Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2014

Qui a tué Ludovic ?

Qui a tué Ludovic Woerth ? Ludovic et ses deux collègues ?

 

base-jump-antarctique.jpg- C’n’est pas moi dit Jools Benker, la directrice d’EPIC TV. Nous, on ne faisait que leur fournir l’hélicoptère pour filmer  ensuite, ils font ce qu’ils veulent. D’ailleurs, on ne les paie même pas...

- C’n’est pas moi dit le propriétaire de l’hélico. D'ailleurs, nous, on ne sait pas vraiment ce qu’il font avec nos machines chez EPICTV.

- C’n’est pas moi dit Youtube, nous on permet seulement la mise en ligne des vidéos.

- C’n’est pas moi dit Google, nous, on ne fait que comptabiliser les clics.

- C’n’est pas moi dit l’internaute, je ne fais que cliquer sur les vidéos de Base Jump qui foutent le frisson. D'ailleurs j’adore les frissons et j'adore cliquer. Ne dites pas qu´j´l´ai tué, et après tout c´est le destin, Dieu l´a voulu…

 

Ludovic Woerth accompagnés du Néo-zélandais Dan Vicary et de l’Américain Brian Drake sont morts connement en pratiquant le Base Jump à raz des pâquerettes pour faire des petits films qui peuvent déclencher, paraît-il, des millions de  « clics » sur Internet et même donner la célébrité. Un jeu très bête qui a déjà causé la mort de nombreux jeunes hommes et femmes que je qualifierais d’intréstupides. Essayez "accident de base jump" sur Google.

Le Dauphiné Libéré nous dit : Ludovic Woerth était un as du pilotage doublé d’un excellent caméraman. En alliant ses deux passions, l’Alsacien de 34 ans, résidant à Magland (Haute-Savoie), a trouvé la mort. Le 29 mars Ludovic, alias “Vidéoman” a rejoint ses amis wingsuiters le Néo-zélandais Dan Vicary et l’Américain Brian Drake. Ils ont un hélicoptère à disposition, il y a de la place. Ils tournent la série “straight shot” pour la chaîne internet Epic TV, friande de “contenu exclusif” qui paie les heures de vol.

Sur les hauteurs du Hintisberg, sommet de l’Oberland (Suisse), le trio sort de la machine. Trop tôt, pas dans la bonne trajectoire, selon leurs amis qui ont vu les images des caméras de leurs casques. Entre émotion et rage, ils parlent d’improvisation. Le vent a contrarié leurs projets. Deux des trois ne connaissent pas la ligne. La “locomotive” perd l’itinéraire, le trio continue à voler près du sol, espérant trouver le vide derrière la crête, une porte de sortie. Piégés, ils s’écrasent dans un pâturage sans avoir ouvert leur parachute.

Ce que chantait jadis Graeme Allwright à propos de la mort d'un boxeur:


Graeme Allwright "Qui a tué Davy Moore" par ina

08/04/2014

TAFTA

stop-tafta-280.jpgPeu de gens savent ce qu’est le TAFTA ou le TTIP mais, chez ceux qui savent, rapidement la colère monte. Il faut se mobiliser au plus vite.

Bien que les négociations secrètes nous préparent un tissage solide et bien serré qui nous prendra inexorablement dans sa trame, le TAFTA n'est pas à confondre avec le taffetas*, tissu de soie qui fait aux dames de bien belles robes.

Non, le TAFTA est un accord commercial et d'investissement en cours de négociation entre l'Union européenne et les États-Unis, envisagé pour 2015. C’est une super ouverture des frontières pour créer un marché unique entre l’ALENA (USA, Mexique, Canada) et l’UE et plus si affinité. 

Le risque est de se retrouver devant le fait accompli comme on nous a enfilé naguère le grand marché à 28, l’OMC et la mondialisation tout en douceur et sans nous consulter.

communique-de-presse-ND-2.png

TAFTA ou TTIP sont une résurgence de l’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI) auquel le gouvernement de Lionel Jospin avait décidé de soustraire la France en 1998. Il consiste notamment à soumettre les États à des tribunaux d’arbitrage privé où des entreprises pourront plaider pour la suppression de dispositions sociales, environnementales, de santé publique ou de protection des consommateurs.

