Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2006

Debats.CH -4-

medium_cochon.jpg

Des odeurs de soupe au cochon.

L’intervention de Don Camillo à propos de Dantec n’avait rien de littéraire. Il avait recopié en une longue citation une lettre que M.G. Dantec avait écrite au Bloc Identitaire, début 2004, et avait ajouté : « lettre qui a particulièrement retenu mon attention. » En voici le début :

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs du Bloc Identitaire,

Quoique je sois en désaccord profond avec vous sur de nombreux points de politique internationale, et peut-être même sur la conception de la civilisation américaine, comme de l'importance stratégique du Royaume d'Israël dans notre lutte contre l'Antéchrist coranique, je me permets, à 6000 km de distance, de vous transmettre mes meilleurs voeux pour l'année 2004, qui s'annonce décisive pour la France.

Votre combat, sans doute bien difficile, pour empêcher la dissociation de la France, l'Islamisation de l'Europe, la dissolution de l'Occident (le vrai), me touche profondément, car veuillez m'excuser de ce pessimisme spenglerien, j'ai franchement l'impression que ce qui fut mon pays (et l'est encore à bien des égards) est FOUTU…
(...)

Maurice G. Dantec

 

On voit clairement où se situe le Bloc sur l’échiquier politique. Le site francepolitique  le positionne dans la catégorie « extrême droite radicale. » Le Bloc s’est fait connaître en organisant les premières soupes au cochon dans le quartier de la Gare de l’Est à Paris. Dans leur journal de l’époque, Jeune Résistance, un compte-rendu de cette soupe identitaire dans lequel on peut lire qu’a été distribué « un délicieux bouillon de légumes et lardons enrichi aux oreilles de cochon- ah, ça c’est sûr y’en a pas pour toutes les religions au bistro du cœur des Identitaires... Pendant deux heures, ce coin de France occupé a été libéré ».

Leur profession de foi :

Le site les-identitaires.com est né de la rencontre de militants issus de parcours politiques divers mais partageant tous le même rejet du système dominant :


:: Dégoût du matérialisme, du consumérisme et de l'exploitation des travailleurs par le grand actionnariat international,
:: Opposition totale au métissage ethnique et à la culpabilisation permanente des peuples européens,
:: Dénonciation de la non-représentativité du système électoral français et de la confiscation de la démocratie par les oligarchies (technocratique, financière, syndicale et médiatique),
:: Refus du prêt-à-penser et du terrorisme intellectuel,
:: Hostilité à l'impérialisme, qu'il soit d'origine nord-américaine ou musulmane.

medium_blocid.jpg

Don Camillo a l’art de s’intéresser à des sujets brûlants. Dans sa première note du 30 octobre, il fait l’éloge de l'écrivain israélien Israël Adam Shamir qui donnait une conférence à Paris à l'Hôtel de l'Industrie le soir précédent. Le langage de cette note est fleuri, presque trop précautionneux. Personnellement je ne connaissais pas ce Shamir mais visiblement il semble que d’autres pensent que Adam Shamir est violement antisémite. Difficile de trancher sauf que Don Camillo conclut par :


Les juifs ont assasiné le Christ, quelle blague aussi! C'est du rabbin Yeshua dont tu parles? (...) des juifs qui intriguent pour éliminer un autre juif qui lui fait de l'ombre avec l'aide d'une armée d'occupation romaine! Voilà bien une querelle juifo-juive qui m'indiffère, en tant qu'européen, au plus haut point!

 

Cette indifférence, affichée de cette manière, a quelque chose de… louche.


Le lendemain, il poste sa note sur les biocarburants. J’avoue que personnellement je suis plutôt pour les biocarburants. Ceci dit je n’aurais sans doute pas cité Pierre Poujade « qui s'est retiré de la vie politique en 1983 pour étudier et promouvoir la culture des topinambours » Poujade était ce parlementaire anti-parlementaire qui en 1956 amena 52 députés de son groupe à l’assemblée avec parmi eux un certain Jean-Marie Le Pen. Etonnamment, j’ai découvert que le Bloc identitaire s’intéresse de près aux biocarburants.

Restez branchés et si par hasard Don Camillo réapparaît faites le moi savoir. A la reflexion, j'espère qu'il trouvera ce portrait ressemblant et je ne m'excuserai pas.
 

12:40 Publié dans Mystère | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Ecriture

Commentaires

Bloc identitaire.com = une belle bande de porc sauvage.

Je n'ai rien contre l'animal (qui est d'ailleurs mon signe chinois) mais cette bande de facho, dont même Dantec se distancie, sont de vrais "cons" pour être poli.

22ème jour sans nouvelles de Don Camillo et les ravisseurs n'ont toujours pas demandé de rançon.

Abe

Écrit par : Jocauss | 13/02/2006

Dantec s'en distancie parce qu'ils disent du mal de ses copains ricains. Merci de rester poli, cela ne sert à rien d'élever le ton, les faits et les mots de Don Camillo et de ses copains parlent d'eux-mêmes.
J'aime bien le coup de la rançon :-)

Écrit par : Joël | 13/02/2006

Un polar, un vrai ! Voilà ce que c'est que de partir en vacances. On croit s'aérer l'esprit, à tout le moins, le préserver un peu des ronrons professionnels et autres billevesées, on s’extasie devant les beautés de la nature, la course d’une limace, le bonheur de ces quelques notes abandonnées par un rouge-gorge (encore qu'en hiver, il doit être aussi rare de croiser la traîne d’une limace que d’entendre les pépiements d’un rouge-gorge, je vous l'accorde), mais, enfin, on rêve de verdure enneigée, de sommets inviolés, on est loin, on est libre... Et tel le Dormeur du val, on se découvre allongé dans une clairière, la vie s'écoulant de nous par deux trous rouges d'insignifiance. Car, pendant ce temps là, la ville, la vie continuent. Et de quelle manière ! De la plus brutale, de la plus vivifiante. Un meurtre, pur sang. Un kidnapping, un vrai. Une confusion, authentique. Peu importe. Le suspense devant nous. Le banquier suisse et ses combinaisons de latex n’ont qu'à bien se tenir. Encore !

Amitiés,

Écrit par : Thomas | 13/02/2006

Les commentaires sont fermés.