Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2005

Internet Romance -12-

Il parlait de lui un petit peu et sans cesse il revenait sur elle… Il menait une double vie, moitié au méridien de Paris, moitié à l'horloge du Pacifique. Quand il arrivait au bureau, la journée de travail à Sydney était terminée, vers midi, là-bas le dîner était mangé depuis belle lurette, vers cinq heures, minuit sonnait aux antipodes et quand minuit sonnait chez nous, Mary-Ann avait déjà entamé sa journée de travail.
-   Quelle chance incroyable j’ai eu de tomber sur une musicienne comme elle ! Elle parle si bien de Beethoven… Elle me raconte Chopin… Elle explique l'apparente simplicité de Mozart. J’aime. J’adore. Tu te rends compte, Mozart. La simplicité de Mozart… avec son accent et ses commentaires si savoureux !
Savoureux, oui, je confirme en relisant mes archives de French. Voici trois courts extraits, en respectant l’orthographe originale de Mary-Ann :
Nicolas et moi avons agrée tout les deux de pratiquer en parallèle la Toccata et la Fugue de Bach, BMV565, j'ai la toccata assez bien mais la fugue m'évite complètement pour l'instant.
(…)
A part Debussy, qui sera mon prochain compositeur si je conquéris (sic) Chopin, je ne suis pas très anamorée de personne au XXieme siècle. J'avoue ne pas tellement (aimer ?) Malher, c'est la musique pour se couper la gorge avec.
   (…)
Je viens de découvrir GOREÇKI, sa symphonie des chants douloureux. Je ne savais pas qu'il est toujours avec nous. Si triste, si obsédant, c'est de la musique vraiment belle, je vais m'acheter la CD."
Toujours au Trianon, nous parlions des french-noteurs. Dieter de Munich qui ne ratait pas une fête ou un anniversaire. Dieter qui, avec une histoire minuscule, savait créer de long suspens qui irritaient Antoine. Antoine, l’écologiste de service, qui vivait à Sophia Antipolis, près de Nice et qui recyclait tout, un maniaque. Les compères québécois : Josselin et Jean-Jacques, des indépendantistes convaincus qui cultivaient un humour américain. Patrick de Bruxelles, le pacifiste qui prévoyait la guerre en Bosnie, en Croatie. Julia la chanteuse de Boston. Toinette la prolifique, réponse à tout, féministe, expansive, amusante. Nicolas avait tout lu des échanges enflammés du passé. Échanges dans lesquels, il était question de l’avenir de TKN, de l’Europe, des hommes et des femmes…
Fâchés pour un mot trop haut, certains french-noteurs avaient quitté la scène avec perte et fracas, détruisant leurs propres contributions. Le champ de bataille était jonché de cadavres. Il fallait patience et imagination à l’historien curieux pour refaire la bataille. Les fâchés belliqueux étaient-ils restés en coulisse ? Combien y avait-il de lecteurs sournoisement planqués, qui jamais n’écrivaient une ligne ? Impossible de le savoir. Nous ne pouvions que supputer.
Mary-Ann, l’extravertie, ne cachait pas son jeu. Elle annonçait la couleur : en avril, avant même que l’idylle avec Nicolas ne se noue, on a tout su d’elle : 
De ma part, je n'ai pas encore ma propre famille, mais j'en ai une pour pratiquer sur. C'est celle de mon très cher ami Tom. Divorcé depuis trois années. La femme de Tom est partie pour deux semaines, sans lui avertir. Donc  samedi et dimanche je me suis occupé de les trois enfants, c'est difficile..."

 

03/08/2005

Internet Romance -11-

Novembre à Boston, chez Julia, janvier en Australie, en mars Nicolas ouvrait sa note « En avant la musique ». C’est là qu’avaient commencé les échanges avec Mary-Ann dans French. En mai et en juin, la passion exhibitionniste montait, montait... Pendant l’été, l’échange se fit moins public. C’étaient les e-mails, les courriels comme dit Nicolas, très puriste, défenseur de la langue française. Courriels qui transportaient les mots doux à la vitesse des électrons, en toute discrétion. Pendant l’été, je me suis retrouvé célibataire, ma femme est partie à Londres pendant l’été. Les enfants étaient chez leurs grands-parents, je les avais le week-end. Après un longue journée de travail, je pouvais m’adonner en toute sérénité à un de mes vices favoris : la bière du soir, après le travail, au Trianon, le bar proche de TKN. 


