Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2007

Muezzins

e63776e832a52b4983a39b93f1e429c9.jpgJe voulais relancer "la chronique de la ressource" chez AgoraVox. Ils ont trouvé que mon article manquait d'étoffe. Ils publient d'excellents papiers mais aussi pas mal de choses plutôt ennuyeuses.  Tant pis ! Voici le texte refusé :

« Qu’est devenu l’homme ? » se demandait Alexandre Vialatte... La réponse se trouve aujourd’hui dans le bureau du DRH, le Directeur des Ressources Humaines. Eh oui, l’homme s’est normalisé, il applique des procédures, il utilise des NTICs, des laptops, des desktops, des palmtops, il a changé, il est devenu une ressource.

La ressource, est interconnectée, branchée sur l’actualité. La ressource lit Agoravox le média citoyen. Les NTIC sont sa nouvelle marotte. « Demandez les nouvelles TIC ! » Derrière son écran, l’homme nouveau profite de Technologies de l’Information et de la Communication, la ressource nouvelle grimace de bonheur !

Autrefois, l’homme avait un directeur. C’était un autocrate qui gérait la matière humaine n’importe comment. Ce temps est dépassé ! Aujourd’hui, la ressource a un manager qui gère un groupe de ressources en technocrate avisé, et ça change tout ! Le manager dispose d’engins puissants, d’instruments de mesure sophistiqués. Il utilise un tableur, une base de donnée, des Balance Score Cards, des outils modernes quoi ! Les NTIC ont conquises l’homme, elles gagnent aussi la femme. Comme l’homme, la femme est devenu une ressource. La ressource est asexuée, sauf dans certains cas de harcèlement que nous étudierons un autre jour.

Cette chronique se propose, avec bonne ou mauvaise humeur, de donner les dernières nouvelles de la ressource confrontée à un monde devenu mondial et parfois même immondial.

Deux faits dans l’actualité de la mondialisation des RH ont cette semaine attiré mon attention. Le manque de chauffeurs en Pologne et la menace de grève des Imams turcs. On craignait le plombier et on a eu le chauffeur polonais. C’est assez logique quand on y pense : La ressource se doit d’être flexible et mobile pour s’adapter au monde moderne des nouvelles TICs, et quoi de plus mobile qu’un chauffeur de camion ou un chauffeur de car ? Effet positif : on transporte à moindre coût. Effet négatif : plus assez de ressources qualifiées en Pologne pour transporter les pèlerins... donc on donne le volant à des néophytes... d’où accidents de car à répétition. En plus des accidents chez nous, et qui font donc monter nos statistiques à nous, et donne une mauvaise image de notre pays aux ressources étrangères à l’affût derrière leurs écrans.

Autre nouvelle de la ressource, les turcs sont fiers de leur laïcité et ils paient leurs imams pour rendre des services religieux quotidiens comme cela se fait aussi chez nous en Alsace. (A noter que pour pallier le manque de vocation le clergé alsacien fait appel à des prêtres polonais.) Et pourtant les Imams turcs ne sont pas contents, ils menacent de faire grève car ils s’estiment mal payés. Ils se sont plaints à leur DRH. . Celui-ci a escaladé le problème au gouvernement dominé par le parti AKP de tendance islamo-démocrate. Les imams font valoir que, surtout en été, ils font des journées longues et harassantes avec un premier appel à la prière à 4 heures du matin et un dernier vers minuit. Sans compter qu’ils desservent plusieurs sites avec de nombreux déplacements, des va et vient incessants... et ceci sans aucun jour de pose, pas le moindre RTT. Ils attendent la réponse du gouvernement turc qui sera sans doute transmise aux imams par le DRH des mosquées.

Si la Turquie veut vraiment entrer dans l’Europe, il va lui falloir, entre autre, résoudre ce conflit du travail. Quant à l’entrée de la Pologne dans l’Europe, c’est trop tard... les carottes sont cuites depuis le traité de Nice.

Rien ne va plus dans le monde de la ressource !

06:55 Publié dans Ressources | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : Humour

27/03/2007

Smoking

On le sait, ce blog est un blog humaniste puisqu’il se propose de donner des nouvelles de l’homme. Cette chronique donne des nouvelles de la ressource confrontée à un monde devenu mondial et un univers impitoyable dont les seules valeurs sont rendement, croissance, performance, compétition et challenge permanent.

A moins de vivre au fin fond de la Creuse et faire des fromages de chèvres (salut Michel) on sait que la ressource fume de moins en moins. Pourtant, mine de rien, la clope était un sacré exutoire pour la ressource ancienne confrontée à des cadences de travail encore plus infernale qu'aujourd'hui. Naguère, la moindre réunion se passait dans un brouillard aussi épais que le smog qui sévit en automne dans le bassin genevois quand l’anticyclone se prélasse dans nos contrées. En ces temps là, même les non-fumeurs fumaient.

