Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2017

Justice

Hgj_j_857_571.jpgComme la langue, la justice peut avoir plusieurs vitesses "selon que vous serrez puissant ou misérable...". 

Pour distinguer le rang ou la situation sociale des gens à qui l’on s’adresse le français dispose du « tu » et du « vous ». Les italiens ajoute le « lei », la troisième personne du pluriel. Le pape et Alain Delon utilisent le « Nous » de majesté.  

Les japonais font plus fort, ils disposent de plusieurs niveaux de langage qui font varier le vocabulaire. Un vendeur utilise le keigo pour parler à son client-roi. Idem pour marquer une différence de rang, il faut utiliser un vocabulaire différent que celui utilisé dans une conversation de tous les jours. Contrairement à notre pratique de langage plus ou moins soutenu jusqu’à l’argot de banlieue, le keigo est passablement codifié.

En plus il existe un Keigo supérieur le saikô keigo. Un vocabulaire  qui s’applique à la fois à la famille impériale japonaise et aux membres des familles royales étrangères, mais pas aux présidents ou autres chefs d’État roturiers.

lady-justice-by-kackie-cc-flickr.jpgJe ne sais pas ce qu’il en est de la justice au Japon mais chez nous, grâce au FillonGate / PenelopeGate on apprend qu’il y a plusieurs niveaux. Il y en a au moins trois : la justice pour tous le monde, celle pour les parlementaires (keigo pour députés et sénateurs) et celle pour le président (saikô keigo).

Bien sûr comme pour le vocabulaire, la justice "pour tous le monde" se décline en multiples modes selon que vous disposez d’un avocat commis d’office, d’un avocat spécialisé, d’un ténor du barreau, voire de 2, 3, 4… avocats hyper spécialisés qui vont permettre de récuser le tribunal, de soumettre une QPC* et autres chicanes procédurières et ainsi aux procès de durer, de durer, de durer... jusqu'à ce que mort s'en suive. Pour les jeunes de banlieue c'est comparution immédiate et peine de prison.

* QPC Question Préalable de Constitutionalité. En patois savoyard cupesser signifie tomber, se renverser, faire faillite.

11:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Ce qui est fort difficile au Japon est de savoir quelle doit être la courbure de notre salut quand on rencontre quelqu'un. J'ai pu voir des itérations successives, chacun regardant l'autre du coin de l’œil. C'est que le rang social n'est pas porté sur un badge. Ouf, je n'ai jamais vu de "live-lock" comme on dit en informatique.

Écrit par : Aredius44 | 12/02/2017

Il faut tenir compte de l'âge du processus, pardon du courbé, en donnant la priorité au plus vieux comme il se doit.

Écrit par : Joël | 12/02/2017

Némésis, olala!
Oui, la justice peut avoir plusieurs d`allures. Mais, pour les puissants, on ne peut que l´estimer . Il y en a certains que... ils peuvent se vanter qu'ils pourraient tirer sur n'importe qui à la 5eme avenue de New York.

Les puissants ils ont même le sacre "droit" a la folie. On ne peut que se demander si ca va durer, de durer, de durer... jusqu'à ce que mort s'en suive. Maintenant, c`es saikô keigo. Tant pis!

http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/04/donald-trump-est-il-fou-des-psychologues-americains-sortent-de/

Écrit par : ana | 13/02/2017

Les commentaires sont fermés.