C’est ainsi que j’ai partagé les secrets de Nicolas, mais, j’ose à peine l’avouer, ces conversations, ne furent pas ma seule source de renseignements. J’en suis d’autant plus confus que, sur la terrasse ensoleillée du Trianon, Nicolas commençait à se confier à moi à cœur ouvert. Il me disait ses secrets intimes en toute innocence. Je jouais les confidents le soir et je l’espionnais la journée. Je ne suis pas fier de moi, ma seule excuse n’est pas très solide : c’était plus fort que moi. J’étais sincère quand j’essayais de lui faire prendre de la distance par rapport à Mary-Ann. Je lui expliquais qu’il lui fallait se montrer moins empressé… c’était peine perdue. Au pèlerin déshydraté, toute eau est bonne à boire.


Il me parlait de ses parents. De ses vieux parents, restés en Vendée, à qui il rendait visite toutes les quatre semaines dans sa bonne vieille R5. « Elle ne craint ni la neige ni le verglas. Je compte bien l'amener au-delà des trois cent  quatre-vingts mille kilomètres… » Pas besoin de questionner. « Oui… la distance de la terre à la lune. » Cette voiture inusable, c’était sa fierté. Il ne fallait surtout pas critiquer les produits français en sa présence, les voitures Renault moins que tout autre. L’hiver, il y allait en avion. Il parlait souvent de sa mère, moins de son père :
« J'aime bien passer le week-end avec eux. Malgré mes quarante ans je reste leur enfant chéri. Tu comprends, je suis le petit dernier. Le vilain petit canard, maigrichon, un peu fou et amusant. Ma mère est aux petits soins, elle me concocte mes petits plats favoris. Je lui apporte un livre ou deux, elle adore lire. Avec le père, on discute politique. C’est surtout pour lui faire plaisir, pour moi, la politique ça ne vaut pas un petit concerto ou un bon vieux problème de math. » Pour son voyage à Boston, il leur avait raconté qu’il partait en voyage d’affaires. Il parlait de lui un petit peu et sans cesse il revenait sur elle…

19:40 Publié dans Internet Romance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Ecriture

Internet Romance -10-

Au Trianon, les confidences allaient bon train : Nicolas aimait les chats. D’ailleurs, son grand frère, dont il ne parlait jamais, l’avait un jour comparé à un chat. L’image semblait juste : un animal câlin qui, acculé, sort ses griffes, L’enfant couvé était devenu un adolescent dont le cœur battait la chamade. Pas pour une fille, sur ce front c’était le désert. Son cœur s’emballait tout seul. Une tachycardie incontrôlable, qui se déclenchait sans prévenir. Un pouls à cent quarante et plus, pendant des heures. Puis, parfois, capricieux, sans plus de raisons que celles qui l’avaient fait s’emballer, son cœur cessait sa chamade. Retour à soixante pulsations. S’il ne s’arrêtait pas, il fallait recourir aux électrochocs… stopper la chevauchée. Violent!

Sa mère le traînait de médecins en spécialistes. C’était toujours le même diagnostic : opération. Au mieux : attendre la fin de la croissance. Jouer du clavecin au calme, puis… opération. Celle-ci avait finalement eu lieu dans l’urgence, à cœur ouvert. Longue convalescence, solitude, cicatrices dont les moindres étaient les deux longues marques sur son thorax. Résultats encourageants mais sans garantie décennale.

Sa fierté, son bac à seize ans et demi, sa mention très bien, jugée un peu en dessous de ses ambitions. Le félin méfiant allait devenir un étudiant fier. L’université à Nantes, licence, maîtrise, doctorat, la période d’insouciance, une voie toute tracée : mathématique et physique. Physicien doué, il cultivait déjà cette image de professeur Nimbus, perdu dans les étoiles, absorbé par ses équations. Ce n’est pas ce qui aidait à conquérir le cœur des filles, sujet sur lequel il ne venait pas facilement, sauf à rester vague, allusif, l’œil coquin…

C’est pourtant à la poursuite de Mireille, qu’il s’était retrouvé au CERN, le Centre Européen de Recherche Nucléaire à Genève. Je tiens cette histoire de son meilleur ami, Thierry, qui la connaissait bien vu que c’est lui qui était l’heureux époux de la belle Mireille. Quand Mireille a connu Thierry, Nicolas était dans la région de Genève depuis trois mois. Il ne s’était toujours rien passé entre le poursuivant et la poursuivie. Nicolas était content quand même, il travaillait dans le temple de la physique, au cœur des recherches les plus énergiques sur la matière, près de Mireille.

