, entre autre, montre, sans y toucher, les religions sous leur jour le plus ridicule et absurde. Chrétiens, juifs, musulmans de toutes obédiences, et Di-u sait s’il y en a dans ce coin de terre, sont montrés sous leur jour le plus sinistre. Cela ne m’a pas donné envie de vivre dans un tel lieu sur les décombres de tant de bagarres imbéciles.

Après ça, la phrase de notre président au dîner du CRIF prend un relief particulier : Israël est un miracle. Sur les décombres, cette démocratie est née. C’est un symbole considérable qui va au-delà de ce qu’est ce petit pays par le nombre d’habitants et par le nombre de kilomètres carrés. Israël, c’est un miracle !

On se demande quelle idée il peut bien se faire de la démocratie notre président. Sans doute pas la même que cette fiction rationelle, dont le but est d'assurer la liberté, l'égalité et la paix, déclinée hier soir au café philo de Saint Julien par l'excellent Alain Gentil.

Petite animation de Delisle pour Méline et Lilian:

13/08/2011

St Julien en Genevois

Une emission sur Saint Julien sur la télévision suisse romande...

L'emission commence vers 2:40.

05:10 Publié dans St Julien | Lien permanent | Commentaires (2) |

24/01/2011

L'émission

J’étais donc mardi dans les studios de France Inter la vedette d’Un Jour Tout Neuf, l’émission de Brigitte Patient réalisée par Matïé Vasseur (la réalisatrice de quelques émissions célèbres de Claude Villers, du plus lointain de mes rêves, c’est pour de rire, plaisirs de trains…). 

Le taxi va vite à quatre heure vingt dans Paris. J’arrive donc avant Brigitte, je suis reçu par Maïté. Brigitte arrive et elles commencent à parler de leurs soucis du moment liés à un certain film de Jean-Jacques Annaud rapatrié de Tunisie. Bien sur, je suis dans l’exceptionnel et elles sont dans une sorte de quotidien. Les bureaux ne font pas preuve d’un luxe ostentatoire, l’argent du contribuable n’est pas gaspillé.

 

 

Vers cinq heures moins le quart, on monte au studio. Dans la fosse aux lions, Brigitte est à la place du milieu, on me donne le micro jaune. Derrière deux jeunes hommes qui ont fait la nuit et qui vont travailler avec Maïté. Je ne connais pas les questions et la seule chose que je réussi à placer, avant les cinq heures fatidiques, est que je veux parler de montagne. Visiblement, cette requête semble déranger l’ordre prévu des questions. Brigitte me promet d’en parler. J’ai décidé d’être fataliste, je reste donc fataliste.

Un jeune homme arrive pour le journal de cinq heures. Il nous apprend la mort de Jean Dutour un vieil écrivain bourru et néanmoins sympathique, d’autres nouvelles suivent que je n’écoute pas. Je suis concentré. L’entretien démarre, je suis un peu surpris que les premières questions soient sur Saint Julien mais, bien obligé, je réponds en essayant d’être le plus clair possible. Je parle donc de mon nouveau job. Je refuse de parler de retraite. Ce n’est pas que le sujet me fasse peur mais je n’ai pas envie de passer du temps à expliquer les circonstances de cette retraite. J’ai tant d’autres sujets qui me tiennent à cœur.

Je suis d’ailleurs surpris quand Brigitte me parle de Jacques Duboin. Lors des premiers contacts, en décembre, il était question, d’une question à poser à quelqu’un de France Inter. J’avais une question pour Bernard Maris que Valérie, mon contact, trouvait à juste titre trop complexe. Je ne m’attendais donc pas à la question. Et donc pas facile de répondre rapidement sur un tel sujet.

A six heures moins le quart, Brigitte sort un peu de son canevas soigneusement préparé pour me parler de montagne. Je peux parler de quelque chose qui me tient à cœur, la quinquaillerie. Je serai d’ailleurs surpris d’apprendre le nombre de copains qui ont mis leur réveil à cette heure matinale.

