Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2009

Gratuité

13:53 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (0)

11/05/2009

Merci la crise

Ca-vient.jpg

Café Citoyen

Lundi 11 mai

St Julien - L’Arande à 20 heures

Peut-on se réjouir de la crise ?

Présentation suivie d’un débat

Les pessimistes sont des gens sérieux, réalistes et peu enclins à perdre leurs illusions. Les optimistes, à l’inverse, sont candides et, de ce fait, plus souvent surpris par les mauvaises nouvelles.

Les pessimistes sont des penseurs profonds et bien informés, alors que les optimistes, eux, sont superficiels et ne comprennent pas ce qui se passe.

En me fondant sur ces clichés et sur l’avalanche de mauvaises nouvelles, le plus facile et le plus sûr aurait été de traiter pourquoi le monde va très mal et pourquoi ce qui se profile est encore pire.

Par esprit de contradiction, j’ai choisi de traiter des raisons d’être optimiste en analysant les points positifs de la crise. Il n’est pas interdit de venir nous faire partager votre pessimisme.

08:40 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (6)

04/03/2009

Café Actuels

http://docs.google.com/Presentation?docid=dfhbp82d_366hc294xf4&hl=en

Quelques présentations des cafés Actu'L et Citoyen en consultation sur Gmail. Si vous avez un compte Gmail, utilisez le, sinon accédez avec cafecitoyen / citoyens ou encore ouvrez un compte Gmail pour les consulter. C'est rapide et pratique pour stocker des photos et des documents et même éventuellement pour le mail.

Si vous souhaitez les PPT ou d'autres matériels - Vous pouvez me les demander par email - Adresse en haut à droite de ce blog.

Mars 2009 Café Citoyen - Déchets - partie 1

Mars 2009 Café Citoyen - Déchets - partie 2

Jan-2009 Café Citoyen - Ecologie et Démocratie

Livres : Claude VILLENEUVE, Biologiste canadien, « L’écologisme est-il un humanisme ? », L’Agora, vol. 1, no. 5, février 1994.
Luc FERRY, Le Nouvel Ordre écologique : l’arbre, l’animal, l’homme, éd. Grasset, 1992

Nov 2008 Café Citoyen - Europe et Démocratie

Sep 2008 Café Citoyen - Service Public et Démocratie

Mar 2008  Café 7 - NouveauxMedias

Mar 2008 - Café Citoyen - Intercommunalité

Jan 2008 Café4 Actu'L Les élections américaines

Nov 2007 Café Actu'L Grenelle de l'environnement

Mar 2007 Café3 - La femme dans la pub

Jan 2007 CaféActuel2 Bilan2006

Nov 2006 Café ActuL1-Journalisme

Les livres signalés au café philo de Décembre 2008

Race et Histoire de notre centenaire national Claude Levi-Strauss

Quand la misère chasse la pauvreté de Majid Rahnema

16:56 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (0)

15/02/2009

Résistance

Ca-vient.jpg

Je suis fan de Gilles Perret (à droite) qui vient de sortir un nouveau film intitulé

Walter, retour en résistance.

A 82 ans, Walter Bassan (à gauche) mène une vie active. D’écoles en manifestations, de discours engagés en témoignages de la guerre, Walter continue son long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d’injustices et d’oppressions. De même que lorsqu’il avait 18 ans, et qu’il « jouait » comme il dit, à distribuer des tracts anti-fascistes dans les rues commerçantes d’Annecy alors occupée, Walter agit en écoutant son cœur. « Je n’ai pas changé », comme il se plait à rappeler. Bref il faut voir ce film…

Par ailleurs, l’autre soir à Archamps, j’ai assisté à une présentation de JF Kahn. Je suis aussi un fan de JFK depuis toujours. Je me suis fait dédicacer Comme deux frères le livre de témoignages écrit par les deux frères Kahn: Jean-François et Axel. Je découvre Axel, de 6 ans plus jeune, que Sarko a essayé de récupérer sur le dossier des universités. J’aime beaucoup ce qu’il dit. Les deux frères expliquent comme Walter la nécessité d’un retour à une certaine forme de résistance. Lire la fin du texte par J.F.K.

