Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2012

Devenez juré de cinéma

Votre vie est un peu monotone.

Vous avez envie d’une expérience originale.



Par exemple vous aimeriez participer à un festival de cinéma,

ou mieux devenir juré d'un festival...

 C'est possible.

Je l'ai fait en 2008.

Ce fut une expérience inoubliable.

En plus cette année c'est le 30ième qui s'annonce un grand cru.

Il suffit de vous libérer un long week-end

et d'envoyer une lettre de motivation

pour devenir membre du Jury du

30ème Festival International du Premier Film

du 1er au 11 février 2013.

Comme chaque année, le Festival d’Annonay, qui se déroulera du 1er au 11 février 2013, proposera une compétition internationale de premiers films (longs métrages de fiction) venus du monde entier. Le Jury, présidé par un réalisateur, sera uniquement composé de spectateurs cinéphiles choisis dans toute la France.

Vignette.jpgCe jury se réunira à Annonay du jeudi 7 au dimanche 10 février 2013, période pendant laquelle tous les films en compétition seront projetés en présence de leurs réalisateurs.

Si, l’espace d’un week-end, vous souhaitez devenir membre du jury d’un festival, écrivez-nous et faites-nous part de votre candidature. Sur votre lettre (3 pages maximum), indiquez vos nom, prénom, âge, profession, adresse et numéro de téléphone. Indiquez également tout ce qui peut nous aider à cerner votre personnalité de cinéphile : les deux ou trois films que vous avez le plus aimés cette année, vos réalisateurs préférés, les genres cinématographiques que vous aimez et ceux que vous n’aimez pas, les raisons pour lesquelles vous souhaitez devenir membre du jury, la place qu’occupe le septième art dans votre vie, etc...

Votre lettre doit parvenir avant le 15 décembre 2012 à :
Festival International du Premier Film 
MJC - Avenue Jean Jaurès - 07100 ANNONAY
Renseignements : 04 75 32 40 80 

contact 

Pour comprendre à quel point ce festival est un vrai festival avec une grande qualité de programmation et toutes les paillettes nécéssaires allez donc faire un tour chez Pascale qui suit cette affaire avec passion depuis pas mal de temps...

2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007

Cette année, il y aura, entre autre, Bertrand Tavernier qui sera là pour la journée des collégiens. Et comme chaque année, un réalisateur/trice pour présider le jury

788126183.jpg

07/02/2011

Palmarès

J’ai donc touché le quarté dans le désordre:

Le prix du public au très bon  La petite chambre

Le prix des lycéens à l'excellent Oxygène 

  Le prix spécial du jury à 80 jours. 

 

Enfin le grand prix à Si je veux siffler, je siffle.

 Tous les détails chez Pascale. Palmarès

J’oubliais : La musique à Contracorriente.

 Mon premier choix, l’excellent Oxygène, a eu le prix des lycéens.

06/02/2011

Avant le palmarès 2011

Petit retour sur le festival d’Annonay. En trois jours cette année, on a pu voir toute la sélection en compétition et même un petit bijou en plus « Illégal » (vignette).

 

Je ne ferai pas de critique de film ici pour la simple raison que celles de Pascale sur la Route du Cinéma sont trop bonnes et trop justes. Allez donc les lire là-bas. En plus c'est bourré d'humour vache. 

 

Voilà l’ordre dans lequel je mettrais les films.

·                                 1- Oxygène (Adem)

·                                 2- 80 jours (80 egunean)

·                                     La petite chambre

·                                 4- Si je veux siffler je siffle

·                                     Contracorriente

·                                  When we leave (Die Fremde)

·                                 Beyond the steppes

·                                 Beyond

·                                  

Je suis à peu prés sûr que le film basque 80 jours va obtenir un prix car c’est le seul film avec de l’humour.

J’aimerai bien qu’Oxygène recoive le grand prix car c’est un grand film qui traite avec beaucoup de subtilité et un soupçon d'humour de la mucoviscidose.

Très beau film suisse La petite chambre.

Très bonne sélection. La meilleure de ces 4 dernières années à mon avis.

Questions: Pourquoi les scandinaves font-ils des film aussi noirs ?

Pourquoi Annonay insiste à mettre en valeur ces gros ballons ?

  

Oxygène (Adem)

80 jours (80 egunean)

La petite chambre

 

Si je veux siffler je siffle

Contracorriente

 When we leave (Die Fremde)

Beyond the steppes

 Beyond

02/02/2011

Annonay

Another year in Annonay international film festival ? YES, YES; YES !

09/02/2010

Autres films annonéens

Cette note est une trace des films vus à Annonay. Photos piquées sur le blog « Sur la route du cinéma » de Pascale et moults liens vers ce blog indispensable. L’actrice Lotte Verbeek avec et sans Hervé...