Et puis, soudain, presque sans s’en apercevoir, on n’a arrêté de fumer. La vague a traversée l’Atlantique comme les dépressions qui, sans prévenir, viennent chasser l’anticyclone automnal. Cela a commencé par les salles de réunions car, au début, on avait beau lui donner mauvaise conscience, le programmeur continuait de cloper dans son bureau. Il ricanait en douce derrière son écran, avec la fumée qui lui sortait par les oreilles. Il ne perdait rien pour attendre.

Trois ans plus tard, ce fut la mode des bureaux paysagers. Un bureau où on entasse trente experts assez bien payés, supposés se concentrer, car l’avenir de l’entreprise en dépend. Les conflits entre fumeurs et non-fumeurs devenaient ingérables. Trois mois plus tard, on interdisait de fumer dans tous les bâtiments à l’exclusion d’un petit local exigu et non ventilé. L’affaire devenait grave. La qualité des programmes s’en ressentait. Chaque soir le femme du programmeur pouvait, elle aussi, sentir la douce odeur de tabac froid de la salle fumeur imprégnée sur les vêtements de son mari multipliant les sources de conflit : « -T’es encore allé traîné où hier soir ? – Quand j’ai eu fini de tester mon programme, il était onze heures, je suis rentré. » Il n’était pas cru et, à terme, leur union était cuite.

Pourtant, il s’est passé une chose étonnante dans les salles fumeurs. C’était le seul endroit de l’entreprise où on communiquait. On parlait foot, télé, mais aussi de boulot. Ce regain de communication entre les personnes et les départements évitait bien des bourdes à l’entreprise… C’est pourquoi quelqu’un a décidé que c’en était trop, qu’il fallait sévir et revenir aux pratiques anciennes d’hermétisme entre les ressources. Le management prétendit que c’étaient une décision des RH, les RH dirent avoir agit sur ordre. N’empêche que plus personne ne fume dans les bâtiments. La consommation d’anti-dépresseurs augmente. Comme l’argent, ces derniers n’ont pas d’odeurs et le DRH peut savourer sa satisfaction d’avoir mener à bien l’éradication.

Seule sa femme fume encore le soir, une cigarette ou deux après le repas. Il l’a prévenu si elle ne change pas ses habitudes, elle est virée.

Rien ne va plus dans le monde de la ressource…

18:55 Publié dans Ressources | Lien permanent | Commentaires (9)

24/03/2007

Projets

medium_projets.gifNTIC

Ordinateurs

et

Projets

.

Les projets de l’ordinateur ne sont que gigahertz et terabytes, rien de sérieux. L’homme a des projets bien plus importants, il veut connaître le tour de taille de la standardiste ainsi que son tour de poitrine . Il peut avoir des projets encore plus grandioses et il arrive même qu’il les réalise... Ressource naguère très convoitée, l’informaticien a de grandes ambitions et des projets en rapport. Ils foirent presque tous*. C’est pourquoi il change fréquemment de méthodes… Il développe par étapes, objet après objet… Il développe autrement… Il va déployer rapide… plus moderne… Il convainc son directeur que sa méthode est la bonne, que l’argent de l’entreprise sera bien placé, le retour sur investissement garanti (RIGAR)…

Sur cette base, un programme manager organise un grand meeting international, les projects managers provoquent des réunions ciblées, les chefs des projets motivent leurs troupes. Les jours passent… la ligne de mort s’approche dangereusement… Le programme manager songe au suicide… Pour les programmeurs, la journée s’allonge… C’est huit heures, puis neuf… minuit enfin… On parle de divorce, les couples sont en danger ! Les dernières nuits avant la délivrance (que contre toute logique l’utilisateur a exigée sans faute pour le 31 mai à quatorze heures) tous travaillent non-stop. À deux heures de l’après-midi pétantes le projet est livré avec sa tonne de documents. On time ! Bravo ! Congratulations ! Well done ! Good job !

Et puis… surprise, surprise ! Les objets ne veulent pas collaborer, les bugs surgissent comme des nuées de criquets dans le sud saharien. Le management s’interroge ? N’aurait-on pas confondu vitesse et précipitation ? Rien ne va plus. On punit les innocents, on félicite les coupables… et puis… on oublie… On fait de nouveaux projets. Ainsi va la gloire du monde.

Non, rien ne va plus dans le monde de la ressource…

* 34% des projets inormatiques sont abandonnés avant leur mise en exploitation, 83% dérivent et/ou ne satisfont pas les utilisateurs selon le Sema Group.

02:40 Publié dans Ressources | Lien permanent | Commentaires (5)

23/03/2007

Ordinautes

medium_iMac-t.jpg.

Pub pour

Mac / Apple

et

L'ordi fait sa

mauvaise tête

et vous prend...

pour une pomme.