Les pays européens seront livrés à la coupe réglée des normes ricaines, des tribunaux privés. Bœufs aux hormones obligatoires, OGM dans votre assiette et dans celle du bœuf, gaz de schistes, pesticides à gogo, brevetage des plantes et des animaux et bien sûr finies les subventions à la culture sinon procès et lourdes amendes… etc…

Le front de gauche est contre, les verts aussi, Nouvelle Donne abonde dans ce sens, quelques socialistes en parlent mais que va faire notre gouvernement ? Mystère. Le net est muet sur ce sujet. Est-ce que l’Europe peut nous faire cet enfant dans le dos sans que nous, français, soyons d’accord ? Je ne sais pas et ça fout la trouille.

120421_351813912_frida3_H014413_L.jpg* Le taffetas est un tissu en de soie.

Le mot nous vient du persan via le turc et l’italien taffetà. En persan il désigne ce qui est tissé. On trouve ainsi l'expression « armure taffetas » en confection pour désigner une armure de toile (tissée selon le principe : un fil pris, un fil laissé).

C’est aussi un pansement.On pourrait en avoir besoin.

 

Pour en savoir plus:

Monde Diplo

Libération

Wikipedia

Last but not least: Raoul Marc Jennar

22/11/2013

Amadou

9788238-homme-d-39-affaires-3d-sous-une-pluie-de-dollars--isole-sur-un-fond-blanc.jpgAttirés par la pluie de dollars tombée sur les épaules des créateurs de Google, Facebook, Twitter et autre applis du Web, les jeunes créateurs se démènent.

Il y en aura sûrement quelques uns pour réussir, c’est comme au loto  100% des gagnants ont tenté leur chance. Pour poursuivre notre quête de la modernité moderne, citons deux applis qui montent, qui montent… comme la petite bête.  

03t4rpQ8Mci4SqE1nuz2bpFjlS6aqecLsEkje3Ftqi3YDtzFkmDDXHqynIX0qCq8kjd3=w300Line franchit le cap des 100 millions d'utilisateurs en l'espace de 19 mois, alors qu'il en a fallu 54 à Facebook et 49 à Twitter. Au 1er avril 2013, l'application compte plus de 150 millions de comptes enregistrés. En septembre, elle franchit la barre des 230 millions d'utilisateurs et devance l'application coréenne Kakao Talk.

Line permet d’échanger des messages sans payer les SMS. On peut aussi s’en servir pour twitter et même pour facebooker, voire pour skiper vos amis et même vos ennemis. Une appli Smartphone donc...

images?q=tbn:ANd9GcRhwNS3926FZ9CUPRDvd_vBuZBsNaWhpcLurMWO_9NftI4l3hD7eATinder, créé en septembre 2012 séduit 2 millions d’utilisateurs par jour. Aujourd'hui composée de 21 personnes, la société Tinder a vu le jour à Los Angeles dans une sorte d'incubateur de start-up chapeauté par le groupe IAC/InteractiveCorp. Le groupe s'y connait en rencontres en ligne puisqu'il possède notamment des sites comme Match.com ou Meetic.

L'inscription se fait en un clic via le compte Facebook de l'utilisateur, mettant ainsi en avant les photographies et les éventuels amis communs grâce à un algorithme maison. Une passerelle censée rassurer ou baliser la rencontre, lui donner un vernis plus authentique.

Le principe est enfantin : l'utilisateur se géolocalise et voit des profils défiler sous ses yeux. D'un simple geste, il les retient ou les repousse. Oui-non, blanc-noir, aime-aime pas, like-dislike, baise peut-être-baise pas, fuck maybe-don't fuck... Le manichéisme appliqué à la toile et à la rencontre.  Le choix se fait en quelques secondes disent-ils... et sur d'uniques considérations physiques. Si l'autre personne se montre également intéressée par votre profil, l'échange via l'appli peut débuter. Si l'attirance n'est pas réciproque, l'utilisateur ne reçoit aucune notification risquant de froisser son ego.

