Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2017

Une pinte de bon sang

Trois jours de marche dans les Calanques pour renouer avec une habitude  printanière. Ensuite on a agrémenté le voyage par un petit arrêt à Arles (ou est-ce en Arles, RV ?) dans le but de visiter les Carrières de Lumière aux Baux de Provence.

270px-Ar%C3%A8nes_d%27Arles_1.jpg

Excellent restaurant dans la vieille ville, Le Criquet, cuisine provençale, ravioles, poisson… Visite de la ville, les arènes, le théâtre (amphi), la librairie Actes-Sud et arrêt dans la cathédrale Saint Trophime qui se pare du titre de primatiale. Dans la chapelle des rois, je découvre un truc étonnant.

On connaît le goût des catholiques pour les reliques. Si on rassemblait les vestiges de la vraie croix on pourrait construire les charpentes d’une petite ville. On a aussi le lait de la sainte vierge, quatre-vingt-dix églises à travers le monde en détiennent. Et il y a aussi le prépuce du christ découpé à sa circoncision, ces morceaux foisonnaient au moyen âge, le dernier a disparu au XVIième siècle.    

prepuce_resultat.jpg

Les bouddhistes ne sont pas en reste, avec les cendres de Bouddha on comblerait le lit du Gange. On trouve sa dent qui échappa à la crémation et causa pas mal de guerres.

dent-de-buddha_resultat.jpg

Les musulmans ont gardé l’empreinte du pied de Mahomet qui chaussait du 49. Il a posé son pied dans le marbre, noblesse oblige. De lui on a aussi un étendard et un bol pour nourriture hallal.

Mais attention, nous sommes à l’époque d’Internet, plus question de faire dans la relique approximative. On ne peut pas en rester au temps de Saint Janvier (vers l'an 300) et d'une petit fiole de sang qui se liquéfie 3 fois par an à Naples mais pas toute les fois faut bien le dire.

Non. La superstition 2.0 se doit d'être à l'heure du numérique. Avant sa mort on a sans doute prélevé pas mal de pintes de sang du futur saint Jean Paul II. Combien de pintes ? Le chiffre est secret. Seuls les amis de François Fillon sont au courant. L’un d’eux, l’évêque de Cracovie distribue le sang de Jean-Paul II mort il y a 12 ans à peine et fait santo subito. C'est ainsi que le clergé de la plus grande commune de France, Arles, a pu organiser grandes processions et réjouissances pour célébrer la sainte relique 2.0.

Pas de doute, avant de mourir le Jean Paul a laissé en héritage des pintes de sang. Il a aussi laissé en héritage des tissus imprégnés de son sang dans une chapelle des Abruzzes. Des voleurs l’on piqué sans savoir que c’était une sainte relique. Depuis ils l’on rendu. J'ai pu me procurer la photo de l'interrogatoire des coupables, des roumains de la famille du comte Dracula que l'on a interrogé en espagnol.

(Pour la dernière fois où avez-vous caché le tissu imprégné du sang de JP II?)

0302-dessin.gif?itok=EWm5xW5s

 

17:03 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Merci pour ce billet. Il manquait à ma culture. Moi qui fut un processionnaire des ostensions limousines, derrière le chef d'Arédius dans son reliquaire. Une vraie copie (le reliquaire) dont l'original a été vendu par un curé, puis finalement donné au MET à New-York.


Quant au crâne, il semble qu'aucune autre église revendique un tel os, que dis-je de tels os...Le crâne est formé de plusieurs os.
Le catholicisme est quand même un peu glauque.

Tu sais que Fillon avait tenté de faire transférer le crâne de Descartes à la Flèche.

Écrit par : Aredius | 19/03/2017

Quand je meurs, je vais m`assurer qu´on vous envoie mes reliques.

Santa Roberta

Écrit par : ana | 21/03/2017

Écrire un commentaire