Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2010

Zététique 2

Ca-vient.jpg

 

Tout en terminant le crépuscule d’une idole, je tombe sur un article qui nous fait part des dernières découvertes (derniers espoirs) en matière d’autisme.

Ceci m’a rappelé la fameuse émission de télé de Daniel Karlin intitulée Un autre regard sur la folie de 1975 consacré aux travaux de Bruno Bettelheim sur l’autisme. A l’époque, je devais encore être intoxiqué par la pensée psychanalytique, car j’avais beaucoup aimé (et discuté de) cette série.

Pourtant, c’est de là, que bientôt est née, chez moi, la remise en cause de la psychanalyse quand j’ai réalisé à quel point l’approche était arbitraire. J’ai pratiqué l’art du doute, j’ai fait de la zététique sans le savoir. La culpabilisation des parents (des mères) par Bruno Bettelheim était une belle saloperie judéo-chrétienne par des psys qui ne connaissaient rien à l’origine de l’autisme et appliquaient leur modèle oedipien ridicule (je sais, je simplifie mais sinon, personne ne lit mes notes). Dans la grande tradition freudienne, Bettelheim annonçait des 85% de réussite.

Tout ceci m’amène sur l’OZ, l’Observatoire de zététique. Petit retour sur une note publiée en mars 2006 sur la zététique et qui avait valu 49 commentaires. Allez donc faire un tour sur le site de l’observatoire. On peut y lire d’anciens numéros de POZ, des dossiers, participer au blog… Pas besoin d’être scientifique, simplement la volonté de comprendre et d’éviter les impostures intéllectuelles.

N'oublions pas, une imposture intellectuelle, ça se fait à deux : celui qui émet le verbiage, et celui qui l'écoute sans broncher. Avec la psychanalyse freudienne, ce sont les millions qui ont écouté sans broncher.

18/04/2010: "Toutes les dernières newsletters de l'OZ !"

12:20 Publié dans Onfray | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bullshit

10/10/2007

Storytelling

C’est la mode, il faut raconter une his-toire. Pas une mode pour feux de camp ou pour maman qui borde ses enfants, non une mode pour les busi-ness-men, les man-agers, les di-ri-geants… L’art du conteur est arrivé dans l’En-tre-pri-se, c’est le nouveau hype. Même Nicolas Demorand en cause le matin sur la France inter-minable.

f3643344b8b8d3924ead3893f047f083.gif

The Institute for Knowledge Management d’IBM fait connaître à un large public les méthodes du "storytelling", qui touche à « des enjeux importants de l’entreprise. » Ce serait un puissant moyen d’évaluation des valeurs courantes de la culture d’une organisation, et même un levier efficace pour la faire évoluer.

Le storytelling décrit les changements majeurs du monde, les fusions de sociétés, le système global qui vient à notre rencontre... la communication interculturelle des organisations globalisées… l’évolution rapide des idées et des représentations mentales... il donne de nouveaux repères partagés... facilite la communication... permet une mobilisation large là où l’on pensait trouver surtout des blocages. Le langage est la clé de tout ! Les histoires sont un fantastique vecteur de création et diffusion du sens, de compréhension spontanée et d'approche du complexe. Découverte, découverte...

Certains enseignements des méthodes de storytelling. Ils distinguent 6 types d'histoires : le mythe, la fable, le virus, l'archétype, le conte et la métaphore de rupture...

Bref, après nous avoir menés des années en bateau, on nous raconte des histoires. Le BS* (MdT en français) ci-dessus est extrait d’un article piqué sans vergogne au hasard du Web. En ce moment cela fleurit comme le crocus au printemps ou le psilocybe cubensis sur la bouse de bovins.

Personnellement, mon journal intime raconte aussi des bribes d’histoire d’entreprises. Celle trop brillante de DEC, par exemple, tombée en faillite en 99, morte dans la Rue du Mur au champ d’honneur du libéralisme, Digital Equipment Corporation RIP… D’autres encore, jusqu’à la petite dernière. Je relis en ce moment une histoire trop fraîche mais pleine de promesses et de coups tordus, qui dans quelques années fera peut-être une vraie mythologie qui n'intéressera personne d'autre que moi, moins rutilante que le KM d’IBM mais plus authentique peut-être. Qui sait ? 

* Bull Shit.

Tags: fables pour grand enfants, contes à dormir devant son écran, légendes moderne, fariboles des affaires, fictions mercantique, paraboles à vendre, allégories des marchés , fantasmagories pour faire vendre...