J’ai bien aimé la chronique d’Hortense Volle ma souris m’a dit. Hortense est une fille pétillante, qui sait dégotter des sites sympathiques sur le net. A la fin de l’émission, j’étais, comme prévu, un peu frustré. J’aurai aimé parler de mes petits enfants qui sont, bien sûr, essentiels à ma vie mais bon, on ne peut pas tout dire, l’un dans l’autre c’était une bien riche expérience. Brigitte et Hortense m’ont accompagné dans la régie du studio où Audrey Pulvar couvre la tranche de six à sept. Le jour était levé. J’ai pris le bus 72 pour un petit débriefing et déjeuner, avec ma chère et tendre dans l’appart prêté par Ophélie.

30/10/2010

Renaturation

Dans le Genevois suisse ou français, un ruisseau s'appelle un nant (voir le Garde-mots). A vrai dire, le nant de chez nous se rapproche plus du ru des mots croisées, un filet d'eau, que du ruisseau. A Saint Julien on a par exemple le Nant de Ternier (presque un ruisseau), le Nant de la Folle, le Nant d'Ogny qui se joignent à l'Arande pour donner l'Aire qui part vers Genève.

Pendant longtemps on a « busé » ces nants en forçant leur eaux à rentrer dans un tube plus ou moins étroit. Sur le tube, on pouvait donc bétonner à tout va. Mais, depuis quelques années, la mode est au débusage, une mise à l'air libre de nos anciens nants aussi appelée « renaturation ». C'est le mouvement transfrontalier de retour à la nature : « Libérons les nants ! »

Une renaturation qui m'avait frappée était celle du Nant de la Bistoquette (bisto et pas bistou). Un nant remarquable qui coule au printemps son filet d'eau sur 1 kilomètre pour se jeter dans la Drize qui elle-même se jette dans l'Aire puis dans l'Arve et enfin dans le Rhone. Les derniers 150 mètres à l'air libre de la Bistoquette auront coutés plus de 200'000 euros à renaturer. Pour ce prix, l'inauguration a été effectué en grandes pompes (à incendie) avec l'intervention d'un conseiller d'état (sénateur en Suisse) écologiste aux souliers bien cirés comme il se doit. C'était en 2005.

En ce qui concerne la renaturation de l'Aire [photo], on parle de plusieurs dizaine de millions de francs suisses et donc d'euros. Espérons qu'un jour on verra une vraie crue car depuis la renaturation, il n'y a plus beaucoup d'eau dans l'Aire. Le fond de l'Aire est sec. Hier des canards de passage cherchaient un coup à boire, il y avait quelques flaques entre les pierres et de l'avis des trois canards et deux canes interrogés, aucun poisson à croquer.

Les nants, les dranses* et autres noms de cours d'eau sont des hydronymes ou plutôt des super hydronymes puisqu'ils désignent de façon générique des noms de cours d'eau. L'hydronymie (nom des cours d'eau), la toponymies (nom de lieux) et l'anthroponymie (noms propres des personnes) forment l'onomastique, elle même discipline de la linguistique. Et dans onomastique, il y a mastique dirait RV qui machouille non loin du Nant d'Avril et du Nant de la Maille.

* En chablais savoyard, les Dranses d'Abondance, de Morzine, de Bellevaux se réunnissent pour de jeter dans le Léman. En Chablais valaisan, une autre Dranse, qui se jette dans le Rhone, est alimentée par la Dranse d'Entremont, la Dranse de Bagnes, la Dranse de Ferret.

21:35 Publié dans St Julien | Lien permanent | Commentaires (3) |

02/10/2010

Mirages

Excellent spectacle hier soir à l’Arande de St Julien pour démarrer la saison : « Le cirque des mirages ». Deux artistes, Parker au piano et Yanowski, chanteur, ont inventé pour nous le Cirque des Mirages, une sorte de cabaret-théâtre expressionniste et fantasmagorique à l’univers trouble et troublant, qui défie nos sens, bouscule nos habitudes, explose nos carcans. Il y a du Brel, du Ferré, du Nougaro parfois… et ça décape. « C’est une descente orphique » dit Yanowski le philosophe. « Une boule de billard à balancer contre les placards publicitaires ajoute Parker le révolté. Un ballon d’oxygène créatif au coeur d’une époque étouffante à force d’être aseptisée. »

J’ai particulièrement aimé la chanson dans laquelle Belzébuth joue aux cartes l’âme du poète dans une ambiance à la Boulgakov... ainsi que les petites touches franchement mécréantes.

