Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2006

Stendhal

medium_stendhal1.jpg

 

Le 15 mai 1796, le général Bonaparte fit son entrée dans Milan, à la tête de cette jeune armée qui venait de passer le pont de Lodi et d’apprendre au monde qu’après tant de siècles César et Alexandre avaient un successeur.

 

Les miracles de bravoure et de génie dont l'Italie fut témoin en quelques mois réveillèrent un peuple endormi; huit jours encore avant l'arrivée des Français, les Milanais ne voyaient en eux qu'un ramassis de brigands, habitués à fuir toujours devant les troupes de Sa Majesté Impériale et Royale: c'était du moins ce que leur répétait trois fois la semaine un petit journal grand comme la main, imprimé sur du papier sale.

La Chartreuse de Parme (un début comme on en rêve)

22:05 Publié dans Incipit | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : Littérature

Commentaires

Je ne suis pas d'accord. Ce ne sont pas ces premières lignes qui sont le meilleur de la Chartreuse de Parme.

Écrit par : sancho | 14/01/2006

Bonjour Sancho,
Je ne crois pas avoir dis cela mais je trouve ces phrases d'accroche particulièrement accrocheuses. Vous ne trouvez pas?

Écrit par : Joël | 14/01/2006

Non, désolé. Ce n'est pas parce que c'est Stendhal que c'est forcément bien. La Chartreuse de Parme est d'ailleurs un roman inégal. Des longueurs, des considérations politiques qui alourdissent. Et bien sûr quand même des pages sublimes (mais pas le début).

Écrit par : sancho | 14/01/2006

Rebonjour Sancho,
Bon, nous ne somme donc pas d'accord. Que faire?

Je trouvais pourtant que "cette jeune armée qui venait d’apprendre au monde qu’après tant de siècles César et Alexandre avaient un successeur." avait une certaine mordache mais vous l'eussiez sans doute écrit mieux que cela. Dommage!

Écrit par : Joël | 14/01/2006

Autant ce roman est à bien des égards le plus stendhalien de tous (achevés ou non) - l'Italie maternelle, Napoléon, le belvédère propice à l'amour, autant ce roman m'a toujours semblé s'épuiser en longueur(s). L'incipit, mordant à souhait, est pourtant une merveille d'ouverture, enlevée, foudroyante, réjouissante.

Écrit par : Thomas von Krudig | 14/01/2006

Sancho et Thomas,
J'avais oublié de préciser que, sur l'aspect inégal et longuet du roman, j'étais d'accord mais que ce n'étais pas mon propos dans la note.
Je parlais de l'incipit, très précisément. Je collectionne les incipits et même les excipits mais je suis plutôt mal organisé :-)

Écrit par : Joël | 14/01/2006

et celui-ci: "Une nuit de février 183., le vent sifflait et jetait la pluie contre les vitres d'un appartement, situé rue de Varenne, et meublé avec toutes les mignardes élégances de ce temps d'égoïsme sans grandeur. Cet appartement - boudoir dessiné en forme de tente - était gris de lin et rose pâle, et il était aussi chaud, aussi odorant, aussi ouaté que l'intérieur d'un manchon "
Quand on connaît la suite noire et passionnée, ce préambule surprend mais on peut être alerté par "l'intérieur d'un manchon" qui à chaque lecture me semble génial.

Écrit par : horticulteur cuistre | 22/07/2006

Je ne connais pas horticulteur cet intérieur de manchon qui a effectivement le don d'allècher le lecteur. Je viens de verser quelques incipit à cette collection qui mérite encouragement.

http://www.gilles-jobin.org/incipit/

Écrit par : Joël | 22/07/2006

"Une vieille maîtresse", Barbey d'Aurevilly. A lire de toute urgence.

Écrit par : horticulteur cuistre | 23/07/2006

Horticulteur,
Je n'ai jamais rien lu de lui. La découverte ne me fait pas peur mais ma liste en attente est assez longue et, de plus, mes projets d'écriture me grattent, cela ne va donc pas être facile.
Il semble que c'est un gros livre et pas facile à trouver à part en Pléiade (50 euros) ni à télécharger bien que la bibliothèque de Lisieux y travaille. Je vais me ranger à un avis qui dit lisez d'abord une oeuvre en poche. En avez-vous une à me conseiller?

Écrit par : Joël | 23/07/2006

en GF Flammarion, édition qui donne les deux préfaces ( 1858 et 1865 ).Alors que dans la Pléiade c'est le texte de la première éd. qui est publié , GF a choisi le dernier état du texte revu par Barbey. Je n'ai lu que cette édition de poche qui me semble excellente évidemment je ne suis pas spécialiste de littérature.Je ne peux que donner mon avis, c'est un livre magnifique.

Écrit par : horticulteur cuistre | 23/07/2006

Effectivement, il existe même en Folio. Un raté de ma recherche web qui est pourtant bien rodée. Merci horticulteur.

Écrit par : Joël | 23/07/2006

Les commentaires sont fermés.