Pour les connaisseurs de startups, Tinder rappelle Hot or Not ou encore FaceMash, la première création de Mark Zuckerberg permettant de comparer les qualités physiques des jeunes filles de son campus...

Gratuite pour le moment, l'appli Tinder attirent avec force les jeunes âgés de 18 à 25 ans plutôt hétéros (les gays utilisent Grindr). On peut penser que la drague ne restera pas toujours gratuite.

Est-ce que les papys et les mamies qui s’adonnent au QS puis se sont mis sur Facebook et sur Meetic vont aller sur Line et Tinder ou faudra-t-il leur inventer des applis moins speed ? A suivre…

290px-Fomes_fomentarius_2010_G2.jpgVocabulaire: Tinder désigne une matière facilement inflammable, genre amadou. Au départ l’amadouvier est un champignon [photo] qui séché s’enflamme facilement. C'est aussi un redoutable parasite de plusieurs feuillus : hêtre, platane, bouleau, peuplier, chêne entre autres. Il se fixe sur des arbres faibles ou blessés, produit une pourriture blanche et finit en quelques années par tuer son hôte. L'amadouvier n'est pas comestible. Il était utilisé comme substance inflammable dès la préhistoire.

Tinder est-il comestible ? Tuera-t-il ses hôtes ?

Le mot amadou signifie amoureux en provençal, c’est une métaphore classique, parallèle à celle du cœur d’artichaut, habilement reprise par nos créateurs.

Brassens chante : La fortune que je préfère,c'est votre cœur d'amadou...

18/11/2013

Quantified Self

96025.jpgLe Moi est haïssable disait le janséniste Pascal. Il parlait de l’amour-propre. C’est ainsi qu’on qualifie l’amour de soi qui n’est pas toujours très net. En plus du Moi, Pascal s’en prend à Montaigne qui avait fait une analyse de son moi, le sot projet disait-il. Voltaire, plus humain, dira « le charmant projet qu’à eu Montaigne de se peindre et ainsi de peindre la nature humaine. » Pas toujours propre la nature humaine mais si intéressante.

global_30802471.jpegSe regarder le nombril a toujours été suspect pour le philosophe. Aujourd’hui, la philosophie du nombril se perd dans l’ombre des nombres. La mode est aux nombres du soi. Pour parler english, la mode est au QS, le Quantified Self, l’Auto Quantification. L’homme moderne se mesure en tout sens. Il ne faut pas qu’un seul de ses pas se perde sinon, il marche pour rien. Il compte ses pas, ses calories brûlées, ses heures de sommeil profond, la pression de ses artères, son poids de graisse perdue, sa masse musculaire gagnée, son pouls après l’effort, sa tension haute, la basse… 

 

Sport-QuantifiedSelf_Das-Handy-ist-mein-Fitnesstrainer-1024x837.png

Il (ou elle) utilise des capteurs Fitbit, des Nike+ Fuelband, il compte avec Runstatic, Runkeeper, toutes sortes d’applis pour ipod, ipad, Samsung Galaxy qui comptent, comptent les nombres du nombriliste qui court, qui vole et qui se venge. De quoi se venge-t-il ? De ces heures de bureau où il mesure, évalue, compte et recompte les pertes et profits de l’entreprise ? Peut-être. De son épouse qui l’envoie paître sans compter ? Possible. D’ailleurs, son épouse aussi compte car sa diététicienne lui a dit : « Pas moins de dix-mille pas par jour. »

 

iakngp6rd7bpwlav4srq.jpg

Et bien sûr, comme Montaigne parlait de sa sexualité assez librement, l’homme moderne mesure ses performances sexuelles. L’appli payante de QS Sex-Track évalue les perfs sexuelles à partir de l’intensité, de la fréquence et de la durée des vibrations du lit en posant son iPhone sur… le matelas. Le bandeau Melon (si, si) incorpore trois électrodes qui analysent l’activité du cortex préfrontal gauche. Le capteur Tinkle connecté à l’appli Happstr permet, paraît-il, en cliquant sur un gros bouton rose de mesurer le bonheur. MoodPanda mesure l’humeur… 

