Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2008

Catastrophe

Ca-vient.jpg

 

 

 

Hier soir à Saint Julien,

soirée philo,

sur le thème de

l’universalisme.

 

 

 

 

Notre conception de l’univer-salisme et des droits de l’homme, issue de la philosophie des lumières, n’est elle pas basée sur une vision purement européenne ? Cette idéologie du progrès, qui voit notre civilisation occidentale comme un aboutissement et qui, par concéquent, relègue les autres au rang de barbares et de sauvages, ne contient-elle pas en germe sa propre destruction.

Cette conception de l'homme, basée sur l'idée d'un progrès linéaire, véritable rouleau-compresseur idéologique, scientifique et technologique, l'idée d'un homme qui domine la nature, ne serait-ce pas ce qui finallement va mettre la planète à feu et à sang. [Désolé de simplifier à outrance.]

Alain Gentil s'est intérrogé hier sur ce théme.

Somme nous à la veille d’une catastrophe ou est-ce que l’impasse devenue si visible de notre système va nous permettre de mettre en place de nouvelles avenues plus respectueuses des valeurs humanistes ? Plus de vingt personnes pour un débat riche et fructueux.

Le mot du jour Catastrophe. Du grec Kata : vers le bas, de haut en bas, en concordance avec, contre et Strophê : action de tourner, volte, évolution (révolution ?) Donc une descente en spirale vers le bas. Le sens latin devient : fin, dénouement, conclusion au théâtre. C’est de ce sens appliqué à la tragédie que vient par métonymie hyperbolique le sens de désastre brusque et effroyable.

D’autres mots en Cata… Cataclysme (Kata et Klusmos – Inondation)

Catalyse – (Kata et Luein – délier, détruire, dissoudre) à l’origine, dissolution, décomposition d’un gouvernement.

Catalespsie (Kata et Lamanein, s’emparer de) Paralysie par hypnose.

Catalogue (Kata et Logein – Rassembler)

Cataplasme (Kata et Plasma : Ce qui est façonné)

Catapulte (Kata et Pallein – Secouer, brandir)

Cataracte (Kata et Rhêgunai – Briser faire éclater) Chute d'eau

Catatonie (Kata et Tonos – Tension, tonus) Manque de tonus

Les évènements grecs annoncent-ils la catastrophe ?

A lire: Race et Histoire de notre centenaire national Claude Levi-Strauss

Quand la misère chasse la pauvreté de Majid Rahnema

 

09:25 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : greece, progrès

30/11/2008

Philo encore

Le succès étonnant des rencontres d’Archamps (voir note précédente) ne doit pas vous faire oublier le café philo de St Julien organisé par l'Université populaire.

Lundi 8 Décembre –

20 heures à l’Arande

Alain Gentil parlera

d’Universalisme et de Mondialisation

Avec un avantage sur Archamps, vous pourrez vous exprimer et poser des questions même très longues.

Ca-vient.jpg

 

Retour sur la présentation de Christophe André.

  • Ne pas confondre urgence et importance. Notre travail peut-être urgent, notre famille est importante.
  • La fréquence est plus importante que l’intensité. Des petits plaisirs réguliers entraînent plus de bonheur que de grandes satisfactions occasionnelles
  • L’étonnante courbe du bonheur
  • Argent : Au delà d’un certain, seuil qui permet de satisfaire les besoins élémentaires, il n'apporte rien de plus.

Je crois même que, par ce qu’il induit d’inquiétude et de temps passé  à satisfaire des besoins vides selon Epicure, l’argent peut entraîner un recul de la perception de bonheur. Vive la simplicité volontaire.

Ecoutez la lettre à Ménécée

12:16 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (1)

29/11/2008

Le bonheur

Ca-vient.jpg

640 personnes, hier soir à Archamps pour écouter le psychiatre Christophe André nous parler du bonheur.

Les organisateurs étaient dépassés par ce succès difficilement explicable et qui suivait celui des plus de 300 personnes venues écouter Gilles Lipovtsky un mois plus tôt.

Comment expliquer ce raz de marée autrement que par le mal que nous avons avec le bonheur dans cette société de consommation ? Lipovetski parlait avant tout de consommation. Il concluait que la consommation a un effet neutre sur le bonheur. Il balayait d’un revers de manche Epicure et les sages antiques. Il ignorait superbement les dangers des désirs vides de la lettre à Ménécée. Un lettre que Gérard Marié nous invitait hier à relire.