Pour sa belle, il jouait les chevaliers servants, il vivait en plein roman courtois et brisait des lances sur des particules élémentaires en espérant conquérir Dulcinée. Thierry avait été bien plus expéditif, décidé et sans excès de romantisme, une approche vingtième siècle, directe. La carte du Tendre parcourue en deux ou trois soirées chaudes des fêtes de Genève. Nicolas s’était fait griller la politesse. Il n’en gardait aucune rancune à son ami. Mireille, l’œil attendri sur son ex-soupirant, jouait les entremetteuses avec frénésie. Toutes ses copines célibataires y passaient. Nicolas mettait beaucoup d’énergie à les conquérir, beaucoup trop. Il en faisait des tonnes, devenait collant, elles se débarrassaient de lui. Il se consolait dans l’alcool, le travail, la musique. Il s’installait dans un train-train de vieux garçon sans perdre espoir. Il trouverait l’âme sœur. Non, il trouverait le grand amour !

Au CERN, Nicolas attendait un contrat permanent. Ses chances étaient excellentes. Échaudé une première année, on lui avait promis, juré-craché, que c’était pour l’an prochain. Il n’avait pas supporté qu’on lui fasse le coup deux ans de suite. Il s’était senti blessé dans sa fierté de scientifique. Sans réfléchir, il avait donné son congé pour suivre Thierry à Grenoble chez TKN, il était entré au département Management Science, études en tous genres…

00:30 Publié dans Internet Romance | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Ecriture

01/08/2005

Internet Romance -9-

Cet étalage impudique de Nicolas dans French était étonnant. En général, il se livrait peu. Il fallait un temps infini pour qu’il s’apprivoise. Avec moi, cela a mis des mois pour qu’il ne se sente en confiance avant la déferlante des confidences. S’il se faisait une si haute opinion de lui-même, c’était à cause de son enfance. Il avait été un enfant maladif, le petit dernier de la couvée. Le petit canard que papa, maman avaient chouchouté. Quand ils avaient dû le mettre en pension, ce fut un déchirement. « Tu peux critiquer les curés, mais c’est chez les frères des écoles chrétiennes, que j’ai pris goût aux sciences, à l'abstraction, à la musique et à tout ce que j’aime ! » A la récré, sa petite santé le forçait à rester à l’intérieur où il jouait du clavecin. C'est ainsi que lui était venu ce culte pour Jean-Sébastien Bach. À l’âge où l'on se compare pour s'évaluer, Nicolas s'activait déjà à se différencier.

Ses petits copains d’école le traitaient de lèche-cul, de polar, d'avorton, de grosse tête et bien pire encore. Faute de pouvoir recourir à la force de ses poings, il apprenait le mépris, la force de la solitude. Il encaissait. Il bêchait son petit jardin. Il est devenu un enfant secret, un adolescent peu sociable. Les adultes l’aimaient beaucoup. Il était très bon élève : bon en français, bon en math, musicien… toujours cité en exemple. Il me racontait qu’il était à l'écoute des conversations, qu’il voulait percer les secrets des grandes personnes. Je n’avais aucune peine à l’imaginer, discret, l’air de rien mais tout ouïe. C’est comme ça qu’il avait acquis un vocabulaire si riche, le sens de la narration. Ceci lui valait de bonnes notes. Notes qui faisaient enrager ses petits camarades, rage qui le poussait dans ses retranchements où il travaillait de plus belle. La boucle était bouclée !

