Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2013

La Mouette

PIERRE RICHARD III

Pierre Richard
Christophe Duthuron


Éternel distrait, faux maladroit, tendre clown, Pierre Richard livre sur scène avec humour les plus savoureux moments de sa vie d’artiste. Il danse entre les images du passé et ses souvenirs d’aujourd’hui. Il évoque La Chèvre, Le Grand Blond, Les Fugitifs, Le Coup du parapluie… Il raconte les rencontres, les accidents, les gaffes.

En général, je m'abstiens pour ce genre de spectacle grand public. Mais Pierre Richard est un type que l'on aimerait bien avoir pour ami. Un bonhomme qui n'a pas pris la grosse tête malgré le succès. Une mise en scène aux petits oignons par son ami (ce ne peut être qu'un ami) Duthuron. Pierre est une sorte d'anti Depardiou. Il décrit d'ailleurs très bien comment il a plus ou moins réussi à dompter le fauve en prenant quelques risques pour son estomac et sa santé. Une heure et quart de bonheur.

La manière dont il raconte ses débuts dans Macbeth est absolument drole.

La mouette

Anton Tchekhov

Théâtre Côté Cour
Interprète(s) : Laura Melinand, Alexis Moncorgé, Jérémie Loiseau, Laure Hennequart, Julien Jovelin, Michel Danjou, Hélène Zidi-Chéruy
Metteur en scène : Hélène Zidi-Chéruy
Assistant à la mise en scène : Raphael Haberberg

"Pour le bonheur d'être écrivain ou actrice, je pourrais supporter la désillusion, la haine de mes amis, je serais prête à dormir dans la rue, manger n’importe quoi, mais en échange j’exigerais la gloire, la vraie, la célébrité!"

Cette mouette nous propose un éclairage moderne sur cette chronique familiale où tout est mélangé,le profond et l'insignifiant, le sublime et le ridicule et nous invite à nous interroger sur le métier d’artiste, la célébrité, ses espoirs comme ses désillusions.

On l'avait raté en 2012 (celle-ci). C'est réparé. Une mise en scène moderne mais pas trop, une interprétation jeune et excellente qui nous sauve de l'ennui que peut provoquer une Mouette un peu trop "russe" et intello.

Danser Baudelaire...

Bruno Niver

Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, Hugo, Desnos, Niver... : les paroles des poètes se mélangent, tout comme se mélangent les arts: danse, théâtre, musique, vidéo, calligraphie...

En lisant le papier distribué à l'entrée, on s'est dit: "Flute, encore raté. Un truc intello à souhait... On aurait mieux fait de voir "L'affaire Callas", même théatre. Et puis non. Certe l'interprètation de Bruno Niver est prétentieuse et il en profite pour nous glisser ses poèmes entre Baudelaire et Rimbault. Mais son interprètation est aussi très limpide, les dessins au sable rétro projetés son magnifique. La danse aurait mérité un second danseur ou danseuse. 
 
On ne s'ennuie pas une seconde. Un bon moment de poésie. Faudrait songer à améliorer le papier à l'entrée, à moins que son côté rébarbatif ne soit voulu... Quand on craint le pire, le bon devient excellent.

Les commentaires sont fermés.