Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2015

Avignon 2015 1

FESTIVAL-AVIGNON-OFF-2015_3088050167319857073.jpg

Après avoir déposé Maxence et Clément chez leur parents à Miribel, on pose le camping-car pour la nuit à Marsanne.

 

Arrivée en Avignon pour la dernière semaine du festival. Rien préparé cette année mais heureusement les copains sont venus avant. Donc on suit les bons conseils plus quelques avis dans les files d’attente sous un soleil de plomb et une température de péninsule arabique. Daech nous a déjà envoyé la température du désert. L’ombre des grands et magnifiques boulotseaux (mais sont-ce des bouleaux ?) n’arrive pas à lutter.

 

L'ambiance festival est toujours aussi sympa. Du monde. 1350 spectacles vivants. Le plus grand théatre du monde...

 

Pour les choix, ce sera un sans faute. Dix spectacles de bons à très bons. L’an prochain on prendra les conseils de Marie-Laure pour les pièces qui repassent. Elle à survécu à trois semaines de canicule et vu 75 spectacles. Bravo !

25/07/2014

Avignon 2014 - J3

Seulement trois pièces aujourd'hui et on quitte l'île de la Barthelasse et le camping du Pont d'Avignon, un camping calme mais qui ne mérite pas toutes ces étoiles.

spectacle_12287.jpgLe concert sans retour par Cinq de Coeur

Ce soir, concert de prestige, Cinq de Cœur s’attaque à son fameux programme romantique allemand : Brahms, Schubert !

Mais… soudain, tout dérape. Deux chanteuses se disputent, le baryton perd la tête… Les souvenirs et les fantasmes de chacun ressurgissent. Brahms bouscule Scorpions, Léo Ferré se confronte au "Chanteur de Mexico", Schubert tutoie Mylène Farmer, Queen tient la dragée haute à Saint-Saëns…

Beaucoup d’humour et une mise en scène sans temps morts. Le spectacle est total pour les yeux et pour les oreilles. Nos cinq artistes font de cette fantaisie vocale un petit bijou.  

Chant a capella avec Pascale Costes, soprano ; Karine Serafin, soprano ; Sandrine Montcoudiol, alto ; Patrick Laviosa, ténor ; Xavier Margueritat, basse.

spectacle_11627.jpgL'émule du pape de Michel Heim

Après La nuit des reines qui nous a tellement fait rire l’an dernier, on ne pouvait rater cette autre pièce en alexandrin de Michel Heim jouée à Avignon 2014.

Après Henri III et Elizabeth I, Michel Heim s’attaque aux Borgia, le pape Alexandre VI et ses enfants aux prises avec Savonarole, leur ennemi juré. Il introduit le jeune Tazzio, amant autant qu’émule du Pape, qui va devenir malgré lui l’enjeu de la lutte entre Savonarole, l’intégriste, et Borgia, le débauché.

Référence multiples, anachronismes rigolos, rimes à caractère licencieux qui dérapent au dernier moment le tout avec une bonne dose d’anticléricalisme, on se bidonne des turpitudes vaticanes. Reste à voir la nuit des dupes.

 

spectacle_11343.jpgLe Repas des Fauves de Vahé Katcha

Pour finir en beauté, une pièce mise en scène par Béatrice Croquet et joué par la troupe du Torrent d’Annemasse.

1942. Dans la France occupée, sept amis se retrouvent pour fêter l’anniversaire de leur hôte. La soirée se déroule bien jusqu'à ce qu'au pied de leur immeuble soient abattus deux officiers allemands. Par représailles, la Gestapo exige qu'ils désignent deux otages choisis parmi eux. Ce qui va gâcher un peu le repas et révéler la nature des personnages.

Une pièce magistralement jouée par Denis Bosson, Madeleine Couinaud, Immaculée Colucci, Jean-Louis Chevallier, Alain Hamard, Fred Duchêne, Didier Vacelet, Charles Plesse, Philippe Drevon que l’on pourra revoir à Annemasse et dans la région.

24/07/2014

Avignon 2014 - J2

Deuxième jour au OFF d’Avignon. Quatre pièces aujourd'hui. Deux one-man-shows, deux one-woman-shows.

spectacle_11613.jpgComme si j’étais à côté de vous, Diderot, lettres à Sophie Volland

Denis Diderot et celle qu’il avait surnommée Sophie (la sagesse en grec) étaient amants et se sont écrits pendant 20 ans. Seules les lettres de Diderot nous sont parvenues. Des petits bijoux dans lesquels se mêlent amour, tendresse, philosophie et peinture du petit monde dans lequel vivait Denis.

On y retrouve le Denis philosophe et le Denis bon vivant, plein d’humour qui écrit à Sophie avec une plume sublime et le style incomparable du Neveu ou de Jacques...