Chaque jour French apportait son lot de nouvelles et de mots doux entre Nicolas et Mary-Ann. J’avais parfois quelques coups d’avance : Nicolas me racontait ses téléphones en Australie. Dans la nuit, Mary-Ann jouait du piano pour lui au grand profit de France Télécom. Nicolas convenait volontiers qu’au téléphone, l’acoustique n’était pas fameuse, mais puisqu’il écoutait avec les oreilles de l’amour... Il rêvait d’Australie… Il me parlait d’un de ses ancêtres vendéens, un grand grand-oncle parti pour le Québec. Parti à quarante ans. Là-bas, il avait marié une bretonne qui lui avait donné une descendance immense. « Ils ont eu vingt trois enfants. Tu vois, moi, je me contenterais de deux ou trois. J'espère que je peux encore en avoir. »

 

22:35 Publié dans Internet Romance | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Ecriture

31/07/2005

Internet Romance -8-

J’aurais dû me taire. « La plus belle fille de Sydney » avait mis le feu aux poudres. Dans les semaines qui ont suivi, French est devenue le forum exclusif de Nicolas et de Mary-Ann. Nicolas a démarré la discussion intitulée « En avant la musique » qui commençait par : « La musique est un langage plus universel que toute science ou toute philosophie, disait Beethoven… » Ensuite, il invitait musiciens et mélomanes de l’univers à partager ce langage avec lui. Il expliquait sa passion pour les beaux sons, son goût pour les auteurs classiques, ses amis Wolfgang Amadeus, Jean-Sébastien et Ludwig von. Il parlait de son incompréhension de certaines œuvres du vingtième siècle, de son aversion presque générale pour la plupart des contemporains cacophoniques et abscons. C’était un long texte de sept ou huit écrans, trois pages imprimées, écrit avec passion au risque de lasser le lecteur.
La sauce avait pris. Les french-noteurs mélomanes s'étaient mis à leur clavier. Certains concis, trop occupés pour l’instant, disaient-ils, promettant de donner un avis plus tard. Certains prolixes avec moult détails sur leur apprentissage, leur pratique de la musique. Chaque jour voyait sa moisson de notes. Nicolas s’en délectait. Il répondait à tous en termes lyriques, en envolées verbeuses. On lisait des avis contradictoires, des modernes, des jazzy, des contrepoints plus rock n’roll. Une belle gamme d’instrumentistes : pianistes, violoncellistes, joueurs de trompette, choristes. Un orchestre. Nicolas était aux anges. Il avait donné le LA et Mary-Ann s’était mise à chanter. Voici un exemple copié-collé de l’échange de nos deux pinsons :

From: maryann.nelson
Sydney 12-Feb-1992

J'ai joué toute la nuit sur mon vieux piano. C'est le dernière fois. J'avais réellement besoin d'un neuf. Cependant, j'aimera celui-ci pour toujours; il était le témoin de mon enfance et commencement de ma passion plus grande. J'espererai bien que mes parents accepterons de le garder car je ne peux pas penser un seul minute de le vendre...

From: YSATIS::nicolas.larue
Grenoble 12-Fev-1992

(…) ton vieux piano. Je comprends bien cette sensation. J’ai moi aussi dû me séparer de mon vieil orgue électronique ; celui sur lequel je me suis perfectionné pendant tant années avant d’oser jouer à l’église, le dimanche. J’aimerais que tu nous en dises plus. Qu’as-tu joué toute la nuit ? Toujours du Bach ? L'andante KV 457 de Mozart ou bien encore ton cher, notre cher Beethoven ? Dis-nous tout, nous voulons tout savoir !

______________________

Ce « dis-nous tout, nous voulons tout savoir ! », j'en ris encore. Ce fonctionnement exhibitionniste de couple virtuel nous amusait… L’exhibition allait durer plusieurs mois pour la franche rigolade de certains, l’énervement de quelques autres, l’amusement ému de beaucoup. Enervés, ceux qui suggéraient, dans l’oreille d’un sourd : « Nico, un peu de discrétion, s’il te plait ! » Pour moi, cela mettait de l’animation dans mon équipe de divas et c’était bien. La plupart bossaient dur dans leur coin. Même devant une bière, on ne sortait guère des conversations de boulot. C'est pourquoi je trouvais que l’idylle entre Nicolas Mary-Ann était un bon dérivatif. Plus tard, l’histoire d’amour prendrait des proportions telles qu’elle finirait par perturber le travail de toute l’équipe. Je ne saurais plus comment éteindre le feu.

20:45 Publié dans Internet Romance | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Ecriture