André au contraire est totalement dans la continuation des sages de l’antiquité pour qui, dit-il, la recherche du bonheur était la quête noble par excellence. André est un présentateur hors pair. Il sait ménager ses effets et rendre vivant un sujet rebattu. Rien de vraiment neuf mais il sait nous entraîner des sages antiques à la vie moderne en passant par quelques faits scientifiques, les dessins de ses filles, des analyses d’œuvres d’art, les droits inscrits en préambule de la constitution américaine (Vie, Liberté et Recherche du Bonheur)…

Une présentation qui, pour moi, été un moment de bonheur et le bonheur n’est fait que de petit bonheur. Tant pis pour les grognons (un mot qu’il aime bien) qui parleront à juste titre du fait qu’ils n’auront rien entendu ce soir qu’ils ne savaient avant d’entrer dans la salle.

Christophe André a publié :

• Petits pénibles et gros casse-pieds, Seuil, 2007
• Imparfaits, libres et heureux, Odile Jacob, 2006
• De l’art du bonheur, L'Iconoclaste, 2006
• Petits complexes et grosses déprimes, Seuil, 2004
• Psychologie de la peur, Odile Jacob, 2004
• Vivre heureux, Odile Jacob, 2003
• Petites angoisses et grosses phobies, Odile Jacob, 2002
• La force des émotions, Odile Jacob, 2001
• La peur des autres, Odile Jacob, 2000
• L'estime de soi,• Imparfaits, libres et heureux, Odile Jacob, 2006
• De l’art du bonheur, L'Iconoclaste, 2006
• Petits complexes et grosses déprimes, Seuil, 2004
• Psychologie de la peur, Odile Jacob, 2004
• Vivre heureux, Odile Jacob, 2003
• Petites angoisses et grosses phobies, Odile Jacob, 2002
• La force des émotions, Odile Jacob, 2001
• La peur des autres, Odile Jacob, 2000
• L'estime de soi, Odile Jacob, 1999

11:26 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : epicure

03/11/2008

Consommation

Ca-vient.jpg

J’ai évité de faire une note à chaud après la présentation de vendredi soir par Gilles Lipovetsky, intitulée « Le bonheur au défi de la société d’hyperconsommation ». Preuve de grande jeunesse de ma part, je réussis encore à m’échauffer sur des sujets philosophiques.

Car Gilles Lipovetsky est un philosophe.

A noter que si je ne l’avais pas su, je ne l’aurais pas mis dans cette case. Voilà que je deviens méchant. Non. Après tout, il n’y a pas que les philosophes qui ont le monopole des idées et vice-versa, les philosophes ont bien le droit de vulgariser et c’est même le but de l’exercice. Même si je ne suis pas d’accord avec son discours, notre conférencier l’assène avec grand talent et une vraie passion.

Il me semble que ce que fait Lipovetsky est plutôt de la sociologie avec une forte tendance à survendre (ou hypervendre) ses idées. Il analyse des nouveaux groupes sociaux et les habitus de consommation qui vont avec. Il a commencé sa conférence par détailler le stade ultime de la consommation auquel nous arrivons, l’hyperconso qui conduit à une grande satisfaction des besoins individuels, chacun sa bagnole, son téléphone mobile, son ordi, etc… Après une longue analyse de ce monde un peu fou qu’il juge globalement positif au point de dire, paraphrasant Churchill, « Le monde de l'hyperconsommation, de la "mode totale", de l'"écran global", de l"individualisme extrême" est bien " le pire des scénarios, à l'exception de tous les autres »

Ensuite, il parle du bonheur et il admet que si l’hyper modernité (urgence et profusion, le tout - tout de suite, le narcissisme, l’individualisme…) n’amène pas au bonheur elle réduit le malheur (plus de soins, vie plus longue et en bonne santé…). Il se fait rousseauiste pour dire que le bonheur est une affaire personnelle qui n’est donc pas liée à la satisfaction des plaisirs.