Mathieu Desfemmes est Diderot. Merveilleuse incarnation, réincarnation presque. Un Diderot  tel que je l’aime et que je l’imagine : intelligent, épicurien, matérialiste, pétillant d’humour… Bref, un grand moment et merci pour cette création.

____________________________________________________

spectacle_11859.jpgBig bang ou la vie d'un professeur de philosophie. De Philippe Avron.

Le célèbre one-man-show du non moins célèbre acteur Philippe Avron, icône d'Avignon, créé dans le OFF d’Avignon et rejoué cette année par Flavie Avargues.

Un démarrage de pièce fulgurant avec ce prof de philo lunaire face à sa classe à qui il va enseigner Montaigne, Kant et Nietzsche, si possible à toute vitesse. Très drôle. Et puis, à un certain moment, j’ai perdu pied. Je ne savais plus de quoi on parlait. Perte d’attention de ma part ou texte trop subtil… je ne sais pas. Dommage. A revoir peut-être.

« Deux choses me séduisent, le ciel étoilé au dessus de ma tête, et mon ordre intérieur » disait Kant. Et « On a grand tort de rendre la philosophie inaccessible aux enfants, je ne sais rien de plus gai, de plus gaillard, je dirai presque de plus enjoué » écrivait Montaigne.

____________________________________________________

spectacle_13242.jpgC't'à ton tour, Laura Cadieux de Michel TREMBLAY

Depuis dix ans, Laura Cadieux retrouve chaque semaine ses copines dans la salle d'attente de son "génie-coloye"... Ce jour là, les choses se passent un peu différemment. Laura nous raconte cette après-midi à la fois ordinaire et si particulière. On retrouve en partie la savoureuse langue de Michel Tremblay, il y manque un peu d’accent et le metteur en scène nous a facilité la vie en changeant les mots qui sonnent trop « joual », l’argot de Montréal.

N’empêche qu’on ne s’ennuie pas un moment dans l’univers de Laura Cadieux.- Les amies de Laura rient beaucoup dans leur salle d’attente et nous aussi. C’est du grand Tremblay des Chroniques du Mont Royal. Savoureux. Les québécois en ont fait un film et même une série télé « La petit monde de Laura Cadieux »

Cécile MAGNET est excellente dans ce one-woman-show peuplé de personnages truculents. Après un mois d'Avignon son jeu avait bien dépassé celui de cette bande annonce.


Extraits "C't'à ton tour, Laura Cadieux... par phdupouy7501

_______________________________________________________________________

spectacle_12447.jpgPourvu qu'il nous arrive quelque chose... tiré du lexique de Philippe Toretton

Grégory Faive a adapté pour la scène « Le Petit Lexique amoureux du théâtre », un recueil rempli d’humour et d’amour du théâtre. Il en a fait une adaptation très personnelle émaillée des termes, des superstitions et des rituels. Il mêle ces définitions à des paroles d’auteurs qui ont marqué son parcours : Shakespeare, Racine, Lagarce, Muriel Robin et Raymond Devos.


Seul sur scène, Grégory Faive nous embarque, avec malice et finesse, initiés ou néophytes sur le navire singulier de la représentation théâtrale, avec la promesse qu’il arrive quelque chose à chacun des passagers et on fait une croisière avec grand plaisir malgré l’heure avancée et le nombre de pièces déjà vues. A voir et à revoir... à Grenoble peut-être...

23/07/2014

Avignon 2014 - J1

Trois jours de spectacle au OFF d’Avignon. C’est bientôt un rituel. Trois ou quatre pièces par jour… Cette année on a vu 11 pièces. 4/4/3

Aujourd’hui :

spectacle_12722.jpgRemy Boiron est allé enquêter dans les maisons de retraite. Il nous restitue quelques portraits de vieillards ou d’aide soignant très chargés d’émotion. Il nous parle aussi de ses grands-parents et de leur mort. En dépit du sujet, c’est assez drôle et l’émotion est au rendez-vous. La vie, la mort tout aussi implacable…

« Il parait que la mort, c'est pratique : elle permet de changer les têtes de temps en temps. C'est comme ça. Cela dit, un jour, comme tous les autres, je vais y passer. Peut-être même à jeun. Et quelques jours après, on ira fouiller dans toutes mes affaires. On connaîtra tous mes petits secrets. Et si ça se trouve ... »  

 __________________________________________________________________________

spectacle_12076.jpgAnne Baquet chante des textes de François Morel à Juliette, accompagnée de musiques de Claude Bolling à Marie-Paule Belle avec du Rachmaninov, du Chopin, du Bernstein…

La chanson à elle seule serait un délice par la qualité des textes et la maîtrise de la voix dans toutes les positions mais en plus Anne y met un humour de clown qui se met en scène dans des situations improbables et variées. Le tout est absolument délicieux. Un pianiste hors pair et Anne joue parfois du piano. 