Ca-vient.jpgCa-vient.jpgCa-vient.jpg

Amerikka de Cherien DABIS (2009)

Avec Nisreen Faour, Hiam Abbass, Melkar Muallem

Premier film Hors compétition - Canadia, Koweit, USA

Genre : Comédie dramatique

Mouna, divorcée et mère d'un adolescent, Fadi, est une femme palestinienne chrétienne enthousiaste et optimiste. Au coeur des territoires occupés, le quotidien est éprouvant. Un jour, elle décide avec son fils Fadi de quitter cette vie pour aller aux USA rejoindre sa soeur installée dans l'Illinois.

Mouna et Fadi vont devoir trouver leur place dans cette "Amreeka" tant rêvée. Mais les Etats-Unis, partis en guerre contre le "diable" Saddam, ont une conception de l'hospitalité. Il en faut davantage pour freiner Mouna dans sa quête d'une vie meilleure...

 

Un beau film émouvant traité avec simplicité et humanité. Il montre, s’il en était nécessaire, que les minorités sont souvent synonymes d’opprimés. Ces 2 femmes, palestiniennes chrétiennes, n’ont leur place nulle part. Le film alterne les situations drôles, pleines d’humour, avec d’autres plus graves, à l’image des 2 actrices qui se partagent les rôles principaux. Mouna, pleine de vie, dispose d’une capacité d’adaptation assez remarquable et trouve une solution à chaque situation. Sa sœur, (l’actrice des citronniers Eran Riklis) très attachée aux valeurs traditionnelles, à sa terre natale, plus pessimiste. Un film qui met en évidence le chocs des cultures, l’exil, la perte des racines et la difficulté d'intégration. Un film qui montre les relations mère/fils sous l’angle de la complicité, l’opposé de J’ai tué ma mére.

Au Voleur de Sarah Leonor

Florence Loiret-Caille et Guillaume Depardieu.

Le dernier film de Guillaume Depardieu. Je mettrais une étoile de moins que Pascale.

In the loop de Armando Ianucci

Un film politique dans le monde de la diplomatie Anglo-américain. Les dialogues sont très drôles et on regrette de rater toutes les subtilités dues aux deux manières de parler l’anglais de chaque côté de l'Atlantique.

La conclusion de Pascale de Sur la route… : "Une nouvelle fois, le cinéma nous rappelle que le monde et son avenir, donc le nôtre, sont entre les mains d’une bande de tarés incurables.

La mienne en complément : Vu tous ce qu’on dit sur l’entourage de notre cher président Sarkozy, (voir la ligne jaune si vous êtes abonné), à quand un bon flim français sur l’affaire Clear Stream ou sur toute autre turpitude ce quinquennat ?

L’enfant de kaboul de Barmak Akram

Que je n’ai pas vu pour être à la rencontre des réalisateurs, mais Catherine (qui a vu 15 films), Xavier et Inès lui auraient sans doute mis un quatrième étoile.

"Le parcours de Khaled pour se "débarrasser" de ce minuscule mais si encombrant paquet oscille constamment entre le drame et le comique tant il doit faire face à des situations burlesques. L'acteur étonnant qu'est Hadji Gul fait le reste, pétri d'humanité, de compassion et d'intelligence il est notre guide à travers ce film et cette ville cruels, drôles et bouleversants. HUMAIN.

D'abord symboliquement désigné comme étant Moïse sauvé miraculeusement, on apprend le prénom du bébé : Massoud... »

Amarcord de Federico Felinni

Le plaisir de revoir ce grand classique sur grand écran. La superbe Magali Noël, la musique de Nino Rota.

Sin Nombre de Cary Fukunaga

Comme Partes Usadas d'Aaron Fernandez, le premier film que j’avais vu à Annonay, il y a deux ans, ou La Zone de Rodrigo Pla, ce film est un film mexicain très dur.

Au Honduras, la jeune Sayra retrouve son père. Elle va réaliser son rêve, émigrer avec lui et son oncle aux Etats-Unis. De son côté, au Mexique, Casper est membre de la " Mara ", l'un des terribles gangs d'Amérique Centrale. Pour venger la mort de sa fiancée, il tue un chef de bande et prend la fuite. Sur le toit du train qui file vers le Nord, entourés de centaines de candidats à l'émigration, Sayra et Casper se rencontrent. Un beau film.

J’ai tué ma mère de Xavier Dolan (qui joue le fils)

Les rapports compliqués d’une mère et de son fils. Comment en sont-ils arrivés à des affrontements verbaux aussi violents. Catherine pense que la mère a une grosse responsabilité, je trouve que le fils est plutôt désagréable. Je me suis aussi posé la question de la vieille thèse freudienne des mères castratrices qui « fabriquaient » des fils homosexuels. En fait cette mère n’est pas vraiment castratrice. Une excellente scène quand le directeur du pensionnat suggère que le garçon manque peut-être d’une présence masculine, la colère de la mère est alors carrément homérique. Elle lui explique ce que c’est que d’élever un enfant seule. Génial ! Encore un bon film.

Et c’est, en plus, le coup de cœur 2009 de Pascale.