J.F.K. C'est la première fois dans l'histoire qu'on nous vend un modèle en nous disant qu'il implique plus d'inégalités, d'injustice et d'insécurité mais que c'est le seul possible! En 1940 la France se trouvait dans un état inimaginable de délabrement. De Gaulle claironnait qu'elle était grande ! Tout son discours reposait sur l'affirmation de cette grandeur, qu'il prétendait incarner. Nous connaissons aujourd'hui une situation mille fois meilleure : la France accueille pratiquement le plus d'investissement de capitaux au monde, la productivité du travail y est l'une des plus fortes même si on travaille peu, et elle reste créative. Or le discours dominant, c'est : «Nous sommes un pays nul. Nos sommes lamentables, nous subissons un déclin catastrophique.» Quelle différence!

A. K. - Il n'est même plus possible d'insister sur de réels succès de notre pays dans les domaines scientifiques ou industriels, de souligner, malgré tout, les attraits de son mode de vie, sous peine se faire traiter de tous les noms! On nous serine même que nous sommes devenus des nains dans domaine de la création artistique. En témoigne le faible succès des artistes français sur le marché international de l'art... Or, puisque l'argent est devenu aussi le maître étalon du beau...

J.-F. K. - Tu as raison. Toute fierté dénoterait xénophobie, national-populisme, etc. Le discours défaitiste face à la mondialisation est pourtant servi par les héritiers de Gaulle comme par tous les autres partis politiques. Jusqu'ici, la rhétorique de haine de soi, de masochisme antinational, était la spécialité des monarchistes (depuis 1789) et de l'ex­trême droite. Le discours sur la France comme pays déplorable a également été tenu par l'extrême gauche, pour d'autres raisons. La gauche sociale­ démocrate l'a repris, puis la droite libérale, dont Nicolas Baverez est le parangon de talent, s'en est emparée et l'a amplifié. Le néo-pétainisme est redevenu dominant au sein des forces qui l'alimentèrent, déjà, il y a soixante­ cinq ans, d'où - c'est ma conviction - la nécessité de reconstituer le front que fut celui de la Résis­tance.

15:11 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (2)

15/01/2009

Chomsky et Cie

Ca-vient.jpg Au ciné Actuel d’Annemasse,

le film de Daniel Mermet:

« Chomsky et Cie »

que j’ai bien aimé.

 

Souvent, le côté prêchi-prêcha gauchiste de Mermet m’insupporte et je n’écoute pratiquement plus ses émissions mais il faut reconnaître que le bonhomme a un sacré métier et de la suite dans les idées qu’il défend très bien. Je connaissais mal Noam Chomsky et je dois dire que j’ai été impressionné par le personnage.

80 ballets, les mêmes idées que Mermet mais une manière bien plus convaincante de les mettre en valeur notamment dans sa remise en cause systématique de nos démocraties et de l’américaine en particulier. Son passage sur la critique de la fabrique du consentement (une expression due à Edward Bernays- Comment manipuler l’opinion en démocratie) m’a particulièrement intéressé.

Quelques mauvais points bien mérités pour nos intellectuels français, BHL ou le honteux Philippe Val. A côté de Chomsky interviennent deux autres chomskiens, un belge, Jean Bricmont, brillant physicien et intellectuel, et un québécois des plus sympathiques Normand Baillargeon. Baillargeon est filmé dans une sorte de café philo et il dit notamment : « ce que nous faisons ce soir, débattre ainsi, est un acte nécessaire à la démocratie. » J’avoue que cela a fait très plaisir à l’animateur des cafés citoyens.

Ce petit coup de brosse à reluire l’ego passé, j’ai vu que Baillargeon a écrit un livre sur Voltairine de Cleyre, une femme remarquable. J’y reviendrai. On apprend dans le film comment le fameux et horrible Edward Bernays a réussi à faire fumer les américianes en manipulant les mouvements féministes. Le passage sur la cigarette permet de bien se rendre compte à quel point on peut nous manipuler. Et, au petit dej, Baillargeon explique à Mermet que Bernays travaillant pour des éleveurs de porcs a réussi à convaincre l'Amérique de la nécéssité du bacon au petit déjeuner avec les rôties (les toast en québecois), une coutume qui dure... quand même moins nocive que la clope.

11:14 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cafés