____________________________________________________________

spectacle_11902.jpgLa célèbre pièce de Gogol, le Revizor qui date de 1833 et qui traite de l’ambition démesurée mêlée àla  corruption. C’est dire si elle est d’actualité.

Sur la scène, à part le piano et le tabouret, tout est de guingois, table, chaises, fenêtre ; métaphore de ce monde branlant ? A travers la fenêtre, le paysage nous est montré sous différents aspects selon l’endroit où se trouvent les protagonistes. Tous sont des crapules qui ne pensent qu’à tirer parti de la situation, pour obtenir argent et honneurs.

Dans une province russe éloignée où sévit l'arbitraire et la corruption, un jeune aristocrate oisif est pris pour un inspecteur général du tsar venu incognito en mission. Victimes de ce quiproquo, le Gouverneur et les notables locaux tentent de dissimuler leur gestion catastrophique de la ville et de corrompre cet inconnu.

Les acteurs sont excellents, le mise en scène est robuste. Le tout est à la hauteur de ce chef d’œuvre de Gogol sur une idée de Pouchkine qui tourne autour de l’imposture et nous montrent des corrompus méchants et ridicules et victimes de leur bêtise. La pièce valut à son auteur l’exil.

_____________________________________________________

spectacle_12316.jpgPour finir, une version de Cyrano annoncée comme très originale et encensée par la critique.

Peut-être était-ce trop tard après le Revizor pour en apprécier toute l’originalité. J’avoue que je me suis un peu ennuyé dans la seconde partie, la bataille et le mort de Christian puis la scène du couvent. Je n’ai pas non plus gouté à sa juste valeur la partie de violon annoncée comme celle d’un virtuose.

Bref, du risque de voir trop de pièces et trop tard. On y perd un peu de sa fraîcheur.

Mais c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !

18/07/2013

Madame K

Madame K

Vincent Clergironnet

 

 

 



Dans le monde de Madame K (qu'à peur de tout) , il suffit que l’on ait peur d’une chose pour que cette chose se produise. Or, Madame k a justement peur d’une foule de choses... Sa vie est donc un authentique cauchemar.

Comment parviendra-t-elle à se libérer de ses peurs et de l’emprise de Monsieur Vitupère, le boucher de la rue Meurtôt? Quel véritable pouvoir y gagnera-t-elle ?

On en ressort pas totalement convaincu malgré de très bonnes idées de mise en scène et une machinerie superbe à démonter tous les jours, festival oblige. C'est pas nul, non. De très bonne choses mais c'est pas top non plus. Le texte est un peu faible. Et que vient donc faire ce petit chaperon rouge un peu alambiqué au début. Pas compris.

Pour en finir une bonne fois pour toutes avec la Culture

WOODY ALLEN

Metteur en scène : Olivier Labiche

Interprète(s) : Hélène Poulain, Jean-Michel Boch, Michel Robin, Jacques Rebouillat
 
Certes Woody est un génie mais il ne se foule pas toujours la rate. Pour la pièce, c'est pareil. Sympa mais un peu faible à l'image de ces aphorismes alleniens qu'on a déjà lus cent fois.

Bon, les acteurs font un bel effort pour nous faire rire et ils y réussissent assez souvent. La partie de Gin-rami avec la mort est très drôle.

Le Tigre bleu de l'Euphrate

Laurent Gaudé

Interprète(s) : Yannick Laurent, Yi-Ping Yang

Laurent Gaudé retrace le voyage du plus grand conquérant de l'Histoire, Alexandre le Grand, parti de Grèce pour arriver jusqu'en Inde. Un comédien et une percussionniste nous guident à travers cette épopée sublime.

Gaudé c'est "Le soleil des Scorta", "La mort du roi Tsongor". C'est un style assez grandiose. Perso, je trouve ça un peu rébarbatif, disons, roboratif mais, après avoir écouté Le soleil des Scorta sur CD dans la voiture, dit par un bon comédien, cela peut passer me disais-je en entrant.

Le comédien est pourtant très très bon. Il nous rend un Alexandre très convaincant, il se défonce vraiment sur scène pour faire vivre une des plus grande épopée de l'histoire... La musique-spectacle percussionante de la belle Yi-Ping Yang ajoute un peu de diversion au risque de monotonie. J'avoue que je ne sais pas ce qui cloche, à part peut-être le texte de Gaudé trop roboratif, pas assez leger pour mon estomac délicat.

Bref, une 4ième journée un poil décevante. On va donc devoir revenir chez Pierre et Aleth... s'ils nous acceptent un quatrième fois dans leur belle maison.