Avez-vous remarqué à quel point les ordinateurs s’humanisent ? Ils font leur tête de cochon. D’un jour sur l’autre, ils changent d’avis. Ils cachent leurs connaissances dans des menus secrets, camouflent leurs préférences, changent de look, de menu, de comportement... Certains matins, ils démarrent du mauvais pied, méprisent leurs interlocuteurs, affirment des contrevérités avec un aplomb imperturbable :

- Veuillez mettre en route votre imprimante !
- Elle est déjà en marche, eh patate !
- Votre imprimante n’est pas connectée, insiste-t-il.

Ils ont déjà la parole. Il ne leur manque que l’ego démesuré de l'humain et en particulier du programmeur, la vanité d’exécuter leurs beaux programmes plus vite plus haut, plus fort. Un de ces jours, il faudra bien compter l’ordinateur parmi les ressources humaines. L’ordinateur du DRH refusera de livrer des chiffres de crainte que cela n'entraînent la mise au rebut des collègues plus âgés, de ceux qui ont moins de dix gigahertz de CPU ou de douze terabytes de disque dur. Cet afflux de nouvelles ressources humaines va plonger le DRH, conscient de son rôle de promoteur de NTIC, dans des abîmes de perplexité. Comment se sortira-t-il de cette situation incestueuse ?

Cessons ces spéculations sur les TICs pour revenir à l’homme. A l’homme qui fait des projets. Les projets de l’ordinateur ne sont que gigahertz et terabytes, rien de sérieux. L’homme a des projets bien plus importants, il veut connaître le tour de taille de la standardiste ainsi que son tour de poitrine...

à suivre...

11/03/2007

RH et NTIC

.

Ressources

Humaines

et NTIC

.

Avant que ce blog ne fasse le mardi 13 mars, la chronique de Brigitte Patient sur RSR1, Radio Suisse Romande la Première, revenons aux origines de ce blog. On se souvient que cette chronique se proposait, avec bonne ou mauvaise humeur, de donner les dernières nouvelles de la ressource confrontée à un monde devenu mondial et parfois même immondial.

Qu'est devenu l'homme ? se demandait déjà mon maître Alexandre Vialatte... Il prétendait que: "L'homme est un animal à chapeau mou qui attend l'autobus 27, au coin de la rue dela Glacière." Ce n'est plus le cas, l'homme n'a plus de chapeau, il est au travail, quand il a un travail, et il est devenu une ressource.

Autrefois, l’homme avait un directeur, une sorte d'autocrate qui gérait la matière humaine n’importe comment. Ces temps sont dépassés ! Aujourd’hui, la ressource à un manager qui gère un groupe de ressources en technocrate avisé, et ça change tout ! Le manager dispose d’engins puissants, d’instruments de mesure sophistiqués. Il utilise un tableur, une base de donnée, des Balance Score Cards, des outils modernes…

Il se fait aider dans sa tâche par un DRH, le directeur des ressources humaines. Une ressource spécialisée dans la gestion des ressources. Le DRH, grâce à des outils encore plus puissants, bourrés de nouvelles TIC, choisit les meilleurs candidats, les plus performants pour l’entreprise. Les ressources ainsi choisies sont sinon choyées du moins encadrées. Le DRH les mesure en permanence. Qu’une baisse de régime survienne et il recharge les batteries sans attendre grâce à une formation appropriée, un training ad-hoc.

Plus de hasard. Le DRH veille !

Pourquoi parler des NTICs, les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication? Parce qu'aujourd'hui,les NTIC sont essentielles à l’avenir de la ressource.

La ressource, est interconnectée, branchée sur l’actualité. Les NTIC sont sa nouvelle marotte. « Demandez les nouvelles TIC ! » Derrière son écran, l’homme nouveau profite, use et abuse des Technologies de l’Information et de la Communication, la ressource nouvelle grimace de bonheur !

Si les NTIC ont conquises l’homme, elles gagnent aussi la femme. Comme l’homme, la femme est devenu une ressource. La ressource est asexuée, sauf dans certains cas de harcèlement que nous étudierons un autre jour.

En principe, la ressource nouvelle travaille moins que l’homme ancien. Elle vit à l’heure des RTT. Elle profite de son temps libre. À la maison, dans la petite pièce du haut, elle se contorsionne sur sa chaise de bureau, face à son écran plat de 17 pouces, à côté de sa borne ADSL. De cette chaise, elle communique avec le monde entier. Elle est très fière d’avoir mis au point une si belle installation… Cela n’a pas été sans mal… Mais aujourd’hui, ça marche. Depuis ce poste stratégique, elle constate avec satisfaction que le niveau de son compte en banque est au-dessus de l’étiage. Elle pourrait voyager. Elle consulte l’horaire des trains. Elle crée un Blog. Elle commande ses capsules de café Nespresso, livrées sans frais de port. Le bonheur est à sa portée !

Et pourtant rien ne va plus dans le monde de la ressource…

18:20 Publié dans Ressources | Lien permanent | Commentaires (6)