A part ça, RV pense que les mondes parallèles se rejoignent. A l'infini ou au bout des mirages, c’est possible, mais il y a de la résistance. Mon ami Arso se mobilise pour défendre ces lignes fières de leur indépendance et que certains voudraient croiser avant l’infini.

09:49 Publié dans Arso, St Julien | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/01/2010

La vie parisienne

Ca-vient.jpg

On a vu La vie parisienne d’Offenbach jouée par la troupe « Vivre et Chanter » à l’Arande le week-end dernier, ils seront encore là le week-end prochain. Un spectacle d’une grande vivacité, léger, aérien, on frise parfois le ridicule avec Offenbach mais on ne tombe pas dans le vulgaire. Les acteurs nous transmettent leur plaisir de chanter ces airs connus et toujours neufs. Ah la femme du colonel !

La troupe « Vivre et Chanter » a de nombreuses réalisations à son actif, en particulier les Misérables en 2007, un succès jamais démenti. Elle se donne à fond pour notre plaisir… Des amateurs de grand talent, des costumes étourdissant, un monde impressionnat sur scène, des réglages en coulisse qu'on imagine à flux tendus... Bref, une vie parisienne respectueuse du grand compositeur allemand mais qui l'actualise quelque peu, pas trop et c'est tant mieux. Bouffée d'air frais, bain de jouvence, on en ressort en chantant, content comme les parisiens de 1866 qui sortaient du Palais Royal.

Ca-vient.jpg

ST-JULIEN - L'ARANDE

Vendredi 22 janv. 20h

Samedi 23 janv. 20h

 

GEX – Chandiver Les grands airs du spectacle

Dimanche 31 janv. 17h

 

MEYRIN - FORUM

Samedi 6 fév. 20h

 

GENEVE - Théâtre du Léman

Samedi 13 fév. 20h

Au profit d'oeuvres caritatives

 

St GENIS-POUILLY

Vendredi 19 fév. 20h

Samedi 20 fév. 20h

Dimanche 21 fév. 16h

Ca-vient.jpg

16:26 Publié dans St Julien | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/09/2008

Café Citoyen

Ca-vient.jpg
 
C'est la troisième année que j’anime, avec Alain Gentil pour la philo, un café organisé conjoin-tement par :
 
l'Université Populaire
Salève et Vuache
et par
la MJC de St Julien.

 

En septembre, redémarrage des « Cafés » qui auront lieu cette année les deuxièmes lundi du mois avec alternance Café Philo et Café… Citoyen. Rendez-vous à l'Arande à 20 heures.

Le Café Citoyen remplace le Café Actu'L. L'idée est de prendre encore plus de recul par rapport à l'actualité tout en continuant de réfléchir sur ce qui bouge dans le monde avec une perspective... citoyenne.

Vous trouverez ci-dessous la liste des futurs Cafés et leurs thèmes. Pour commencer le lundi 8 septembre ce sera un Café Citoyen sur le thème « Services publics et Démocratie »

Intuitivement on sent bien qu'il existe une correspondance entre le caractère plus ou moins démocratique des institutions et celui des «services publics». Le thème de ce café citoyen est de tenter de comprendre les services publics en France tels qu'ils existent depuis la Libération (les années 50) et de les mettre en perspective avec la construction européenne et de nouvelles formes de démocratie. Vaste sujet qui devra peut-être faire l'objet de plusieurs cafés citoyens.

Comme pour les Cafés Actu'L, une présentation du sujet sera suivie d'un large débat. La liste des prochains lundis :

- 8 septembre : Café citoyen - Services publics et Démocratie

- 13 octobre : Café philo - La crise de la représentation

- 10 novembre : Café citoyen - Europe et Démocratie

- 8 décembre : Café philo - Universalisme et Mondialisation

- 12 janvier : Café citoyen - Réchauffement climatique et Mémocratie

- 9 février : Café philo – Sujet à préciser sur le thème de la liberté

à suivre pour mars, avril...

06:45 Publié dans St Julien | Lien permanent | Commentaires (1) |