Ces outils peuvent faire des dégâts dans les couples. Sarah G. a choisi de quitter son compagnon Tom après avoir découvert grâce à l’appli Mercury que l’indice de satisfaction que celui-ci lui procurait était bien inférieur à ce qu’elle pensait avant la dite mesure. Quant à Bill C., après avoir posé des capteurs sur la peau d’une jeune femme invitée à un concert de musique classique, il a découvert que les nombres indiquaient un vrai manque de mélomanie de la part de la donzelle. Du coup, il a cessé de lui faire la cour.

On voit par là que la modernité moderne peut révéler bien des choses au nouveau philosophe capable de peindre son moi aux couleurs du progrès.

A propos de sexe, Léo chantait, dans il n'y a plus rien : 

Heureusement il y a le lit : un parking!
Tu viens, mon amour?
Et puis, c´est comme à la roulette : on mise, on mise
Si la roulette n´avait qu´un trou, on nous ferait miser quand même
D´ailleurs, c´est ce qu´on fait!
Je comprends les joueurs : ils ont trente-cinq chances de ne pas se faire mettre
Et ils mettent, ils mettent
Le drame, dans le couple, c´est qu´on est deux
Et qu´il n´y a qu´un trou dans la roulette

Je n'invente rien, l'homme moderne existe, le voici, le voilà :

29/10/2013

Speaking

crise.jpgQuelques pistes pour sortir de la crise.

Avant tout, il faudrait connaître quel est le bon trend pour  savoir s'il est possible de combler le gap et enrayer le slow down dans un timing correct. La deadline se rapproche à grand pas, le GDP per capita, le Gross Domestic Product, le PIB par habitant si vous préférez, est au plus bas. Les mails circulent, l'opposition twitte à tout va, le gouvernement se répand en meetings pour tenter de booster l’économie.

Rien ne va plus.

Pour améliorer le cash flow, créer des jobs, il faudrait faire un vrai business plan, 20-25 slides maxi en powerpoint. Préparer des flyers, faire un peu de loybying mais pas seulement un "one shot", non du solide, du bien packagé, publier le tout sur site web relooké à la cool pour attirer le bon cœur de cible.

images?q=tbn:ANd9GcTUWwj-s2nb20YjKazvc4zNFIEpgLkagJIxEzZQoontPOioVS21Pour créer des jobs, on pourrait prendre exemple sur les supermarkets, Carrefour Market ou mieux Simply market, imiter le low cost dans leurs meilleures campagnes de marketing. S’il faut faire du dumping social, faisons du dumping social. Pour améliorer notre market share, il faudrait encourager l’entrepreneurship, promouvoir les jobs free-lance, engager de vrais coachs, susciter des partnerships ; utiliser toutes les techniques à dispo, faire du teasing, trouver des sponsors, oublier le fair play, reprendre le mailing et rentrer enfin tous ces listings d’adresses dans le computer...

Pour terminer ce best of, il faudrait un patchwork de techniques plus soft. Par exemple s'appuyer sur le channeling du new age, réaliser et broadcaster des interviewers de guests stars de l’économie libérale, pratiquer le story telling, organiser des fashion week, exposer nos produit phare dans des show rooms, penser à la fois low tech, clean tech, bio tech, flash tech high tech ; déposer des trademarks, labelliser nos produits, multiplier les deals juteux, autoriser le shopping pendant le week-end, promouvoir le zapping au niveau des RH si nécessaire…

Il faut définitivement upgrader notre mode de pensée, surfer sur la vague du big business avec le end-user in mind, excusez-moi, le end-user à l’esprit. Stopper les chats stériles, le facebooking, et enfin passer à l’action. Le mouvement, la motion pas l'émotion. Bien sûr pour ça, il faut sortir du pack des followers, et il nous faut un vrai leader, un new boss full of energy.

Last word but not least : n’hésitez pas à me faire part de votre feed-back.