Pas loin de 300 personnes pour l’écouter à Archamps. C’est beau ! 300 personnes sorties de leur télé et de pop-corn du Gaumont tout proche. C’est bien ! Alors pourquoi suis-je sorti énervé ? Parce que j’ai eu l’impression que Gilles Lipovetsky est venu conforter le mode de vie destructeur de planète de mes concitoyens frontaliers hyper consommateurs. Il n’y avait qu’à regarder le sourire béat de certains. Contents de savoir qu’ils étaient dans le bon mouvement et que c’était bien ainsi. Et qu’en plus, ils pouvaient continuer de consommer tranquilles puisque eux, très malins, ils assistaient à des soirées philosophiques. Oui madame. Ils râlaient contre les preneurs de parole et les questions trop longues. Ils étaient venus écouter un prédicateur, fallait pas leur gâcher le plaisir.

Agenda : Alors si vous voulez entendre un autre son de cloche et avoir la chance d’échanger des idées, venez au café philo d’Alain Gentil à l’Arande, c’est le 8 décembre, on parlera de mondialisation. Vous pouvez aussi venir au café citoyen que j’anime le 11 novembre, on parlera d’Europe et de Démocratie.

Ca-vient.jpg Malgré tout, si vous aimez les grands-messes et les grands gourous venez à Archamps le 28 Novembre. Christophe André qui est psychiatre nous parlera de la « psychologie du bonheur » Dialogues assurés avec talent par Gérard Lemarié [photo] comme pour Lipovetsky et Pascal Bruckner en Septembre. J’y serais bien sûr, on a pas tellement l’occasion d’écouter des grands gourous :-)

14:11 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (1)

16/10/2008

Démocratie

Ca-vient.jpg

 

Une vingtaine de personnes

au Café philo

l’autre soir à Saint Julien

animé par Alain Gentil

avec pour thème

« Démocratie, la crise de la représention politique. »

Je vais tenter d’en faire un résumé.

Quelques rappels utiles sur la démocratie : puissance politique excercé par le peuple. Curieux, remarque Alain Gentil, que le mot peuple ne soit plus utilisé sauf en rapport avec populisme. Le peuple est un corps politique fondamental. La souveraineté du peuple doit être la base de la démocratie. La démocratie suppose une transcendance : des horizons communs, un système d’idéaux (Durkheim) qui créent des valeurs prenant en compte l’intérêt général. Ceci implique une participation effective des citoyens.

Même si la démocratie est un objectif qui n’est pas toujours atteignable, il semble qu’il soit en ce moment particulièrement mis à mal en France et dans les pays dits « démocratiques ». Les indices en sont, l’impuissance avouée du politique face à l’économique, la négation du peuple remplacé par un hyper-président. Via des plans de communication élaborés transmis par les médias, les hommes politiques nous jouent la rhétorique de la proximité, ils entrent dans une relation compassionnelle avec les citoyens. Ils nient le peuple.

Or la démocratie représentative suppose une distance juste par rapport au peuple souverain. Les représentants du peuple s’ils doivent être suffisamment proches des citoyens (prendre les transports en commun comme en Suisse) doivent aussi garder une distance raisonnable. Cette distance suppose la réflexion, l’appel à la raison plutôt que ce jeu sur le registre de l’émotion et de la mise en scène de la vie privée. On se rappelle que le plus absolu des monarques, Louis XIV, mettait en scène des moments les plus intimes de sa vie face à la cour.

Ma phrase préférée : On assiste à un transfert indolore de la souveraineté du peuple à un prince démiurge (Créateur suprême - Dieu) de sa propre image. Indolore, on vous dit !

Que faire ? Alain Gentil esquisse deux pistes : Redéfinir des institutions qui permettent le jeu démocratique, Recréer les conditions du Dialogue. Le dialogue est essentiel pour redéfinir ensemble les bases d’une société plus vivable.

Présentation suivie d’un riche débat comme d'habitude aux cafés.

___________________________________________________

Suite du programme de l'Université Populaire:

Le lundi 10 novembre : Après Service public et Démocratie, on poursuit la réflexion sur la Démocratie :

Café citoyen - Europe et Démocratie

- 8 décembre : Café philo - Universalisme et mondialisation

- 12 janvier : Café citoyen - Réchauffement climatique et démocratie

- 9 février : Café philo – Sujet à préciser sur le thème de la liberté

14:31 Publié dans Cafés | Lien permanent | Commentaires (4)